Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grimod et La Reynière.
Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière
Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière.jpg

Portrait de Grimod de La Reynière par Boilly.

Biographie
Naissance
Décès
Activités

Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière, né à Paris le et mort à Villiers-sur-Orge, mort le , est un original, avocat, journaliste, feuilletoniste et écrivain français qui acquit la célébrité sous Napoléon Ier par sa critique spirituelle et parfois acerbe, ses mystifications et son amour de la gastronomie.

La postérité a principalement gardé mémoire de ce dernier aspect de sa personnalité et le considère, aux côtés de Brillat-Savarin, comme l’un des pères fondateurs de la gastronomie occidentale moderne[N 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils d’un fermier général qualifié « le plus déterminé gourmand de son siècle »[1], Grimod de La Reynière nait[N 2] de l’union du fermier général et administrateur des postes, amateur de bonne chère et mécène[2], Laurent Grimod de La Reynière et de Suzanne Françoise Élisabeth de Jarente de Sénac[3],[N 3] qui accueille dans son salon[N 4] les personnalités les plus importantes de la société parisienne. Cette famille est parmi les plus en vue au XVIIIe siècle. Il nait infirme, sans doigts, « n’ayant, comme partie terminale de ses membres supérieurs, que des moignons métacarpiens, avec intégrité de l’articulation du poignet »[4]. On l’équipe de prothèses dissimulées sous des gants de peau blanche qu’il ne quitte que rarement. Ses contemporains affirment que cette infirmité pèse fortement sur son caractère et qu’elle alimente son ressentiment envers ses parents. Ainsi, il n’aimera rien tant qu’humilier les préjugés de caste dont était fort imbue sa mère, en s’affichant avec des roturiers et plus que tout, en se disant « épicier » lors de l’épisode de son négoce à Lyon.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Au sortir du collège Louis-le-Grand, il voyagea, du 14 août 1775 au 4 octobre 1776[5], dans le Bourbonnais, le Lyonnais, le Dauphiné et la Savoie. Il séjourne à Genève et Lausanne, où il écrit un Éloge de Fréron[6].

Passionné de théâtre[N 5], il commence, en 1777, à 19 ans, sa carrière de critique dramatique au Journal des Théâtres, alors dirigé par le gendre de Préville, Jean-Charles le Vacher de Chamois[7]. Après la fermeture de ce journal, il collabore au Journal Helvétique de Neuchâtel de 1781 à 1782[8].

Il éprouve un amour malheureux pour sa cousine Angélique de Bessi, mariée en 1779 à Charles Mitoire[9],[10]. Cette déception encouragea sa tendance à la misanthropie[11].

Il est reçu membre de l’Académie des Arcades de Rome[a 1] avec le nom pastoral de « Nerino »[12].

Destiné par ses parents à la magistrature, il suivit les cours de droit avec un zèle et une assiduité exemplaire, mais il refusa de devenir juge[13]. et, devenu avocat, il préféra exercer son métier à titre gratuit pour une clientèle de pauvres gens en butte à l’impôt ou à la corvée[a 2].

Il fréquente des philosophes, des gens de lettres et des artistes, et les invite à des déjeuners bihebdomadaires fort appréciés de gourmets tels que Andrieu et de gens d’esprit comme Rétif de La Bretonne, Palissot, Beaumarchais, etc. ; il va lui-même choisir les denrées à la Halle où les marchands le surnomment le « fermier général de la cuisine »[14]. En 1780, il se constitue l’éditeur officieux du petit conte en vers, le Fakir, et, l’année suivante, de la comédie du Flatteur, l’un et l’autre de son protégé Lantier[15].

Les derniers jours de janvier 1783, il adresse à dix-sept personnes, conseillers au parlement, avocats et célibataires comme lui, une invitation sous forme de billet d’enterrement pour un souper public qui se déroule le 1er février 1783. Il leur offre un repas extravagant, selon les uns pour prouver qu’il peut rester philosophe bien qu’amoureux[14], selon les autres pour faire la publicité d’une de ses œuvres Réflexions philosophiques sur le plaisir. Par un célibataire. Cette opération réussit pleinement, tout Paris en parle et une seconde édition de l’œuvre est lancée, la première ayant été épuisée dans les huit mois[16]. Le déroulement de la soirée et du gueuleton sépulcral est donné par Paul Lacroix qui consacre 57 p. d’une de ses œuvres à Grimod de la Reynière[14]. D’autres festins du genre sont organisés ensuite. L’année suivante, il crée un « repas archéologique », imité des repas antiques, (orgie en moins) qui commence par la présentation d’expériences de physique et d’un spectacle d’ombres chinoises.

La Reynière avait l’humeur vive et batailleuse. Un soir, au parterre de l’Opéra, à une représentation d’Armide, se sentant pressé par la foule : « Qui est-ce qui pousse donc de cette manière ? s’écria-t-il sans se retourner ; c’est sans doute quelque garçon perruquier. » Un militaire, M. de Case, également fils de fermier général, prenant pour lui l’interpellation, lui répondit : « C’est moi qui pousse ; donne-moi ton adresse, j’irai demain te donner un coup de peigne. » Le lendemain, les deux adversaires se rencontrèrent aux Champs-Élysées, en plein jour et devant plus de trois mille personnes. Ils se battirent au pistolet. M. de Case tomba ; la balle lui avait crevé les yeux et labouré la tête. Il mourut quelques heures après[17]. Arrêté par lettre de cachet en 1786, à la suite de la publication d’un mémoire impertinent d’avocat sur Ange-François Fariau de Saint-Ange, il est conduit à l’abbaye de Domèvre où, pendant près de deux ans[1], il mène une vie agréable et paisible entrecoupée de visites d’amis et d’escapades autorisées par l’abbé Joseph de Saintignon, général de la communauté ; son nom disparait de la liste des avocats au Parlement publiée dans l’Almanach royal de 1787[a 3].

Revenir à Paris lui est interdit et sa famille le place devant l’alternative de voyager à l’étranger ou d’être enfermé dans la maison de fous de Maréville. Dans l’obligation d’obéir[N 6], il part donc pour Strasbourg, Colmar, Zurich, Neuchâtel et Lausanne avant de se fixer à Lyon où il échappe aux dangers de la Terreur et où il rencontre une actrice qui travaille au théâtre de cette ville, Adélaïde-Thérèse Feuchère. Ils seront longtemps amants avant que de s’épouser[N 7]. Leur fille, Adélaïde Jeanne Justine Laure, nait le 14 octobre 1790. Elle ne reste pas longtemps dans un foyer où le père est plus souvent en voyage que présent : une lettre de Grimod à Adélaïde, en mars 1791, laisse penser que le bébé a déjà été placé en nourrice et un jugement le prouve tout au moins à partir de janvier 1792. La déclaration de décès de l’enfant, à l’âge de trois ans, est faite par l’homme qui prenait soin d’elle et par un voisin, le père étant à Béziers et la mère à Paris.

Logo de Grimod et compagnie.

Négociant[modifier | modifier le code]

Il devient négociant en ouvrant à Lyon le commerce « Grimod et compagnie, aux Magasins de Montpellier, rue Mercière » : épicerie, de droguerie et de parfumerie en gros et fabrique de broderie et imagine les principes d’« achat direct au producteur », de « chaines de magasins » et de « vente à prix fixé ». Il étend les activités de sa société Grimod et compagnie à d’autres villes françaises, où il ouvre des établissements[18]. Cependant s’il exerce cette activité d’enthousiasme, c’est avec une certaine désinvolture, et la défaillance de son associé, qui n’est autre que son père[a 4], s’ajoute au manque de rigueur dans la gestion. Grimod est contraint d’abandonner son commerce.

Carrière artistique et gastronomique[modifier | modifier le code]

De retour à Paris, il fonde[19], le Censeur dramatique[20], où il rédige des critiques théâtrales. Il écrit l’Alambic littéraire[21].

Sous le Consulat, il commence la publication de l’Almanach des Gourmands, qui contient tout ce qu’il convient de savoir à cette époque en matière de gastronomie et qui va connaitre de nombreuses réimpressions. C’est l’ancêtre du guide gastronomique : cet almanach dont le sous-titre est « guide dans les moyens de faire excellente chère » va inspirer Charles-Louis Cadet de Gassicourt pour sa Carte gastronomique de la France, le Guide Richard du Voyageur en France et les Guides Joanne que reprendront les Guides bleus[22].

Grimod de La Reynière est membre du Caveau moderne dès la naissance de cette société chantante qui se réunit au Rocher de Cancale[23]. Dès l’année suivante, il collabore au mensuel Journal des Gourmands et des Belles[24]. En 1808, il publie le Manuel des amphitryons. C’est au Rocher de Cancale que se réunit, à son instigation, un jury dégustateur pour gouter et juger des produits des restaurateurs, confiseurs, traiteurs, etc. ; il invente ainsi l’ancêtre du label. Le Dr Gastaldy va en être président.

La mort de Grimod de la Reynière est annoncée par faire-part le 7 juillet 1812, mais c’est un canular de plus : arrivés au somptueux banquet de funérailles, les invités ont la surprise d’y découvrir l’auteur en parfaite santé[25].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

La mort de ses parents lui a laissé une fortune suffisante ; il se retire dans son château de Villiers-sur-Orge, dans l’Essonne, où il passe les quinze dernières années de sa vie en compagnie de son épouse, et où il se livre à la mystification des invités qu’il reçoit, le bâtiment étant équipé, a-t-on dit, d’ouvertures secrètes, de trappes et de machineries comme un théâtre[N 8]

À sa mort, il ne reste plus grand-chose de la fortune héritée de ses parents[26]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Quelques personnes redoutent à table une salière renversée et le nombre treize. Ce nombre n’est à craindre qu’autant qu’il n’y aurait à manger que pour douze ; quant à la salière, l’essentiel est qu’elle ne se répande pas dans un bon plat. »
  • « Un vrai gourmand aime autant faire diète que d’être obligé de manger précipitamment un bon diner. »

Principales publications[modifier | modifier le code]

Page de titre de l'Almanach des Gourmands, 2e année, 1804. Bibliothèque de la Gourmandise, Hermalle-sous-Huy.
  • Le Flatteur, comédie en 5 actes et en vers libres, avec Étienne-François de Lantier, 1782 ;
  • Le Songe d’Athalie, 1783. Attribué aussi à Rivarol et au marquis de Champcenetz ;
  • Réflexions philosophiques sur le plaisir, 1783. Attribué aussi à Étienne François de Lantier ;
  • Lorgnette philosophique trouvée par un R. P. capucin sous les arcades du Palais-royal et présentée au public par un célibataire, 2 volumes, 1785 ;
  • Mémoire à consulter et consultation pour Me Marie-Émile-Guillaume Duchosal, avocat en la cour, contre le sieur Ange Fariau de Saint-Ange, coopérateur subalterne du Mercure de France, 1786 ;
  • Lettre à M. Mercier, ou réflexions philosophiques sur la ville de Lyon, Paris, 1788 ;
  • Peu de chose, idées sur Molière, Racine, Crébillon, Piron, etc. Hommage à l’Académie de Lyon, Paris, 1788 ;
  • Lettre d’un voyageur à son ami sur la ville de Marseille, 1792 ;
  • Moins que rien, suite de Peu de chose, ouvrage d’un genre assez neuf et plus moral qu’on ne pense, 1793 ;
  • Visions d’un bon homme. Première vision, 1803 ;
  • L’Alambic littéraire, ou Analyses raisonnées d’un grand nombre d’ouvrages publiés récemment, 2 volumes, 1803 ;
  • Almanach des Gourmands, servant de guide dans les moyens de faire excellente chère ; par un vieil amateur, 7 volumes, 1803-1810. Réédition : Editions Valmer-Bibliophilie, Paris, 1984, réédition en fac-similé des 8 volumes reliés pleine peau. Tirage strictement limité à 1000 exmplaires tous numérotés - Mercure de France, coll. « Le Petit Mercure », 2003 (ISBN 2-7152-2404-4) ; Réédition en 8 volumes (8 mars 2012) par les éditions Menu Fretin, 1120 p. (ISBN 978-2-917008-40-9)
  • Manuel des amphitryons, contenant un traité de la dissection des viandes à table, la nomenclature des menus les plus nouveaux et des éléments de politesse, 1808. Réédition : Éditions Métailié, 1995 (ISBN 2-86424-025-4) ;
  • Revue des comédiens, ou Critique raisonnée de tous les acteurs, danseurs et mimes de la capitale, par M***, vieux comédien, et par l’auteur de la Lorgnette des spectacles, avec Fabien Pillet, 1808 ;
  • Avantage de la bonne chère sur les femmes, discours d’un vrai gourmand, 1870 ;
  • Calendrier gastronomique, suivi des Aphorismes du professeur, par Brillat-Savarin, et des Sonnets gastronomiques, par Charles Monselet, 1946.
  • Variétés gourmandes, suivi du Traité des excitants modernes par Honoré de Balzac, Henri Kaeser, Lausanne, 1951, 268 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans son analyse des pages de Charles Monselet sur Grimod, Sainte-Beuve écrit déjà en 1865 : « On sent que Grimod de La Reynière, qui les a inspirées, est, parmi les Pères de la table, aussi supérieur à Brillat-Savarin que Mathurin Régnier l’est à Boileau » (Charles-Augustin Sainte-Beuve, Nouveaux lundis, t. X, Michel Lévy frères, Paris, 1868, 464 p., p. 86.)
  2. Cet article respecte les recommandations orthographiques de la réforme de 1990.
  3. Nièce de Louis Sextius Jarente de La Bruyère.
  4. À l’hôtel Grimod de La Reynière, construit sur ordre de son mari à l’un des angles de la place Louis XV et de l’actuelle rue Boissy d'Anglas.
  5. Enfant, il fut tenu sur les genoux de Mademoiselle Quinault cadette, grande amie de sa mère, et de mademoiselle Luzy.
  6. Il n’a pas atteint ses 30 ans, âge de la majorité à cette époque.
  7. Le mariage daterait du 4 septembre 1790 selon Gustave Desnoiresterres, qui se base sur la correspondance de Grimod, ou de l’année 1812 selon Ned Rival qui a consulté des minutes notariales.
  8. Michel Onfray a cependant relevé que cet équipement ne figurait pas dans les actes notariés et les inventaires après décès. V. Michel Onfray, La Raison gourmande, Paris, Grasset & Fasquelle, 1995, 254 p., p. 45-46.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Charles Monselet, Les Oubliés et les dédaignés. Figures littéraires de la fin du 18e siècle, t. II, Auguste Poulet-Malassis et Eugène de Broise, Alençon, 1857, p. 173-291.
  2. Jean-François Delmas, Le Mécénat des financiers au XVIIIe siècle : étude comparative de cinq collections de peinture, Centre Roland Mousnier, Paris IV-Sorbonne, 1995, p. 57 lire en ligne
  3. (en) Neil Jeffares, Dictionary of pastellists before 1800, 2008 Généalogie en ligne
  4. Augustin Cabanès, Les Curiosités de la Médecine, Paris, E. Le François, (lire en ligne)
  5. Gustave Desnoiresterres, Grimod de La Reynière et son groupe, 1817-1892, d’après des documents entièrement inédits, Paris, Didier, , 399 p. (lire en ligne), p. 31.
  6. Desnoiresterres, Ibid.
  7. Desnoiresterres, Ibid.
  8. Desnoiresterres, op. cit., p. 33.
  9. Desnoiresterres, op. cit., p. 37-39.
  10. Nicolas Edme Restif de La Bretonne, Pierre Testud (éd.), Mes inscripcions, 1779-1785. Journal, 1785-1789, Éditions Manucius, , 844 p., p. 163.
  11. Rétif de La Bretonne, Les Françaises, La Fille à la bonne mère, t. I, p. 23.
  12. Desnoiresterres, op. cit., p. 34.
  13. Desnoiresterres, Ibid..
  14. a, b et c Paul Lacroix, Histoire des mystificateurs et des mystifiés, Bruxelles, Alphonse Lebègue, , 206 p., p. 93 à 127.
  15. Desnoiresterres, op. cit., p. 31.
  16. Guillaume Imbert de Boudeaux, Paule Adamy, Recueil de lettres secrètes, Genève, Droz, 1997, 394 p., p. 39-40.
  17. Desnoiresterres, op. cit., p. 110.
  18. Pierre-Olivier Fanica, Le Lait, la vache et le citadin. Du XVIIe au XXe siècle, Quae, 2008, 520 p., p. 55, (ISBN 978-2-7592-0114-3).
  19. Maurice Descotes, Histoire de la critique dramatique en France, Tübingen, Gunter Narr, 1980, 406 p., (ISBN 978-3-87808-893-6), p. 171.
  20. Fiche Gallica en ligne
  21. Texte en ligne.
  22. Julia Csergo, La gastronomie dans les guides de voyage : de la richesse industrielle au patrimoine culturel, France XIX-début XXe siècle, 13 p.
  23. Dictionnaire de la conversation et de la lecture, t. XI, Belin-Mandar, Paris, 1834, 536 p., p. 525.
  24. Texte en ligne
  25. Ferdinand Hoefer (dir.), Biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, t. XII, Firmin Didot et frères, Paris, 1858, 992 col., col. 103
  26. La France littéraire, 2e série, t. V, Bureaux de la France littéraire, Paris, 1838, 512 p., p. 323-30.
Référencement à Ned Rival, Grimod de la Reynière le Gourmand Gentilhomme 
  1. Ned Rival, Grimod de La Reynière, le Gourmand Gentilhomme, Le Pré aux Clercs, , 286 p. (ISBN 978-2-71441-599-8), p. 32.
  2. Ned Rival, op. cit., p. 70.
  3. Ned Rival, op. cit., p. 74.
  4. Ned Rival, op. cit., p. 91.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eduard Maria Oettinger, Un agathopède de l’Empire, ou Essai sur la vie et les travaux gastronomico littéraires de feu Grimod de la Reynière, Kiessling, Schnée et Cie, Bruxelles & Leipzig, 1854.
  • Gustave Desnoiresterres, Grimod de La Reynière et son groupe, 1817-1892, d’après des documents entièrement inédits, Paris, Didier, , 399 p. (lire en ligne).
  • Michel Onfray, La Raison gourmande. Philosophie du gout, Grasset, coll. Le Livre de Poche, Paris, 1995.
    Le second chapitre est consacré à Grimod de La Reynière.
  • Jean-Paul Barbier, « Nicolas Appert et Grimod de la Reynière », Papilles, no 12, juin 1997.