Bernard Chochoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bernard Chochoy
Fonctions
Sénateur du Pas-de-Calais
Élection
Élection
Réélection
Conseiller général du canton de Lumbres
Prédécesseur Auguste Avot
Successeur Jean-Claude Quenon (PS)
Prédécesseur Charles Lemaire
Successeur Auguste Avot (indirectement)
Président du conseil général du Pas-de-Calais
Prédécesseur Émile Durieux (SFIO)
Successeur Henri Darras (PS)
Maire de Lumbres
Prédécesseur Henri Leriche (Rad.)
Successeur Jean-Claude Quenon (PS)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Nielles-lès-Bléquin (Pas-de-Calais)
Date de décès
Lieu de décès Versailles (Yvelines)
Nationalité Française
Parti politique SFIO, PS
Profession Instituteur

Bernard Chochoy, né le à Nielles-lès-Bléquin (Pas-de-Calais) et décédé le à Versailles (Yvelines), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'ouvrier, il est instituteur à Sallaumines quand il s'engage dans l'action militante, au sein des jeunesses socialistes, dont il est secrétaire de la fédération départementale du Pas-de-Calais de 1933 à 1935.

Cette année-là, il est désigné secrétaire national des jeunesses socialistes. Personnalité montante du mouvement socialiste, il est, pendant le gouvernement Léon Blum, chef adjoint du cabinet du Président du Conseil. Il est ensuite chef de cabinet de Paul Faure lorsque celui-ci est nommé ministre d'Etat (1937-1938). Chochoy se rapproche alors de la ligne ultra-pacifiste du secrétaire général de la SFIO.

En octobre 1937, il est élu conseiller général du Pas-de-Calais, dans le canton de Lumbres, mandat qu'il détient jusqu'à sa retraite politique en 1979. Il réside cependant à partir de 1938 à Paris, suite à sa nomination dans une école du XVIIIème arrondissement.

Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier en juin 1940 mais parvient à s'évader. Il rejoint alors Paris et reprend ses activités d'enseignement.

Particulièrement discret pendant l'Occupation, sans verser dans la collaboration, mais sans exprimer de défiance vis-à-vis du régime de Vichy, il est exclu de la SFIO à la Libération.

Réélu conseiller général, comme « socialiste indépendant », en 1945, sénateur en 1946, maire de Lumbres en 1947, il est réintégré dans le parti, dont la fédération du Pas-de-Calais peut difficilement se passer d'un notable aussi populaire.

En 1951, il devient président de l'office public des HLM du Pas-de-Calais, et le reste jusqu'en 1964.

Il est aussi, de 1951 à 1956, président de la commission de la reconstruction du Conseil de la République (Sénat).

Nommé secrétaire d’État à la Reconstruction et au Logement dans le gouvernement Guy Mollet en 1956, il est secrétaire d’État à l’Industrie et au Commerce dans le gouvernement suivant.

Président du conseil général du Pas-de-Calais en 1966, il est élu l'année suivante député, mais perd son mandat en 1968. Il retrouve cependant le Palais du Luxembourg lors des sénatoriales suivantes, en 1974.

Malade, il renonce à la présidence du département en 1978, puis meurt en avril 1981.

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles
Mandats nationaux
Mandats locaux

Liens externes[modifier | modifier le code]