Pokey Chatman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pokey Chatman
Image illustrative de l'article Pokey Chatman
Fiche d’identité
Nom complet Dana Chatman
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (48 ans)
Ama Drapeau : États-Unis
Situation en club
Club actuel Fever de l'Indiana
Poste meneuse
Carrière universitaire ou amateur
?
1987-1991
Hahnville HS
LSU Tigers
Saison Club
Carrière d’entraîneur
1991-2007
2007-2011
2011-2016
2017-
LSU Tigers
Spartak Moscou
Sky de Chicago
Fever de l'Indiana

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.

Dana Chatman dite Pokey Chatman, née le à Ama (Louisiane), est une joueuse et entraîneuse américaine de basket-ball.

Biographie[modifier | modifier le code]

A la Hahnville High School, elle est nommée cinq fois AAU All-American puis remporte avec les USA le Mondial juniors 1987[1]. Elle rejoint les Tigers de LSU de l'Université d'État de Louisiane. Meneuse Kodak All-America, elle joue pour les Lady Tigers en NCAA sous la direction de Sue Gunter de 1987 à 1991, y établissant de nouveaux records de l'université d'interceptions (346) et de passes (570), ce dernier n'ayant été surpassé que durant la saison 2003-2004 par Temeka Johnson, alors que ses 1 826 sont la cinquième performance historique[2]. Pendant cette période, l'équipe s'est quatre fois qualifiée pour le tournoi final et elle obtient un bilan de 82 victoires pour 38 défaites. Elle trois fois membres de l'équipe-type de la Southeastern Conference (SEC) et conduit LSU à son premier titre de champion de la SEC en 1991[2]. Elle est désignée meilleure joueuse de cette finale.

Elle rejoint ensuite le staff des Lady Tigers d'abord comme aspirant assistante en 1991-1992, puis assistante coach ensuite. Durant sa 13e saison (dont la cinquième comme coach associée), elle prend la direction de l'équipe au milieu de la saison 2003–2004 en raison de problèmes de santé de Sue Gunter. Entraîneuse principale, elle conduit LSU à un bilan de 15 victoires et 5 défaites et une première qualification de l'histoire des Lady Tigers pour le Final Four, bien que l'histoire officielle de LSU en crédite Sue Gunter. Après que celle-ci a annoncé son retrait définitif le , Pokey Chatman devient la quatrième entraîneuse de LSU. Elle remporte le titre de la SEC (14 victoires) et qualifie l'équipe à nouveau pour le Final Four en 2005 (défaite en demi-finale face au futur champion Baylor), pour un bilan total de 33 victoires pour 3 défaites. En 2006, elle remporte encore le championnat de la SEC (13 victoires, 1 défaite) et mène LSU au Final Four (défaite en demi-finale face à Duke) avec un bilan annuel de 31 victoires pour 3 défaites. Après la révélation de relations sexuelles avec une de ses anciennes joueuses de LSU[3], elle doit démissionner de ses fonctions le [4]. Sans elle, sous la direction de Bob Starkey, l'équipe atteint cependant une nouvelle fois le Final Four. Après avoir lancé un procès pour être payée des 900 000 $ de son contrat[5], une transaction est conclue pour 160 000 $[6].

Pour ses 50 premiers matches comme entraîneuse officielle (2003-2004 exclus), elle obtient 47 victoires, seul l'entraîneur de Louisiana Tech Leon Barmore ayant eu un bilan supérieur (48) en NCAA. Son bilan global (2003-2004 inclus) est de 90 victoires pour 14 défaites[1]. Elle est nommée au LSU Hall of Fame en 1998. En 2005, elle est entraîneuse-adjointe des USA qui remportent la médaille d'or au Mondial Universitaires, compétition qu'elle avait déjà remportée en tant que joueuse en 1990[1]. Parmi les joueuses formées à LSU entre 1992 et 2007 : Marie Ferdinand, Seimone Augustus, Allison Hightower, Sylvia Fowles, Erica White, Doneeka Hodges, Temeka Johnson[2]...

Sollicitée par Tina Thompson[3], elle devient en août 2007 entraîneuse assistante du Spartak région de Moscou qui dispute l'Euroligue. Elle prend part à deux titres consécutifs en Euroligue. En 2008, l'équipe remporte également le championnat russe à quatre reprises[3]. En 2010, elle est nommée entraîneuse : son équipe remporte 16 victoires en autant de rencontres en Euroligue et remporte la compétition pour la troisième fois consécutive[1]. En 2010-2011, le Sparkak est battu en finale de l'Euroligue.

Absente des deux précédentes éditions, elle qualifie la Slovaquie à l'Eurobasket 2009, où elle obtient une huitième place, ce qui ne lui permet cependant pas de se qualifier pour le Mondial 2010[1].

Le , elle est nommée manageuse générale et entraîneuse du Sky de Chicago en WNBA, équipe qui comprend deux joueuses qu'elle a dirigées au Spartak, Epiphanny Prince et Sylvia Fowles[7]. Elle sélectionne Courtney Vandersloot à la draft[8]. Après une saison WNBA 2016 conclue sur un bilan de 18 victoires et 16 défaites et une demi-finale, le propriétaire du Sky de Chicago Michael Alter décide fin octobre 2016 de démettre Pokey Chatman de ses fonctions d'entraineuse et de manageuse générale au terme de six saisons avec un bilan global de 106 victoires pour 98 défaites, dont une participation aux Finales WNBA en 2014[9].

Elle est engagée quelques semaines plus tard par le Fever de l'Indiana dont l’entraîneuse Stephanie White a rejoint la NCAA[10].

Bilan comme entraîneuse NCAA[modifier | modifier le code]

Saison Équipe Bilan Tournoi final
2003–2004 LSU 15-5 Final Four
2004–2005 LSU 33-3 Final Four
2005–2006 LSU 31-4 Final Four
2006–2007 LSU 26-7 Démission avant
TOTAL
90-14

Pour 2003–2004, ne sont indiquées que les rencontres où elle est entraîneuse principale.

Club joueuse[modifier | modifier le code]

Club entraîneuse[modifier | modifier le code]

NCAA[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Équipes nationales[modifier | modifier le code]

WNBA[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

NCAA[modifier | modifier le code]

  • Championne de la Southeastern Conference (1991, joueuse; 2005, 2006 entraîneuse)
  • Qualification au Final Four (2004, 2005, 2006 entraîneuse)

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

  • Médaille d'or Médaille d'or au Mondial Junior 1987 (joueuse)
  • Médaille d'or Médaille d'or au Mondial Universitaires 1990 (joueuse[2])
  • Médaille d'or Médaille d'or au Mondial Universitaires 2005 (entraîneuse adjointe[2])

Europe[modifier | modifier le code]

  • Vainqueure de l'Euroligue (2008, 2009, 2010)
  • Championne de Russie (2008)

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

  • MVP de la Finale de la Southeastern Conference (1991, joueuse)
  • USA Basketball Writers Association National Coach of the Year (2005)
  • Women’s Basketball Coaches Association National Coach of the Year (2005)
  • Naismith National Coach of the Year (2005[2])
  • Victor Award Female Coach of the Year (2005[2])
  • Black Coaches Association’s Coach of the Year (2004, 2005[2])
  • USBWA National Coach of the Year (2005) [11]
  • Russell/WBCA National Coach of the Year (2005[2])
  • SEC Coach of the Year (2005)
  • Louisiana Coach of the Year (2005, 2006[2])

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Pokey Chatman », WNBA (consulté le 31 juillet 2011)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Pokey Chatman », LSU (consulté le 31 juillet 2011)
  3. a, b et c (en) David Woods, « Louisiana raised new Indiana Fever coach Pokey Chatman, the world shaped her », indystar.com, (consulté le 16 mai 2017)
  4. (en) « Pokey Chatman's Assistant Told LSU About Relationship », AOL News, (consulté le 31 juillet 2011)
  5. (en) « Chatman's attorney: LSU forced resignation »
  6. (en) « LSU, ex-hoops coach Chatman agree to $160K settlement », ESPN (consulté le 15 juin 2007)
  7. (en) « Sky Name Pokey Chatman Next General Manager and Head Coach », WNBA, (consulté le 31 juillet 2011)
  8. (en) « Sky’s Sylvia Fowles a reunited center with Pokey Chatman at helm », Chicago Sun Times, (consulté le 31 juillet 2011)
  9. (en) Carly Grenfell, « Chicago Sky fire head coach, GM Pokey Chatman », swishappeal.com, (consulté le 1er novembre 2016)
  10. (en) David Woods, « Indiana Fever to name Pokey Chatman coach », indystar.com, (consulté le 21 novembre 2016)
  11. (en) « USBWA WOMEN'S HONORS », USBWA (consulté le 8 mai 2010)

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Pokey Chatman » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]