De divina proportione

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
De divina proportione
Image illustrative de l'article De divina proportione
page de titre de l'édition de 1509

Auteur Luca Pacioli
Pays République de Venise
Version originale
Langue italien
Titre De divina proportione
Version française
Éditeur Paganino Paganini (en)
Date de parution 1509
Illustrateur Léonard de Vinci

De divina proportione (De la proportion divine) est un livre de mathématiques écrit par Luca Pacioli et illustré par Léonard de Vinci aux alentours de 1498 à Milan et publié pour la première fois en 1509[1]. Son sujet principal est la proportion mathématique (le titre renvoie au nombre d'or) et son application en géométrie, dans les arts et en architecture. La clarté du texte et des illustrations ont contribué au succès du livre et à sa diffusion au-delà des cercles mathématiques[2],[3].

Contenu[modifier | modifier le code]

Le livre est composé de trois manuscrits[1], sur lesquels Pacioli a travaillé entre 1496 et 1498.

Compendio divina proportione[modifier | modifier le code]

La première partie, Compendio divina proportione (compendium sur la proportion divine), étudie le nombre d'or d'un point de vue mathématique et explore ses applications[1]. Elle contient également un discours sur les polyèdres réguliers et semi-réguliers[4] et une discussion sur l'usage de la perspective par les peintres Piero della Francesca, Melozzo de Forlì et Marco Palmezzano.

Trattato dell'architettura[modifier | modifier le code]

La deuxième partie, Trattato dell'architettura (Traité d'architecture), discute l'application des mathématiques à l'architecture dans le De architectura de Vitruve. Le texte compare les proportions du corps humain à celles de l'architecture antique.

Libellus in tres partiales divisus[modifier | modifier le code]

La troisième partie, Libellus in tres partiales divisus (Libelle divisé en trois parties), est principalement une traduction en italien du texte latin de Piero della Francesca De quinque corporibus regularibus (it)[1], avec des exemples mathématiques[4].

Dans sa biographie de Piero della Francesca de 1550, Giorgio Vasari accuse Pacioli de plagiat[1].

Illustrations[modifier | modifier le code]

Après les trois parties de texte, se trouvent deux sections d'illustrations :

Histoire[modifier | modifier le code]

Pacioli produisit trois manuscrits du traité. Il offrit le premier avec une dédicace au duc de Milan, Ludovico il Moro, ce manuscrit est conservé à la bibliothèque de Genève. La seconde copie a été donnée à Galeazzo Sanseverino, elle est conservée à Milan, à la bibliothèque Ambrosienne. La troisième a été donnée à Pier Soderini, gonfalonnier de Florence, cette copie est perdue.

Le , est parue la première édition de De divina proportione chez Paganino Paganini (en) à Venise.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Luca Pacioli », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  2. (en) George W. Hart, « Luca Pacioli's Polyhedra », Virtual Polyhedra, sur www.georgehart.com.
  3. (en) Klaus Hoechsmann, « The Rose and the Nautilus : A geometric mystery story », sur www.math.ubc.ca, Université de la Colombie-Britannique, .
  4. a et b Michel Gardes, « La Divine Proportion de luca Pacioli », Académie de Poitiers, .
  5. (en) « Divina proportione », The Collection Online, sur Metropolitan Museum of Art.

Liens externes[modifier | modifier le code]