Morgan Lewis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Morgan Lewis
Image dans Infobox.
Fonctions
Gouverneur de New York
-
Procureur général de New York
-
Nathaniel Lawrence (en)
Membre de l’assemblée de l’État de New York
Membre du Sénat de l'État de New York
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Elizabeth Annesley (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Gertrude Livingston (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Margret Lewis (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Arme
signature de Morgan Lewis
signature

Morgan Lewis ( - ) était un avocat, homme politique et militaire américain. C'est le deuxième fils de Francis Lewis, signataire de la déclaration d'indépendance. Morgan Lewis a combattu dans la guerre révolutionnaire américaine et la guerre de 1812. Il a servi dans l'Assemblée de l'État de New York (1789 - 1792) et le Sénat de l'État de New York (1811 - 1814). Il a été procureur général de l'État de New York (1791-1801) et gouverneur de New York (1804-1807).

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine galloise, Morgan Lewis le deuxième fils de Francis Lewis et Elizabeth Annisley est né à Elizabeth (New Jersey). Il fréquente le Collège de New Jersey (aujourd'hui Princeton), obtenant son diplôme en 1773 et commence à étudier le droit aux côtés de John Jay. Il a été admis au barreau en 1783.

En 1774, il rejoint l'armée continentale en tant que volontaire. Il devient chef d'état-major du général d'Horatio Gates avec le grade de colonel. Il participe notamment à la campagne qui s'est terminée par la reddition de John Burgoyne à Saratoga.

Après la Révolution, il a acquis une propriété à Albany. Il fut élu à l'Assemblée de l'État de New York en 1789 et 1792 et au Sénat de New York de 1811 à 1814. Il fut procureur général de l'État de New York ( - ) et plus tard juge et juge en chef ( ) de la Cour suprême de New York. Il a été gouverneur de New York de 1804 à 1807 ; à cette occasion, il est en grande partie responsable de la scission du Parti républicain de Jefferson à New York en«Lewisites» (alliés de Lewis) et «Clintonians» (alliés du maire de New York DeWitt Clinton).

Le , il a été défait dans la course pour la réélection par Daniel D. Tompkins, n'obtenant que 30 989 voix contre 35 074 à son adversaire.

Pendant la Guerre de 1812, il sert comme brigadier général puis major général à partir du . Il a commandé les forces américaines à la bataille de Fort George. Bien que la position britannique ait été capturée, Lewis a ordonné au colonel Winfield Scott de rompre la poursuite des troupes britanniques vaincues. Sans la trop grande prudence de Lewis, Scott aurait pu capturer toute la division du major-général John Vincent et affaiblir grandement la défense britannique de la péninsule du Niagara.

Lewis était un franc-maçon, et a été élu Grand Maître dans la Grande Loge de New York en 1830-1843. Lewis était un membre original de la Société des Cincinnati et a été son président général de 1839 à 1844. Il a également aidé à fonder l'université de New York.

En 1779, il avait épousé Gertrude Livingston (1757-1833), fille de Margaret Beekman et du juge Robert Livingston. Ils ont vécu à Rhinebeck, puis à Hyde Park dans le comté de Dutchess.

Source[modifier | modifier le code]