Caux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Caux
Caux
Mairie.
Blason de Caux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée
Maire
Mandat
Jean-Charles Desplan
2020-2026
Code postal 34720
Code commune 34063
Démographie
Gentilé Caussinards
Population
municipale
2 546 hab. (2018 en augmentation de 0,55 % par rapport à 2013)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 29″ nord, 3° 22′ 11″ est
Altitude Min. 27 m
Max. 166 m
Superficie 24,84 km2
Élections
Départementales Canton de Pézenas
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Caux
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Caux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caux

Caux (en occitan Caus) est une commune française située dans le département de l'Hérault, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Caux est un village circulade situé à proximité de Pézenas.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Caux
Neffiès Fontès Nizas
Roujan Caux
Alignan-du-Vent Pézenas

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom « Caux » a deux explications possibles :

  1. Il peut provenir de l'occitan « caus » qui signifie « chaux ». Ceci est possible puisque le calcaire est très présent sur le territoire, Les fours à chaux sont nombreux; on retrouve leurs vestiges à Sallèles et route de Maro.
  2. Le nom peut venir d'une expression d'origine pré-indo-européenne : « cal-so », c'est-à-dire rocher, abri. En effet, sur son socle à 103 mètres d'altitude, Caux domine les environs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société populaire » et qui compte 107 membres en l’an III[1].

  • 1875, arrivée du chemin de fer, les gares de voyageurs et de marchandises facilitent le négoce des vins.
  • 1909, électrification du village.
  • 1910, installation du téléphone.
  • de 1915 à 1919, un camp de prisonnier fut installé dans les locaux de la chartreuse de Mougères[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1944[Note 1].
Période Identité Étiquette Qualité
  Général Aubouy   Remplace Louis Garbal
  Germain, Octave, Alphonse Rasigade    
  Ludovic Gaucel    
  Fernand Albouy Apolitique  
  Michel Estadieu PS  
  Jacques Vailhère RPR  
Jean Martinez DVD[4] Professeur à l'université Montpellier 1
En cours Jean-Charles Desplan[5],[6]   Ancien cadre

Démographie[modifier | modifier le code]

Carte postale de Caux (1909).
Vue générale.
Vue Aérienne de Caux.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2018, la commune comptait 2 546 habitants[Note 2], en augmentation de 0,55 % par rapport à 2013 (Hérault : +6,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3801 5391 6891 5291 8101 8271 6771 7351 800
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8221 7971 8702 0651 9041 8281 6741 9301 980
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0491 9181 9462 1192 0482 0552 0081 7311 641
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 7741 7111 5461 5781 7091 9682 4632 4902 554
2018 - - - - - - - -
2 546--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Capitelle en pierre basaltique, restaurée.
Menhir de Peyreficade.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Caux

Les armes de Caux se blasonnent ainsi : écartelé, au premier de gueules à la bande d'argent, au deuxième d'azur à trois fleurs de lys d'or, au troisième de sable à un croissant d'or, au chef cousu d'azur chargé de trois étoiles aussi d'or, au quatrième de gueules à un houseau contourné d'or accompagné en chef de deux roses du même [11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Jean Pomarèdes : Histoire d'un bandit, de Hyacinthe Marius Maders.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Liste des maires successifs depuis la Libération relevés sur les actes d’État-civil.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
Références
  1. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 414.
  2. Guilhem Beugnon et Claude Buard, Caux sur les chemins de la grande guerre, Les amis du Clocher et du Patrimoine de Caux, , 300 p. (ISBN 978-2-9563242-1-8)
  3. a et b Jean-Étienne Alquier, maire de Caux de 1908 à 1919, mort pour la France, publié en 2018 par Alain Alquier, sur le site etudesheraultaises.fr (consulté le ).
  4. « Résultats municipales 2020 à Caux », sur lemonde.fr (consulté le 22 juillet 2020).
  5. Élections municipales et communautaires du et , publié sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  6. Jean-Charles Desplan nouveau maire, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. Didier Catarina et Jean-Paul Fernon, Armorial des communes de l'Hérault, Artistes en Languedoc, (ISSN 1264-5354), p 37.
  12. Jean Pomarèdes la canaille de Caux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Carrère, Évolution d'un village viticole aux XIXe et XXe siècles : Caux en Languedoc, Toulouse, Université de Toulouse II-Le Mirail, , 129 p.
  • Céline Chéry et Emmanuel Martin, Mission archives 34, Archives communales de Caux : Répertoire numérique détaillé des archives communales de Caux, Montpellier, Mission Archives 34, , 132 p.
  • Hyacinthe Marius Maders, Caux mon village en biterrois, Caux, Les Amis de Caux, , 26 p.
  • Hyacinthe Marius Maders, Guide historique et archéologique pour la visite du vieux Caux, Caux, Les Amis de Caux, , 22 p.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]