Musée Capodimonte de Naples

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 52′ 01″ N 14° 15′ 02″ E / 40.867, 14.250555 ()

La Reggia di Capodimonte

Le musée Capodimonte de Naples (en italien Gallerie nazionali di Capodimonte) est l'un des musées les plus importants de Naples, qui se situe au 1, via Miano, à l'intérieur du parc homonyme, dans un édifice, nommé Reggia di Capodimonte, édifié pour Charles de Bourbon et roi de Naples, par l'architecte romain Antonio Canevari.

C'est d'abord une importante pinacothèque qui conserve et expose des œuvres, entre autres, de Giovanni Bellini, Sandro Botticelli, Le Caravage, Luca Giordano, Annibale Carracci, Artemisia Gentileschi, Francisco Goya, Simone Martini, Masaccio, Titien

On y trouve également une grande collection de céramiques et de majoliques, et, à l'extérieur, un jardin botanique et le pavillon de chasse originel.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1738, Charles VII, roi de Naples et de Sicile (futur Charles III, roi d'Espagne) décide d'ériger un pavillon de chasse (casino di caccia) sur la colline de Capodimonte. Il s'oriente ensuite vers la construction de la Reggia di Capodimonte d'après les plans de Antonio Canevari et de Giovanni Antonio Medrano (architecte des opéras de Naples), pour héberger la prestigieuse collection d'art héritée de sa mère[1], Élisabeth Farnèse, dernière descendante de la famille ducale de Parme mais les travaux se poursuivent lentement pendant plus d'un siècle à cause des difficultés d'acheminement des matériaux issus des carrières de Pianura (un des quartiers de Naples).

En 1758, la collection est transférée dans la partie existante du palais et, en 1760, Ferdinand IV confie à l'architecte Ferdinando Fuga l'agrandissement de la Reggia et l'aménagement des parcs.

En 1780, la Reggia di Capodimonte accueillit le sculpteur Antonio Canova.

En 1787, sur les conseils de Jakob Philipp Hackert est institué, dans le musée, un laboratoire de restauration des peintures, confié à Federico Anders.

Pendant la révolution de 1799, le roi Ferdinand IV s'enfuit à Palerme en emportant les pièces plus précieuses des collections ; le palais est occupé par les troupes du général Championnet et les collections d'art restantes sont pillées.

Entre 1806 et 1815, pendant l'occupation française, la Reggia est privée de sa fonction muséale et devient la résidence exclusive des rois de Naples, Joseph Bonaparte (1806-1808) et ensuite de Joachim Murat (1808-1815). Pendant leurs règnes, les objets d'art ont été transférés au musée archéologique de Naples.

Après 1815, Ferdinand IV, revenu de son exil sicilien, redonne à la Reggia sa fonction résidentielle et fait reprendre les travaux dans le parc et le palais exécutés par de nombreuses artisans, peintres et sculpteurs pour les décorations de salles et en particulier il Salone delle Feste.

En 1825, François Ier, qui accède au trône, confie les travaux à l'architecte de la maison royale Antonio Niccolini (1826-1836, scalone monumentale che dal Tondo  ; 1828, façade ouest du palais, édification de la Palazzina dei Principi pour les membres de la famille royale, jardin à l'anglaise ; décorations du Salone da ballo et du Salottino pompeiano).

Les collections[modifier | modifier le code]

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Autres artistes[modifier | modifier le code]

Colantonio

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Parmesans considèrent qu'il s'agit d'un pillage, Charles ne règnera que quatre ans sur le duché de Parme avant de conquérir le Royaume des Deux-Siciles et d'emmener toutes les œuvres dont Parme regorgeait.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]