Bruno Letort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bruno Letort
Naissance
Vichy
Genre musical musique contemporaine, pop, rock
Labels MusiCube / ¡Éditions!/L'escargot / Adda / Naïve / Harmonia Mundi

Bruno Letort est un compositeur français, né en 1963 à Vichy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guitariste chevronné, orchestrateur, il publie au début des années 1980 une série d’albums à la frontière du jazz et du rock.

De Manu Katché à Noël Akchoté, en passant par Richard Galliano, David Torn, Renaud Pion, Pascal Roché, Claude Barthélemy, André Ceccarelli, Jean-Paul Céléa, Didier Malherbe, Wally Badarou ou Jean-Claude Petit, il multipliera les collaborations avec des musiciens venus de la scène jazz et improvisée.

Son catalogue recèle de musiques plus « écrites » : pour orchestre (Pièces pour les pays baltes, 1992 ; puis Le Continent obscur, commande de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, 1998-99) hommage au cycle des cités obscures, pour quatuor à cordes (Escales en 1992, la musique du spectacle L’Affaire Desombres en 2001) et même un premier « opéra interactif », François Villon l’opéra, en 1994.

Mais son inspiration est large comme en témoigne Fables électroniques (2001), mêlant sons électroniques ou concrets à ceux de l’orchestre symphonique. En 2004, Bruno Letort enregistre un nouvel opus discographique baptisé E(a)st, fruit de ses nombreux voyages dans les pays de l’Est européen. C'est cette même année, qu'il devient compositeur en résidence de l'Orchestre national de Biélorussie.

La démarche de Bruno Letort a toujours visé à la pluridisciplinarité. En témoigne le nombre d’œuvres qu’il a composées pour le théâtre, le cinéma, la danse (avec les chorégraphes Marie-Jo Fagianelli en 1997 et Juliette Vitte en 2004-2006 pour La Femme penchée, Le Passeur et Portraits), la vidéo, la scénographie. Très lié à Benoît Peeters et François Schuiten, figures emblématiques de la bande dessinée belge, il a réalisé avec ces derniers L’Affaire Désombres, spectacle multimédia, créé dans le cadre du Festival 38e Rugissants à Grenoble en 1999.

En 2000 il fonde pour Radio France le label Signature sur lequel enregistreront des artistes aussi divers que Pierre Henry, Lee Ranaldo, Fred Frith, Bumcello, Hector Zazou, Elliott Sharp, Franck Vigroux, Noël Akchoté, Jean-Luc Godard, Luc Ferrari, Christian Fennesz, John Greaves, Mika Vainio, Christian Zanési, Dominique Grimaldi, Renaud Pion, Henry Fourès, Beñat Achiary...

En 2005, il signe la partition, pour orchestre symphonique et électronique (avec Jean-Michel Hervé et Röm) du film muet de 1916 Vingt mille lieues sous les mers de Stuart Paton, qui sera créée à l'opéra de Minsk.

Sa collaboration avec François Schuiten l'emmène au Japon en 2005, où il signe la musique du pavillon de Belgique lors de l'exposition universelle d'Aïchi, puis à Bruxelles pour l'exposition consacré au Transsibérien lors du festival Europalia en 2006. Cette même année il compose Poussière de voyages pour le duo Arnaud Thorette - Johan Farjot, enregistré sur le label Accord-Universal et le Requiem pour Tchernobyl, commande du ministère français des affaires étrangères pour commémorer les 20 ans de la catastrophe de Tchernobyl. Cette œuvre sera créée en juin 2006 à Minsk (Biélorussie) par le chœur et l'orchestre national de Biélorussie, sous la direction d'Andrei Galanov.

L'année suivante il crée avec l'ensemble Musiques Nouvelles sous la direction de Jean-Paul Dessy Lignes, d'après le roman éponyme de Ryû Murakami, œuvre qui sera créée aux Nuits Botanique à Bruxelles avec la collaboration de Denis Deprez (dessins) et Yuki Kawamura (vidéo). En 2008, il compose la musique pour le film de Benoît Peeters retraçant les 35 ans du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême.

Il réalise pour Bruno Coulais, en octobre 2008, la direction artistique de la musique originale de Coraline, film d'Henry Selick, enregistrée à Budapest et à Paris, puis de Au fond des bois de Benoît Jacquot en octobre 2009. C'est à l'automne 2008, qu'il commence l'écriture d'une comédie musicale sur un livret de Boris Bergman, Sakurajima, le cabaret du bout du monde.

En mai 2009, il collabore à la version scénique de Souvenirs de l'éternel présent avec François Schuiten et Benoît Peeters, puis compose à six mains (avec Dominique Grimaldi et Frédéric Sicart) une suite pour bruiteur, basse, batterie, électroniques et orchestre en hommage au film Buffet froid de Bertrand Blier.

Parallèlement à son activité de compositeur, il est producteur sur France Musique, chaîne sur laquelle il a créé en 1995 Tapage nocturne, une émission consacrée aux musiques inventives (électroacoustique, ars-acustica, musique minimaliste, rock expérimental...). En août 2009, il écrit La presque véritable épopée de l'étherophone, un feuilleton radiophonique qui conte l'histoire romancée de Léon Theremin, ancêtre de la synthèse sonore, puis en 2010 La Ville murée, science-fiction radiophonique avec Jacques Roehrich et Johan Farjot au piano dont il écrit également la musique originale.

En 2011, Bruno Letort se penche sur le correspondance de voyage d'Arthur Rimbaud, créant pour l'occasion un « hörspiel » baptisé Semelles de vent avec Ghédalia Tazartès pour la Deutschlandradio Kultur de Berlin et pour Les Passagers de la nuit, émission de France Culture.

En 2012, il travaille avec François Schuiten sur La Douce, notamment sur la programme de réalité augmenté développé par Dassault Systèmes.

En 2013, il devient directeur artistique du festival Ars Musica. En décembre, il reçoit le prix de la meilleure musique de film au Festival International du film d'animation à Moscou (FAAF).

En 2014, c'est François Schuiten et Benoît Peeters qu'il adapte pour la scène La Frontière invisible, fiction musicale qui sera donnée aux Bouffes du Nord le 9 mars, pour France Culture. Il crée la musique pour l'exposition de Benoît Peteers et François Schuiten "Revoir Paris" à la cité de l'architecture.

Le 27 septembre 2015, s'ouvre le Trainworld à Bruxelles, musée imaginé par François Schuiten, pour lequel il compose la musique et enregistre avec l'orchestre HSO de Budapest, le guitariste David Torn, et le clarinettiste Renaud Pion. Suivra en octobre de cette même année, la création de l'environnement sonore pour l'exposition "Lumières sur les Cités", dans le cadre de Mons 2015, à La Louvière en Belgique. En 2016, il signe la musique de l'exposition "Machines à dessiner" aux musée des Arts et métiers à Paris, pour laquelle il composera 23 trios à cordes (1 par haut-parleur) superposés et indépendants.

« Bruno Letort, génial caméléon, sait ajouter sa propre couleur à celles de la palette dont il use. Côté pile, on prend de plein fouet la modernité la plus radicale. Étrange territoire, où même mon oreille -couvrant pourtant un large spectre musical- peut s'avérer déconcertée. Côté face, un post-classicisme habité. Mêlant quelquefois les deux en superbes bouquets sonores. S'offrant des escapades en terres électroniques. Ce compositeur demeure une sorte d'inclassable ludion, surfant au gré de ses envies dans les mondes qui s'offrent à lui. Sa discographie comprend déjà de nombreux CD, auxquels il faut ajouter les disques en téléchargement. Et comporte multiples œuvres d'ores et déjà incontournables. »

— Pascal Perrot, Brouillon de culture

Discographie[modifier | modifier le code]

1982
  • album november flight
1988
  • Asia (pièces pour ensemble de jazz), composition et direction d’orchestre. Adda 581 102
1990
  • MusicWorks, guitare et direction d’orchestre. Bird / Just'in 760 205
1992
  • Escales (pièces pour quatuor à cordes), guitare et direction d’orchestre. Adda 590 080
  • Pièces pour les pays baltes pour orchestre symphonique. Ensemble Symphonique OrKestra, direction d'orchestre. Tangram / Wotre Musique, TC 1001
1993
  • Signes cabalistiques, pièces pour instruments du monde, composition et direction. Tangram / Wotre Musique 842 987
  • Galerie, pièces pour quatuor à cordes, direction d'orchestre. Cézame-Argile
  • La Terre des quatre coins, direction d'orchestre, compositions de Martin Saint-Pierre. Tangram / Wotre Musique
1994
  • François Villon, l'opéra, direction d'orchestre. Tangram/Wotre Musique 852 493
1995
  • Génériques potentiels, direction d'orchestre. Cézame-Argile
  • Volume premier, procédé Rodesco-Letort. Pièces pour Quatuor à cordes et machineries diverses, claviers et direction d'orchestre. Tangram TC 3026
1996
  • Suite pour les inventeurs, pièces pour Quatuor à cordes, claviers et direction d'orchestre. Éditions Cézame-Argile CD KOK 2019
1997
  • Shorts, claviers et direction d'orchestre. Cézame Argile CEZ 4014
  • Century XXI -France-, compilation de compositeurs français. New Tone - Robi Droli, FY 7011
1999
  • Mégapoles, claviers et direction d'orchestre. CMG - Cube - NAIVE
2002
  • Fables électroniques, claviers et direction d'orchestre.Cube / Nocturne.
  • Matin brun, claviers et direction d'orchestre. Radio France / Nocturne
2003
  • E[A]ST, claviers et direction d'orchestre. Cube / Nocturne
2005
  • Un opéra pictural, claviers et direction d'orchestre. ¡ Éditions ! / Harmonia Mundi
2006
  • Le Dossier secret, claviers et direction d'orchestre. ¡ Éditions ! / Harmonia Mundi
2007
  • Mégapoles, claviers et direction d'orchestre. ¡ Éditions ! / Harmonia Mundi
2008
  • Requiem pour Tchernobyl, orchestre et chœurs de Minsk sous la direction d’Andrei Galanov. ¡ Éditions ! / Harmonia Mundi
  • Lignes, ¡Éditions! / Harmonia Mundi (DVD)
2009
  • Moby Dick, ¡Éditions! / Harmonia Mundi (BD-CD)
2010
  • Lignes, Sub Rosa / SR 295 (CD)
2011
  • Semelles de vent, Deutschland Kultur Radio de Berlin.
2013
  • Fables électriques, Cube Project / Commande du GRM pour le festival Présences électroniques. Musicube
  • L'horloger du rêve, sonores dans les cités obscures, musiques composées pour les spectacles, expositions, films de François Schuiten et Benoît Peeters. Musicube
2014
  • Le Monde sonore de François Schuiten, GNA 001 / double vinyl
2016
  • Trainworld, avec David Torn, Renaud-Gabirel Pion, Franck Vaillant, Régïs Boulard. Musicube

Musique pour l'image et la scène[modifier | modifier le code]

  • Musique du film muet Dans les mansardes de Paris de Mario Hosonia (1995) / Lobster Films
  • Musique pour la pièce Angelo, tyran de Padoue de Victor Hugo, Mise en scène de Francis Sourbié (1996)
  • Le Corps sonore, direction artistique de l’enregistrement. Compositions de Martin Saint-Pierre (1996) / Tangram
  • Musique pour la pièce Mademoiselle Julie d’August Strindberg. Mise en scène de Francis Sourbié (1998)
  • Début, musique pour la chorégraphie de Marie-Jo Fagianelli / Étoile du Nord
  • La Tour, exposition de François Schuiten et Benoît Peeters / Musée de Gajac (1999)
  • Musique pour la commémoration des 10 ans de Tien Anmen, place du Trocadéro (1999)
  • Musique pour les Entretiens avec Alain Robbe-Grillet de Benoît Peeters DVD (2001)
  • Réalisation de That's Summer de David Sanson (Cube 2002)
  • Réalisation de Matin brun avec Jacques Bonnafé, Denys Podalydès. Texte de Frank Pavlov (France Inter / Nocturne 2002)
  • Musique pour l’exposition universelle d’Aichi (Japon), scénographie de François Schuiten (2005)
  • Musique pour l’exposition Le Transsibérien, scénographie de François Schuiten (2005)
  • Comix, musique pour la série consacrée à la bande dessinée, réalisée par Benoît Peeters (2005) / ARTE
  • Musique pour la chorégraphe Juliette Vitte Portraits (2005)
  • Musique pour le film muet de Stuart Paton 20000 Leagues Under the Sea (2006)
  • Musique pour l'exposition Quai des orfèvres, Château de Seneffe, scénographie de François Schuiten (2007)
  • Musique pour Leonarda, film de Guillaume Kozakiewiez (2007)
  • Musique pour le film de Benoît Peeters 35 ans de grands prix à l'occasion des 35 ans du festival d'Angoulême (2008)
  • Musique pour l'exposition La Théorie du grain de sable de François Schuiten et Benoît Peeters, Centre de Wallonie-Bruxelles, Paris (2008)
  • Musique pour Souvenirs de l'éternel présent de François Schuiten et Benoît Peeters (2009)
  • Musique pour Lollipop, film d'animation de Genadzi Buto (2010)
  • Musique pour Lumières alexandrines, film d'animation de Paul Bourgois d'après des illustrations de François Schuiten(2012)
  • Musique pour le film de Benoît Peeters 40 ans de grands prix à l'occasion des 40 ans du festival d'Angoulême (2013)
  • Musique pour les villes monde Les Cités obscures, France Culture, de Laurent Védrine (2013)
  • Musique pour l'exposition Revoir Paris, Cité de l'architecture, Scénographie de François Schuiten (2014)
  • Musique le Trainworld, Bruxelles, Scénographie de François Schuiten - Expoduo (2015)
  • Musique l'exposition "Lumières sur les cités" La Louvière - Scénographie de François Schuiten - Expoduo (2015)
  • Musique l'exposition "Machines à dessiner" Musée des arts et métiers - Paris - - Scénographie de François Schuiten - (2016)
  • Musique l'exposition Winsor McCay Musée Thomas Henry Cherbourg - Scénographie de François Schuiten et Benoît Peeters - (2017)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • François Villon, l'opéra (1994), coréalisé avec Bruno Riou-Maillard
  • Musiques interactives (1998), coréalisé avec Bruno Riou-Maillard
  • Entre les lignes (2009), réalisé par Jean-Philippe Raymond (Hibou Production)

Feuilleton radiophonique[modifier | modifier le code]

  • La (presque) véritable épopée de l'étherophone avec Armande Altaï, Boris Bergman et Jean-Marie Fonbonne (France Musique - 2009)
  • La Ville murée (ou la presque véritable épopée de Pianoman) avec Jacques Roehrich et Johan Farjot (France Musique - 2010)
  • Sur le traces du vent avec Guédalia Tazartès (France Musique - 2011)
  • L'Île à hélices d'après Jules Verne, avec Jacques Roehrich et le Cube Quartet (France Musique - 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]