Brittney Griner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brittney Griner Portail du basket-ball
Brittney Griner accepting Wade Trophy 2.jpg
Réception du Wade Trophy en 2012.
Fiche d’identité
Nom complet Brittney Yevette Griner
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (24 ans)
Houston
Taille 2,03 m (6 8)
Poids 91 kg (200 lb)
Surnom BG[1]
Situation en club
Club actuel Mercury de Phoenix
Numéro 42
Poste pivot
Carrière universitaire ou amateur
 ?
2009-2013
Nimitz HS
Baylor Lady Bears
Draft WNBA
Année 2013
Position 1er
Franchise Mercury de Phoenix
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2013
2014

2013-2014
2014-2015
Mercury de Phoenix
Mercury de Phoenix

Zhejiang Far East
Beijing Great Wall
12,6
15,6[2]

24,1
en c.
Sélection en équipe nationale **
2011- Drapeau : États-Unis États-Unis

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Brittney Griner est une basketteuse américaine née le à Houston (Texas). Elle est l'une des jeunes joueuses américaines avec le plus fort potentiel : elle est ainsi nommée la nation's number 1 player aux lycées des États-Unis. Elle est également l'une des rares femmes à avoir réalisé des dunks lors de compétitions officielles.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Joueuse de grand taille, elle mesure 2,03 m pour une envergure de 2,18 m, soit un physique rare chez les femmes avec des chaussures pour hommes de pointure 54[3] — elle se fait remarquer en lycée. Elle obtient ainsi le titre de nation's number 1 player. Elle est sélectionnée au 2009 McDonald's All-American Girls basketball team et signe son entrée à l'Université Baylor pour la saison 2009-2010.

Baylor[modifier | modifier le code]

Sa coéquipière Odyssey Sims face aux Huskies.

Dès sa première saison sous le maillot des Lady Bears, le surnom des joueuses de l'université Baylor, elle réalise quelques performances marquantes : en novembre, elle devient la septième joueuse de l'histoire de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) à réaliser un dunk dans un match universitaire[4],[5],[6]. Quelques jours plus tard, le , Griner décroche le premier triple-double de l'histoire de l'université[7] avec 34 points, 13 rebonds, et 11 contres (record de la Big 12 Conference). Ses 34 points et 11 contres sont alors ses records universitaires.

Le , Griner réalise ses deuxième et troisième dunks en universitaire face à Texas State University (99-18), devenant la seconde femme à le faire deux fois dans une même rencontre universitaire[8]. Le , Griner établit un nouveau record en tournoi final NCAA avec 14 contres lors de la victoire 49-33 face aux Georgetown Hoyas[9]. Le , elle conduit les Lady Bears au Final Four. Lors de la victoire face à Duke (51-48), Griner bloque 9 tirs, battant avec 35 contres sur le tournoi le record de contres détenu jusque là par Alison Bales avec 30 contres en 2006[10]. Malgré une remarquable moyenne de 6 contres par match, elle est toutefois devancée par la joueuse de troisième année (junior) de St. Mary's Louella Tomlinson (195 contres en saison). Elle est de plus troisième à la marque et au rebond dans sa conférence (18,4 points et 8,5 rebonds), avec trois triple-double, record historique de la Big 12[11]. Le , elle est expulsée après avoir frappé au visage une joueuse adverse de Texas Tech, Jordan Barncastle, lui cassant le nez, et avoir essayé de la faire chuter. Sa coach Kim Mulkey lui inflige un match de suspension en plus de celui imposé par la NCAA[12],[13].

Lors de la saison suivante, en 2010-2011, Baylor s'incline en Elite Eight, finale régionale soit l'équivalent d'un quart de finale, face à Texas A&M Aggies, futur champion NCAA. Auparavant, Baylor, première de la phase régulière de la conférence, remporte le tournoi de la Big 12 Conference. Sur le plan individuel, ses statistiques sont de 23,0 points, quatrième de NCAA[14], 7,8 rebonds et 4,6 contres, deuxième de NCAA[15]. Elle réalise un quatrième triple double — 28 points, 10 rebonds, 10 contres — et réalise son meilleur total de points en carrière universitaire avec 40 points. Elle est également récompensée du titre de meilleure joueuse et défenseuse de sa conférence. Elle est également désignée meilleure défenseuse par la Women's Basketball Coaches Association (WBCA) (Defensive Player of the Year by the WBCA).

En 2011-2012, Baylor réalise la saison parfaite avec 40 victoires en 40 rencontres, devenant ainsi la septième équipe féminine de NCAA à terminer la saison invaincue, après Texas en 1986, Tennessee en 1998 et Connecticut, quatre fois en 1995, 2002, 2009 et 2010[16]. Elle est également la première équipe de NCAA à obtenir 40 victoires lors de la même saison. Baylor remporte ainsi le tournoi de la Big 12 Conference puis le deuxième titre de Championnat NCAA féminin de l'histoire de l'université. Lors de celui-ci, Griner est désignée meilleure joueuse du Final Four[16]. Avec 548 contres, elle devient la deuxième joueuse de la NCAA dans cette catégorie statistique. Elle est la première joueuse à cumuler 2 000 points et 500 contres. Ses statistiques sont de 23,2 points, 9,4 rebonds et 5,1 contres, première de NCAA dans cette dernière statistique[17]. Elle est désignée meilleure joueuse de l'année par l'Associated Press[18], remporte le Wade Trophy, le Naismith College Player of the Year et le titre de WBCA defensive player of the year award [19].

En 2012-2013, pour son année senior, elle établit de nouveaux records NCAA en carrière en dunks et en contres. Le 18 février, lors d'une victoire contre les Huskies, elle passe le cap des 3 000 points et devient la huitième joueuse à passer cette barre, la première depuis Maya Moore[20]. Face à Kansas State, elle bat son record de points sur une rencontre lors de la victoire de son équipe 90 à 68, avec 50 points à 21 tir sur 28 au shoot, dont un dunk[21]. En mars 2013, pour sa dernière rencontre à domicile, elle réussit trois dunks dans la même rencontre [22]. Alors que Baylor est grand favori du Tournoi final NCAA, l'équipe est battue 81 à 82 par les Cardinals de Louisville dès le troisième tour, Griner étant limitée à 14 points (4 sur 10 aux tirs)[23].

LeBron James dit d'elle : « Ce n'est pas comme si elle attrapait la balle et marquait ou dunkait à chaque action. Elle réussit des turnaround jumpers, des drop-steps par dessus son épaule gauche ou droite, tirs en suspension, a un bon fadeaway jumper et, en plus, elle dunke. Elle est une grande joueuse[24]. »

Bien que figurant parmi les joueuses pré-sélectionnées pour figurer au sein de la sélection américaine pour les Jeux olympiques de Londres, elle décline la sélection, en raison d'un été consacré à ses études et à la maladie d'un proche[25].

WNBA[modifier | modifier le code]

Une nouvelle règle instaurée pour la saison 2013 interdisant de stationner plus de 3 secondes dans la raquette en défense — sauf face à un opposant direct — semble ne pas avoir été prise sans penser à la dissuasion représentée par Brittney Griner[26]. Elle est avec Skylar Diggins l'une des joueuses les plus attendues de la draft WNBA 2013 et est choisie numéro 1 par le Mercury de Phoenix, où elle forme équipe avec Diana Taurasi. Avant le début de saison, elle révèle son homosexualité, ce qui n'empêche pas Nike de signer un contrat avec elle[27]. Pour sa première rencontre, une défaite face au Sky de Chicago, elle inscrit deux dunks[28], mais son équipe atteint péniblement les plays-offs[réf. nécessaire]. Nominée dans le cinq des meilleures débutantes, elle est dominée dans la quête du titre de rookie de l'année par Elena Delle Donne.

Pour sa seconde saison avec un staff revu, ses statistiques connaissent une nette progression, due aussi à un travail personnel pendant l'inter-saison WNBA[29]. Le , elle est nommée pour la première fois joueuse de la semaine (27,5 points et 11,0 rebonds sur deux victoires en deux rencontres), alors que le Mercury est en tête de sa conférence[30]. Le , elle bat le record de contres de la WNBA avec 11 réussites, effaçant la marque codétenue jusque là par Lisa Leslie et Margo Dydek avec une unité de moins[31], puis cinq journées avant la fin de la saison régulière le record de 114 contres de la même Dydek en 1998[32]. Elle est élue meilleure défenseure de la saison, notamment pour son record à 129 contres sur la saison régulière[33]. Lors de la première rencontre des Finales WNBA (12 points à 6 tirs sur 10, 7 rebonds, 8 contres, 1 passe décisive), la coach du Sky Pokey Chatman déclare : « Ses progrès cette année ont été incroyables. Je ne crois pas que les gens l'apprécient assez. Ils se disent que si tu fais 2 m 03, tu dois savoir tout faire. Elle a réellement évolué dans son jeu cette dernière année. Elle est spéciale. »[34]. Elle remporte avec le Mercury le titre WNBA 2014 face au Sky de Chicago par trois victoires à zéro[35].

Autres ligues[modifier | modifier le code]

Avant ses débuts en WNBA, elle s'engage dans le championnat chinois pour la saison 2013-2014 avec Zhejiang Far East[36]. En février 2014, elle est élue meilleure joueuse du All-Star Game chinois avec 25 points, 9 rebonds et quatre dunks[37]. Elle profite de cette expérience pour peaufiner son jeu avec l'aide d'un coach particulier, Dean Demopoulos. Ainsi « des choses comme garder un regard haut. De nombreuses fois, je fais un mouvement [de pivot] alors que mes yeux ne sont pas fixés sur le cercle. Il faut garder les yeux fixés sur la cible. » De retour en WNBA, elle continue ce travail individuel avec l'entraîneur Olaf Lange, le mari de la coach du Mercury Sandy Brondello[29].

Pour la saison suivante, elle succède à Liz Cambage (qu'elle avait déjà remplacée en 2013-2014 à Zhejiang avec 24,1 points et 10,3 rebonds pour un revenu estimé à 600 000 dollars) au Beijing Great Wall[38].

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Elle figure dans la présélection pour le championnat du monde 2014. Blessée à l’œil pendant les Finales WNBA, sa participation au Mondial est un temps incertaine[39] avant d'être confirmée[40]. Lors de la première rencontre face à la Chine, elle inscrit le premier dunk recensé d'un championnat du monde féminin[41].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Avant la draft, elle annonce son homosexualité[42]. En août 2013, elle rend publique sa relation avec la joueuse du Shock de Tulsa Glory Johnson[43]. En avril 2014, elles s'accusent mutuellement de violence conjugale, Griner plaidant coupable, avant de suivre toutes deux une médiation conjugale. Les deux joueuses sont suspendues pour les sept premières rencontres de la saison 2015 par la WNBA[44]. Elles se marient en Arizona en mai 2015[45]. Le 6 juin 2015 Brittney Griner annonce avoir demandé le divorce après 29 jours de mariage et 2 jours après l'annonce de la grossesse de son épouse[46].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Elle détient le record WNBA des contres sur un match (11 le )[31] et sur une saison (129 en 2014)[33]. Avec 8 contres réussis, dont 5 dans le premier quart-temps le lors de la première manche des Finales WNBA 2014 face au Sky de Chicago, Brittney Griner établit un nouveau record de contres dans un match des Finales WNBA et dans un quart-temps de de match des Finales WNBA[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Kate Bennert, « Brittney Griner Brings It All to the Block Party », WNBA,‎ (consulté le 8 septembre 2014)
  2. « Brittney Griner », WNBA (consulté le 24 août 2014)
  3. « Brittney Griner, une femme en NBA ? », lefigaro.fr,‎ (consulté le 30 avril 2013)
  4. (en) « Baylor's Griner gets first college dunk », sur sports.espn.go.com,‎ (consulté le 26 mai 2011)
  5. (en) « Griner Dunks Twice in WBB's 99-18 Win », Baylorbears.com,‎ (consulté le 3 avril 2010)
  6. Les autres joueuses sont dans l'ordre Georgeann Wells en 1984, Charlotte Smith, Michelle Snow, Sancho Lyttle, Candace Parker et Sylvia Fowles.
  7. (en) « Brittney Griner has triple-double, misses 3 dunks  », sur interbasket.net (consulté le 26 mai 2011)
  8. (en) « Brittney Griner dunks twice, Baylor wins by 81  », sur interbasket.net (consulté le 26 mai 2011)
  9. (en) « Georgetown Hoyas vs. Baylor Lady Bears - Recap », Scores.espn.go.com,‎ (consulté le 3 avril 2010)
  10. (en) « Griner sets NCAA tournament mark for blocked shots », sur sports.espn.go.com/,‎ (consulté le 3 avril 2010)
  11. (en) « Brittney Griner », Site officiel de Brittney Griner (consulté le 2 août 2010)
  12. (en) « Griner punches Barncastle after foul », sur ESPN.com,‎ (consulté le 26 mai 2011)
  13. (en) « Baylor Freshman Suspended for Punching Opponent in the Face », sur nytimes.com, AP,‎ (consulté le 26 mai 2011)
  14. (en) « Women's College Basketball Player Statistics - 2010-11 - Scoring - Top 50 Qualified », sur espn.go.com (consulté le 4 avril 2012)
  15. (en) « Women's College Basketball Player Statistics - 2010-11 - Blocks - Top 50 Qualified », sur espn.go.com (consulté le 4 avril 2012)
  16. a et b (en) « Baylor women top Notre Dame to complete perfect 40-0 season », sur herald-mail.com,‎ 3 avril 2012
  17. (en) « Women's College Basketball Player Statistics - 2011-12 - Blocks - Top 50 Qualified », sur espn.go.com (consulté le 4 avril 2012)
  18. (en) « Baylor's Griner is AP Player of Year », sur sportsillustrated.cnn.com,‎ (consulté le 4 avril 2012)
  19. (en) « Brittney Griner wins three awards », sur sportsillustrated.cnn.com,‎ (consulté le 4 avril 2012)
  20. (en) « January 23 - February 7 », sur WNBA.com,‎
  21. (en) « NCAA : Brittney Griner plante 50 pts et un dunk face à Kansas », sur Ladyhoop,‎ (consulté le 10 mars 2013)
  22. « Brittney Griner devient la première joueuse à dunker trois fois dans un match », Basketusa.com,‎ (consulté le 31 mars 2013)
  23. « NCAA Tournament  », courier-journal.com,‎ 1er avril 2013 (consulté le 1 avril 2013)
  24. « Can Brittney Griner save the WNBA?  », www.salon.com,‎ (consulté le 31 mars 2013)
  25. (en) « Griner won't play for US team at London Olympics », sur miamiherald.com,‎ (consulté le 19 avril 2012)
  26. « Rule changes may be first wave of Griner's WNBA impact », examiner.com,‎ (consulté le 31 décembre 2012)
  27. « Nike signe Brittney Griner, sa première ambassadrice homosexuelle », Ladyhoop,‎ (consulté le 30 avril 2013)
  28. « WNBA : Brittney Griner rejoint Lisa Leslie et Candace Parker dans le clan des dunkeuses », Ladyhoop,‎ (consulté le 29 mai 2013)
  29. a et b « Brittney Griner used China play to grow on, off the court », azcentral.com,‎ (consulté le 6 septembre 2014)
  30. « Angel McCoughtry and Brittney Griner named WNBA Players of the Week », Love Women's basketball,‎ (consulté le 24 juin 2014)
  31. a et b « Roundup: Griner sets a new WNBA blocks record, Lynx finally beats Storm », Love Women's Basketball,‎ (consulté le 30 juin 2014)
  32. « Dupree leads Mercury past Stars in overtime », Love Womens's Basketball,‎ (consulté le 7 août 2014)
  33. a, b et c « Mercury’s Brittney Griner to be named Defense POY, Sandy Brondello – Coach of the Year », Love Women's Basketball,‎ (consulté le 22 août 2014)
  34. Bob Baum, « DuPree, Griner, Taurasi lead Mercury rout of Sky », WNBA,‎ (consulté le 8 septembre 2014)
  35. a et b Sarah Trotto, « Mercury finish sweep of Sky for third WNBA title », WNBA,‎ (consulté le 13 septembre 2014)
  36. « Zhejiang Chouzhou sign first overall pick in the WNBA draft Brittney Griner », Love Womens's Basketball,‎ 1er mai 2013 (consulté le 2 mai 2013)
  37. « South beats North in Chinese WCBA All-Star Game, Griner named MVP with 25 points and 4 dunks (Video) », Love Women's Basketball,‎ (consulté le 16 février 2014)
  38. « Beijing signs center Brittney Griner », Love Women's Basketball,‎ (consulté le 16 août 2014)
  39. « Delle Donne, Bonner and Vandersloot won’t be joining Americans in Europe », Love Women's Basketball,‎ (consulté le 20 septembre 2014)
  40. « Jantel Lavender final cut for Americans as they name their roster », Love Women's Basketball,‎ (consulté le 24 septembre 2014)
  41. « U.S. opens worlds with win », espn.go.com,‎ (consulté le 28 septembre 2014)
  42. « Griner Says She Is Part of Mission to Help All Live in Truth », nytimes.com,‎ (consulté le 17 août 2014)
  43. « Brittney Griner Is Engaged to Fellow WNBA Star Glory Johnson », people.com (consulté le 17 août 2014)
  44. (en) Jānis Kacēns, « WNBA suspends Brittney Griner and Glory Johnson seven games each », Love Women's Basketball,‎ (consulté le 17 mai 2015)
  45. Goug Feinberg, « Tying the knot, four WNBA players get married over past week », sports.yahoo.com,‎ (consulté le 13 mai 2015)
  46. (en) Cliff Brunt, « Griner files to annul marriage to fellow WNBA player », yahoo.com,‎ (consulté le 7 juin 2015)
  47. « USA take down Spain in Turkey 2014 Final to retain world title  », FIBA,‎ (consulté le 8 octobre 2014)
  48. « WNBA All-Rookie Team », WNBA (consulté le 31 août 2014)
  49. « Chiney Ogwumike, Jessica Breland and Briann January to make their WNBA All-Star debuts »,‎ (consulté le 16 juillet 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]