Groupement des scientifiques pour l'information sur l'énergie nucléaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Groupement des scientifiques pour l'information sur l'énergie nucléaire (GSIEN)

Cadre
Fondation
Fondation Novembre 1975
Fondateurs Monique Sené, Jean-Paul Shapira, Vincent Comparat, Dominique Lalanne, Patrick Petitjean, Raymond Sené, Théo Leray
Identité
Présidente Monique Sené
Méthode Diffusion d'information sur les questions que soulèvent le développement de l'industrie nucléaire en France
Publication La Gazette Nucléaire
Site web Site du GSIEN

Le Groupement de scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire (GSIEN) est une association antinucléaire française créée en 1975 par Monique Sené suite à « l’Appel des 400 » physiciens opposés au programme nucléaire et qui . Elle en est toujours présidente. Le GSIEN publie également la Gazette nucléaire.

Ses membres sont consultés par les médias au sujet de projets nucléaires, notamment lors de la catastrophe de Tchernobyl ou de l'accident nucléaire de Three Mile Island. Le GSIEN fait partie de plusieurs institutions gouvernementales.

Présentation[modifier | modifier le code]

Depuis 1976, le GSIEN publie chaque année au moins quatre numéros de La Gazette Nucléaire. De Three Mile Island (1979) - le GSIEN a fait partie des premiers scientifiques à expliquer les causes et conséquences de la catastrophe - en passant par Tchernobyl (1986) et Fukshima (2011), la "Gazette" traite actuellement des questions de la sécurité des installations nucléaires, notamment de l'EPR, de l’Autorité de la Sureté Nucléaire et des procédures prévues en cas de catastrophe du type Tchernobyl, etc.

Le GSIEN a rédigé plus de 200 dossiers thématiques publiés dans la revue La Gazette nucléaire. Il a aussi édité plusieurs livres et réalisé de nombreuses interventions devant des organismes officiels ou pour le public, et répondu à de nombreuses demandes d'enseignants, journalistes et associations écologistes.

Ainsi, le GSIEN a-t-il établi des dossiers pour le Conseil Supérieur de la Sûreté Nucléaire puis CSSIN (de 1981 à 2007) et pour l'Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques. Il a participé au Comité Scientifique de l'IPSN (1991-2001),  à la Commission Turpin sur le Centre Manche (1996), à la Commission Castaing sur Superphénix.

Aujourd'hui, outre la poursuite de diverses missions d’expertise, le GSIEN siège au Haut Comité à la Transparence pour l’Information sur la Sécurité Nucléaire[1], participe à la mise en place du Réseau national de Mesures (Comité de pilotage) et est membre du Conseil Supérieur pour la Prévention des Risques Technologiques[2].

Par ailleurs, le GSIEN est engagé au niveau de l'ANCCLI[3] (Vice-présidence, Groupe Permanent EPR, Groupe Permanent Matières et Déchets Radioactifs, Groupe Permanent Radioprotection) et participe à son Comité Scientifique. Il travaille aussi directement avec les CLI.

À la demande des Commissions locales d’information, le GSIEN a été observateur lors de visites décennales des réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim[4], de celle du Blayais[5], de Gravelines[6] et de Golfech[7].

La Gazette nucléaire
Image illustrative de l’article Groupement des scientifiques pour l'information sur l'énergie nucléaire

Pays France
Langue Français
Périodicité Trimestriel
Format A4
Prix au numéro 5 €
Date de fondation Juin 1976
Éditeur GSIEN
Ville d’édition 2 allée François Villon
91400 Orsay

Directeur de publication Monique Sené
ISSN 0153-7431
Site web Site du GSIEN

La Gazette nucléaire[modifier | modifier le code]

La Gazette nucléaire est une revue d'information éditée par le GSIEN à partir de juin 1976, c'est-à-dire peu de temps après la création de l'association. Si de 1977 à 1979, il y a eu 8 numéros par an, à partir de 1980, l'association publie environ 4 numéros par an. Tous les numéros sont disponibles en ligne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. HCTISN, « Qui sommes-nous ? », sur www.hctisn.fr (consulté le 23 septembre 2019).
  2. « Conseil Supérieur de la Prévention des Risques Technologiques (CSPRT) », sur Ministère de la Transition écologique et solidaire (consulté le 23 septembre 2019).
  3. « Anccli » (consulté le 23 septembre 2019).
  4. Sylvie Meuer, « Mise en œuvre de la visite décennale 3 de la centrale nucléaire de Fessenheim-Tranche 1 », sur www.irsn.fr, (consulté le 21 juillet 2019).
  5. Xavier Paulmaz, « Quel suivi de la CLIN après une visite décennale ? », sur www.irsn.fr, (consulté le 21 juillet 2019).
  6. « La société civile s’implique dans les réexamens de sûreté », Repères, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, no 34,‎ (lire en ligne).
  7. « Activités », sur www.cligolfech.org (consulté le 21 juillet 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]