Conan (Loir-et-Cher)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conan.

Conan
Conan (Loir-et-Cher)
L'église Saint-Saturnin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Canton La Beauce
Intercommunalité Beauce Val de Loire
Maire
Mandat
Olivier Théophile
2014-2020
Code postal 41290
Code commune 41057
Démographie
Population
municipale
187 hab. (2015 en diminution de 6,03 % par rapport à 2010)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 58″ nord, 1° 17′ 14″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 126 m
Superficie 15,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Conan

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Conan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Conan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Conan

Conan est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Conan est situé à la même distance de Blois et de Vendôme : environ 20 km, ce qui le place à moins d'une demi-heure de certains des châteaux de la Loire ainsi que d'une gare TGV (à Vendôme), à partir de laquelle le centre de Paris (gare Montparnasse) est à 40 minutes.

Conan se trouve sur le plateau de la petite Beauce au nord de Blois, près de la rivière de la Cisse qui forme la limite de commune au nord avec Rhodon et Boisseau, puis au sud avec Maves et Averdon[1]. Cette position en fait un village à vocation agricole et céréalière. Quant aux dépressions de la Grande et Petite Cisse, elles favorisent la pêche et la chasse, très pratiquées dans la région.

Un peu à l'écart de l'ancienne RN 824, la commune ne reçoit ni beaucoup de travailleurs, ni beaucoup de touristes.

La plupart des habitations sont groupées dans le bourg mais il existe, en plus du hameau de Villeberfol qui comprend cinq maisons, plusieurs fermes isolées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rhodon Rhodon Boisseau Rose des vents
Champigny-en-Beauce N Maves
O    Conan    E
S
Champigny-en-Beauce Averdon Maves

Histoire[modifier | modifier le code]

Un breton du nom de « Conan » vint sans doute s'installer en Beauce après la prise de Blois par les Bretons en 491. Ce serait Conan qui donna le nom de « Végniel » à un lieu-dit (situé à près de 500 m de Villeberfol, sur la route de Rhodon). Ce mot breton signifie « pays du blanc », ce qui est justifié par la présence de calcaire affleurant en cet endroit. Le lieu-dit les Végnielles au Vegniel fut rapporté dans le bourg vers le XVIIe siècle.

Les descendants de Conan habitèrent le lieu jusqu'au XIIe siècle. Du XVIe au XIXe siècle, on y a retrouvé des restes d'habitations très anciennes dont le mode de construction remonte à l'époque gallo-romaine. Les toponymes Conan et Végniel dateraient du XVe siècle.

Dans le bourg de Conan, il y avait trois grandes fermes et une de moyenne importance dont les noms existent encore aujourd'hui : la Basse-cour (ancienne métairie du château de Conan), le Noyer et la Haie (qui relevaient de la seigneurie de Conan) et le Végniel. Les noms de deux autres fermes sont connus : la Havardière et la Houardière.

Sur la route de Champigny-en-Beauce (actuelle rue des Hayes), près des fermes du Noyer et de la Haie, se trouvait au XIXe siècle un moulin à vent. Il y en avait un autre à la sortie de Villeberfol, vers Pontijou (commune de Maves), qui était appelé le moulin de la Cour.

Sur la route de Boisseau se trouve la ferme de La Source, construite vers 1880 sur l'ancien domaine des seigneurs de Conan.

Le toponyme Villeberfol signifie villa de Berfodius. C'est sans doute un ancien domaine de l'époque franque. Les moines de l'abbaye de Marmoutier, près de Tours, y installèrent vers 1040 un prieuré grâce à la générosité de Nivelon de Fréteval et de Pierre de Montigny. Ce prieuré Saint-Nicolas, au vaste domaine, abrita les moines jusqu'à l'époque de François Ier. La chapelle fut construite vers 1122. Les voûtes d'ogive du cellier datent du XIIIe siècle. Attenants à la chapelle se trouvent la grange aux dîmes et le rez-de-chaussée de l'ancien couvent. Au bas de la cour, on trouve une fontaine dédiée à Notre-Dame, où l'on venait en pèlerinage contre les maladies des yeux.

Sur l'ancien domaine des moines a été bâtie vers 1868 la ferme de Bellevue. Au lieu-dit Bergeriou, la Villa de Bergerulfe, se trouve un ancien moulin banal à eau, qui appartenait aux moines avant la Révolution. Près de Bergeriou, à la source de Roelles, les jeunes filles venaient jeter des épingles afin de connaître leur destinée.

Dans une zone qui dès 1080 s'appelait terre des Molons se trouvaient au XVIIe siècle deux métairies appartenant au prieuré de Villeberfol. L'une fut vendue vers 1737. La métairie de Bois-Moron (nom du XVIIIe siècle) appartint ensuite, et jusqu'en 1839, aux seigneurs de Conan. Aujourd'hui, c'est le Bas-Moron, opposé au Haut-Moron, sur le plateau.

Le bois Moron a subi un incendie, ce qui explique le toponyme Bois-Brûlé. On y trouve des carrières. Au début du siècle, un certain Saturnin Pellé, ancien tailleur de pierre, avait bâti en cet endroit une sorte de nécropole, véritable fouillis de construction en pierres sèches et taillées qui fut démolie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Légende[modifier | modifier le code]

Une légende est liée au lieu-dit de Végniel, celle des Trois dames blanches de Végniel. Chaque soir, des passants étaient poursuivis sur le chemin de Végniel par trois dames blanches, depuis le lieu appelé les Trois Peupliers jusqu'à la vallée de la Cisse qu'elles ne franchissaient jamais. Ce n'était peut-être que l'ombre mouvante des trois peupliers qui, certains soirs, avait apeuré quelques paysans attardés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Michel Ombredane   Maire
mars 2008 mars 2014 Philippe Doucet   Maire
mars 2014 en cours Olivier Théophile   Professeur des écoles, Maire[2]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 187 habitants[Note 1], en diminution de 6,03 % par rapport à 2010 (Loir-et-Cher : +0,9 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
265326283279328334340332358
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
360375389430375395359375357
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335329340294298302305291296
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
258229204170157189190203187
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,6 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 24 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 26 %, 45 à 59 ans = 16 %, plus de 60 ans = 19 %) ;
  • 47,4 % de femmes (0 à 14 ans = 24,4 %, 15 à 29 ans = 17,8 %, 30 à 44 ans = 25,6 %, 45 à 59 ans = 12,2 %, plus de 60 ans = 20 %).
Pyramide des âges à Conan en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
1,1 
5,0 
75 à 89 ans
6,7 
14,0 
60 à 74 ans
12,2 
16,0 
45 à 59 ans
12,2 
26,0 
30 à 44 ans
25,6 
15,0 
15 à 29 ans
17,8 
24,0 
0 à 14 ans
24,4 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Saturnin paroissiale offre une représentation murale du Dit des trois morts et des trois vifs : trois jeunes gentilshommes sont interpellés dans un cimetière par trois morts, qui leur rappellent la brièveté de la vie et l'importance du salut de leur âme.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail, « Conan » . La couche « Hydrologie » est activée. Vous pouvez bouger la carte, zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), faire varier la transparence des couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet « Ma sélection de données » à gauche.
  2. https://www.lemonde.fr/centre-val-de-loire/loir-et-cher,41/conan,41057/
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. « Évolution et structure de la population à Conan en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 octobre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 octobre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :