Poenulus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Poenulus (Le Petit Carthaginois, L'oncle de Carthage) est une pièce de l'auteur comique latin Plaute. Le prologue donne comme titre Patruus (L'Oncle)

La pièce a probablement été créée vers 189 av. J.-C.[1], donc peu de temps après la deuxième guerre punique.

L'œuvre est surtout connue pour contenir du texte en langue punique transcrit en caractères latins[1], texte dit par un personnage nommé Hannon (nom très répandu dans l'onomastique punique) dans le Ve acte. Les passages ont fait l'objet d'études approfondies à plusieurs reprises, en particulier par le spécialiste français Maurice Sznycer en 1967.

Argument[modifier | modifier le code]

ARGUMENT ACROSTICHE, attribué à Priscien le grammairien. (traduction de J. Naudet, Paris, Lefèvre, 1845, Théâtre de Plaute, tome IV):

"Un enfant de sept ans est volé à Carthage ; un vieillard, qui déteste les femmes, l'achète, l'adopte, et le fait son héritier. Deux cousines de cet enfant sont enlevées avec leurs nourrices : Lycus les achète et chagrine l'amoureux ; mais celui-ci introduit son fermier avec de l'or chez le marchand, qu'il enveloppe ainsi dans une accusation de vol. Le Carthaginois Hannon arrive, retrouve le fils de son frère, et reconnaît ses deux filles qu'il avait perdues.»

Source[modifier | modifier le code]

Καρχηδόνιος (Karchèdonios, Le Carthaginois) d'Alexis (IVe siècle av. J.-C.)

Personnages[modifier | modifier le code]

AGORASTOCLÈS , jeune homme amoureux d'Adelphasie.

MILPHION, esclave d'Agorastoclès.

ADELPHASIE, fille d'Hannon tombée entre les mains du maquereau Lycus.

ANTÉRASTILE, fille d'Hannon tombée entre les mains du maquereau Lycus.

LYCUS,maquereau.

ANTHÉMONIDÈS, soldat amoureux d'Antérastile.

TEMOINS d'Agorastoclès.

COLLYBISCUS, fermier d'Agorastoclès

SYNCÉRASTE, esclave de Lycus.

HANNON , Carthaginois.

GIDDÉNÉMÉ, nourrice d'Adelphasie et d'Antérastile.

UN JEUNE ESCLAVE.

La scène est à Calydon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Catherine Virlouvet (dir.) et Stéphane Bourdin, Rome, naissance d'un empire : De Romulus à Pompée 753-70 av. J.-C, Paris, Éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 796 p. (ISBN 978-2-7011-6495-3), chap. 6 (« Le duel entre Rome et Carthage et les débuts de l'impérialisme romain »), p. 257.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • George Fredric Franko, The Poenulus of Plautus and the portrayal of Roman enemies in early Latin literature, New York, Columbia University, 1992.
  • George Fredric Franko, « The characterization of Hanno in Plautus’ Poenulus », American Journal of Philology, n°3, vol. 117, 1996, pp. 425-452.
  • Matjaz Babic, « Fremdsprachliches in Plautus' Poenulus », Renato Oniga, Il plurilinguismo nella tradizione letteraria latina, Roma, Il Calamo, « Lingue, culture e testi », 6/2003, pp. 17-30.
  • Nadia Ghrandi, « Plaute et l’humanisme ou un Carthaginois chez les Romains », Bernadette Morin, Polumathès. Mélanges offerts à Jean-Pierre Levet, Limoges, PULIM, « Tôzai ; Hors-série », n°5, 2012, pp. 249-254.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :