Wolof (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la langue du Sénégal et de Mauritanie. Pour la langue de Gambie, voir wolof gambien. Pour le peuple, voir Wolofs.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wolof.

Wolof
Wolof
Pays Sénégal, Mauritanie, Gambie
Originaire de Brakna, Trarza et Sénégal
Nombre de locuteurs 16 000 000 (2017)[1]
Typologie Langue SVO
Classification par famille
Statut officiel
Régi par CLAD
Codes de langue
ISO 639-1 wo
ISO 639-2 wol
ISO 639-3 wol
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF wo
Linguasphere 90-AAA-a
WALS wlf
Glottolog nucl1347
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)
Matukaay bu jëkk bi: Doom aadama yépp danuy juddu, yam ci tawfeex ci sag ak sañ-sañ. Nekk na it ku xam dëgg te ànd na ak xelam, te war naa jëflante ak nawleem, te teg ko ci wàllu mbokk.
Carte
Distributiondu wolof () et du wolof gambien ().
Distribution
du wolof () et du wolof gambien ().

Le wolof est une langue parlée au Sénégal et en Mauritanie. C'est une langue sénégambienne appartenant à la branche des langues atlantiques, un sous-groupe de la famille des langues nigéro-congolaises. Le wolof gambien est intelligible avec elle, mais suffisamment différent pour être classé à part.

Distribution[modifier | modifier le code]

Le wolof possède le statut de langue officielle au Sénégal, en Mauritanie et en Gambie. Il est compris par près de 90 % de la population dans le pays de Senghor, alors que les Wolofs représentent moins de la moitié des habitants du pays. Il joue ainsi un rôle de langue véhiculaire interethnique. 13 % des locuteurs parlent cette langue en Gambie, soit trois points de plus que l'ethnie du même nom. En Mauritanie, environ 22 % de locuteurs sont estimés, principalement à Nouakchott et dans la région du fleuve Sénégal. Des communautés wolofones sont établies dans d'autres pays d'Afrique occidentale comme la Guinée et le Mali. En outre, le wolof sert de langue de communication dans la diaspora en Europe et aux États-Unis[2]. Une étude statistique de 1975 montrait que la grande majorité de la population la parlait comme première, deuxième ou troisième langue[3].

Les variétés dialectales du Sénégal, correspondent en partie à la localisation d'anciens royaumes, ne posent pas de problèmes d'intercompréhension, à l'exception du parler lébou[4].

Histoire de l'étude du wolof[modifier | modifier le code]

Les premiers ouvrages écrits de grammaire et de lexicologie du wolof sont élaborés au début du XIXe siècle par des colons. L'instituteur français Jean Dard publie le premier dictionnaire français-wolof en 1825 puis une grammaire l'année suivante[5]. Son but est essentiellement pédagogique et destiné à faciliter l’écriture, alors que la grammaire du gouverneur Jacques-François Roger, parue en 1859, vise à saisir la logique profonde de cette langue. Ces deux travaux initient l'étude systématique de la grammaire wolof[6]. Toutefois, il existe des compilations lexicales antérieures, comme celles du missionnaire écossais John Hill, présent à Gorée en 1807 et auteur de quatre vocabulaires, qui n'offrent cependant aucune explication de la syntaxe[7]

Six ans après son installation en France en 1858, David Boilat, prêtre catholique franco-sénégalais, auteur de nombreux ouvrages illustrés sur les cultures du Sénégal, publie une Grammaire de la langue woloffe qui reçoit le prix Volney de l'Institut de France[8]. Arrivé au Sénégal en 1852, le militaire et homme politique français Louis Faidherbe publie un lexique français d'environ 1 500 mots en 1864, avec leurs traduction en wolof, en soninké et en peul. Il note l’« impureté » du wolof parlé à Saint-Louis, mâtiné de nombreux emprunts à la langue française[9]. En 1943, l'homme politique sénégalais Armand-Pierre Angrand publie un manuel français-wolof, qui ne prétend pas être un travail de linguiste mais une introduction à la langue [7].

Description[modifier | modifier le code]

Le wolof a longtemps été écrit avec un alphabet arabe complété appelé wolofal[10]. Cette écriture reste parfois utilisée par des textes religieux, mais le wolof utilise désormais l'alphabet latin avec des conventions particulières pour respecter les sons particuliers du wolof.

Le système de numération wolof est décimal mais utilise un système quinaire auxiliaire. Par exemple, vingt-six s'écrit « ñaar fukk ak juróom benn » en wolof (« deux [fois] dix et cinq [et] un » : (2×10) + 5 + 1 = 26).

Alphabet et prononciation[modifier | modifier le code]

Lettres de l’alphabet wolof
A B C D E Ë F G I J K L M N Ñ Ŋ O P Q R S T U W X Y
a b c d e ë f g i j k l m n ñ ŋ o p q r s t u w x y

Contrairement à la plupart des langues africaines mais à l'image du peul, le wolof n'est pas une langue à tons.

Consonnes[modifier | modifier le code]

  Bilabiale Labio-
dentale
Labio-
vélaire
Alvéolaire Palatale Vélaire Uvulaire
Occlusive p (p) b (b)     t (t) d (d) c (c) ɟ (j) k (k) g (g) q (q)
Nasale m (m)     n (n) ɲ (ñ) ŋ (ŋ)  
Prénasalisées m̩b (mb)     n̩t (nt) n̩d (nd) ɲc (nc) ɲɟ (nj) ŋ̍k (nk) ŋ̍g (ng) ɴq (nq)
Roulée       r (r)      
Fricative   f (f)   s (s)   x~χ (x)  
Spirante     w (w)   j (y)    
Latérale       l (l)      

Dans l'orthographe du wolof, une suite de deux consonnes identiques correspond à une géminée. Toutes les occlusives, nasales et latérales peuvent être géminées. Il faut cependant noter que le q est toujours géminé bien que noté comme une consonne simple.

Voyelles[modifier | modifier le code]

  Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i (i)   u (u)
Mi-fermée e (é)   o (ó)
Moyenne   ə (ë)  
Mi-ouverte ɛ (e)   ɔ (o)
Ouverte   a (a)  

Dans l'orthographe du wolof, une suite de deux voyelles identiques correspond à une voyelle longue. Le à correspond à un aa (a long) devant une prénasalisée ou une géminée.

Exemples[modifier | modifier le code]

Pays d'Europe en wolof

Pour écouter la prononciation des mots wolof cliquez ici

Mot Traduction Prononciation standard (en API)
sable suuf su:f
ciel asamaan asama:n
eau ndox n͜dɔx
feu safara safara
homme gόor go:r
femme jigéen ɟige:n
manger lekk lɛkk
pain mburu m͜buru
coureur de jupon say-say sajsaj
boire naan na:n
grand mag mak
petit tuuti tu:ti
toilettes wanag wanak
nuit guddi guddi
jour bés (nombre) ou bëccëg (durée) bes / bəccək
Français Wolof Traduction littérale Prononciation standard (en API)
Comment vas-tu ? Na nga def ? Comment tu fais ? nan͜gadɛf
Je vais bien. Maa ngi fi (rekk). Je suis là (seulement). ma:n͜gifirɛkk
Tu vas bien ? Yaa ngi ci jàmm ? Tu es dans la paix ? ja:n͜giciɟa:mm
Très bien, Dieu merci. Jàmm rekk, Alxamdulilaay. La paix seulement, grâce à Dieu. ɟa:mmrɛkkalxamdulila:j
Comment va la famille ? Naka sa waa kër ? Comment est ta maisonnée ?
Elle va bien. Mu ngi ci jàmm. Elle est dans la paix. mun͜giciɟa:mm
Y a-t-il du pain ? Ndax mburu am na ? est-ce que pain il y a ? n͜daxm͜buruamna
Il y en a. Am na. il y a amna
Il n'y en a pas. Amul. il y a en pas amul
Combien ? Ñaata la ? ɲa:ta la
C'est cher. Dafa seer/jafe. C'est cher/dur. dafasɛ:r / dafaɟafɛ
Réduisez le prix. Wàññi ko. Diminue le. wa:ɲɲikɔ
Merci . Jërëjëf. ɟərəɟəf
De rien. Ñoo ko bokk. Nous le partageons. ɲɔ:kɔbɔkk
Oui Waaw wa:w
Non Déedéet de:de:t
J'ai faim. Dama xiif. damaxi:f
J'ai soif. Dama mar. damamar
Je suis fatigué(e). Dama sonn. damasɔnn
Avez-vous bien dormi ? Jàmm nga fanaan ? Avez-vous passé(e) la nuit en paix ? ɟa:mmn͜gafana:n
Très bien, merci. Jàmm rekk, alxamdulilaay. La paix seulement, grâce à Dieu ɟa:mmrɛkkalxamdulila:j
Bonjour. Comment allez-vous ? (le matin) Naka suba ci ? Comment va le matin ? nakasubasi
Ça va bien. (le matin) Suba saa ngi nii (rekk). Le matin est là (seulement). subasa:n͜gini:
À tout à l'heure. Ba ci kanam. bacikanam
À la prochaine. Ba beneen (yoon). babɛnɛ:n
Allez en paix. Jàmm ag jàmm. Paix et paix. ɟa:mmakɟa:mm
J'ai assez mangé, merci. Suur naa, jërëjëf. su:rna:ɟərəɟəf
Mon ami Sama xarit samaxarit
Je voudrais manger du riz au poisson. Dama bëgg lekk ceebu jën. damabəgglɛkkcɛ:buɟen
Je voudrais boire de l'eau. Dama bëgg naan ndox. damabəggna:n͜dɔx
Demain Suba suba
À demain. Ba suba. basuba
Si Dieu le veut. Bu soobee Yàlla. S'il plaît à Dieu. busɔ:bɛja:lla
Je t'aime. Nob naa la. ou Dama la nob. ou Dama la bëgg. nɔpnala ou damalanɔp ou damalabəgg
Laisse moi. Bàyyi ma. ba:jjima
Pardonne moi, excuse moi. Baal ma. ba:lma
C'est quoi ça ? Lii lan la ? lilanla
Qu'est ce que tu fais ? Looy def ?

Emprunts linguistiques[modifier | modifier le code]

La pénétration de l'islam au Sénégal explique l'influence de la langue arabe sur le wolof, qui lui emprunte notamment son vocabulaire religieux[11]. Le français a également joué une place centrale avec la colonisation et la scolarisation dans cette langue. Si l'origine francophone de certains termes est transparente, comme l'illustrent les mots « oto » ou « almet », d'autres cas sont plus surprenants, comme « fok nga » pour « il faut que tu »[12]. Quelques mots sont d'origine berbère, le fameux « tabaski » du berbère tafaska signifiant la fête musulmane du mouton, en est un exemple.

Culture en langue wolof[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Une traduction en wolof du Nouveau Testament a été publiée en 1987 et a connu une seconde édition en 2004, légèrement corrigée en 2008[13].

L'écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop publie son roman Doomi Golo en wolof en 2002[14]. Il en donne une traduction libre en français sous le titre Les Petits de la guenon en 2009.

Musique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le groupe sénégalais Lemzo Diamono, actif entre 1990 et 1998, fait parfois usage de paroles en wolof. On peut entendre du wolof dans la chanson à succès 7 Seconds de Youssou N'Dour et Neneh Cherry, sortie en 1994. La chanson Tassez-vous de d'là, du groupe Les Colocs, sortie dans les années 1990, fait aussi usage de paroles en wolof. La chanteuse sénégalaise Julia Sarr chante en wolof dans son album Set Luna en 2005[15]. Actif dans les années 2000 et 2010, le chanteur et percussionniste sénégalais Latyr Sy chante en plusieurs langues dont le wolof.

Cinéma[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le cinéma des pays de langue wolof (cinéma sénégalais et cinéma mauritanien comprend des films tournés dans cette langue. Le réalisateur Ousmane Sembène évoque le Sénégal dans plusieurs de ses films : Emitaï (1971) revient sur le traitement des Sénégalais par les Français durant la seconde guerre mondiale ; Faat Kiné évoque la société sénégalaise de l'an 2000.

Mais le wolof s'entend aussi dans des films d'autres pays évoquant des personnages de langue wolof un peu partout dans le monde. Little Senegal, film franco-germano-algérien réalisé par Rachid Bouchareb en 2001, a pour personnage principal un Sénégalais qui part aux États-Unis sur les traces de ses ancêtres esclaves et découvre la communauté sénégalaise de Harlem. Biutiful, film mexicano-espagnol réalisé par Alejandro González Iñárritu en 2010, se déroule à Barcelone en Espagne mais met en scène des immigrés pauvres, notamment sénégalais. L'un des personnages principaux du docu-fiction politique Indignados, en 2012, est de langue wolof.

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Maîtresse d'un homme marié, un feuilleton télévisé sénégalais en wolof, est diffusé depuis le 25 janvier 2019 et est devenu un phénomène de société au Sénégal et dans la diaspora sénégalaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ethnologue [wol].
  2. Cissé 2018, p. 13-14.
  3. J. Blondé (dir.), Résultats d'un sondage sociologique en milieu analphabète, CLAD, Dakar, 1975, cité dans le chapitre d'Ismahan Diop consacré au Sénégal dans l'ouvrage dirigé par Yolande Govindama, Temps et rites de passage, Karthala, 2011. Lire en ligne
  4. Cissé 2018, p. 14.
  5. Robert Cornevin, « L'œuvre de Bourguignons (Les Javouhey et Jean Dard) au Sénégal et à la Réunion », Revue française d'histoire d'outre-mer, tome 54, n°194-197, 1967, pp. 227-246, p. 237, Lire en ligne
  6. Emilio Bonvini, « Les deux premières grammaires françaises du Wolof (Sénégal) : une systématisation contrastée, Histoire Épistémologie Langage, tome 23, fascicule 2, 2001,. pp. 101-116, p.103-104, Lire en ligne
  7. a et b Patricia Mirrlees, « John Hill and the Early Attempt to Study a West African langage », dans Sowing the Word: The Cultural Impact of the British and Foreign Bible Society, 1804–2004, Sheffield Phoenix, 2004. xii + 381 pp., p. 115, Lire en ligne
  8. Bernard Mouralis, « Les Esquisses sénégalaises de l'abbé Boilat, ou le nationalisme sans la négritude », Cahiers d'études africaines, vol. 35, n°140, 1995, pp. 819-837, p. 821, Lire en ligne
  9. Fiona Mc Laughlin, « Tracing Language Movement in Africa », dans Ericka A. Albaugh et Kathryn M. de Luna (dir.), Tracing Language Movement in Africa, Oxford University Press, 2017, pp. 213-232, p. 221, Lire en ligne
  10. Mamadou Cissé, « Ecrits et écritures en Afrique de l'Ouest », sur Sud Langues, (consulté le 17 août 2014)
  11. Geneviève N'Diaye-Correard (dir.), Les mots du patrimoine : le Sénégal, Editions des archives contemporaines, 2006, p. 13
  12. Ahmed Khalifa Niasse , La place centrale du français dans les héritages linguistiques du wolof, L'Harmattan, p.72-73
  13. Bible wolof. Page consultée le 21 août 2017.
  14. Encyclopedia of African Literature, p. 801.
  15. « Julia Sarr, la voix magique », article sur le site Au Sénégal le 18 novembre 2005. Page consultée le 21 août 2017.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages anciens[modifier | modifier le code]

  • Principes de la langue wolofe par les Missionnaires de la Congrégation du S. Esprit et du Saint Cœur de Marie, Dakar, Imprimerie de la Mission, 1858
  • Guide de la conversation en quatre langues français-volof-anglais-serer, Saint Joseph de Ngasobil, Imprimerie de la Mission, 1880
  • Armand-Pierre Angrand, Guide élémentaire destiné aux européens (Manuel Français-Wolof, avant-propos de Théodore Monod)
  • Abbé P.D. Boilat, Grammaire de la langue Woloffe, Paris, Imprimerie Impériale, 1858
  • Jean Dard, Dictionnaire français-wolof et français-bambara, suivi du dictionnaire wolof-français, Paris, Imprimerie royale, 1825
  • Jean Dard, Grammaire Wolofe ou méthode pour étudier la langue des noirs en Sénégambie suivie d'un appendice, Paris, Imprimerie royale, 1826
  • L. Descemet, Recueil d'environ 1.200 phrases françaises usuelles : avec leur traduction en regard en Ouolof de Saint-Louis, Saint-Louis, Imprimerie du gouvernement, 1864
  • Louis Léon César Faidherbe, Vocabulaire d'environ 1,500 mots français avec leurs correspondants en ouolof de Saint-Louis, en poular (toucouleur) du Fouta, en soninké (sarakhollé) de Bakel, 1864, Saint-Louis, Imprimerie du Gouvernement, 1864, 70 p.
  • Louis Léon César Faidherbe, Langues sénégalaises : wolof, arabe-hassania, soninké, sérère, notions grammaticales, vocabulaires et phrases, E. Leroux, 1887, 267 p.
  • V.J. Guy, Grand Dictionnaire français-volof, Saint Joseph de Ngasobil, Imprimerie de la Mission, 1890
  • Alois Kobés, Grammaire de la langue Volofe, Saint-Joseph de Ngasobil, Imprimerie de la Mission, 1869
  • Abbé Lambert (curé de Gorée), Grammaire ouolove, Paris, 1842
  • Jacques-François Roger, Recherches philosophiques sur la langue ouolofe suivies d'un vocabulaire abrégé français-ouolofe, Paris, Dondey-Dupré, 1829
  • R. P. L. Speisser, Grammaire élémentaire de la langue volofe, Saint-Joseph de Ngasobil, Imprimerie de la Mission, 1888

Ouvrages contemporains[modifier | modifier le code]

  • Mamadou Cissé, Dictionnaire Français-Wolof, Le Pré Saint-Gervais, L'Asiathèque, , 3e éd. (1re éd. 1998), 386 p. (ISBN 978-2-915255-11-9)
  • Mamadou Cissé, Éléments de grammaire wolof, Nouvelles éditions de la Francographie, Paris, 1995
  • Mamadou Cissé, « Langue, État et société », Sudlangues, no 5, 2005, [lire en ligne]
  • Mamadou Cissé, « Écrits et écritures en Afrique de l'Ouest », Sudlangues, no 6, 2006, [lire en ligne]
  • Donal Cruise O'Brien, « Langue et nationalité au Sénégal : l'enjeu politique de la wolofisation », L'Année africaine, 1979, p. 319-335
  • Pathé Diagne, Structure interne du walaf contemporain (Texte walaf) s.l., n.d., Dakar, 1967, 106 p.
  • Pathé Diagne, Manuel d'initiation au wolof moderne, Dalar, Imprim. Occident. F. Sanchez, Université de Dakar, s.d. 1970 ?, 164 p.
  • Pathé Diagne, Grammaire de Wolof moderne, Paris, Présence africaine, 1971, 229 p.
  • Aram Diop, Maurice Calvet et Oumar Ben Khatab Dia, Les cent et les quinze cents mots les plus fréquents de la langue wolof, Dakar, Centre de Linguistique appliquée, 1971, 51 p.
  • Jean-Léopold Diouf, Dictionnaire bilingue Wolof-Français, Paris, Éditions Karthala, 2003
  • Khadiyatoulah Fall, L'univers culturel de l'enfant wolophone de Dakar d'après la disponibilité des concepts dans la langue maternelle et la langue d'enseignement : Cas du wolof et du français, Université de Laval, Québec, 1975 (M. A.)
  • Yoro K. Fall, « Les Wolof au miroir de leur langue : quelques observations », in Jean-Pierre Chrétien et Gérard Prunier (dir.), Karthala, 2003 (2e éd.), p. 117-122 (ISBN 2-84586-389-6)
  • Michael Franke (adaptation française de Jean Léopold Diouf et Konstantin Pozdniakov), Le Wolof de poche, Assimil (kit de conversation = livre + CD audio), 2004
  • Michel Malherbe et Cheikh Sall, Parlons wolof : langue et culture, L'Harmattan, 1989, 181 p. (ISBN 9782738403834)
  • Ahmed Khalifa Niasse, Dynamique du Wolof, Sources, Emprunts et, Etymologies, IFAN, 2012
  • Ahmed Khalifa Niasse, La place centrale du français dans les héritages linguistiques du wolof, L'Harmattan, 2014, 106 p. (ISBN 9782336362281)
  • Ahmed Khalifa Niasse, Le Jolfo ou wolof senegalensis : origine et héritages, L'Harmattan, 2014, 242 p. (ISBN 9782296998742)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Léopold Sédar Senghor à propos du bilinguisme au Sénégal, extrait d'interview diffusé par l'ORTF le 1er juin 1974 (54 s.), en ligne sur le site de l'INA [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]