Langues sémitiques du Nord-Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sémitique du Nord-Ouest
Classification par famille

Le sémitique du Nord-Ouest, aussi appelé syro-palestinien en géographie dialectale[1] est une division des langues sémitiques comprenant les langues autochtones du Levant. Il aurait émergé du sémitique commun au début de l'Âge du bronze. Il est d'abord attesté par des noms propres identifiés comme amorrites à l'Âge du bronze moyen. Les textes cohérents les plus anciens sont en ougaritique, datant de la fin de l'Âge du bronze, qui, au moment de l' effondrement de l'Âge du bronze, sont rejoints par l'araméen ancien, et par l'Âge du fer par les langues cananéennes (phénicien et hébreu)[2].

Le terme a été inventé par Carl Brockelmann en 1908, [3] qui a séparé la classification 1883 de Fritz Hommel de langues sémitiques occidentales en langues sémitiques du Nord-Ouest (cananéen et araméen) et langues sémitiques du Sud-Ouest (arabe et abyssin)[4]

Le sous-groupe cananéen de Brockelmann comprend l'ougaritique, le phénicien et l'hébreu. Certains érudits en sépareraient de nos jours l'ougaritique, le considérant comme une branche distincte du sémitique du Nord-Ouest au côtés du cananéen.

Le sémitique central est un groupe intermédiaire proposé comprenant le sémitique du nord-ouest et l' arabe. Le sémitique central est soit un sous-groupe du sémitique de l'Ouest, soit une division de premier niveau du sémitique au côté du sémitique de l'Est et du sémitique du Sud. SIL Ethnologue dans son système de classification (des langues vivantes seulement) élimine entièrement le sémitique du Nord-Ouest en réunissant le cananéen et l'arabe dans un groupe « sud-central » qui, avec l'araméen, forme le sémitique central[5]. L' inscription de Deir Alla et le samalien ont été identifiés comme des variétés linguistiques ne relevant pas de l'araméen proprement dit, mais contenant quelques similitudes avec l'araméen, peut-être dans un sous-groupe « aramoïde » ou « syrien » [6][7].

Il est clair que l'écriture taymanitique exprimait une variété linguistique distincte qui n'est pas arabe et qui n'est pas étroitement liée à l'hismaïque ou au safaïtique, alors qu'on peut provisoirement suggérer qu'elle était plus étroitement liée au sémitique du Nord-Ouest[8].

Développement historique[modifier | modifier le code]

Charles Morton a mis a jour en 1759 la version Edward Bernard "Orbis eruditi"[9] on compare tous les alphabets dits de 1689, y compris Northwest sémitique qui est décrit comme « Adami, Noachi, Nini, Abrahami, Phoenicum et Samaritarum ante Christe (5509) a nummis Iudaicis Africanisque Pentateucho Mosis "

La période de temps pour la séparation du sémitique du Nord-Ouest du proto-sémitique ou d'autres groupes sémitiques est incertaine. La première attestation d'une langue sémitique du nord-ouest est de l'ougaritique au XIVe siècle av. J.-C..

Au début du 1er millénaire, la langue phénicienne s'est répandue dans toute la Méditerranée par le biais des colonies phéniciennes, notamment à Carthage dans la Tunisie actuelle. L'alphabet phénicien est d'une importance fondamentale dans l'histoire humaine en tant que source et ancêtre de l'alphabet grec, de l'alphabet latin plus tardif, des systèmes d'écriture araméen (hébreu carré), syriaque et arabe, rune germanique, ibérique, libyque et cyrillique.

Au VIe siècle av. J.-C., l'utilisation de l'araméen s'est répandue dans toute la région sémitique du nord-ouest (voir l'araméen impérial), conduisant en grande partie les autres langues sémitiques du Nord-Ouest à l'extinction. Les anciens Judéens ont adopté l'araméen pour un usage quotidien, et des parties du Tanakh sont écrites en araméen. L'hébreu a cependant été préservé en tant que langue liturgique juive et langue d'érudition, et fut ressuscité au XIXe siècle, avec des adaptations modernes, pour devenir la langue hébraïque moderne.

Après les conquêtes musulmanes du VIIe siècle, l'arabe a commencé à remplacer progressivement l'araméen dans toute la région. L'araméen survit aujourd'hui en tant que langue liturgique de l'Église chrétienne syriaque, et est parlé dans les dialectes modernes par de petites populations en voie de disparition dispersées dans tout le Moyen-Orient. Il existe également un substrat araméen en arabe levantin.

Changements sonores[modifier | modifier le code]

Phonologiquement, l'ougaritique a perdu le son * ṣ́, le remplaçant par / t͡s / (ṣ) (le même changement s'est produit en cananéen et en akkadien). Que ce même son soit devenu / ʕ / en araméen (bien qu'en araméen ancien, il ait été écrit avec qoph), cela suggère que l'ugaritique n'est pas la langue parente du groupe. Un exemple de ce changement de son peut être vu dans le mot pour la terre: ougaritique / ʔart͡s / ('arṣ), punique / ʔart͡s / (' arṣ), hébreu / ʔɛrɛt͡s / ('ereṣ) et araméen / ʔarʕaː / (' ar ' une').

Le changement de voyelle de * aː à / oː / distingue le cananéen de l'ougaritique. Aussi, dans le groupe cananéen, la série de fricatives interdentaires sémitiques devient sifflante: * ð (ḏ), * θ (ṯ) et * θ̣ (ṱ) sont devenues / z /, / ʃ / (š) et / sˤ / (ṣ) respectivement. L'effet de ce changement de son peut être vu en comparant les mots suivants :

Changement vocalique Ougaritique araméen Hébreu biblique Traduction
*ð ()→/z/ 𐎏𐎅𐎁

ḏhb

דהב

/dəhab/

(dəhaḇ)

זהב

/zaˈhab/

zahab

or
( ) → /ʃ/ ( š ) 𐎘𐎍𐎘

ṯlṯ

תלת

/təlaːt/

(təlāṯ)

שלוש/שלש

/ʃaˈloʃ/

šaloš

trois
*θ̣ ( ) → /sˤ/ ( ) 𐎉𐎆

ṱw

טור

/tˤuːr/

(ṭûr)

צור

/sˤur/

çur (ṣur)

montagne (araméen) ou falaise (hébreu)

Remarques[modifier | modifier le code]

  1. Holger Gzella, The Semitic Languages: An International Handbook, Walter de Gruyter, , 425– p. (ISBN 978-3-11-025158-6, lire en ligne), « Northwest Semitic in General »
  2. Aaron D. Rubin, « The subgrouping of the Semitic languages », Language and Linguistics Compass, vol. 2, no 1,‎ , p. 61–84 (DOI 10.1111/j.1749-818x.2007.00044.x, lire en ligne)
  3. The Semitic Languages: An International Handbook, Chapter V, page 425
  4. Kurzgefasste vergleichende Grammatik der semitischen Sprachen, Elemente der Laut- und Formenlehre (1908), quote "Das Westsemitische gliedert sich in zwei Hauptgruppen, das Nord- und das Südwestsemitische... Das Nordwestsemitische umfaßt das Kanaanäische und das Aramäische...Das Südwest semitische umfaßt das Arabische und Abessinische."
  5. « Semitic », Ethnologue, SIL International (consulté le 2 juin 2014)
  6. Huehnergard, « What is Aramaic? », Aram, no 7,‎
  7. Leonid Kogan, Geneological Classification of Semitic, de Gruyter, , p. 601
  8. (en) Kootstra, « The Language of the Taymanitic Inscriptions and its Classification », Arabian Epigraphic Notes,‎ (lire en ligne)
  9. Edwin JEANS, A Catalogue of Books, in all Branches of Literature, both Ancient & Modern ... on sale at E. Jeans's, bookseller ... Norwich, J. Fletcher, , 33– p. (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Blau, J. 1968. "Some Difficulties in the Reconstruction of 'Proto-Hebrew' and 'Proto-Canaanite'," in In Memoriam Paul Kahle. BZAW, 103. pp. 29–43
  • Cross, F. M. 1965. “The Development of the Jewish Scripts,” in The Bible and the Ancient Near East: Essays in Honor of W. F. Albright, ed. G. E. Wright. New York. Reprinted 1965, Anchor Book Edition; New York, pp. 133–202.
  • Cross, F. M. 1967. “The Origin and Early Evolution of the Alphabet,” EI 5: 8*-24*.
  • Cross, F. M. 1982. “Alphabets and pots: Reflections on typological method in the dating of human artifacts,” MAARAV 3: 121-136.
  • Cross, F. M. 1989. “The Invention and Development of the Alphabet,” in The Origins of Writing (ed. W. M. Senner; Lincoln: University of Nebraska), pp. 77–90.
  • Cross, F. M. and Freedman, D. N. 1952. Early Hebrew Orthography: A Study of the Epigraphic Evidence New Haven: American Oriental Society.
  • Daniels, Peter. 1996. The World’s Writing Systems. New York: Oxford.
  • de Moor, Johannes C. 1988. "Narrative Poetry in Canaan," UF 20:149-171.
  • Donner, H. and Rollig, W. 1962-64. Kanaanäische und aramäische Inschriften. 3 volumes. Wiesbaden. (5th ed.)
  • Driver, G. R. 1976. Semitic Writing: From Pictograph to Alphabet. 3rd edition. London.
  • Garbini, G. 1960. Il Semitico di nord-ovest. (And a critique by E.Y. Kutscher, JSS 10 (1965):21-51.)
  • Garnier et Jacques, « A neglected phonetic law: The assimilation of pretonic yod to a following coronal in North-West Semitic », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, vol. 75.1,‎ , p. 135–145 (DOI 10.1017/s0041977x11001261, lire en ligne)
  • Garr, R. 1985. Dialect Geography of Syria-Palestine, 1000-586 B.C.E. Philadelphia: UPenn.
  • Gelb, I. J. 1961. “The Early History of the West Semitic Peoples,” JCS 15:27-47.
  • Gelb, I. J. 1963. A Study of Writing. 2nd edition. Chicago.
  • Gibson, J. C. L. 1971-87. Textbook of Syrian Semitic Inscriptions. 3 Vols. Oxford: Clarendon.
  • Ginsberg, H. L. 1970. “The Northwest Semitic Languages,” in The World History of the Jewish People, volume 1/2: Patriarches. Tel Aviv.
  • Greenfield, J. C. 1969. “Amurrite, Ugaritic and Canaanite,” in Proceedings of the International Conference of Semitic Studies. Jerusalem. pp. 92–101.
  • Halpern, B. 1987. “Dialect Distribution in Canaan and the Deir Alla Inscriptions,” in “Working with No Data”: Semitic and Egyptian Studies Presented to Thomas O. Lambdin. Ed. D. M. Golomb. Winona Lake, IN: Eisenbrauns. pp. 119–39.
  • Harris, Z. 1939. Development of the Canaanite Dialects. AOS, 16. New Haven: AOS.
  • Herr, Larry G. 1980. "The Formal Scripts of Iron Age Transjordan," BASOR 238:21-34.
  • Hoftijzer, J. and Jongeling, K. 1995. Dictionary of the North-West Semitic inscriptions. 2 volumes. Leiden/New York: Brill. Not including Ugaritic.
  • Huehnergard, J. 1990. "Remarks on the Classification of the Northwest Semitic Languages," in The Balaam Text from Deir Alla Re-evaluated: proceedings of the international symposium held at Leiden, 21–24 August 1989. pp. 282–93.
  • Kaufman, S. A. 1988. “The Classification of North West Semitic Dialects of the Biblical Period and Some Implications Thereof,” in Proceedings of the Ninth World Congress of Jewish Studies (Panel Sessions: Hebrew and Aramaic Languages). Jerusalem: World Union of Jewish Studies. pp. 41–57.
  • Moran, William L. 1961. “The Hebrew Language in its Northwest Semitic Background,” in The Bible and the Ancient Near East: Essays in Honor of W. F. Albright, ed. G. E. Wright. New York. Reprinted 1965, Anchor Book Edition; New York, pp. 59–84.
  • Moran, William L. 1975. “The Syrian Scribe of the Jerusalem Amarna Letters,” in Unity and Diversity: Essays in the History, Literature, and Religion of the Ancient Near East (ed. H. Goedicke and J. J. M. Roberts; Baltimore/London: Johns Hopkins University Press) 146-166.
  • Moscati, Sabatino, ed. 1969. An Introduction to the Comparative Grammar of the Semitic Languages: Phonology and Morphology. Porta Linguarum Orientalium, ns, 6. Wiesbaden: Otto Harrassowitz.
  • Naveh, J. 1987. Early History of the Alphabet: An Introduction to West Semitic Epigraphy and Palaeography. 2nd edition. Jerusalem: Magnes. Especially sections on West Semitic.
  • Parker, Simon B. 1997. Stories in Scripture and Inscriptions: Comparative Studies on Narratives in Northwest Semitic Inscriptions and the Hebrew Bible. Oxford: Oxford University Press.
  • Rabin, C. 1971. "Semitic Languages," Encyclopaedia Judaica, volume 14, pp. 1149–57.
  • Rabin, C. 1991. Semitic Languages (Jerusalem: Bialik). [in Hebrew]
  • Rainey, A. F. 1986 “The Ancient Hebrew Prefix Conjugation in the Light of Amarnah Canaanite,” Hebrew Studies 27:1-19.
  • Rainey, A. F. 1990. “The Prefix Conjugation Patterns of Early Northwest Semitic,” pp. 407–420 in Abusch, Tz., Huehnergard, J. and Steinkeller, P., eds. Lingering over Words, Studies in Ancient Near Eastern Literature in Honor of William L. Moran. Atlanta: Scholars.
  • Renz, J. 1995. Handbuch der althebräischen Epigraphik. 3 volumes. Darmstadt.
  • Vaughn, A. 1999 “Palaeographic Dating of Judean Seals and Its Significance for Biblical Research,” BASOR 313:43-64.