Ligne A du tramway d'Angers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Tramway d'Angers.

Ligne A
Dans la courbe de la station Les Gares.
Dans la courbe de la station Les Gares.

Réseau Irigo
Ouverture
Terminus Avrillé-Ardenne,
Angers Roseraie
Exploitant Keolis Angers
Conduite (système) Conducteur
Matériel utilisé Alstom Citadis 302
Dépôt d’attache Raymond Perron
Points d’arrêt 25
Longueur 12,3 km
Temps de parcours 39 min
Distance moyenne entre points d’arrêt 512 m
Communes desservies 2 (Angers, Avrillé)
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Fréquentation
(moy. par an)
9,5 millions (2017)
Lignes connexes Bus

La ligne A du tramway d'Angers est la première ligne exploitée par la Keolis Angers, sous le nom commercial Irigo, mise en service le , entre La Roseraie, un quartier d'Angers, et Avrillé, une ville du nord de l'agglomération angevine. Au début du lancement du projet, lors de l'enquête publique, il était initialement prévu que cette inauguration se fasse en 2009. Un an après sa mise en service, la fréquentation moyenne de cette ligne était de 32 500 voyageur par jour et de 8 millions de voyages annuels. En 2017, ce dernier chiffre atteint 9,5 millions.

Descriptif général[modifier | modifier le code]

Financement[modifier | modifier le code]

Le budget total du projet de la première ligne de tramway d'Angers estimé en décembre 2005 était de 248 M€ (hors taxe), recalculé en 2009, à 287 millions d'euros (hors taxes)[1]. Cet écart s'explique par les hausses de coût des matières premières (acier +40 %, fil de cuivre +41 %, hausse du coût de l'énergie...), mais aussi par la nécessité de renforcer les berges de chaque côté du nouveau pont et l'augmentation des moyens alloués aux archéologues depuis leur découverte des sarcophages mérovingiens[2]. L'État participe à la hauteur de 30,5 millions d'euros car ce chantier entre parfaitement dans le cadre du Grenelle de l'environnement[2], mais le principal levier de financement est l'usage de prêts sur 30 ans pour un total de 200 millions d'euros[3]. 700 000 euros seront nécessaires à l'abaissement des voies sur berges passant sous le pont Confluences[4].

Caractéristiques principales[modifier | modifier le code]

Rame sur le Boulevard Foch, direction Angers-Roseraie.

Principales caractéristiques de la première ligne de tramway[5],[6],[7] :

  • Liaison Nord-Sud de l'agglomération, elle relie Avrillé (deuxième commune de l'agglomération par sa population) à La Roseraie (deuxième quartier le plus peuplé d'Angers) ;
  • service ininterrompu entre h 30 du matin et h 30 (soit 19 heures par jour)
  • longue de 12,3 kilomètres ;
  • jalonnée de 25 stations ;
  • km de voies engazonnées[8] ;
  • une durée maximale de trajet de 39 minutes (de terminus à terminus) ;
  • une vitesse commerciale de 20 km/h ;
  • 6 minutes d'attente entre 2 rames en heure de pointe ;
  • 38 000 voyageurs par jour attendus à terme.

Chronologie du projet[modifier | modifier le code]

Évènements révolus[modifier | modifier le code]

Croisement de deux rames à hauteur de la cité Verneau.
Départ d'une rame en station Les Gares, direction Roseraie.
Station Ralliement de nuit, en été ; vue du quai direction Avrillé.
Station Foch/Maison Bleue, en heure creuse.

Évènements révolus du projet concernant la ligne[9].

  • 2001 : création de la "Mission Tramway" dirigée par Jacques Landreau ;
  • 2002-2003 : lancement des études de faisabilité et en février de la concertation publique[10];
  • 2004 : présentation du tracé définitif. Choix du mode de transport ferré (tramway) ;
  • 2004-2006 :
    • Études d'insertion et d'aménagements.
    • Études de maîtrise d’œuvre du centre de maintenance ;
    • Fin de la phase préalable de concertation publique en juin 2005[10] ;
  • 2006 :
    • Fin de la concertation publique en janvier (retardée par la modification du projet du pont sur la Maine)[11],[12] ;
    • Enquête d'utilité publique (du 15 mai au 13 juillet[11]) conclue par un avis favorable des commissaires enquêteurs ;
    • Le marché de maîtrise d'œuvre est attribué au groupement Ingérop/SNCF Ingénierie/Tractebel/Rolland le 5 juillet 2006 par Angers Loire Métropole[13] ;
    • Choix du Citadis d'Alstom le 10 juillet 2006[14] ; Choix du design ;
    • Désignation du lauréat du pont sur la Maine (futur Pont Confluences)[réf. souhaitée] ;
    • Étude de maîtrise d’œuvre du pont sur la Maine et de la ligne ;
  • 2007 :
    • Signature de la déclaration d'utilité publique par le préfet de Maine-et-Loire le 8 janvier 2007[3],[15] ;
    • Reconnaissances archéologiques et des sondages du sol de mars[16] à août 2007[17], étude géotechnique au niveau du futur pont sur la Maine[3] ;
    • Présentation de la maquette du tramway au parc des expositions du 21 au 29 avril 2007[18],[19] ;
    • Premiers travaux préparatoires avec la déviation des réseaux souterrain du côté de l'hôpital à l'été 2007[20] ;
    • Début des travaux du centre de maintenance : terrassement en été, retardé par le temps pluvieux[17], inauguration du chantier le 19 septembre 2007[21] ;
    • Ouverture de la maison du tramway (lieu présentant le projet au public), place Imbach, le 15 décembre 2007[22] ;
    • Début des travaux de déviation de réseaux en décembre 2007, avec une montée en puissance prévue dès le début de l'année suivante[23].
  • 2008 :
    • Début des travaux de déviation des réseaux un peu partout et notamment en centre ville le 1er avril 2008[24] ;
    • Production des premières voitures Citadis 302 à l'été 2008[25] ;
    • Début des travaux du pont sur la Maine le 1er avril 2008[26] ;
    • Début des fouilles archéologiques le 21 avril 2008[26] en centre ville (rue d'Alsace), rue de Létanduère et square des Jonchères ;
  • 2009 :
    • Fin des fouilles archéologiques le 23 juillet 2009[27],[28], plus d'un an après leur commencement ;
    • Premiers travaux de plateforme du tramway.
    • Livraison de la première rame du tramway au centre de maintenance le 8 décembre 2009[29] ;
    • Inauguration du centre de maintenance le [30] ;
  • 2010 :
    • Inauguration du pont sur la Maine, dénommé Pont Confluences, le 15 octobre 2010[31] ;
    • Livraison de deux rames par mois à partir de mai.
  • 25 juin 2011 :
    • Inauguration de la première ligne du tramway (Ligne A)[32].

Retards[modifier | modifier le code]

Lors de la concertation publique, en septembre 2005, le calendrier prévoit toujours une mise en service fin 2009[10]. Mais lors de l'enquête publique en mai 2006, le maire évoque désormais le début de l'année 2010[33]. Lors de la présentation du planning des travaux au mois de février 2007, le début des travaux pour le centre de maintenance est prévu en mai 2007 (alors qu'ils ne seront commencés qu'en septembre[21]), le début des travaux pour le pont sur la Maine est prévu au début de l'année 2008. La mise en service de la ligne de tramway est désormais annoncée pour mi-2010[34].

À l'occasion des premières réunions d'information au public du chantier du tramway en décembre 2007, un planning réactualisé est présenté : les travaux du pont sur la Maine doivent alors se dérouler à partir de février 2008 (pour finalement commencer le 1er avril 2008[26]) et jusqu'à mars 2010[23]. Les élections municipales freineront la montée en puissance des premiers travaux de déviation des réseaux, prévus au début de l'année 2008[23] et les réunions publiques de présentation du chantier continueront une fois cette échéance passée [24]. Un article de Ouest-France de juin 2008 évoque déjà la fin de l'année 2010 lorsqu'il parle de la circulation des rames de tramway angevines[35]. Toujours selon ce même quotidien régional[36], le planning annoncé au début de l'année 2009 prévoit la livraison de la première rame de tramway à l'automne 2009 (elle sera finalement livrée en décembre de la même année) et les autres durant l'année 2010 (alors qu'au final, quatre d'entre elles seront livrées en 2011). Mais sous la pression des réunions publiques sur les travaux à cette même époque, il est officieusement concédé que la mise en service se fera lors du premier semestre 2011[37] (malgré un démenti officiel qui parle toujours de la fin de l'année 2010[38] et qui met en lumière un décalage entre ce discours officiel, tenu par le maire, et les acteurs locaux comme l'élue chargée du tramway à Avrillé[39]). Les problèmes techniques rencontrés lors de la construction du pont sur la Maine mais aussi les multiples petits retards à chaque étape sont invoqués[37].

Les fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Comme tout projet de ce genre, des fouilles archéologiques sont réalisées à différents endroits de la ligne, avant le début des travaux. Ces endroits sont sélectionnés en fonction des connaissances historiques des lieux (soupçon de présence de cimetière ou de voie ancienne, etc.) mais également de carottages (sondages) effectués sur tout le tracé de la ligne.

C'est ainsi que durant la phase de sondage des sols, au premier semestre 2007, un mur romain a été découvert dans le square des Jonchères du quartier de la Roseraie et une voie romaine rue de Létanduère[17]. Les fouilles proprement dites ont débuté le 21 avril[26] et ont été effectuées par l'institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP).

Rue d'Alsace[modifier | modifier le code]

Un ancien cimetière paroissial de l'époque médiévale a été mis au jour rue d'Alsace, en plein centre ville[40]. À cette époque, il existait même plusieurs cimetières dans ce centre, cimetières en rapport avec les églises présentes sur place[41]. Leur découverte n'est donc pas une surprise. En revanche, ces fouilles ont permis de découvrir que la rue d'Alsace a été décaissée au XIXe siècle sur une hauteur de quatre mètres au niveau de la partie la plus haute, faisant disparaître une grande partie des sépultures que s'apprêtaient à découvrir les archéologues (ils avaient estimé pouvoir y trouver entre 300 et 400 squelettes : seuls quatorze ont été mis au jour)[42]. Des vestiges d'anciennes églises ont été découverts (le premier édifice chrétien d'Angers datant du VIIe siècle : l'église Saint-Mainboeuf et l'église Saint-Pierre du XIIe siècle) ainsi qu'une voie romaine de quatre mètres de large située perpendiculairement à la rue d'Alsace[42]. Le 23 septembre 2008, a eu lieu une importante découverte archéologique : dix sarcophages mérovingiens (dont ceux de deux d'enfants) ont été mis au jour, sur l'emplacement de l'ancienne église Saint-Maurille place du Ralliement, datant du Ve ou VIe siècle[43].

Parcours[modifier | modifier le code]

Deux points de divergences ont émergé lors de la présentation du projet de la première ligne de tramway contemporain de l'agglomération angevine : Le fait de ne pas desservir le centre universitaire de Belle-Beille et le fait de passer par le centre-ville plutôt que de le contourner par les boulevard l'encadrant[12]. Ces points de vue étaient portés par l'opposition municipale et par les commerçants du centre-ville, ces derniers ayant peur de voir baisser significativement leur chiffre d'affaires durant toute la période des travaux[12]. La majorité municipale aura finalement eu gain de cause.

Descriptif et rénovation urbaine[modifier | modifier le code]

Pont Confluences sur la Maine[modifier | modifier le code]

Illuminations nocturnes du pont Confluences.
Le pont Confluences a été aménagé pour permettre les circulations douces.
Article détaillé : Pont Confluences.

La ligne de tramway s'étendant de part et d'autre de la Maine, un nouveau pont fut réalisé. Le pont est dénommé pont des Confluences par le président d'Angers Loire Métropole et présenté au public le 27 novembre 2009[44], en rapport à la Maine, rivière formé par la Mayenne et la Sarthe.

Ce pont, principal ouvrage d'art du projet, relie le CHU d'Angers au pôle tertiaire et universitaire Saint-Serge. D'une longueur de 270 mètres, il est aussi accessible aux piétons, aux personnes à mobilité réduite, aux vélos et aux véhicules d'urgence.

Initialement, il devait franchir à niveau, grâce à un rond-point, la RD 323 (ex-RN23) mais finalement, il est décidé en 2006 qu'il passera au-dessus de cette voie sur berge, rendant l'ouvrage plus conséquent[11] et nécessitant néanmoins l’abaissement de cette voie de 50 cm[4]. Parmi les raisons avancées pour justifier ce changement, il était invoqué que la traversée des piétons ainsi que des cyclistes n'offrait pas de garanties de sécurité satisfaisantes[45]. Cette modification du projet a nécessité une vingtaine de sondages du sol[3]. Cet ouvrage aura été à l'origine d'une partie du retard à la mise en service de la ligne. L'une des raisons invoquées a été la montée des eaux parfois inattendue de la Maine[37].

Rue de la Roë[modifier | modifier le code]

Tramway, rue de la Roë.

Le court tronçon qui emprunte la rue de la Roë et qui se trouve situé entre les stations Place Molière et Ralliement cumule trois caractéristiques particulières : il est à voie unique, équipé de l'alimentation par le sol et est en forte rampe (la 2e plus forte rampe de la ligne : 7 %).

Place du Ralliement[modifier | modifier le code]

La place du Ralliement rénovée, en septembre 2011.
Article détaillé : Place du Ralliement.

Le passage de la ligne de tramway par la place du Ralliement aura été l'occasion de rénover entièrement le parking souterrain, dont les accès (entrée et sortie des véhicules) se trouvaient sur la place elle-même. Fermé à partir du 5 février 2009[36], il a rouvert le jeudi 22 avril 2010[46] avec les accès déportés rue de la Chaussée-Saint-Pierre (entrée) et rue Saint-Maurille (sortie). La place est alors devenue entièrement piétonne[réf. nécessaire].

Avenue Winston-Churchill[modifier | modifier le code]

La ligne emprunte une partie de l'avenue Winston-Churchill, entre la rue de Létanduère et le boulevard Jacques-Portet. Cela a conduit à la destruction de la passerelle Churchill qui permettait de relier le centre commercial du chapeau de gendarme au square des anciennes provinces, bordé de plusieurs immeubles d'habitations, et au Lycée Chevrollier pour dégager le gabarit pour la ligne[47]. La disparition de ce lien aura été la seule réserve émise par les commissaires enquêteurs de l'enquête publique et aura soulevé une pétition de 505 signatures[47]. Malgré cela, sa disparition fut entérinée dès novembre 2006 par le conseil d'agglomération. En contrepartie, le terre-plein central a été élargi et la vitesse a été limitée à 30 km/h[47]. Cette avenue était qualifiée par le directeur de la Mission Tramway, Jacques Landreau, de périphérique en ville : cette voie était en décaissé, en deux fois deux voies (même si l'une des deux voies dans chaque sens a été reconvertie en voie pour bus)[8]. L'opération a donc transformé cette avenue périphérique en avenue urbaine.

Place Jules-Verne[modifier | modifier le code]

La place Jules-Verne a été partiellement rénovée côté impair, contrairement au côté pair qui en 2013 attend toujours, la finalisation de la rénovation du quartier, avec larges parterres, là aussi pour rendre la vie des piétons plus simple[8].

Alimentation par le sol[modifier | modifier le code]

Dans le centre-ville d'Avrillé, la voie du tramway est banalisée et permet le passage des voitures à certains endroits. Le dispositif d'alimentation par le sol y est installé et la bande métallique située dans l'axe des rails en est la partie visible.
Article détaillé : Alimentation par le sol.

Deux tronçons de la ligne sont équipés de l'alimentation par le sol (APS), là où la vision des fils aériens de contact alimentant en énergie la rame de tramway n'était pas la bienvenue. L'un des deux tronçons se situe dans le centre ville d'Avrillé, entre les stations Bascule et Acacias, et court sur 700 mètres[3]; l'autre a une longueur de 725 mètres[3] et se trouve dans le centre ville d'Angers, entre les stations Place Molière et Foch - Maison Bleue. Il existe également un tronçon de 90 mètres de long[3] équipé de cette technologie dans le centre de maintenance.

Plan schématique de la ligne[modifier | modifier le code]

Plan schématique de la ligne A.

Liste des stations[modifier | modifier le code]

Stations de la ligne A:

Station[48] Communes Correspondances Lat/Long
  Avrillé-Ardenne Avrillé   7     34     39   P+R 47° 30′ 43″ N, 0° 35′ 48″ O
  Bascule Avrillé 47° 30′ 32″ N, 0° 35′ 30″ O
  Saint Gilles Avrillé 47° 30′ 23″ N, 0° 35′ 22″ O
  Acacias Avrillé   7   47° 30′ 12″ N, 0° 35′ 10″ O
  Bois du Roy Avrillé 47° 30′ 01″ N, 0° 35′ 01″ O
  Plateau de la Mayenne Avrillé 47° 29′ 45″ N, 0° 34′ 48″ O
  Terra Botanica Angers P+R 47° 29′ 40″ N, 0° 34′ 28″ O
  Verneau Angers   33     43   P+R 47° 29′ 33″ N, 0° 34′ 00″ O
  Hauts de Saint Aubin Angers 47° 29′ 32″ N, 0° 33′ 33″ O
  Jean Moulin Angers   5   47° 29′ 26″ N, 0° 33′ 07″ O
  Capucins Angers   8   47° 29′ 13″ N, 0° 33′ 18″ O
  C.H.U-Hôpital Angers   8   47° 28′ 53″ N, 0° 33′ 14″ O
  Berges de Maine Angers   9   47° 28′ 46″ N, 0° 32′ 59″ O
  Saint-Serge Université Angers   3     7   47° 28′ 37″ N, 0° 33′ 04″ O
  Place Molière Angers   9   47° 28′ 27″ N, 0° 33′ 17″ O
  Ralliement Angers 47° 28′ 16″ N, 0° 33′ 06″ O
  Foch-Maison Bleue Angers   1     30     31     32     42   47° 28′ 08″ N, 0° 32′ 59″ O
  Foch-Haras Angers   1     2     3     4     10     30     31     32     42   47° 28′ 00″ N, 0° 33′ 10″ O
  Les Gares Angers   1     4     6     10     14     30     31     32     33    34  

  35     36     38     39     41     42     43   SNCF

47° 27′ 53″ N, 0° 33′ 20″ O
  Place Lafayette Angers   8   47° 27′ 42″ N, 0° 33′ 17″ O
  Strasbourg Angers   10     11     41   47° 27′ 25″ N, 0° 33′ 15″ O
  Bamako Angers 47° 27′ 06″ N, 0° 33′ 27″ O
  Jean XXIII Angers   5     37   47° 26′ 55″ N, 0° 33′ 46″ O
  Jean Vilar Angers 47° 26′ 40″ N, 0° 33′ 45″ O
  Angers Roseraie Angers   5     11   P+R 47° 26′ 38″ N, 0° 33′ 13″ O

Les correspondances sont soumises à modifications

Exploitation[modifier | modifier le code]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Intérieur d'une rame.
Intérieur d'une rame.

La ligne est équipée de 17 rames Alstom Citadis 302 dotées de la technologie d'alimentation par le sol (APS), dont 15 sont en circulation au plus fort du trafic. Elles sont équipées de caméras de videosurveillance.

Conducteurs[modifier | modifier le code]

Abribus de service permettant la relève des conducteurs

La relève entre machiniste se fait à la station Foch-Maison Bleue ou au droit du centre de maintenance Raymond Perron[réf. nécessaire] (un abribus de service est disposé sur la voie en direction de la Roseraie).

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2013, la fréquentation est inférieure aux objectifs fixés (36 000 voyageurs[49] par jour contre 38 000 escomptés en 2018 au plus tard[50]). En 2014, 8 545 millions de voyageurs ont fréquenté la ligne[51], représentant un quart de la fréquentation du réseau Irigo[52].

Année Juillet 2011 à
juin 2012
2012 2013 2014 2015 2016 2017
Nombre de voyageurs par an (en milliers) - 8 050[53] 8 365[54] 8 545[51] 8 600[55] 9 000[56] 9 500[57]
Nombre de voyageurs par jour ouvrable de base 32 500[58] 34 500[59] 36 000[49] NC NC NC NC

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les financeurs sur le site d'Angers Loire Métropole
  2. a et b « L'État porte à 30,5 millions d'euros sa participation au chantier du tramway »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site d'Angers Loire Métropole
  3. a b c d e f et g Article sur www.angers.maville.com du 9 janvier 2007 consultable sur le forum Linéoz
  4. a et b Article sur www.angers.maville.com du 21 janvier 2009
  5. tramway.angersloiremetropole.fr Le choix du Citadis d'Alstom
  6. [PDF]tramway.angersloiremetropole.fr Livre expo
  7. « Alstom présente son tramway à l’agglomération d’Angers Loire Métropole »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site d'Alstom
  8. a b et c Article sur www.angers.maville.com du 11 juin 2008
  9. « Les grandes dates du tram »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site d'Angers Loire Métropole
  10. a b et c Article sur www.angers.maville.com du 13 septembre 2005 consultable sur le forum Linéoz
  11. a b et c Article sur www.angers.maville.com du 27 janvier 2006
  12. a b et c Article sur www.angers.maville.com du 4 mai 2006 consultable sur le forum Linéoz
  13. Article sur www.angersloiremetropole.fr/tramway en juillet 2006 consultable sur le forum Linéoz
  14. Article sur www.angers.maville.com du 11 juillet 2006
  15. Article sur www.angers.maville.com du 16 janvier 2007
  16. Article sur www.angers.maville.com du 6 avril 2007
  17. a b et c Article sur www.angers.maville.com du 5 septembre 2007
  18. Article sur tramway.angersloiremetropole.fr
  19. Article sur www.angers.maville.com du 11 avril 2007
  20. Article sur www.angers.maville.com du 24 août 2007 consultable sur le forum Linéoz
  21. a et b Article sur www.angers.maville.com du 20 septembre 2007
  22. Article sur angersloiremetropole.fr/tramway du 16 décembre 2007 consultable sur le forum Linéoz
  23. a b et c Article sur www.angers.maville.com du 20 décembre 2007
  24. a et b Article sur www.angers.maville.com du 2 avril 2008
  25. Article sur tramway.angersloiremetropole.fr publié en juillet 2008
  26. a b c et d Article sur angers.maville.com du 25 mars 2008
  27. Article sur www.angers.villactu.fr du 3 août 2009
  28. Article sur tramway.angersloiremetropole.fr
  29. Article sur www.angers.maville.com du 9 décembre 2009
  30. Site Angers Loire métropole, « Une nouvelle étape majeure a été franchie sur le chantier du tramway, avec l'inauguration du centre de maintenance. » lire en ligne (consulté le 13 mai 2010).
  31. Article sur www.angersmag.info du 16 octobre 2010
  32. Inauguration du tramway sur le site officiel du projet.
  33. Article sur www.angers.maville.com du 5 mais 2006 consultable sur le forum Linéoz
  34. Article sur www.angers.maville.com du 2 mars 2007
  35. Article sur www.angers.maville.com du 7 juin 2008
  36. a et b Article sur ww.angers.maville.com du 5 janvier 2009
  37. a b et c Article sur www.angers.maville.com du 14 janvier 2009
  38. Article sur www.angers.maville.com du 14 janvier 2009
  39. Article sur www.angers.maville.com du 15 janvier 2009
  40. Article sur www.angers.maville.com du 6 mais 2008
  41. Article sur www.angers.maville.com du 6 mais 2008
  42. a et b Article sur www.angers.maville.com du 29 mai 2008
  43. « angers.fr »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  44. Article sur www.angers.villactu.fr du 28 novembre 2009
  45. [PDF]« Pont du tramway : les raisons d'enjamber la voie des berges, Métropole, le journal d'Angers Loire Métropole nno8 - mai-juin 2006 », sur Angersloiremetropole.fr, p. 9
  46. Article sur www.ouest-france.fr du 22 avril 2010
  47. a b et c Article sur www.angers.maville.com du 10 novembre 2006 consultable sur le forum Linéoz
  48. Plan géographique de la ligne, sur le site d'Angers Loire Métropole, consulté le 30 Mars 2017.
  49. a et b [PDF] « La fréquentation des transports collectifs urbains en 2013 », Document de la DREAL Pays de la Loire, avril 2014, page 4 (consulté le 1er juin 2015).
  50. [PDF] « La fréquentation des transports collectifs urbains en 2011 », Document de la DREAL Pays de la Loire, mars 2012, page 4 (consulté le 3 novembre 2018).
  51. a et b [PDF] « Chiffres clés 2014 Irigo »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), page 4 (consulté le 2 juin 2015).
  52. [PDF] « La fréquentation des transports collectifs urbains en 2014 », Document de la DREAL Pays de la Loire, avril 2015, page 4 (consulté le 3 juin 2015).
  53. [PDF] « Chiffres clés 2012 » d'Irigo, page 4 (consulté le 17 mars 2013).
  54. [PDF] « Chiffres clés 2013 Irigo »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), page 8 (consulté le 22 mars 2014).
  55. [PDF] « La fréquentation des transports collectifs urbains en 2015 », Document de la DREAL Pays de la Loire, mars 2016, page 4 (consulté le 3 novembre 2018).
  56. [PDF] « La fréquentation des transports collectifs urbains en 2016 », Document de la DREAL Pays de la Loire, mars 2017, page 4 (consulté le 3 novembre 2018).
  57. [PDF] « La fréquentation des transports collectifs urbains en 2017 », Document de la DREAL Pays de la Loire, mars 2018, page 4 (consulté le 3 novembre 2018).
  58. Article sur www.angers.villactu.fr du 25 juin 2012 (consulté le 4 janvier 2012).
  59. Article sur www.angers.villactu.fr du 24 septembre 2012 « 30 millions de voyages en un an sur le réseau Irigo » (consulté le 17 avril 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]