Julius Pokorny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Julius Pokorny
Naissance
Prague
Décès Zurich
(à 82 ans)
Nationalité Drapeau de l'Autriche Autriche - Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Profession
Activité principale
spécialiste des langues celtiques, en particulier de l'irlandais et un soutien actif du nationalisme irlandais

Julius Pokorny ( à Prague (à 82 ans) à Zurich) est un spécialiste des langues celtiques, en particulier de l'irlandais et un soutien actif du nationalisme irlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Prague dans une famille juive, il étudie à l'université de Vienne où il enseigne entre 1913 et 1920. De 1920 à 1935, il occupe la chaire de philologie celte de l'université Humboldt de Berlin. À l'arrivée au pouvoir des nationaux socialistes et en dépit de sa foi catholique, il est démis de ses fonctions sur la base de la loi pour la restauration de la fonction publique en raison de ses grands-parents juifs. Néanmoins, le 23 novembre 1933, cette décision est annulée. Deux mois après l'adoption de la loi sur la citoyenneté du Reich, il obtient finalement un congé, qui sera plus tard - contrairement à d'autres congés forcés - converti en retraite. Il est averti avant la nuit de Cristal, ce qui lui permet de partir pour la Belgique à temps[1].

Il est rédacteur en chef du journal Zeitschrift für celtische Philologie avant la Seconde Guerre mondiale et responsable de sa renaissance après-guerre.

En 1943, il émigre en Suisse où il enseigne au sein de l'université de Berne et de Zurich jusqu'à sa retraite en 1959. En 1954, il devient professeur honoraire à l'université Louis-et-Maximilien de Munich où il enseigne à temps partiel jusqu'en 1956 et de 1960 à 1965.

On lui doit Indogermanisches Etymologisches Wörterbuch (Dictionnaire étymologique indoeuropéen, 1959) qui est encore de nos jours une référence en la matière.

Il meurt à Zurich en 1970 trois semaines après avoir été renversé par un tramway non loin de chez lui.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. Joachim Lerchenmueller: "Keltischer Sprengstoff" : eine wissenschaftsgeschichtliche Studie über die deutsche Keltologie von 1900 bis 1945. Niemeyer, Tübingen 1997., p. 297