Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.

La Cocarde étudiante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Cocarde étudiante
Logo Cocarde étudiante.jpg
Pour l'union de la droite
Histoire
Fondation
Cadre
Zone d'activité
Type
Siège social
92, rue d'Assas
75006 Paris
Pays
Organisation
Effectif
500 membres (au 1er janvier 2020)
Président
Luc Lahalle (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Président
Luc Lahalle
Positionnement
Idéologie
Récompense
Site web
Identifiants
RNA

La Cocarde étudiante est une organisation étudiante de droite fondée en 2015.

Historique

La Cocarde étudiante est fondée le au sein de l'université Panthéon-Assas[1] par Maxime Duvauchelle, ancien membre des Jeunes de la Droite populaire, souhaitant rassembler les différents courants souverainistes à l'université[2].

En , la Cocarde étudiante tente de s'opposer aux blocages successifs et à l'occupation du centre Pierre-Mendès-France contre la mise en œuvre de Parcoursup[3].

Lors des élections étudiantes d' à l'université Paris-Nanterre, les médias se font l'écho d'affrontements physiques entre une quarantaine d'étudiants de la Cocarde étudiante et une soixantaine d'étudiants, dont certains issus de la tendance de l'UNEF-TACLE, finalement dispersés par des CRS[4],[5].

En janvier 2020, la Cocarde se félicite d'avoir « cassé » un rassemblement devant l'université Paris 2 Panthéon-Assas. Selon l'association d’extrême gauche en faveur des blocages « Assas mobilisée », des étudiants auraient été blessés, avec deux envoyés aux urgences[6].

Positionnement

La Cocarde étudiante se donne comme objectif de rassembler toutes les tendances de la droite au sein des étudiants de l'université française[7]. Elle se définit comme indépendante de tout parti politique tant son financement que sur son fonctionnement[2], et comme une organisation politique étudiante de droite conservatrice, souverainiste[8],[9] et gaulliste[10]. L'éventail de ses effectifs est large, allant du Rassemblement national aux Républicains en passant par le parti Debout la France[2] et des groupuscules d'extrême droite. En 2019, le député européen Jordan Bardella embauche Luc Lahalle, président de la Cocarde, comme collaborateur parlementaire[11].

Organisation

Présidents

Mandat Président
2015 2016 Maxime Duvauchelle[12]
2017 2019 Quentin Limongi[13]
2019 en cours Luc Lahalle[14]

Secrétaires généraux

Notes et références

  1. « Le blocage des universités donne des ailes aux syndicats patriotes », sur FIGARO, (consulté le 3 juin 2019)
  2. a b et c « Un syndicat étudiant souvernainiste allant des Républicains au FN voit le jour », sur FIGARO, (consulté le 29 janvier 2019)
  3. « Des étudiants anti-blocage agressés à Tolbiac », sur Le Figaro, (consulté le 17 octobre 2019)
  4. Amanda Breuer Rivera, « Fac de Nanterre: bagarre générale entre étudiants de gauche et d’extrême droite », sur leparisien.fr, (consulté le 18 octobre 2019).
  5. Louis Heidsieck, « À Nanterre, violente bagarre générale entre étudiants «antifas» et souverainistes », sur lefigaro.fr, (consulté le 18 octobre 2019).
  6. le figaro, « Pour la première fois, l’université Panthéon-Assas a été bloquée par ses étudiants », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 26 janvier 2020)
  7. « La Cocarde, un nouveau syndicat étudiant », sur La Croix, (consulté le 29 janvier 2019)
  8. « La « Cocarde étudiante » s’affiche, mais sans la gauche », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2019)
  9. Devecchio, Alexandre, (1987?- ...)., Les nouveaux enfants du siècle : djihadistes, identitaires, réacs : enquête sur une génération fracturée, Paris, Les éditions du Cerf, dl 2016, cop. 2016, 327 p. (ISBN 978-2-204-10776-1 et 220410776X, OCLC 962757060, lire en ligne)
  10. « La Cocarde, une nouvelle association étudiante à Caen », sur ouest-france.fr, (consulté le 20 janvier 2019)
  11. https://www.lalettrea.fr/action-publique_partis-et-elections/2019/10/10/jordan-bardella-et-philippe-olivier-recrutent-la-jeune-garde-du-rn-a-bruxelles,108376468-brl.
  12. « La « Cocarde étudiante » s’affiche, mais sans la gauche », sur L'Opinion, (consulté le 4 mai 2019)
  13. Kevin Bossuet, « Violences, dégradations et amphis bloqués : l'extrême gauche détruit l'université », sur Valeurs actuelles (consulté le 29 janvier 2019)
  14. Blanche Sanlehenne, « "L'UNEF introduit dans nos facultés les thèses indigénistes" », L'Incorrect,‎ , p. 38-39 (ISSN 2557-1966)

Annexes

Articles connexes

Liens externes