Alcinoos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alcinoos
Francesco Hayez 028.jpg
Biographie
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Nausicaa
Laodamas (d)
Clytonée
Alio (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Dans la mythologie grecque, Alcinoos, en français Alcinoüs ou Alkinoos (en grec ancien Ἀλκίνοος / Alkínoos, « esprit puissant »), était un fils de Nausithoos ou de Phéax, et le père par Arété de Nausicaa, d'Halios, de Clytonée et de Laodamas[1].

Mythe[modifier | modifier le code]

Argonautiques[modifier | modifier le code]

Dans le mythe de Jason et des Argonautes, Alcinoos est représenté comme vivant à Drepanum avec sa femme Arété. Les Argonautes, de retour de Colchis, débarquèrent sur cette île. Quand les Colchiens, dans leur poursuite des Argonautes, y arrivèrent de même et demandèrent que Médée, l'amoureuse de Jason, leur soit rendue, Alcinoos déclara que si elle était encore vierge elle devait leur être rendue, mais que si elle était déjà mariée à Jason, il protégerait lui-même le couple contre les Colchiens. Arété, entendant cela, maria sur le champ Jason et Médée. Les Colchiens furent contraints, par le stratagème d'Arété, à partir sans leur princesse, et les Argonautes reprirent leur voyage de retour, après avoir reçu de magnifiques présents d'Alcinoos[2],[3],[4].

Odyssée[modifier | modifier le code]

Selon Homère, Alcinoos était le chef des Phéaciens sur l'île de Schérie et il avait par Arété cinq fils et une fille, la princesse Nausicaa[5]. Par rapport au temps qu'Ulysse passe auprès d'Alcinoos, on peut considérer que la taille du récit chez Homère est très importante[6] — on peut notamment comparer à la version concise d'Hygin[7]. Alcinoos offre de nombreux présents à Ulysse avant qu'il ne parte.

Réinterprétation du mythe[modifier | modifier le code]

Selon le néoplatonicien Porphyre, les récits mythologiques adressés par Ulysse à Alcinoos sont des « images allusives des réalités divines »[8]. Malgré leur invraisemblance, ils n'en seraient pas moins, d'après l'archevêque Eustathe (XIIe siècle), « semblables à la vérité »[9]. Plus récemment, le philosophe d'Hooghvorst y voyait les « confidences d'un roi à un autre roi, secret gardé sous le sceau de la fiction »[10], et « comme une révélation faite par l'or des philosophes à celui qui le loge »[11].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources antiques[modifier | modifier le code]

Sources contemporaines[modifier | modifier le code]

  • Pierre Vidal-Naquet, « Valeurs religieuses et mythiques de la terre et du sacrifice dans l'Odyssée », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 5 — 25e année,‎ , p. 1278-1297.
  • François Hartog, Mémoire d'Ulysse. Récits sur la frontière en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, , 262 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Alcinous (A) » dans (en) Leonhard Schmitz, William Smith. Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, t. 1, Boston, Little, Brown and Company, , 102 p. (lire en ligne).
  2. Apollonios de Rhodes, Argonautiques [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 990-1225.
  3. Argonautiques orphiques, 1288 ss.
  4. Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne], I, 9, 25-26.
  5. Odyssée, VI, 12 ss. et 62 ss.
  6. Odyssée, VI-XIII.
  7. Fables, 125-126.
  8. Cité dans : H. van Kasteel, Questions homériques, Physique et Métaphysique chez Homère, Grez-Doiceau, , LXXXVIII + 1198 p. (ISBN 978-2-9600575-6-0), p. XVII et p. 299.
  9. Cité dans : H. van Kasteel, Questions homériques, p. XXXI.
  10. Cité dans : H. van Kasteel, Questions homériques, p. 979.
  11. Cité dans : H. van Kasteel, Questions homériques, p. 1047.

Liens externes[modifier | modifier le code]