Henri Maillardet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Maillardet
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Automate de Henri Maillardet

Henri Maillardet, né en 1745 et mort en 1830, est un mécanicien suisse du XVIIIe siècle, travaillant à Londres à la création d'horloges et d'autres mécanismes. Il a travaillé dans les magasins de Pierre Jaquet-Droz, créateur de montres, horloges, et d'automates.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec ses frères Jaques-Rodolphe et Jean David Maillardet, Henri mit au point une série d'automates représentant des magiciens et autres devins à pendule.

En 1805, Henri Maillardet construisit un automate à ressorts capable de faire des dessins et d'écrire des poèmes à la fois en français et en anglais. Le mouvement de la main est produit par une série de cames situés à la base de l'automate, produisant les mouvements nécessaires à la réalisation de quatre dessins et de trois textes.

Quand il fut présenté pour la première fois à l'institut Franklin de Philadelphie en 1928, l'origine de cet automate était inconnue. Une fois restauré et remis en état de marche (celui-ci avait été endommagé dans un incendie), c'est l'automate même qui indiqua son origine en signant « écrit par l'automate de Maillardet ».

Cet automate inspira le roman pour enfants L'Invention de Hugo Cabret de Brian Selznick[1] dont le film Hugo Cabret en est l'adaptation cinématographique.

Maillardet est mort en 1830 à Malines, Belgique. Il est enterré là-bas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Automates Jaquet-Droz

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Article du New York Times Graceful Moves, for a Boy Made of Metal par Henry Fountain, 26 décembre 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]