Roger Ascot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Roger Ascot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
CourbevoieVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Roger AskolovitchVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Roger Askolovitch, dit Roger Ascot, est un écrivain et journaliste français, né le à Paris et mort le à Courbevoie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille juive originaire d'Europe centrale[1], mais marqué par son enfance dans le quartier alors populaire du Marais (le Pletzl en Yiddish) et par les années de guerre au cours desquelles il doit se cacher, il est longtemps proche des courants sionistes de gauche et du Parti socialiste. Après s'être essayé comme chansonnier, il se tourne vers le journalisme, l'écriture et l'engagement.


Son œuvre est centrée sur le destin des Juifs de France, partagés, entre l'amour de leur pays d'adoption, le traumatisme d'une trahison pétainiste et la forte nostalgie d'Israël. Admirateur de François Mitterrand, Roger Ascot évoque aussi la lente trahison des idéaux de la gauche par les hommes de pouvoir.

Ancien rédacteur en chef de la revue L'Arche[2], il est le père du journaliste Claude Askolovitch.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • Itinéraire : 1944-1994 (Genève, Métropolis, 1994)

Essais[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Akadem, « Histoire du peuple juif - Roger Ascot : Une page d'histoire du judaïsme français », (consulté le )
  2. « M. ROGER ASCOT NOMMÉ RÉDACTEUR EN CHEF DE " L'ARCHE " », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]