Henri Maillardet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri Maillardet
Biographie
Naissance
Décès
Lieu de travail
Activité
Automate de Henri Maillardet

Henri Maillardet, né en 1745 et mort en 1830, est un mécanicien suisse du XVIIIe siècle, travaillant à Londres à la création d'horloges et d'autres mécanismes. Il a travaillé dans les magasins de Pierre Jaquet-Droz, créateur de montres, horloges, et d'automates.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec ses frères Jaques-Rodolphe et Jean David Maillardet, Henri mit au point une série d'automates représentant des magiciens et autres devins à pendule.

En 1805, Henri Maillardet construisit un automate à ressorts capable de faire des dessins et d'écrire des poèmes à la fois en français et en anglais. Le mouvement de la main est produit par une série de cames situés à la base de l'automate, produisant les mouvements nécessaires à la réalisation de quatre dessins et de trois textes.

Quand il fut présenté pour la première fois à l'institut Franklin de Philadelphie en 1928, l'origine de cet automate était inconnue. Une fois restauré et remis en état de marche (celui-ci avait été endommagé dans un incendie), c'est l'automate même qui indiqua son origine en signant « écrit par l'automate de Maillardet ».

Cet automate inspira le roman pour enfants L'Invention de Hugo Cabret de Brian Selznick[1] dont le film d'animation Hugo Cabret en est l'adaptation cinématographique.

Maillardet est mort en 1830 à Malines, Belgique. Il est interré là-bas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Automates Jaquet-Droz

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Article du New York Times Graceful Moves, for a Boy Made of Metal par Henry Fountain, 26 décembre 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]