Monza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Monza
Blason de Monza
Armoiries
Drapeau de Monza
Drapeau
Monza
La cathédrale de Monza.
Noms
Nom français Monce, Modicie
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Lombardie Lombardie 
Province Monza et Brianza 
Maire
Mandat
Paolo Pilotto
2022-2027
Code postal 20900
Code ISTAT 108033
Code cadastral F704
Préfixe tel. 039
Démographie
Gentilé monzesi/munsciasch/(fr)monzien
Population 122 712 hab. (31-12-2010)
Densité 3 715 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 00″ nord, 9° 16′ 00″ est
Altitude Min. 162 m
Max. 162 m
Superficie 3 303 ha = 33,03 km2
Divers
Saint patron Jean le Baptiste
Fête patronale 24 juin
Localisation
Localisation de Monza
Localisation dans la province de Monza et Brianza.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Monza
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Monza
Géolocalisation sur la carte : Lombardie
Voir sur la carte administrative de Lombardie
City locator 14.svg
Monza
Liens
Site web site officiel

Monza ['mon:tsa] (en lombard : Monça, Monce en français[1]) est une ville italienne d'environ 120 000 habitants chef-lieu de la province de Monza et de la Brianza en Lombardie, région de la plaine du Pô.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est établie dans la haute plaine de Lombardie, à l'extrémité sud de la Brianza, à une altitude de 162 mètres. Elle est située à environ 19 km du centre de Milan et à environ 40 kilomètres de Lecco et Côme. C'est la troisième ville de Lombardie et le plus important centre administratif, économique et industriel de la Brianza.

Son territoire est traversé du nord au sud par le Lambro. Dans les premières décennies du XIVe siècle, au nord du centre historique, entre les rues F. Zanzi et Aliprandi, la famille Visconti créa une bifurcation dans la rivière à des fins défensives, donnant naissance au Lambretto. Cette nouvelle branche de la rivière longeait les anciens remparts (complètement démolis) de la ville, qui suivaient le parcours de l'actuelle rue Azzone Visconti, pour rejoindre à nouveau le fleuve principal après la rue Spalto Piodo. Un autre cours d’eau, lui aussi artificiel comme le Lambretto, est le canal Villoresi, construit au XIXe siècle, et qui traverse le territoire de Monza d'ouest en est, en croisant le Lambro à la limite nord du quartier San Rocco[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des origines de l'âge du bronze[modifier | modifier le code]

L’histoire de Monza est très ancienne, déjà à l'époque romaine on parle du Vicus de Modicia, mais il y a des preuves de présence humaine bien antérieures. Vers la fin du XIXe siècle, la découverte d'urnes funéraires montre que la présence humaine dans la région remonte au moins à l'âge du bronze, où les gens vivaient dans des maisons sur pilotis au-dessus des cours d'eau et des marais.

La période romaine[modifier | modifier le code]

Au cours du troisième siècle avant notre ère, les Romains soumirent les Insubres, les Gaulois qui ont franchi les Alpes et se sont installés autour de Mediolanum (Milan aujourd'hui). Une tribu gallo-celtique a fondé un village sur le Lambro, dont les ruines d'un pont demeurent.

Au cours de l'Empire romain, la ville était connue sous le nom de Modicia.

La période lombarde[modifier | modifier le code]

La ville a connu une période de grande importance politique et de développement artistique au cours du VIIe siècle, quand elle a été la capitale d’été du Royaume lombard. C’est grâce au roi Authari et à sa femme Théodelinde de Bavière qu’au début du VIIe siècle la capitale passe de Pavie à Milan et puis à Monza pendant les périodes d’été ; jusqu’au coup d’état de Arioald qui, après avoir vaincu son beau-frère Adaloald, fils de Théodelinde de Bavière, ramène la capitale à Pavie. La reine Théodelinde reste encore aujourd’hui un personnage très important pour la ville.

Paul Diacre, un historien du VIIIe siècle, nous écrit à ce sujet : « [...] Theudelinda costruxerat basilicam regina, Qui locus supra Abest Duodecim Mediolanum milibus, [...] » (« Théodelinde construit une basilique, dont la position est à douze miles de Milan »). Effectivement on apprend au petit « monzesi » qu’un jour la Reine eut une vision près de la rivière Lambro, une colombe lui ordonna « Modo » (« Ici »), et la Reine répondit « Etiam » (« Oui »). Donc, à partir des deux mots « etiam » et « modo », la légende aurait tiré Modoeti, le nom médiéval de Monza. À la suite de ce rêve, la reine édifia, aux alentours de 595, un palais et une chapelle (« oraculum ») en l’honneur de saint Jean-Baptiste, dans laquelle elle sera ensevelie en 627. La chapelle se transforme rapidement en basilique et elle subira plusieurs modifications pendant les siècles jusqu’aux grands travaux du XIVe siècle, qui lui donneront l’aspect actuel.

Du Xe au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La Villa royale de Monza

Plus tard, la ville dévient partie du Saint-Empire romain germanique, mais grâce à Bérenger Ier de Frioul elle obtient des grandes marges d'autonomie jusqu’au XIe siècle quand Aribert d'Intimiano, seigneur de la ville, devient archevêque de Milan et Monza perd son autonomie. Au XIVe siècle la ville devient propriété de la Famille Visconti et, ensuite, de la Famille Sforza. La perte du Duché de Milan par Ludovic Sforza signe le début de l’influence espagnole sur le Duché de Milan. En 1529 Antonio de Leiva devient le gouverneur du Duché de Milan et, en 1531, Comte de Monza. La famille de Leyva aura son nom fortement lié à la ville grâce à Marianna de Leyva, mieux connue sous l’appellation « La monaca di Monza », un des personnages les plus célèbres du roman de Alessandro Manzoni, Les Fiancés. En 1648 la famille Durini prend la place des de Leyva et la ville restera sous la domination espagnole jusqu’au début du XVIIIe siècle.

À la fin de la Guerre de Succession d’Espagne le Duché de Milan, passe sous la domination de la Maison de Habsbourg, c'est-à-dire à l'empereur, ce qui pour la ville de Monza sera une renaissance. L’impératrice Marie-Thérèse nomme gouverneur de Milan son fils Ferdinand et fait construire pour lui la Villa royale de Monza.

Le déferlement des troupes de la France révolutionnaire lors de la Campagne d'Italie (1796-1797), met la ville en danger et Monza voit son statut diminué car, avec sa Villa Archiducale, elle représente l’ancien régime. Cependant avec l'établissement de l'empire, Monza connaît un autre renouveau. En 1805, Napoléon Ier nomme vice-roi d'Italie son fils adoptif Eugène de Beauharnais qui après avoir épousé la fille aînée du roi de Bavière, séjourne volontiers à la villa royale. L'empire Français vaincu, la Lombardie redevient une possession Autrichienne. L'époque est riche en innovations. En 1841, la deuxième ligne ferroviaire d’Italie relie Milan à Monza[3].

Avec la fin du Risorgimento, l’Autriche quitte définitivement le Royaume Lombardo-Vénitien et la Lombardie devient partie du Royaume de Sardaigne qui devient rapidement le Royaume d'Italie (1861-1946). C’est l’époque de la Maison de Savoie qui commence. Elle se terminera le avec l’assassinat de Humbert Ier (roi d'Italie).

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'architecte et designer Gualtiero Galmanini est l'auteur des plans d'urbanisme de la ville de Monza au cours du XXe siècle pendant lequel la ville développe son industrie, qui avait fait déjà ses premiers pas à la fin du XIXe siècle. Celle des chapeaux est particulièrement prospère, le cappellificio Valera-Ricci acheté par Giuseppe Cambiaghi arrivait à vendre et à exporter 18 000 chapeaux par jour en 1911[4]. Très réputée déjà la société Frette & C. devient une référence encore active en 2016 dans le secteur du Linge de maison[5]. Toujours à cette époque on voit naitre et se développer la société Candy, qui produisit la première machine à laver italienne en 1946. La Simmenthal quant à elle lança la viande en boite et la Star, fut la première à faire de l’extrait de viande pour le bouillon. Ces deux marques recouvrent encore des parts importantes du marché italien en 2016.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La ville est administrée par un conseil municipal de 32 membres élus pour un mandat de cinq ans. Les dernières élections ont eu lieu les 12 et 26 juin 2022.

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
30 novembre 1997 26 mai 2002 Roberto Colombo Forza Italia  
11 juin 2002 29 mai 2007 Michele Francesco Faglia Centre gauche  
29 mai 2007 22 mai 2012 Marco Mariani Ligue du Nord  
22 mai 2012 26 juin 2017 Roberto Scannagatti Centre gauche  
26 juin 2017 27 juin 2022 Dario Allevi Ligue du Nord  
28 juin 2022 en cours Paolo Pilotto Parti démocrate  
Les données manquantes sont à compléter.

Monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Galeries[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

À Monza se déroule une partie du roman Les Fiancés d'Alessandro Manzoni.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Monza est surtout connue pour le Grand Prix d'Italie en Formule 1, qui se déroule sur le circuit Autodromo Nazionale di Monza, dans le parc de Monza, un parc de 800 hectares entouré de 18 km de murs.

Monza organise également chaque année en avril un tournoi de tennis sur terre battue du circuit ATP Challenger Tour.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Biassono, Lissone, Vedano al Lambro, Villasanta, Concorezzo, Muggiò, Agrate Brianza, Cinisello Balsamo, Brugherio, Sesto San Giovanni

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Artisanat[modifier | modifier le code]

Dans le secteur de l'artisanat, la fabrication et la restauration de meubles était encore très répandue à la fin du XXe siècle[6].

Personnalités liées à Monza[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Contenant l'Italie, premiere partie, savoir : la Savoie, le Piemont, le Montserrat, la Sardaigne, les Duches de Mantoue, de Parme & Plaisance, de Modene les Republiques de Venise, de Genes, de Lucques, l'Isle de Corse & la Toscane, , 662 p. (lire en ligne), p. 131.
  2. (it) « Come arrivare a Monza ? », sur comearrivare.eu (consulté le ).
  3. (it) 17 agosto 1840: da Monza a Milano in treno. Ferrovie Lombarde compie 180 anni ilgiorno.it
  4. (it) Valeriana Maspero, Storia di Monza, Vittone, , 320 p. (ISBN 978-88-88478-08-1 et 88-88478-08-6), p.231
  5. (it) Monica Amari, I musei delle aziende : la cultura della tecnica tra arte e storia, Franco Angeli, , 346 p. (ISBN 978-88-464-3273-5, lire en ligne), p.285
  6. (it) Atlante cartografico dell'artigianato, vol. 1, Rome, A.C.I., , p. 14

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]