Alignan-du-Vent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alignan-du-Vent
Croix
Croix
Blason de Alignan-du-Vent
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Pézenas
Intercommunalité Communauté d'agglomération Béziers Méditerranée
Maire
Mandat
Régis Vidal
2014-2020
Code postal 34290
Code commune 34009
Démographie
Gentilé Alignanais
Population
municipale
1 682 hab. (2014)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 14″ nord, 3° 20′ 33″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 120 m
Superficie 17,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Alignan-du-Vent

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Alignan-du-Vent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alignan-du-Vent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alignan-du-Vent

Alignan-du-Vent (en occitan: Alinhan del Vent) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Alignanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Alignan-du-Vent est située au cœur du vignoble languedocien, à une vingtaine de kilomètres de la Méditerranée, à 7,3 km de Pézenas, 22 km de Béziers et de Agde.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les origines du nom du village sont incertaines. Il viendrait du nom d’un vétéran de la septième légion romaine, « Alinianum » [1], qui aurait reçu des terres en remerciement de ses services, et y aurait construit une "villa romaine". La villa gallo-romaine n’est pas une demeure somptueuse : il s’agissait simplement d’une habitation principale au centre d’un espace rural important et bien cultivé[2].

"Alinian" (1060) devient "Allinha del Ven" en 1425 puis "Alignan du Vent" en 1571. Le rajout "du vent" permet de supposer la présence d'un moulin à vent qui a donné son nom à une éminence située au nord du village : le Puech Aligné.

Sous l'Ancien Régime, Alignan-du-Vent est aussi identifiée sous la variante Alignant (1709).

Histoire[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

Alignan-du-Vent est une commune qui se situe dans une région néolithique reconnue par les sites des Vautes (près de Montpellier), ou de Saint-Jean.

Époque romaine[modifier | modifier le code]

C’est l’époque romaine qui vit naître la commune. Outre l’origine toponymique, certes incertaine mais traditionnellement retenue pour expliquer la naissance du village. Il existe de nombreux sites archéologiques datant de l’époque romaine (Camp Nègre, La Prade, Le Travers, Grauzan, Saint Jean). Au lieu-dit Camp Nègre a été trouvée la célèbre « urne » d’Alignan, aujourd’hui perdue. De récentes recherches menées par Ghislain Bagan ont mis au jour des monnaies romaines ainsi qu’un fragment de rasoir en bronze de type unique en Gaule méridionale (mobilier conservé à la Maison du Patrimoine de Montagnac).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au cours de la période médiévale, les habitants se regroupent autour du "castrum", sous l'autorité des seigneurs de Servian. Le village se développe lentement, avec la construction des fortifications selon le schéma de circulade, avec la Tour wisigothe au centre. Rapidement, le village acquiert son église de style roman.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Régis Vidal DVG Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 682 habitants, en augmentation de 10,8 % par rapport à 2009 (Hérault : 6,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
758 782 808 1 006 1 129 1 162 1 154 1 097 1 109
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 159 1 239 1 198 1 205 1 213 1 181 1 139 1 238 1 284
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 363 1 377 1 369 1 456 1 323 1 350 1 317 1 238 1 102
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 084 1 039 912 1 022 1 110 1 134 1 264 1 518 1 682
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6]. Archives départementales de l’Hérault[7])
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Tour.
  • XIe siècle :
    • La tour wisigothe (IXe, XVe siècle).
    • La circulade avec sa porte fortifiée.
    • le château et village de Cayssan à présent détruits proches du prieuré de Sain- Martial
Église Saint-Martin.
  • XIIe siècle et Renaissance :
    • l'église Saint-Martin, mentionnée dans une bulle du pape Eugène III en 1153, agrandie aux XVIIe puis XIXe siècles.
    • Prieuré de Saint-Martial.
    • Vestiges de l'église Sainte-Catherine.
    • Ses maisons romanes et de la Renaissance.
    • La seigneurie de Peyrat, qui était probablement une « villa » à l’époque gallo-romaine a subi de nombreuses modifications au cours des siècles. Les bâtiments actuels datent du Moyen Âge (salle voûtée) et du XVIIe siècle.
  • XVIIe siècle :
    • La croix de Peyrat mentionnant en occitan le passage du roi Louis XIV sur la commune.
  • XIXe siècle :
    • Le moulin à vent (n'en reste que les ruines de la tour et accueille aujourd'hui le local d'accueil (caisse, garde-manger) de la piscine municipale).
    • La pompe vieille de 1816.
  • XXe siècle :
    • La cave coopérative (1936) et son caveau.

Culture[modifier | modifier le code]

  • Le Poulain (en occitan : Lou Pouli, en orthographe normalisée : Lo Polin)

Le Poulain d’Alignan-du-Vent est un des animaux totémiques les plus connus de la région languedocienne. Le Poulain sort dès qu’il en a l’occasion : lors du carnaval, des rassemblements d’animaux totémiques, des brasucades de l’été…

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Alignan-du-Vent (Hérault).svg

Les armoiries de Alignan-du-Vent se blasonnent ainsi :

D'or au pairle losangé d'argent et de gueules.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cc-pays-de-thongue.fr/article.php3?id_article=80
  2. http://www.culture.gouv.fr/fr/arcnat/aerien/fr/decou5d-pg2.htm
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Listes nominatives de recensement de population numérisées et consultables en ligne sur le site des Archives départementales de l'Hérault
  8. Jules de (1788-1862) Rességuier, Éloge de Mr Poitevin Peitavi, secrétaire perpétuel de l'Académie des Jeux floraux,... par M. le Cte Jules de Rességuier, (lire en ligne)
  9. Poitevin Peitavi, Mémoire pour servir à l'histoire des Jeux Floraux, Toulouse, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adresse des principaux habitants et propriétaires... d'Alignan-du-Vent... à S. M. Louis XVIII, [1815], 120 p. (lire en ligne)
  • « Alignan-du-Vent », Cahiers d'arts et traditions rurales, no 13,‎ , p. 265-307
  • Constant Blaquière, Les églises d'Alignan du Vent, Le Vigan, C. Bausinger, , 19 p.
  • Michel Peyre, Études des églises rurales d'Alignan du vent, Espondeilhan, Puissalicon, Montblanc, Bessan, s.l., s.n.,
  • E. Sabatier, « Variétés archéologiques : Villeneuve-la-Crémade, Alignan-du-Vent. Une fresque du XVIIe siècle. Un nom de rue et de place publique. Un monument cosmogonique. Un dolmen. », Mémoires de la Société archéologique de Béziers, 2e série, no VII,‎ , p. 169-195
  • Max Segonne, Autant en emporte le vent... d'Alignan, Alignan-du-Vent, Les Amis du Moulin à vent, , 120 p.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :