Sanglier d'Érymanthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2007).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Héraclès ramenant le sanglier à Eurysthée terré dans une jarre, coupe attique à figures rouges, v. 510 av. J.-C., musée du Louvre (G 17)

Dans la mythologie grecque, le sanglier d'Érymanthe est un énorme sanglier qui terrifiait les habitants de l'Érymanthe en Arcadie. Sa capture constitue le quatrième travail d'Héraclès.

Mythe[modifier | modifier le code]

Même scène, amphore attique à figures noires, v. 525 av. J.-C., musée du Louvre (F 102)

Pendant son voyage vers l'Arcadie, Héraclès demande l'hospitalité à un centaure, Pholos. Ce dernier accepte de bon cœur et est très serviable, bien qu'il mange de la viande crue, il la sert cuite à Héraclès. Au fur et à mesure du repas, le héros sent la soif venir. C'est alors qu'il aperçoit un grand tonneau de vin. Il demande à Pholos de lui servir un verre du breuvage, mais celui-ci refuse car c'est un bien commun des centaures. Héraclès insiste fortement et finit par le convaincre. Le maître de maison et le demi-dieu commencent donc à s'en abreuver. Venant de finir leur dégustation ils aperçoivent au loin une horde de centaures armés de lances et de gourdins qui avaient senti l'odeur du vin. Le fils de Zeus leur tire dessus à l'aide de flèches d'argent, ainsi il parvient à les éliminer. Hélas Pholos se blesse avec l'une des flèches d'Héraclès, empoisonnée par le sang de l'hydre de Lerne, alors qu'il donne aux centaures morts leur sépulture, et un autre centaure, Chiron, qui n'avait pas participé à la bataille, est blessé par erreur à un genou, ce qui lui donne des souffrances sans fin (ne pouvant mourir, il demande aux dieux de lui retirer son immortalité afin de cesser de souffrir). C'est ainsi que meurent les deux seuls centaures bons et sages de la mythologie grecque.

Arrivant en Arcadie, Héraclès reprend son quatrième travail et se met à pourchasser durant l'hiver la bête gigantesque parcourant l'Érymanthe. Il la cherche durant plusieurs jours, abattant des arbres pour l'apercevoir, et finit par trouver un moyen pour faire sortir le sanglier de sa tanière : il pousse de grands cris. Cela fait, il le course à travers toute la montagne couverte de neige durant plusieurs jours, si bien qu'il arrive à son sommet. Le demi-dieu épuise le monstre en le suivant à la trace et en lui jetant des pierres. Ainsi, dans un moment d'inattention causé par la fatigue le sanglier d'Erymanthe tombe dans un trou qu'il avait rempli de neige creusée par Héraclès pour le piéger. Comme la bête était paralysée sous le choc, Héraclès le maîtrisa à mains nues et l'enchaîna.

Il retourne ensuite à Mycènes, le dos chargé de sa proie. Certains racontent qu'Eurysthée, terrifié par la bête, plongea dans sa jarre de bronze à la vue de la bête vivante. Héraclès déposa la bête sur la place du marché, le sanglier fut tué par un inconnu et ses défenses ont été conservées à Cumes, dans le temple d'Apollon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :