Langues en Tunisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langues en Tunisie
Carte linguistique de la Tunisie avec en vert les parlers hilaliens (clair : hilalien oriental ; foncé : sulaymite), en brun les parlers préhilaliens (clair : villageois ; foncé : citadin) et en gris le berbère
Carte linguistique de la Tunisie
Vert : parlers hilaliens (clair : hilalien oriental ; foncé : sulaymite)
Brun : parlers préhilaliens (clair : villageois ; foncé : citadin)
Gris : berbère

Langues officielles Arabe
Langues vernaculaires Arabe tunisien
Langues minoritaires Chelha tunisien
Langues des signes Langue des signes tunisienne

Les langues de Tunisie sont un ensemble de langues parlées sur le territoire tunisien.

Arabe[modifier | modifier le code]

La Tunisie est l’État du Maghreb le plus homogène sur le plan linguistique[1] car la quasi-totalité de la population parle l’arabe tunisien, ou darija, et maîtrise l’arabe littéral, qui est la langue officielle du pays, ainsi que le français. La darija tunisienne est en fait un dialecte — ou plus exactement un ensemble de dialectes[2] pour lesquels il n’existe aucun organisme officiel de normalisation[3] — qui s'établit sur un substrat berbère[4] et punique[5], influencé par les langues des peuples ayant vécu ou administré cette région au cours de l'histoire, dont notamment l'arabe, le turc, l'italien, l'espagnol et le français. Il est surtout parlé dans le cadre d’un dialogue quotidien entre Tunisiens et au sein de la famille. Selon des études linguistiques, il serait proche du maltais[6] qui n’est toutefois pas considéré comme un dialecte arabe pour des raisons sociolinguistiques.

Français[modifier | modifier le code]

Durant le protectorat français de Tunisie, le français s’impose à travers les institutions, particulièrement l’éducation, qui deviennent un fort vecteur de diffusion. À partir de l’indépendance, le pays s’arabise peu à peu même si l’administration, la justice et l’enseignement restent longtemps bilingues[7] alors que la connaissance des langues européennes est renforcée par l’exposition de la Tunisie à ce continent par l’intermédiaire de la télévision et du tourisme[8]. Les gouvernorats de Béja, Gafsa, Médenine, Monastir, Sfax, Sousse et Tunis sont membres de l’Association internationale des régions francophones[9].

Les années 1990 marquent un tournant avec l’arabisation des cours de sciences jusqu’à la fin du collège, avec toutes les difficultés occasionnées par ce type de processus, afin de faciliter l’accès aux études supérieures et ce dans un contexte de réhabilitation du référent arabo-islamique dans l’espace public[7]. En octobre 1999, les établissements commerciaux se voient contraints d’accorder deux fois plus de place aux caractères arabes qu’aux caractères latins[7]. Dans le même temps, l’administration se voit contrainte de communiquer exclusivement en arabe mais seuls les ministères de la Défense et de la Justice et le Parlement sont totalement arabisés[1]. Dans ce contexte, l’usage du français semble régresser malgré le nombre accru de diplômés du système d’enseignement, ce qui conduit au fait qu’une bonne pratique du français demeure un marqueur social important[7]. Puisqu’elle reste largement pratiquée dans les milieux d’affaires, l’univers médical et le monde culturel, on peut même considérer qu’elle s’est embourgeoisée[7].

D’après les dernières estimations fournies par le gouvernement tunisien à l’Organisation internationale de la francophonie, le nombre de personnes ayant une certaine maîtrise du français est chiffré à 6,36 millions de personnes, soit 63,6 % de la population[10].

En mai 2016, l'encyclopédie Wikipédia en langue française est l'édition linguistique la plus consultée en Tunisie avec 54 % des pages vues, devant celles en langue arabe (26 %) et en langue anglaise (17 %), les autres langues atteignant seulement 2 %[11].

En mai 2014, la langue française est la plus utilisée dans les posts sur Facebook avec 91 %, devant la langue arabe (18 %) et la langue anglaise (15 %)[12].

À noter que les billets de banque tunisiens sont écrits en arabe d'un côté et en français de l'autre[13].

Berbère[modifier | modifier le code]

Les parlers berbères en Tunisie sont principalement parlés dans le Sud du pays (environs de Tataouine et de Matmata) et dans l'île de Djerba, ainsi que, de manière individuelle, par les berbérophones s’étant établis dans les grandes villes. L'ensemble des parlers de Tunisie appartient, aux côtés du parler de Zouara (en) en Libye, au groupe zénète oriental (en)[14].

Le parler du Sened, dans les environs de Gafsa au centre du pays, s'est éteint au XXe siècle.

Le nombre total de berbérophones en Tunisie est estimé à 50 000 locuteurs[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Aménagement linguistique en Tunisie », sur tlfq.ulaval.ca
  2. « Travaux de phonologie. Parlers de Djemmal, Gabès, Mahdia (Tunisie) et Tréviso (Italie) », Cahiers du CERES, Tunis, 1969
  3. Juliette Garmadi-Le Cloirec, « Remarques sur la syntaxe du français de Tunisie », Langue française, vol. 35,‎ , p. 86 (lire en ligne)
  4. Tilmatine Mohand, « Substrat et convergences : Le berbère et l'arabe nord-africain », Estudios de dialectologia norteaafricana y andalusi, n°4, 1999, p. 99-119
  5. Farid Benramdane, « Le maghribi, langue trois fois millénaire de ELIMAM, Abdou (Éd. ANEP, Alger, 1997) », Insaniyat, no 6,‎ , p. 129-130 (lire en ligne)
  6. Albert J. Borg et Marie Azzopardi-Alexander, Maltese, éd. Routledge, New York, 1996, p. XIII (ISBN 0415022436)
  7. a, b, c, d et e Samy Ghorbal, « Le français a-t-il encore un avenir ? », Jeune Afrique, 27 avril 2008, p. 77-78
  8. (en) « Tunisia », sur everyculture.com (consulté le 9 mai 2016)
  9. « Collectivités adhérentes et associations nationales de régions » [PDF], sur regions-francophones.com, (consulté le 9 mai 2016)
  10. Christian Valantin (dir.), La Francophonie dans le monde. 2006-2007, Paris, Nathan, (lire en ligne), p. 16
  11. (en) « Wikimedia Traffic Analysis Report », sur stats.wikimedia.org (consulté le 9 mai 2016)
  12. (en) Citizen Engagement and Public Services in the Arab World : The Potential of Social Media, Dubaï, Mohammed Bin Rashid School of Government, (lire en ligne), p. 31
  13. « Fiche détaillée du billet de 10 dinars tunisiens », sur monnaiesdumonde.net (consulté le 9 mai 2016)
  14. (en) Maarten Kossmann, The Arabic Influence on Northern Berber, Leyde, Brill, , 474 p. (ISBN 9789004253094, lire en ligne), p. 24
  15. Salem Chaker, « Langue et littérature berbères », sur clio.fr, (consulté le 23 mai 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]