Funimation Entertainment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Funimation Entertainment

Description de l'image  Funimation-logo.png.
Création 1994 (sous le nom de Funimation Productions)
Fondateurs Gen Fukunaga (en)
Cindy Fukunaga
Siège social Drapeau des États-Unis Flower Mound, Texas (États-Unis)
Activité Divertissements multimédia
Produits Anime, cinéma japonais, cinéma asiatique
Site web funimation.com

Funimation Entertainment (anciennement connu sous le nom de Funimation Productions, et souvent référé sous la forme de FUNimation) est une compagnie de divertissements américaine. Originellement fondée en 1994 par Gen Fukunaga (en), la compagnie devient une filiale de Navarre Corporation (en) le 11 mai 2005. Funimation produit, commercialise et distribue animes et autres types de divertissement aux États-Unis et dans les marchés internationaux. La compagnie générale est basée à Flower Mound au Texas[1]. La compagnie a été placée en vente après une annonce de Navarre en mai 2010.

Histoire[modifier | modifier le code]

La société est fondée en 1994 par l'homme d'affaire Gen Fukunaga (en)[2]. L'oncle de Fukunaga fut l'un des producteurs de la légendaire série d'animation japonaise Dragon Ball ; il suggère à Gen un moyen d'amener l'anime en Amérique du Nord. Si Fukunaga lançait sa propre société de production et collectait assez d'argent, Toei Animation licencierait les droits de l'anime. Fukunaga fait la rencontre de Daniel Cocanougher dont la famille était propriétaire d'une usine à Decatur, au Texas, et convainc la famille de ce dernier à investir dans sa société. La société est originellement construite à Silicon Valley sous le nom de Funimation Productions en 1994, mais le relocalise finalement à Flower Mound, puis près de Fort Worth[3]. En 1998, après deux échecs dans sa tentative d'amener la franchise Dragon Ball à l'audience américaine, il parvient à trouver le succès dans l'émission axée action-aventure intitulée Toonami diffusée sur la chaîne télévisée Cartoon Network, et le phénomène Dragon Ball s'accroît rapidement aux États-Unis. Funimation rachète par la suite la licence de nombreux autres animes.

Le 11 mai 2005, Funimation est racheté par Navarre Corporation (en) pour $ 100,4 millions en liquide, et pour 1,8 millions d'actions des stocks Navarre. Toujours pendant l'acquisition, le président Fukunaga est nommé à la tête de la société, puis la société passe du nom de Funimation Productions à Funimation Entertainment[4],[5]. En 2007, Funimation se relocalise aux North Richland Hills[1]. Funimation se relocalise dans le Lakeside Business District avec un bail de dix ans[6]. Selon une entrevue effectuée en février 2008 avec le CEO de Navarre Corporation Cary Deacon, Funimation entame ses premières négociations afin d'acquérir quelques titres licenciés par la division américaine de Geneon, qui a cessé ses opérations en décembre 2007[7]. En juillet 2008, Funimation confirme son acquisition des droits de distribution de nombreux titres achevés et inachevés[8]. À l'Anime Expo (en) de 2008, Funimation annonce son rachat de 30 titres du catalogue Sojitz anciennement licenciés par ADV Films[9]. En 2009, Funimation signe un contrat avec Toei Animation pour la mise en ligne de nombreux animes sur les sites Internet Funimation et Hulu[10]

Au premier trimèstre 2010, Navarre Corporation classe Funimation dans la catégorie « budget réduit » et prépare la vente de la société. Navarre annonce en avril 2011 le rachat de Funimation par un groupe d'investisseurs, dont l'ancien directeur de la société Gen Fukunaga, pour $ 24 millions[11]. Une rumeur circule selon laquelle Funimation a été vendue à moindre coût (comparé aux 100 millions investit pour son rachat par Navarre). Le 14 octobre 2011, Funimation annonce un partenariat permanent avec Niconico, la version anglophone de Nico Nico Douga, afin de former la branche 'Funico' spécialisée dans les animes et DVD. Jusque là, presque tous les titres de Niconico sont acquis par Funimation[12].

Procédures judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2005, le département légal de Funimation engage une approche plus agressive dans la protection de ses propriétés. Il défend notamment des séries qui n'ont pas été annoncées comme Tsubasa: Reservoir Chronicle, Black Cat, et SoltyRei (en)[13]. Funimation révèle de nouvelles licences le 6 octobre 2006 tandis qu'elle demande l'arrêt des partages de leurs séries xxxHolic, Mushishi, Ragnarok the Animation, et autres sur les plateformes de téléchargements[14]. Depuis octobre 2009, Funimation porte régulièrement plainte contre des distributions non autorisées de ses programmes et ceux de ses partenaires dans les résultats du moteur de recherches Google.

En janvier 2011, Funimation engage une poursuite judiciaire contre les utilisateurs américains sur BitTorrent pour téléchargements et partages[15] d'un film de One Piece. Funimation retire sa plainte en mars lorsque qu'un juge de la United States District Court for the Northern District of Texas indique que les accusés agissaient séparément et qu'ils ne pouvaient être jugés comme un groupe[16],[17]. Le film One Piece en question était un fansub, une copie illégale sous-titrée et distribuée par des fans. Peu après le retrait de sa plainte, Funimation annonce avoir confondu les termes de « doublage » avec celui de fansub (sous-titrage effectué par des fans)[18]. Funimation maintient néanmoins que ce genre de sous-titrage est une menace pour l'industrie de l'anime, expliquant « Les téléchargements illégaux et le 'fansubbing' menacent particulièrement nos partenaires japonais [...] on nous a demandé de surveiller et d'engager des poursuites judiciaires contre toute distribution non autorisée de ces séries. Croyant qu'il s'agit de la meilleure défense pour l'industrie, on a accepté de faire comme tel[19]. » Des sites distributeurs de fansubs ou de sous-titres effectués par des fans sont les cibles fréquentes de poursuites judiciaires par Funimation et d'autres sociétés spécialisées dans les animes[20].

En novembre 2011, Funimation engage une poursuite judiciaire contre ses partenaires A.D. Vision, AEsir Holdings, Section23 Films, Valkyrie Media Partners, Seraphim Studios, Sentai Filmworks, Artisan Entertainment et Switchblade Pictures pour un montant de $ 8 millions[21].

Funimation Channel[modifier | modifier le code]

Funimation Entertainment et Olympusat lancent Funimation Channel (en), une chaîne de télévision américaine spécialisée dans les animes. Olympusat en est le distributeur exclusif. La chaîne est lancée en septembre 2005 via UHF[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) David Wethe, « Funimation emménage à Flower Mound », sur Fort-Worth Star Telegram,‎ 7 juillet 2007 (consulté le 4 février 2011)
  2. « Interview with Gen Fukunaga, Part 1 », sur ICv2,‎ 1er novembre 2004 (consulté le 8 février 2008).
  3. Name *, « Animerica October 1995 - Sailor Moon Dragon Ball TV Edit News & scans », sur Practicemakesawesome.com,‎ 13 mai 2012 (consulté le 13 août 2012).
  4. « Navarre Corporation Acquires Funimation, and Provides Financial Update and Guidance », sur Navarre Corporation,‎ 11 mai 2005 (consulté le 8 juillet 2008).
  5. « Navarre Completes Funimation Acquisition », sur ICv2,‎ 12 mai 2005 (consulté le 8 février 2008).
  6. « FUNimation Entertainment scripts HQ move », sur Dallas Business Journal,‎ 8 juin 2007 (consulté le 20 juin 2008).
  7. « Navarre/FUNimation Interested in Some Geneon Titles », sur ICv2,‎ 8 février 2008 (consulté le 8 février 2008).
  8. « FUNimation Entertainment and Geneon Entertainment Sign Exclusive Distribution Agreement for North America », sur funimation.com,‎ 3 juillet 2008 (consulté le 3 juillet 2008).
  9. « Funimation Picks Up Over 30 Former AD Vision Titles », sur animenewsnetwork.com,‎ 4 juillet 2008 (consulté le 4 juillet 2008).
  10. « Funimation Adds Toei's Air Master, Captain Harlock - News », sur Anime News Network (consulté le 13 août 2012).
  11. « Navarre Corporation Announces Sale Of FUNimation Entertainment », sur GLOBE NEWSWIRE,‎ 4 avril 2011 (consulté le 4 avril 2011).
  12. « Funimation, Niconico to Jointly License Anime », sur Anime News Network,‎ 14 octobre 2011 (consulté le 13 août 2012).
  13. « Funimation Enforces Intellectual Property Rights (ANN) » (consulté le 14 octobre 2006).
  14. « Funimation Sends out Cease & Desist Letters For Multiple Anime (ANN) » (consulté le 14 octobre 2006).
  15. Gia Manry, « Interview: Evan Stone », sur Anime News Network,‎ 9 mai 2011 (consulté le 19 octobre 2012).
  16. Corynne McSherry, « Don't Mess With Texas: Another Texas Judge Scrutinizes Mass Copyright Litigation », sur EFF,‎ 15 février 2011 (consulté le 19 octobre 2012).
  17. « Funimation Dismisses Its One Piece BitTorrent Lawsuit », sur Anime News Network,‎ 24 mars 2011 (consulté le 19 octobre 2012)
  18. « Downloaded Sora no Otoshimono Copy Shown at Funimation Studio », sur Anime News Network,‎ 22 mars 2011 (consulté le 19 octobre 2012).
  19. « 3 Titles' Fansubs Pulled on Behalf of Japan's d-rights », sur Anime News Network,‎ 18 août 2008 (consulté le 19 octobre 2012)
  20. Enigmax, « Student Fined For Running Movie & TV Show Subtitle Download Site », sur TorrentFreak,‎ 8 juin 2012 (consulté le 19 octobre 2012).
  21. « Funimation Sues A.D. Vision, Sentai, Others for US$8 Million », sur Anime News Network,‎ 13 janvier 2012 (consulté le 13 janvier 2012).
  22. service on UHF signals

Liens externes[modifier | modifier le code]