Salim Barakat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barakat.
Salim Barakat
Naissance (64 ans)
Al-Qâmichlî
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Arabe
Genres

Œuvres principales

  • Le Criquet de fer
  • Sonne du cor !
  • Les Seigneurs de la nuit
  • Diwân

Salim Barakat (né en 1951 à Al-Qâmichlî) est un écrivain et poète syrien d'origine kurde qui réside actuellement en Suède.

Biographie[modifier | modifier le code]

Salim Barakat naît en 1951 à Al-Qâmichlî, dans le nord de la Syrie, dans une famille kurde. En 1970 il part étudier la littérature arabe à Damas[1]. L'année suivante, il part au Liban et s'installe à Beyrouth, où il participe pendant un temps à la résistance palestinienne. Il devient également secrétaire de rédaction d'Al-Karmel, une revue littéraire importante du monde arabe. En 1982, il s'installe à Chypre. Il part ensuite en Suède, où il réside toujours actuellement. Salim Barakat a publié de nombreux romans, certains autobiographiques, ainsi que plusieurs recueils de poèmes.

Les romans de Salim Barakat peuvent se rattacher au réalisme magique[2] et à la littérature de l'absurde (Les Grottes de Haydrahodahus relève même de la fantasy mythique). Les éléments de merveilleux y sont souvent utilisés au service d'une réflexion sur la société et la politique. Ses poèmes se caractérisent par l'emploi de mots obscurs et des associations de termes inattendues[3].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Criquet de fer, (الجندب الحديدي, 1980), traduit chez Actes sud en 1993
  • Sonne du cor !, (1982, هاته عاليًا، هات النّفير على آخره), traduit chez Actes sud en 1995
  • Les Seigneurs de la nuit, (1985, فقهاء الظلام), traduit chez Actes sud en 1999
  • Esprits Géométriques, (1987, أرواح هندسية)
  • Les Plumes, (1990, الريش), traduit chez Actes sud en 2012
  • Les Camps de l'infini (1993, معسكرات الأبد)
  • Le Passage du flamand rose, (1994, عبور البشروش)
  • L'Univers, (1996, الكون)
  • Le Foie de Milaos, (1997, كبد ميلاؤس)
  • Les Débris de la deuxième éternité (1999, أنقاض الأزل الثاني)
  • Les Cachets et la brume, (2001, الأختام والسديم)
  • Delshad, (2003, دلشاد)
  • Les Grottes de Haydrahodahus, (2004, كهوف هايدراهوداهوس), traduit chez Actes sud en 2008
  • Thadrimis, (2005, ثادريميس)
  • Morts novices (2006, موتى مبتدئون)
  • L'Agitation des oies, (2010, هياج الإوز)
  • Sabots cassés à Haydrahodahus, (2010, حوافر مهشمة في هايدراهوداهوس )

Recueils de poèmes[modifier | modifier le code]

Salim Barakat est l'auteur de plus d'une douzaine de recueils de poèmes.

  • Diwân, (1992, الديوان)
  • Œuvres poétiques, (2007, الأعمال الشعرية)
  • La Traduction du basalte, (2009, ترجمة البازلت)
  • Le Flot, (2011, السيل)

Essais et articles[modifier | modifier le code]

  • Pharmacie, (1999, الأقرباذين)

Autres publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : biographie sur le site de la revue Banipal.
  2. Stefan G. Meyer, The experimental Arabic novel: postcolonial literary modernism in the Levant, State University of New York Press, 2001, p.87 sq.
  3. Abdul Kader El Janabi (dir.), Le poème arabe moderne, anthologie, Maisonneuve & Larose (coll. « Rivages arabes »), 1999, p.74.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Burgi Roos, Qamishly, plumes et ténèbres : lecture de quatre œuvres en prose de Salim Barakat, thèse à l'Université de Genève, 2000, publiée chez Reichert Verlag, 2007 (ISBN 3895005134 et 978-3895005138).