Villa les Bleuets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Villa les Bleuets
Portail de la villa « les Bleuets » à Prangins (Suisse).jpg
Vue du portail d'entrée du domaine
Présentation
Destination initiale
Habitation
Architecte
Stephen Sauvestre
Construction
1897-1898
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Canton
Commune
Adresse
Route de PromenthouxVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte du canton de Vaud
voir sur la carte du canton de Vaud
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg

La villa les Bleuets est un bâtiment vaudois situé sur la commune de Prangins, en Suisse. Elle se trouve sur la rive droite du delta de la Promenthouse, à sa jonction avec le lac Léman, dans le hameau de Promenthoux. Elle est la propriété du Français Christian Latouche[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La villa les Bleuets, également appelée « château de Promenthoux » depuis 1948, est une maison de maître de 26 pièces[2] bâtie en 1896 par l'architecte Stephen Sauvestre[3],[4], celui de la Tour Eiffel, pour le couturier parisien Jean-Philippe Worth[5],[6],[7],[8].

Le chantier a été dirigé par l'architecte Gustave Falconnier, de Nyon, et ce dernier y a largement mis en œuvre sa célèbre brique de verre, notamment sur la façade principale de la demeure, de façon à y créer de grandes parois translucides[9]. Elle possède un immense port privé semi-elliptique depuis 1899, dont les môles, dallés de granit, se terminent par des ronds-points plantés de deux platanes, qui encadrent l'entrée du port. Il s'agit du plus grand port privé du Léman (177 x 45 m).

En 1925, elle a été la propriété d'Henri Esders[5], propriétaire des magasins de vêtements du même nom, sis rue de Rivoli à Paris.

Le 6 septembre 1950, alors propriété du comte de Bendern (en)[10],[2], elle est partiellement détruite par un incendie qui s'est déclaré dans le bureau du premier étage ; elle était alors assurée pour 538 000 francs[2],[11]. La toiture a été fortement simplifiée lors de la reconstruction[3].

Cet ensemble est répertorié dans le Plan directeur cantonal des rives vaudoises du Léman comme « ensemble paysager de grande valeur »[12].

Une réplique de cette maison a été construite par le même architecte à Suresnes, en France, par Gaston Worth, frère de Jean-Philippe[1]. Elle fait actuellement partie du complexe de l'Hôpital Foch, dont les nombreux bâtiments successifs occupent la surface du parc, aujourd'hui disparu.

Protection[modifier | modifier le code]

Les espaces d'habitation reposent sur cinq arcades surplombant le lac et où l'on peut amarrer des bateaux[1]. Suite à son rachat en 2018, la villa, de même que son parc et son port privé, sont inscrits comme biens culturels suisse d'importance nationale[13]. L'ensemble est classé monument historique depuis février 2019.

Cinéma[modifier | modifier le code]

La villa apparaît dans une scène du film Belle du Seigneur[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Raphaël Ebinger, « Racheté par un millardaire, le château assure son avenir », 24 heures,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  2. a b et c [PDF] Feuille d'avis de Neuchatel 7 septembre 1950p. 8
  3. a et b [PDF] Société d'histoire de l'art en Suisse SHAS Guide artistique de la Suisse
  4. LA CONSTRUCTION MODERNE n°1 1902
  5. a et b [PDF] Un chantier naval du Léman français frappé d’ostracisme? Jean-Pierre PORTIER et Didier ZUCHUATp. 6
  6. [PDF] La GAZETTE de PRANGINS n°27p. 3
  7. [PDF] Arrêt du 14/09/1898
  8. [PDF] Pro Novioduno bulletin n°19p. 16
  9. Aline Jeandrevin (dir.), Catherine Schmutz Nicod, Alexia Ryf et Vincent Lieber, Un rêve d’architecte. La brique de verre Falconnier, Nyon, Château de Nyon, , 208 p. (ISBN 978-3-03878-020-5), p. 90-95.
  10. [PDF] Commune de Prangins Rapport de Gestion 2012p. 12
  11. [PDF] Feuille d'avis de Neuchatel 9 septembre 1950p. 1
  12. [PDF] Plan directeur cantonal des rives vaudoises du lac Léman « Copie archivée » (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive)p. 47
  13. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  14. « Belle du Seigneur (2012) », sur www.l2tc.com (consulté le 6 avril 2015)

Erreur de référence : La balise <ref> nommée « rives » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.

Sur les autres projets Wikimedia :