Jean-Baptiste Rames

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Baptiste Rames
Naissance
Aurillac
Décès (à 61 ans)
Aurillac
Nationalité Drapeau de la France France
Profession

Jean-Baptiste Étienne Rames, est un géologue et un archéologue français, né le à Aurillac dans le département du Cantal et décédé le à Aurillac[1].

Ses études et ses publications ont essentiellement porté sur le Massif Central. Prolongeant les travaux de Jean-Étienne Guettard, il est le premier à avoir fait l'hypothèse que tous les monts du Cantal soient les débris d'un seul immense volcan primitif (haut de 3 000 mètres) dont la cheminée et le cratère se trouvaient au niveau du dôme phonolitique du Puy Griou. Il a aussi étudié et recueilli tous les vestiges de peuplement préhistorique dans le Cantal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un pharmacien d'Aurillac, il fait des études médiocres au lycée de la ville et n'obtient pas son baccalauréat.

Passionné par les sciences naturelles, il est remarqué par le Clermontois Henri Lecoq, et décide de devenir naturaliste. Il suit des cours de géologie, paléontologie, chimie à Toulouse, tout en multipliant les courses dans la montagne cantalienne.

En 1858, il réussit son examen d'assistant naturaliste, mais la naissance d'un enfant naturel rompt ses ambitions et l'oblige à revenir à Aurillac. Ayant racheté le château de Vals à Saint Santin Cantalès, il apporte à son tour de nouveaux aménagements à cet édifice abîmé par sa transformation en ferme.

Vers 1868, il reprend la pharmacie de son père. Ses amis et ses excursions le sauvent de la monotonie des jours. Libre penseur, franc-maçon, républicain, il écrit La Création, un essai placé sous l'égide de Goethe et de Darwin.

Il devient un notable local respecté et cumule les honneurs : chevalier de la Légion d'honneur depuis 1886, officier de l'instruction publique, membre de la Société géologique de France et conseiller municipal d'Aurillac.

Après son décès, le conseil municipal d'Aurillac décide en décembre 1895 d'acheter la collection scientifique de Rames et de donner son nom à une rue de la ville. Cette collection forme les prémices du Muséum des sciences Jean-Baptiste Rames, dont les collections seront redéployées au Château Saint-Étienne pour devenir Muséum des volcans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Géogénie du Cantal avec une étude historique et critique sur les progrès de la géologie dans ce département, Aurillac, Bouygues-frères, 1873 [lire en ligne]
  • Topographie raisonnée du Cantal, 1846.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales du Cantal, état-civil numérisé de la commune d'Aurillac, décès 1894-1896, acte no257 de l'année 1894, vue 66 de la numérisation.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Rames, le savant, le philosophe, Michel Leymarie, éditions du Progrès.
  • Un grand savant auvergnat: Jean-Baptiste Rames (1832-1894). ses œuvres, sa correspondance, Le Pelletier d'Aulnay (Comte L.), 1946, USHA, 256 p.
  • Dossier de Légion d'honneur de Jean-Baptiste Rames.

Liens externes[modifier | modifier le code]