Marie-Françoise Plissart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie Françoise Plissart, née à Bruxelles le , est une photographe et cinéaste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancienne compagne de l'écrivain et scénariste Benoît Peeters, Marie-Françoise Plissart a partagé avec lui de nombreux projets. Ils ont réalisé ensemble des films, des livres et des expositions.

Marie-Françoise Plissart est notamment l'auteur d'une série d'albums qui ont tenté de renouveler en profondeur le genre du roman-photo. Peut-être serait-il plus exact de les qualifier de récits photographiques, tant ils s'éloignent dans leurs thèmes et dans leur style du roman-photo traditionnel.

Parmi ses ouvrages, on peut citer :

Les photographies de Marie-Françoise Plissart ont été exposées à de nombreuses reprises. Son travail sur Kinshasa lui a valu le Lion d'or à la Biennale d'architecture de Venise en 2004. Une rétrospective, "A World without end" lui a été consacrée en 2008 au musée de la photographie d'Anvers. Elle est aussi la réalisatrice de plusieurs vidéo diffusées sur Arte, "L'Occupation des sols" et "Atomium in/out".

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2000 : L'Occupation des sols, court métrage de 26 minutes produit par MDW Productions, la RTBF et Arte
  • 2003 : L'avenir nous donnera raison, court métrage de 5 minutes produit par Michel de Wouters
  • 2006 : Atomium, in/out, court métrage de 25 minutes coproduit par MDW Productions et la RTBF, sur la rénovation de l'Atomium.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Droit de regards : Vienne (Musée d'Art Moderne, décembre 1985), Toulouse (Ombres blanches, mars 1986), Berlin (Litteraturhaus, octobre 1986), La Haye (Centre culturel français, janvier 1987), Amsterdam (Maison Descartes, mars 1987)
  • À la recherche du roman-photo : Bruxelles (Palais des Beaux-Arts, juin-juillet 1987), Rotterdam (galerie Perspektief, septembre 1987), Liège (les Chiroux, janvier 1989), Genève (Saint-Gervais, novembre 1989)
  • Aujourd’hui, Charleroi : Charleroi, Musée de la Photographie, octobre 1993)
  • Bruxelles brûle-t-il ? : Bruxelles (KunstenFESTIVALdesArts, Beursschouwburg, mai 1994)
  • Martini, Martini, Bxl, Beursschouwburg : Bruxelles (KunstenFESTIVALdesArts, mai 1996)
  • Photo narrative : Eastern Michigan University (Art department, novembre 1996)
  • Brussel’s architecture : Osaka (International House, octobre 1997)
  • Bruxelles, Horizon vertical : Bruxelles (Le Botanique, janvier 1999)
  • Kinshasa, the imaginary city : Venise (Biennale d'Architecture, septembre 2004), Bruxelles (Bozar, juin-septembre 2005), Johannesbourg (juin 2006)
  • A World without end, rétrospective personnelle, Musée de la photographie d'Anvers (2008).

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Jacques Dupuis, l'architecte : Le Grand Hornu (février 2000), Anvers (De Singel, septembre 2000)
  • Vacant City : Bruxelles (octobre 2000)
  • Short stories : Anvers (musée de la photographie, mars 2004)
  • Le transsibérien : Bruxelles (Musée du Cinquantenaire, septembre 2005)
  • Atomium, 9’ : Bruxelles (installation pour la réouverture de l'Atomium, février 2006)
  • La trace : Bruxelles (La Cambre, février 2006), avec Sammy Baloji

Divers[modifier | modifier le code]

  • Participation à Under Sieges, Four African cities, Freetown, Johannesburg, Kinshasa, Lagos, Documenta 11, Platform 4, février 2003.
  • Co-mise en scène et scénographie Er zit iets op het papier, octobre 2003, avec Dito Dito, Mieke Verdun et Iris van Cauwenberg, Bruxelles, Beursschouwburg.
  • Conférencière à l'Atelier de photographie de La Cambre de 2000 à 2003.
  • Participation au livre Back from Utopia, The challenge of the Modern Movement, 010 Publishers, 2002.
  • Collaboration aux albums de François Schuiten et Benoît Peeters L'Écho des Cités (Casterman), L’Enfant penchée (Casterman, 1996), Voyages en Utopie (Casterman, novembre 2000), La maison Autrique (Les impressions nouvelles, 2006.
  • Collaboration avec Jacques Dupuis, l'architecte, avec Maurizio Cohen et Jan Thomaes, éditions La lettre Volée.