Bernardino Luini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luini (homonymie).
Bernardino Luini
Bernardino Luini 004.jpg

La Vierge de la roseraie.

Naissance
Décès
Activités
Œuvres réputées
Adoration des mages, fresque transposée, (1520-1525), musée du Louvre.

Bernardino de Scapis dit Bernardino Luini (Runo, dans la province de Varèse, en Lombardie ~1481 - 1532) était un peintre de l'école lombarde du XVIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernardino Luini naît à Runo, dans une frazione de Dumenza, sur le lac Majeur. En 1500 il part à Milan avec son père. Selon Lomazzo, il est apprenti chez Stefano Scotto, pour d'autres chez Ambrogio Borgognone.

Il passe pour avoir été l'élève de Léonard de Vinci avec Giovanni Antonio Boltraffio. Il imita ce maître avec tant de succès que très souvent ses œuvres ont été attribuées à Léonard.

Dans ses œuvres, on retrouve l'influence de Melozzo da Forlì. Il influença Le Corrège.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les églises de Milan (en particulier l'Église San Maurizio al Monastero Maggiore), la pinacothèque Ambrosienne contiennent des fresques, des tableaux et des dessins admirables de Luini, entre autres, le Christ couronné d'épines, la Passion. Le Louvre fit l'acquisition à la fin des années 1860 de plusieurs fresques de la collection Litta.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Certains personnages de À la recherche du temps perdu, l'œuvre de Marcel Proust, soulèvent la ressemblance du personnage de Charles Swann avec le roi mage blond de l'Adoration des Mages de Luini : « […] ce Swann généreux et courtois qui me l'avait […] offert, sans avoir plus l'air de s'apercevoir de sa valeur que ne fait dans la fresque de Luini le charmant roi mage, au nez busqué, aux cheveux blonds, et avec lequel on lui avait trouvé autrefois, paraît-il, une grande ressemblance » (À l'ombre des jeunes filles en fleur)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nicola Spinosa, The National Museum of Capodimonte, Electa Napoli,‎ , 303 p. (ISBN 88-435-5600-2), p.76
  2. a et b Jean Philippe Breuille, « De Leonard de Vinci à Raphaël », Le Monde de la Peinture, no 3,‎
  3. a et b Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions,‎ , 589 p. (ISBN 2-35031-032-9), p.299

Sources[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :