Hassanya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hassanya
حسانية [hassānīya], ḥassaniya
Parlée en Mauritanie, Maroc, Sahara occidental, Algérie, Sénégal, Mali
Région Maghreb, Afrique de l'Ouest
Nombre de locuteurs environ 3 120 000[1]
Typologie flexionnelle
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 mey
IETF mey
Échantillon
Sa’aadat
Ëwwël mën saʼaadët linsaan : graaytu. Wë li gra yëḥraar wë yënḥallu ʼayniih. Wë yëšuuv ṭriig tëḍmënlu ël ḥayaat wë tëʼarvu bil vaayit wël mustaqbël. Wël li bëyn ël gaari wël maahu gaari huwwë li bëyn, ëʼmë wë ëŝŝaayiv. Hiyyë xiyaar li yëṣbaḥ ŝoor hë wullaadëm walla yëssed bë, hiyyë ël graayat. Nwaṣṣi raasi kum ʼiliihë wë ndihu ʼiliihë tërkët kum wë mŝu ntuumë gëddaan hum.

Le hassanya (ou selon les transcriptions, hasaniyya, hassaniya, hassâniyya, hassānīya, assanya, etc.الحسانية), également appelé hassani[2], arabe mauritanien ou maure, ou localement klâm hassân « parler des Banu Hassan », klâm el-bidhân « parler des Blancs »[3], est un dialecte arabe parlé en Mauritanie, au Sahara occidental, dans le sud du Maroc (Guelmim, Assa, Tarfaya, Mhamid el Ghizlane), le désert algérien, le Sénégal et l'extrême nord du Mali et du Niger. Sur cette aire géographique étendue, il constitue la langue maternelle d’une population de type maure, en majorité arabe ou arabisée. À l'origine dialecte des Bédouins du clan des Banu Hassan, il est fortement influencé par l'arabe littéral, le zenaga (langue berbère de Mauritanie), ainsi que par les langues nigéro-congolaises avec lesquelles il est en contact, dont le wolof et le soninké.

Place au sein de l'arabe dialectal[modifier | modifier le code]

Linguistiquement, le hassanya fait partie des dialectes arabes nomades ou ruraux, que l’on distingue des dialectes citadins ou urbains ; les deux types se distinguent par divers traits phonétiques et morphologiques. Le hassanya partage des points communs avec les dialectes bédouins du Moyen-Orient mais aussi avec ceux du Maghreb comme :

  • la formation de l'élatif en l'absence d'une forme adjectivale : aħwaž « qui a grand besoin de quelque chose » à partir de məħta:ž « qui est dans le besoin » / axbar « plus informé » sans adjectif correspondant.
  • deux séries de numéraux de 11 à 19 avec une finale en -r devant un nom et sans finale à l'état isolé : ahdaħš « onze » ~ ahdaħšərjawm "onze jours". Le hassanya partage ce trait avec les parlers du Liban et de Syrie.

Il appartient également à la famille des dialectes arabes occidentaux (qui comporte notamment les différentes formes d'arabe maghrébin), lesquels se distinguent des autres parlers arabes (orientaux), par plusieurs aspects.

Le hassanya, malgré l'étendue de l’aire géographique sur laquelle il est parlé, présente une grande unité. Ainsi les locuteurs du Sud marocain n’ont aucune difficulté à communiquer avec ceux de Mauritanie. S’il existe des différences, c’est essentiellement au niveau du lexique (essentiellement les emprunts qui se font aux langues étrangères, l’espagnol au Sahara et le français en Mauritanie) et quelques traits phonétiques. En revanche, on ne peut en dire autant pour la relation entre le hassaniyya et les autres dialectes arabes voisins. Les premiers colons français l’ont noté dans leurs manuels et leurs lexiques destinés aux soldats et aux missionnaires. Pierret (1948:XI-XII) affirme en ce sens :

«J’ai fréquemment entendu des nomades avec lesquels cherchait à s’entretenir librement, sans interprète, un Européen connaissant l’arabe, et uniquement cette langue. Ils faisaient semblant de le comprendre, afin de lui être agréables, ou, peut-être, de ne pas l’indisposer, saisissaient ou devinaient, parfois à moitié, le sens de sa conversation, mais demandaient, souvent, en sortant de son bureau ou de sa tente : huwašga:l? (Qu'est- ce qu’il a dit?).¸ [...] il faut, pourtant, admettre que ces nomades, n’ont conservé que des relations éloignées avec leurs coreligionnaires de l’Afrique du Nord et qu’ils ont eu, par contre, des contacts parfois assez étroits avec leurs voisins Touaregs et Noirs de l’Est et du Sud. Il est donc tout naturel que leur langage s’en soit ressenti, qu’il ait subi des déformations parfois assez prononcées et qu’un nombre assez important de mots étrangers se soient incorporés dans leur idiome primitif...»

Le même problème se pose pour les locuteurs marocains, qui n’arrivent pas à communiquer facilement avec les habitants du Sahara occidental. De par sa situation géographique, le hassanya est devenu ce que l’on pourrait appeler un dialecte « fossilisé », dont l’évolution a connu une trajectoire différente de celle des autres dialectes arabes. Cette évolution est reflétée par la structure linguistique du dialecte, notamment dans la morphologie et les règles de formation des mots.

Particularités du hassanya[modifier | modifier le code]

Le Hassanya est également parlé, sans être la langue maternelle, dans les régions éntourant la zone coloré.
  •      Le Hassanya.
  •      Le Hassanya et le Touareg.

Il est difficile d'affirmer que le hassanya soit plus ou moins proche de l'arabe classique que d'autres dialectes arabes. Une idée très répandue chez les auteurs qui se sont intéressés au hassanya d'un point de vue non linguistique est que le dialecte se compose de 90 % d'arabe et de 10 % de dialectal. Les divergences entre le hassanya et l'arabe classique sont très nombreuses et sont à l'image de tous les dialectes arabes, qu'ils soient nomades ou citadins. Certaines peuvent être considérées comme des tendances universelles, comme la disparition des marques de cas, des modes et du duel, comme des tendances inhérentes à langue arabe comme l'incompatibilité des phonèmes entre eux, la chute des voyelles brèves en syllabes ouvertes, etc. D'autres peuvent être considérées comme propres à l'évolution interne du dialecte comme la dérivation diminutive, le passif et l'élatif. Pour le passif, le hassanya se distingue par l'emploi du préfixe u- pour exprimer l'opposition actif / passif pour tous les verbes dérivés. Exemple : ubaxxa ṛ , jubaxxa ṛ "être encensé". Le même préfixe peut servir à distinguer les participes actif et passif passif, par exemple mdagdag « cassant » et mudagdag « cassé ». L’extension des dérivations de l’élatif est aussi une particularité du hassanya. Elle se fait à partir d’une base adjectivale ou d’une base participiale. Le hassanya possède des élatifs pour les adjectifs et les participes des racines quadrilitères ainsi que pour les participes des formes verbales dérivées. Il se caractérise par le préfixe a- . Exemple : aġsal « plus insolent, plus effronté », élatif de mġəjsi:l « insolent », acaddal « plus poli », élatif de mcaddal « poli ».

Sur ces points, il est possible d’émettre l’hypothèse selon laquelle le hassanya en tant que dialecte de nomades se caractérise par un grand nombre d’innovations analogiques sans réduction de complexité (par exemple par la multiplication des consonnes emphatiques), ce qui n’est pas le cas des dialectes de sédentaires qui ont tendance à simplifier le système linguistique (par exemple par l’amalgame des consonnes interdentales [θ], [ð] avec les dentales [t], [d]).

Écriture[modifier | modifier le code]

Le hassanya s'écrit avec un alphabet latin au Sénégal. Cet alphabet a été officialisé par le décret no 2005-980 du 21 octobre 2005.

Orthographe au Sénégal[modifier | modifier le code]

Alphabet au Sénégal (2005)[4]
A B C D E Ë F G H J K L M N Ñ O Q R S Ŝ T Ŧ U V W X Y Z Ż ʔ
a b c d e ë f g h j k l m n ñ o q r s ŝ t ŧ u v w x y z ż ʼ

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Ethnologue.com, 2006.
  2. notamment dans la Constitution marocaine
  3. Page du hassanya sur le site du Laboratoire de langues et civilisations à tradition orale.
  4. République du Sénégal, « Décret no 2005-980 du 21 octobre 2005 relatif à l’orthographe et la séparation des mots en ḥassiniya », dans le Journal officiel de la République du Sénégal, 27 mai 2006. (copies en ligne : [1] et [2])

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Ahmed Almakari, Aspects morpholexicaux du Hassaniyya, Thèse de Doctorat d´État, Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc, 2000
  • {(fr)} Roger Pierret, Étude du dialecte maure des régions sahariennes et sahéliennes de l'Afrique Occidentale Française, Paris, Imprimerie nationale, 1948.
  • (fr) David Cohen (avec la collaboration de Mohammed el Chennafi), Le dialecte arabe ḥassānīya de Mauritanie : parler de la Gabla, Paris, C. Klincksieck, 1963, 292 p.
  • (fr) Léon Faidherbe, Langues sénégalaises : wolof, arabe-hassania, soninké, sérère, notions grammaticales, vocabulaires et phrases, E. Leroux, 1887
  • (en) Jeffrey Heath, Hassaniya Arabic (Mali)-English-French Dictionary, Wiesbaden, Harrassowitz, 2004, 338 p.
  • (fr) Catherine Taine-Cheikh, L'arabe médian parlé par les arabophones de Mauritanie, Thèse de 3e Cycle, Université René Descartes, Paris, 1978
  • (fr) Catherine Taine-Cheikh, "Dictionnaire hassaniyya-français", 8 vol. parus, Paris, Geuthner, 1988-1998, CIII + 1718 pp.
  • (fr) Catherine Taine-Cheikh, L’arabe des bið̣a:n, un dialecte bédouin du Maghreb occidental, Kaye (ed), Semitic Studies, Otto Harrassowitz, Wiesbaden, 1991
  • (fr) Catherine Taine-Cheikh, Lexique français- ḥassāniyya (dialecte arabe de Mauritanie), Centre culturel français Antoine de Saint-Exupéry, Institut mauritanien de recherche scientifique, Nouakchott, 1990, coll. « Connaissance de la Mauritanie », 155 p.
  • (en) Catherine Taine-Cheikh, « Hassâniyya Arabic », "Encyclopedia of Arabic Language and Linguistics" (EALL), K. Versteegh (editor-in-chief), Leiden, Brill, vol. II (Eg-Lan), 2007, pp. 240-250.
  • (en) Catherine Taine-Cheikh, « The (r)urbanization of Mauritania. Historical context and contemporary developments », éd. C. Miller, E. Al Wer, D. Caubet & J. Watson, "Arabic in the City. Issues in dialect contact and language variation", London-New York, Routledge, 2007, pp. 35-54.
  • (en) Catherine Taine-Cheikh, « Mauritania », "Encyclopedia of Arabic Language and Linguistics" (EALL), K. Versteegh (editor-in-chief), Leiden, Brill, vol. III (Lat-Pu), 2008, pp. 169-176.

Lien externe[modifier | modifier le code]