Destination New-York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Destination New-York
2e album de la série Les Aventures de Jo, Zette et Jocko
Auteur Hergé
Genre(s) Aventure

Personnages principaux Jo, Zette et Jocko
Lieu de l’action Arctique
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Époque de l’action 1939

Langue originale Français
Éditeur Casterman
Première publication 1939 (noir et blanc)
1948 (couleur)
Nb. de pages 52 (couleur)

Prépublication Le Petit Vingtième
Albums de la série Les Aventures de Jo, Zette et Jocko

Destination New-York, d'Hergé, est le deuxième album de la série de bande dessinée Jo, Zette et Jocko et suite du Testament de M. Pump. Les planches ont été prépubliées du 26 janvier 1939 au 9 novembre 1939 dans les pages du Le Petit Vingtième. L’album est paru en 1952.

Résumé[modifier | modifier le code]

Pour empêcher les malfaiteurs de détruire l'avion stratosphérique pouvant réaliser le raid Paris-New York, Jo et Zette, accompagnés de leur singe Jocko, se retrouvent seuls aux commandes de l'appareil où ils vont de nouveau connaître de nouvelles aventures.

Le Stratonef H 22 étant à court de carburant, les jeunes aviateurs se posent sur une île tropicale déserte. Bénéficiant de l'échouement sur l'île de plusieurs tonneaux provenant d'un naufrage et contenant de l'essence, ils peuvent ravitailler pour entamer leur voyage de retour vers l'Europe. Mais la chance ne leur sourit pas complètement et, en raison d'une navigation hasardeuse, ils se retrouvent en plein Arctique, où l'avion se pose rudement sur une surface glacée et accidentée et y brise son train d'atterrissage et son hélice. Recueillis par un groupe de nomades esquimaux, Jo et Zette font ensuite la connaissance de l’ethnologue suédois Henrik Nielsen. Ce dernier aidera les deux enfants Legrand à rentrer sains et saufs en France en réparant le train d'atterrissage et l'hélice du Stratonef.

Dans l'album précédent, Jacques Werner, un des meilleurs pilotes d'essais de la S.A.F.C.A., avait auparavant été soudoyé par les frères Stockrise par l'intermédiaire de leur copain Charlie Brooke pour saboter le Stratonef H 22. Dans la seconde partie de cette aventure, Werner est victime d'un accident d'auto (heurt d'un arbre dû à un dérapage dans un virage) au moment où il s'apprêtait à empêcher les deux jeunes aviateurs de fuir aux États-Unis à bord de l'engin. Sylvie Dumont, l'épouse de l'ingénieur Jacques Legrand, qui avait été drogué par Charlie Brooke trois jours avant l'expiration du délai, et quelques instants avant le décollage vers l'outre-Atlantique, le retrouve sur un lit d'hôpital grièvement blessé (au thorax et au crâne). Avant de succomber à ses blessures, celui-ci lui relate son implication et son échec dans l'affaire. En lui annonçant que ses enfants se sont envolés pour l'Amérique à bord du Stratonef il parvient cependant à rassurer madame Dumont-Legrand du succès proche du raid en cours.

À la fin de sa traversée Paris-New York, le Stratonef est accueilli par des chasseurs de l'US Army Air Corps, qui le guident jusqu'à l'aérodrome de Springfield. Jocko, qui fut recueilli par le S.S. Oceanic, un paquebot français[réf. nécessaire] qui avait heurté un iceberg au large du Groenland deux semaines avant, rejoint les deux enfants au moment de leur arrivée sur le continent américain.

Mais tous ignorent que Fred Stockrise avait décidé de détruire le Stratonef par collision en plein vol avec un autre avion. Tentative heureusement sans succès, car le pilote de l'appareil agresseur, un cascadeur - pourtant expérimenté - soudoyé par Fred, manque sa cible et trouve la mort en s'écrasant non loin de la base de Springfield.

Aussitôt informé de la réussite du raid Paris-New York et de la mort tragique de Werner , Fred Stockrise joue sa dernière carte en fabriquant un faux document selon lequel le Stratonef ne serait pas parti de Paris, mais des Açores, où il aurait été secrètement amené par mer. Les deux enfants réussiront à déjouer la supercherie en révélant la vérité aux autorités américaines. Le sinistre Fred Stockrise et son frère William avoueront à leur tour leur responsabilité dans tous les attentats commis contre l'ingénieur Legrand et sa famille. Ils se retrouveront sous les verrous peu de temps après.

Le journaliste Herbert Jones aura en effet publié ce document (à lui donné par Fred Stockrise, sans vérification des faits et sans avoir cherché à enquêter pour vérifier son authenticité. Par respect pour le principe de protection des sources d'information des journalistes, la police mène une contre-enquête pour en déterminer l'origine, avant de lui demander sous peine d'arrestation, de dénoncer son auteur.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Pré-publication[modifier | modifier le code]

Un album redessiné[modifier | modifier le code]

Dans les versions précédentes de l'album, le personnage qui recueille Jo et Zette au Groenland (la Terre du Roi Guillaume) n'est pas un ethnologue suédois, mais un missionnaire français, le Père Francœur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]