Alana Beard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beard.
Alana Beard Portail du basket-ball
Alana Beard 2011.jpg
Fiche d’identité
Nom complet Alana Monique Beard
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (34 ans)
Drapeau : États-Unis Shreveport
Taille 1,8 m (5 11)
Poids 73 kg (161 lb)
Situation en club
Club actuel Sparks de Los Angeles
Numéro 0
Poste arrière
Carrière universitaire ou amateur
2000-2004 Blue Devils de Duke
Draft WNBA
Année 2004
Position 2e
Franchise Mystics de Washington
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2012
2013
2014
2015
2016

 ?
?
2008-2009
2011-2012
2012-2013
Mystics de Washington
Mystics de Washington
Mystics de Washington
Mystics de Washington
Mystics de Washington
Mystics de Washington
Sparks de Los Angeles
Sparks de Los Angeles
Sparks de Los Angeles
Sparks de Los Angeles
Sparks de Los Angeles

Canberra Capitals
Shinsegae Coolcat
Lotos Gdynia
Elitzur Ramla
Wisła Cracovie
13,1
14,1
19,2
18,8
16,1
15,9
11,4
6,2
8,5
7,8
7,1[1]

?
?
?
?
15,0[2]
Sélection en équipe nationale **
2006-2009 Drapeau : États-Unis États-Unis

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Alana Beard, née le à Shreveport en Louisiane, est une joueuse américaine de basket-ball, évoluant au poste d'arrière ou d'ailière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au terme de ses quatre années universitaires passées à Raleigh, Beard est la meilleure scoreuse de tous les temps des Blue Devils de Duke avec 2 687 points et le deux meilleurs performances sur une saison, mais ausso le plus grand nombre de passes décisives en carrière. Elle est la première joueuse de Duke à voir son maillot retiré[3].

Malgré ces bonnes performances et ses deux Final Four NCAA, elle n'est sélectionnée qu'en deuxième position lors de la draft 2004, devancée par l'autre star universitaire de l'époque, Diana Taurasi, qui elle a eu la chance de remporter trois titres universitaires avec les Huskies du Connecticut.

Pour sa première saison WNBA avec les Mystics de Washington, elle est proche du titre de Rookie of the Year, titre qui est remporté par Diana Taurasi. Courant septembre, elle est nommée joueuse de la semaine, ce qui n'avait plus été réalisé par une joueuse de première année depuis deux ans. Elle termine également la saison dans la second cinq défensif de la WNBA. Dès la saison suivante, elle est la meilleure marqueuse de son équipe, avec 14,1 points. Elle termine pour la seconde année consécutive dans le second cinq défensif. Elle est également nommée dans la WNBA All-Star Team. Sa première saison dans la ligue se termine en demi-finale de Conférence Est où les Mystics s'inclinent deux victoires à une face au Sun du Connecticut.

Sa progression continue lors de la saison WNBA 2006 où elle termine sixième au nombre de points inscrits, avec 19,1 points, et au nombre d'interceptions. Ses qualités défensives sont de nouveau récompensées d'une nomination dans le second cinq défensif. Elle participe à son second All-Star Game. Elle termine la saison dans la WNBA All-Second team (second cinq de WNBA). Pour la deuxième fois de sa carrière, elle est éliminée en play-off par les Suns.

Lors de la saison WNBA 2007, elle franchit la barre des 2 000 points en carrière et la barre des 500 rebonds. Ses 18,8 points la placent à la quatrième place de la ligue en termes de point. Elle est de nouveau récompensée d'un titre de joueuse WNBA de la semaine et participe à son troisième All-Star consécutif, le second en tant que débutante dans le cinq de départ. Elle est sélectionnée dans le premier cinq défensif de la ligue.

Lors de la saison suivante, sa moyenne de points régresse pour atteindre les 16,1 points. Elle fait toutefois passer sa moyenne de passes décisives de 3,0 à 3,5, sa moyenne d'interception restant sensiblement la même avec 1,7 pour 1,9 l'année précédente.

Lors de la Saison WNBA 2009, Washington retrouve les play-offs WNBA. Lors de ceux-ci, le Fever de l'Indiana emportent les deux rencontres 88 à 79 puis 81 à 74, Beard marquant respectivement 9 puis 10 points[4],[5]. Elle participe à son quatrième WNBA All-Star Game[Note 1]. Elle ne participe pas à la compétition en 2010 en raison d'une blessure.

Durant les périodes entre deux saisons WNBA, elle évolue à l'étranger. Elle évolue ainsi avec les Canberra Capitals en Women's National Basketball League (ligue australienne) et Women's Korea Basketball League. Elle évolue ensuite en Europe, avec le club polonais Lotos Gdynia. Elle participe ainsi la plus grande compétition en Europe, l'euroligue. C'est ainsi qu'elle est nommée pour le All-star Game de l'Euroligue 2009.

Elle est sélectionnée pour représenter les couleurs américaines lors du mondial 2006 au Brésil. La sélection doit abandonner son titre après une défaite en demi-finale face aux Russes. Les Américaines obtiennent toutefois la médaille de bronze. Lors de cette compétition, Alana Beard marque en moyenne 3,8 points par rencontre[6]. Elle retrouve sa sélection nationale à l'occasion d'un rassemblement en 2009. Celui-ci a pour but de préparer les futures échéances de l'équipe américaine, le mondial 2010 et les jeux olympiques de Londres[7].

Elle ne dispute pas la saison WNBA 2010 en raison d'une blessure à la cheville, puis la saison suivante de la ligue américaine pour une blessure au pied. Elle évolue ensuite en Europe, en Israël avec Elitzur Ramla. Elle retrouve la WNBA lors de la saison 2012 où elle évolue désormais avec les Sparks de Los Angeles, franchise avec laquelle elle signe que agent libre en février 2012[8].

Membre du meilleur cinq défensif de la WNBA en 2016[9], elle est respectée en ce domaine par Lindsay Whalen : « Elle est une grande défenseuse. Il faut s'en méfier. Il faut faire des petites choses et être attentive aux détails »[10]. Lors de la première manche des Finales WNBA, elle reçoit démarquée la balle et inscrit le panier de la victoire pour sceller une victoire 78 à 76 à Minneapolis[11]. « Toit le monde va parler du tir d'AB, les deux actions défensives clés, son contre sur Lindsay Whalen et son interception sur Maya Moore, ont été les possessions les plus cruciales pour nous » lui rend hommage Candace Parker[12]. Les Sparks remportent le titre de champion de la saison WNBA 2016[13].

Club[modifier | modifier le code]

NCAA[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

WNBA[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 2008, il n'y pas eu de WNBA All-Star Game en raison du tournoi olympique de Pékin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Alana Beard », WNBA (consulté le 10 octobre 2016)
  2. « Alana Beard », FIBA (consulté le 24 mars 2013)
  3. (en) Jack Maloney, « Alana Beard Finally Gets Her Moment In The Limelight », wnba.com,‎ (consulté le 13 octobre 2016)
  4. (en) « Indiana Fewer 88 - 79 Washington Mystics », sur www.wnba.com (consulté le 22 février 2010)
  5. (en) « Washington Mystics74 - 81 Indiana Fewer », sur www.wnba.com (consulté le 22 février 2010)
  6. (en) « Fifteenth World Championship for Women -- 2006 », sur www.usabasketball.com (consulté le 22 février 2010)
  7. (en) « USA Basketball Women's National Team To Tip-Off Training Tomorrow In D.C. », sur usabasketball.com (consulté le 22 février 2010)
  8. « Alana Beard », WNBA (consulté le 19 août 2012)
  9. a et b (en) « Sylvia Fowles, Nneka Ogwumike Headline 2016 WNBA All-Defensive Team », WNBA,‎ (consulté le 1er octobre 2016)
  10. (en) « Quotes from practice: Minnesota and Los Angeles talk about the Finals », hoopfeed.com,‎ (consulté le 10 octobre 2016)
  11. (en) Jon Krawczynski, « Beard's Jumper Lifts Sparks Over Lynx in Game 1 », abcnews.go.com,‎ (consulté le 10 octobre 2016)
  12. (en) Brian Martin, « Unheralded Beard Buries Lynx In Game 1 », wnba.com,‎ (consulté le 11 octobre 2016)
  13. a et b (en) Jack Maloney, « Candace Parker, At Long Last, A WNBA Champion », wnba.com,‎ (consulté le 23 octobre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]