Figure héraldique imaginaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les figures imaginaires de l’héraldique constituent l'un des trois groupes selon lesquels sont classés les meubles héraldiques.

Très nombreuses, il s'agit de créations originales ou adaptations, parfois très libres, de créations antérieures de toute origine (mythologies égyptienne, grecque, chrétienne...). Toutefois le domaine de création se limite pratiquement au domaine animal : il n'y a pas — ou alors très peu — de plantes imaginaires ou d'objets magiques dans les blasons.

La limite entre figures naturelles et figures imaginaires est très théorique, en ce sens que les figures dites « naturelles » le sont assez peu : un lion héraldique peut avoir deux queues ou deux têtes, l’aigle héraldique même trois, ou n’avoir ni bec ni patte, sans cesser d’être considérés comme « naturels », mais cerbère, chien à trois têtes, sera lui classé imaginaire...

La plupart des figures imaginaires sont obtenues par mélange plus ou moins complexe d'espèces différentes. Quelques (rares) figures, comme le phénix, bien que totalement imaginées, ne présentent aucune étrangeté morphologique et sont classées ici beaucoup plus en raison des capacités surnaturelles qui leur sont attribuées. Cette approche introduit des cas plus ambigus, comme la salamandre héraldique ou l'agneau pascal — classés ici par certains auteurs — qui n'ont pourtant d'imaginaire que la charge surnaturelle qui leur est attribuée. (Pour l'agneau, le fait de porter une bannière ne le rend pas plus imaginaire que nombre d'autres figures naturelles portant épée, couronne et autre gadget.)

Les hybrides[modifier | modifier le code]

Un mode fréquent de création d'êtres imaginaires consiste à associer deux espèces par moitiés : outre les spécialités héraldiques comme le francolin (mi-coq mi-dindon), on retrouve de nombreux classiques : centaure et son homologue féminin, moins classique : centauresse (ou centaurelle), chimère, griffon, harpie, horus, minotaure, sphinx, hippogriffe, etc.

En l'absence d'un nom spécifique, toute composition représentant un animal dont une partie a été empruntée à une autre espèce, est blasonné monstre ou monstrueux. En particulier, on blasonne monstrueux sans autre précision un animal doté d'un visage humain.

Les monstres marins[modifier | modifier le code]

En fait il s'agit d'hybrides de poisson (pour la queue) et d'espèce terrestre (pour le reste). Un tel hybride est dit mariné. En raison d’une croyance selon laquelle tout être terrestre avait son pendant marin, il est probable que le classement des compositions marinées dans les figures imaginaires relève d’une vision moderne.

Célèbre et fréquente : la femme marinée sirène et sa variante mélusine.

L’homme mariné est peu fréquent. On le trouve en Angleterre, surtout dans les ornements extérieurs de l'écu. Si son homologue féminin est attirant par nature, il est lui, plutôt effrayant et repoussant. Il peut être en armure.
Il est plus fréquent dans sa version triton, tenant un trident et soufflant dans une conque pour provoquer des tempêtes.

Une autre figure fréquente est le capricorne, composé d'un torse de chèvre (avec les membres antérieurs) et d'une queue de poisson.

Les figures recevant un accessoire inhabituel[modifier | modifier le code]

  • ailes : outre la famille des anges (archanges, séraphins, chérubins ou angelots), des lions ailés (lion de Venise, lion de Saint Marc...), on trouve pégase, cupidon... et l'amphiptère, serpent équipé d'ailes de chauve-souris renversés. (voir ci-contre) ;
  • cornes : licorne (une frontale) ;
  • serpents : méduse (chevelure) ;
  • oreilles : midas (quatre oreilles d'ânes).

Les figures possédant un composant en nombre inhabituel[modifier | modifier le code]

Cerbère (héraldique)
  • tête : cerbère (trois ou plus), hydre (sept), amphisbène (deux dont une à la queue, voir ci-contre)... Les compositions n'ayant pas de nom particulier sont blasonnées bicéphale, tricéphale, puis : à n têtes ;
  • visage : janus (deux), gérion (trois) ;
  • œil : cyclope (un seul), argus (une centaine).

Les compositions complexes[modifier | modifier le code]

Outre les classiques comme les divers dragons (devenant même monstrueux avec une tête d'homme (!)), on trouve des compositions typiquement héraldiques :

  • panthère : corps de lion, tête de cheval, cornes et pattes de taureau (parfois les pattes avant sont des serres d'aigle). Elle vomit des flammes par la gueule et les oreilles...
  • tigre : lion au museau allongé, à cornes recourbées vers le bas et défenses de sanglier ;
  • antelope : corps de cerf, tête de dragon à cornes droites (antilope de l'héraldique anglaise).