Bœuf Gras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les traditions
Cet article est une ébauche concernant les traditions.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Boucherie au Bœuf Gras à Ghyvelde.
La Boucherie au Bœuf Gras à Eecke.
Le char du Bœuf Gras au Carnaval de La Nouvelle-Orléans.
Le Bœuf Gras 1909 à Pierrefitte.

Le Bœuf Gras est une importante figure festive que les bouchers ou garçons bouchers[1] exposent ou – et – font défiler solennellement en musique, généralement au moment du Carnaval. Il peut s'agir d'un animal vivant ou d'une représentation sculptée.

Cet article offre un panorama non exhaustif des festivités du Bœuf Gras dans le monde.

Belgique[modifier | modifier le code]

Anderlecht[modifier | modifier le code]

Le Concours du Bœuf Gras est attesté à Anderlecht de 1909 à 1998[2].

Anvers[modifier | modifier le code]

Un cortège du Bœuf Gras a défilé à Anvers le lundi 28 mars 1910, lendemain du dimanche de Pâques[3].

Mouscron[modifier | modifier le code]

Il existe un concours du Bœuf Gras à Mouscron qui a connu sa 29e édition en 2011[4].

Canada[modifier | modifier le code]

Montréal[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras de Montréal 1900 annoncé dans La Patrie[5].
Le Bœuf Gras de Montréal 2010.
Le Bœuf Gras au Carnaval de La Nouvelle-Orléans, gravure de 1873[6].

En 1900, un Bœuf Gras a défilé à Montréal à l'occasion de la Mi-Carême[5]. Et en 2010 un char portant un Bœuf Gras statufié a défilé le Mardi Gras[7].

France[modifier | modifier le code]

Bar-sur-Seine[modifier | modifier le code]

Dans l'église de Bar-sur-Seine un vitrail du XVIe siècle représente la fête du Bœuf Gras qui avait certainement lieu à l'époque dans la ville.

Bazas[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Promenade des bœufs gras de Bazas.

Le cortège des Bœufs Gras se déroule à Bazas chaque année depuis le XIIIe siècle[8].

Beaumont-sur-Oise[modifier | modifier le code]

La promenade du Bœuf Gras de Beaumont-sur-Oise est une fête ancienne qui existe sans interruptions depuis de nombreuses années[9].

Berck-Plage[modifier | modifier le code]

Dans la cavalcade du 20 mai 1907 défile un Char de la Boucherie, Char du Bœuf Gras[10].

Bergerac[modifier | modifier le code]

La tradition du bœuf gras est attestée en 1908 à Bergerac[11].

Chalon-sur-Saône[modifier | modifier le code]

Les bouchers qui promenaient des bœufs gras dans la ville jouèrent jadis un rôle essentiel dans l'organisation du Carnaval de Chalon-sur-Saône[12]. Le Mardi Gras 12 février 1907, les bouchers reprirent la tradition du Bœuf Gras et promenèrent en ville une bête splendide[13].

La Chapelle Saint-Denis[modifier | modifier le code]

Le 27 février 1858, M. Vauvert, dans son article intitulé Les Bœufs gras, paru dans L'Univers illustré parle du cortège du Bœuf gras de la Chapelle Saint-Denis :

Paris n'a pas eu seul le privilège de ces promenades d'apparat ; plusieurs localités voisines avait leur bœuf phénomène, avec char de triomphe et cortège traditionnel d'Indiens. La solennité de la Chapelle-Saint-Denis a été remarquable entre toutes, moins encore par la pompe qu'y avait déployée son organisateur, M. Baudeau, que par la présence d'un vieillard de cent-sept ans, le vénérable M. Armand Gérard, qui avait réclamé la faveur d'y figurer sous les traits du Temps. Nous consacrons une gravure à ce cortège, comme à celui des bœufs parisiens[14].

Le village de la Chapelle Saint-Denis disparait annexé à Paris fin 1859 (une partie est rattachée aux communes de Saint-Ouen, Saint-Denis et Aubervilliers).

Charleville[modifier | modifier le code]

Un Bœuf Gras défile dans le cortège du jeudi de la Mi-Carême 21 mars 1909 à Charleville[15].

Chartres[modifier | modifier le code]

Le 1er avril 1906, un Bœuf Gras participe à la « Cavalcade Paris-Chartres[16] ».

Château-Gontier[modifier | modifier le code]

À la Fête des Fleurs, le 27 mai 1906, défile un Char du Bœuf Gras[17].

Châtellerault[modifier | modifier le code]

Dans son Essai sur l'organisation du travail en Poitou depuis le XIe siècle jusqu'à la Révolution., paru en 1900, Prosper Boissonnade décrit le bœuf gras de Châtellerault :

Depuis la fin du XVIe siècle, les bouchers de Châtellerault, par exemple, fêtent le carnaval par un concours où ils exposent les meilleurs bœufs. Le bœuf reconnu le plus beau par les jurés est viellé, c'est-à-dire promené au son d'une musique populaire dans les cantons et carrefours de la ville, après avoir été présenté aux officiers de la sénéchaussée, et son heureux propriétaire est pourvu du monopole de la boucherie de carême[18].

Clermont-Ferrand[modifier | modifier le code]

À Clermont-Ferrand on promène les bœufs gras à Pâques jusque vers 1960[19].

Créteil[modifier | modifier le code]

Vers 1920, à Créteil, alors un village de la région parisienne, le Mardi Gras et la Mi-Carême sont des fêtes importantes, comme à Paris à la même époque. Un Bœuf Gras défile, comme le rapporte André Dreux dans Créteil, mon village ![20] :

Puis venait le Mardi Gras : c'était la fête des bouchers. La palme revenait au boucher qui pouvait montrer le plus beau bœuf, vivant, bien entendu. C'était le bœuf gras : celui-ci allait rarement sur ses pattes le long des rues de Créteil ; il était hissé sur un char, paré et joliment enrubanné, entouré de cavaliers et de gens déguisés ; les blanchisseuses étaient particulièrement de la fête et avaient congé en ce jour : il faut dire qu'elles étaient assez nombreuses puisqu'il y avait, entre autres blanchisseries plus modestes, une petite usine. Les blanchisseuses de Créteil, si elles savaient manier le battoir, comme leurs ancêtres du Ve siècle qui, dit-on, assommèrent les prédicateurs Agoard et Aglibert, maniaient au moins cet instrument professionnel avec bonne humeur et en s'accompagnant de chansons ; n'est-ce pas l'une de leurs ainées, qui, du bateau lavoir situé face à l'auberge « Au cochon de lait » où résidait Victor Hugo, charma celui-ci qui en fit un poème.
Après le Mardi Gras, le Carnaval se poursuivait par la Mi-Carême ; encore des déguisements et de joyeuses batailles de confettis. Nous vîmes vers 1920, régulièrement, des bals masqués organisés par les sociétés locales.

Dax[modifier | modifier le code]

On conserve du concours du bœuf gras tenu à Dax en février 1963 une vidéo extraite des actualités télévisées et consultable sur Internet[21].

Dijon[modifier | modifier le code]

Boeuf Gras - Eu 1908.jpg

On connaît une description de la Promenade du Bœuf Gras à Dijon en 1784. Elle offre des ressemblances avec celle de Paris :

« Le dimanche 28 novembre, les bouchers de Dijon ayant eu la prime du bœuf gras, à l'ouverture des foires de Seurre, ils le promenèrent par la ville en grande pompe ; ils étoient à cheval, l'épée à la main et avoient la musique de Prince[22]. »

Eu[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras à Eu en 1908.

Une carte-postale montre le dessin d'un char portant un Bœuf Gras et trois personnes costumées : un toréador et deux picadors. Il défile dans la grande cavalcade organisée à Eu le lundi de Pâques 20 avril 1908[23]. Une autre carte-postale montre le Bœuf Gras et la Boîte au Sel défilant à Eu ce jour-là[24].

Issoudun[modifier | modifier le code]

Une photo datant des années 1930 montre le cortège du Bœuf Gras à Issoudun.

Jargeau[modifier | modifier le code]

Le carnaval de Jargeau, qui est aujourd'hui le plus grand de la région Centre-Val de Loire, aurait pour origine la promenade du Bœuf Gras dans les villages dans les années 1880[25].

Lunéville[modifier | modifier le code]

Le 4 avril 1904 à Lunéville a été organisé une cavalcade où figurait un char du Bœuf Gras[26].

Lurcy-Lévis[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras à Lurcy-Lévis.

La tradition de la Promenade du Bœuf Gras est attestée à Lurcy-Lévis par une carte-postale ancienne[27].

Marseille[modifier | modifier le code]

En 1822, on lit dans le Dictionnaire critique des reliques et des images miraculeuses par J.-A.-S. Collin de Plancy[28] :

On promène toujours le bœuf gras à Marseille, le jour de la Fête-Dieu (1). Il porte sur son dos un enfant, qui représente saint Jean-Baptiste. Quelques-uns prétendent que c'est un reste de paganisme ; mais Ruffi attribue l'origine de cette cérémonie aux confrères du corps de notre Seigneur « qui promenaient tous les ans un bœuf, pour en régaler ensuite les confrères, le jour de la Fête-Dieu. » Il cite des pièces de 1530, qui prouvent du moins que cette procession avait alors l'usage qu'il lui donne, mais qui ne prouvent point que ce ne soit pas un reste du paganisme (2).
(1) Les nourrices ont bien soin de faire baiser le museau du bœuf gras par leurs nourrissons. Elles se persuadent que cette cérémonie préserve pour toujours un enfant des maux de dents. Les bonnes femmes qui peuvent faire entrer le bœuf gras chez elles, regardent comme un heureux présage qu'il dépose sa digestion dans leur maison ou dans leur cour.
(2) Histoire de Marseille, livre XIV, chap. VI.

La Martinique[modifier | modifier le code]

Une figure traditionnelle du Carnaval de Martinique était jadis le bœuf Mardi Gras[29].

Montargis[modifier | modifier le code]

Une carte-postale vers 1900 montre le char du Bœuf Gras défilant à « La Cavalcade du 9 avril » à Montargis[30].

Montbrison[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras est attesté à Montbrison jusqu'en 1962[31].

Montluçon[modifier | modifier le code]

La fête du Bœuf Gras a reparu au début des années 1990 à Montluçon sous le nom de Fête, puis Carnaval du Bœuf Villé[32].

Nancy[modifier | modifier le code]

Le bœuf gras défilait jadis à Nancy. Un article illustré d'une photo a paru sur le sujet en février 2012 dans L'Est républicain[33].

Nantes[modifier | modifier le code]

Affiche annonçant le Carnaval de Nantes 1907.

Le Bœuf Gras paraît être une vieille tradition du Carnaval de Nantes. On le voit défiler, par exemple, en 1907[34], 1914, 1920, 1921, 1923, 1924.

Photos du Bœuf Gras du Carnaval de Nantes :

Au Carnaval de Nantes, en 1958, le dernier attelage à cheval sorti dans les défilés carnavalesques est un char du Bœuf Gras.


Niort[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras était traditionnellement promené chaque année à Niort[35].

Orléans[modifier | modifier le code]

On conserve la description de la promenade du bœuf gras d'Orléans en 1807, qui rappelle singulièrement la tradition parisienne, avec, y compris, l'enfant déguisé en amour juché sur le bœuf :

8 février 1807. – Fête des bouchers d'Orléans, et promenade du bœuf gras dans cette ville. Un énorme animal, couvert d'une housse écarlate, les cornes ornées de fleurs et de rubans, portant sur son dos un joli enfant de six ans vêtu en amour ayant un arc à la main et un carquois sur le dos, était suivi par plus de cinquante garçons bouchers proprement vêtus, en vestes, bonnets et tabliers blancs, partie à cheval et partie à pied; le cortège parcourut une bonne portion de la ville en faisant éclater sa joie bruyante et s'arrêtant devant la demeure des principaux habitans d'Orléans, ainsi qu'à la porte des meilleures pratiques, dont les générosités servirent à faire un gala splendide qui termina cette fête[36].

Une carte-postale vers 1930 montre la présentation de Bœufs gras à Orléans le jour de la Mi-Carême[37].

Paris[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle à Paris, les prestigieuses festivités du Bœuf Gras prennent une dimension gigantesque, devenant de facto la Fête de Paris dans le cadre du très grand Carnaval de Paris. À partir de 1870, le cortège parisien du Bœuf Gras est victime de circonstanciels problèmes politiques et d'organisation : crise des bouchers parisiens avec l'affaire Mathurin Couder en 1869-1873 et absence de maire de Paris jusqu'en 1977. Il défile encore au XXe siècle, y compris à grande échelle en 1905 et 1936. Mais disparaît après les défilés de 1951 et 1952.

Suivent 45 années d'interruption. Il renaît en 1998 à l'initiative de Basile Pachkoff et défile depuis chaque année. À partir de 2002, il renoue avec le calendrier traditionnel du Carnaval et sort le Dimanche Gras avant veille du Mardi Gras.

Le Perray-en-Yvelines[modifier | modifier le code]

Un char du Bœuf gras a défilé lors d'une cavalcade organisée en 1908 au Perray-en-Yvelines[38].

Pierrefitte-sur-Seine[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras 1913 à Troyes.

Une carte-postale datant de 1909 figure le Bœuf Gras de Pierrefitte-sur-Seine, ville alors appelée Pierrefitte.

Poitiers[modifier | modifier le code]

Louis-François-Marie Bellin de La Liborlière écrit en 1846 à propos de la vie à Poitiers avant 1789 :

Comme la loi de l'abstinence quadragésimale était assez généralement observée, on nommait chaque année un boucher de carême chargé seul du débit public de la viande pour le temps où cette espèce d'aliment devenait une exception. C'était lui qui faisait promener avec grande pompe le bœuf gras dans toutes les rues de la ville au moment du carnaval[39].

La « boucherie de carême » était l'unique boucherie autorisée à vendre de la viande durant les quarante jours du carême aux personnes dispensées de jeûne par l'évêque. Cette fonction était prestigieuse et lucrative[40].

Rennes[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras des étudiants de Rennes en 1938[41].

Un Bœuf Gras défile à la Mi-Carême 1927 à Rennes[42] et un autre à la Mi-Carême 1930[43].

Le premier prix de la tombola des étudiants rennais pour la Mi-Carême 1938 est un Bœuf Gras[41].

Rochefort[modifier | modifier le code]

Une photo du Bœuf Gras qui a défilé le jeudi de la Mi-Carême 28 mars 1935 à Rochefort est consultable sur Internet. Le commentaire d'accompagnement précise que ce défilé a lieu à l'époque chaque année[44].

Saint-Germain-des-Fossés[modifier | modifier le code]

Une carte-postale figure la présentation d'un Bœuf Gras de Pâques à Saint-Germain-des-Fossés en 1925[45].

Saint-Pierre-et-Miquelon[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras à Sancoins vers 1930.

Le Mardi Gras 1929 a défilé un Bœuf Gras aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon[46].

Sancoins[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras au Carnaval de La Nouvelle-Orléans 2011.
Pierre tombale à Mobile de Joseph Stillwel Cain où est mentionné le Bœuf Gras.

Une carte postale montre le Bœuf Gras à Sancoins vers 1930[47].

Troyes[modifier | modifier le code]

Une carte-postale ancienne montre le char du bœuf gras qui défile à Troyes à l'occasion du Carnaval 1913[48].

Versailles[modifier | modifier le code]

En 1849, le Bœuf Gras parisien ne défile pas à Paris, mais à Versailles. Il est baptisé : Californien, en référence à la ruée vers l'or en Californie, qui débute la même année..

La Revue comique écrit à propos du défilé versaillais[49] :

Et voilà comment le Californien, le bœuf gras de 1849, dépouillé de sa royauté parisienne, s'est trouvé réduit à promener sa majesté exilée dans les rues désertes du pompeux Versailles, sous les yeux dédaigneux des douairières de l'endroit ! Quelle chute ! mais aussi quel enseignement philosophique ! Le bœuf jetait des regards mélancoliques sur la ville de Louis XIV ; la ville dont toutes les passions, les affections, les souvenirs sont au delà de notre frontière, regardait avec une parfaite indifférence le Californien.

Un Bœuf Gras a défilé à Versailles en 1895.

Il est annoncé le 21 mars de cette année-là par le journal La Presse[50]  :

A Versailles et à Saint-Germain-en-Laye, la fête (de la Mi-Carême) est remise au dimanche 24 mars.
Les préparatifs à Versailles sont d'ores et déjà imposants, et le bœuf gras qui sera promené triomphalement dans les rues sera en même temps le lot principal d'une tombola au profit des pauvres ; comme, ce lot pourrait encombrer quelque peu la personne qui le gagnera, il sera repris pour 1,000 francs.

Le Vésinet[modifier | modifier le code]

On lit sur une page Internet consacré à l'histoire du Vésinet[51] :

Avant 1900, le défilé du Bœuf-Gras avait lieu avant la fête de la Marguerite. Il s'agissait de promener, fanfare en tête, dans les rues du Vésinet, un bœuf énorme, décoré de fleurs et de rubans tricolores. La bête appartenait à la boucherie Filquière, et M. Filquière lui-même, vêtu de la blouse bleue traditionnelle la conduisait.

Villeneuve-sur-Yonne[modifier | modifier le code]

À la cavalcade du 7 mai 1922 défile un Char du Bœuf gras[52].

Italie[modifier | modifier le code]

Carrù[modifier | modifier le code]

À Carrù, berceau de la race bovine piémontaise, une foire du Bœuf gras réservée aux bovins de race piémontaise est organisée chaque année depuis 1910[53].

Cavriago[modifier | modifier le code]

À Cavriago depuis plus de deux siècles est organisée une foire du bœuf gras[54].

Moncalvo[modifier | modifier le code]

À Moncalvo, depuis bientôt quatre siècles, existe une foire du bœuf gras[55].

Nizza Monferrato[modifier | modifier le code]

À Nizza Monferrato dans la province d'Asti existe depuis le XVIIe siècle une Fiera del Bue grasso et del Manzo – Foire du Bœuf gras et du Bœuf[56].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Mobile[modifier | modifier le code]

Le Bœuf Gras parisien a influencé le carnaval en Louisiane. En 1711, la première société carnavalesque fondée à Mobile porte le nom de Bœuf Gras Society[57].

La tradition du Bœuf Gras venue de France à Mobile est interrompue en 1861 à cause de la guerre. Elle est relancée en 1866 par Joseph Stillwell Cain et a pris aujourd'hui le nom de Mardi Gras[58].

La Nouvelle-Orléans[modifier | modifier le code]

Au Carnaval de La Nouvelle-Orléans défile jadis un cortège du Bœuf Gras. Une gravure de 1875 le montre. Il porte un nom français et comprend un sacrificateur armé d'une massue repris du cérémonial parisien.

Depuis 1909 défile au Carnaval de La Nouvelle-Orléans un monumental et célèbre char du Bœuf Gras.

Shreveport[modifier | modifier le code]

On peut voir sur Internet la photo d'un monumental Bœuf gras artificiel défilant sur son char dans le cortège du Krewe of Centaur (Société de Carnaval Centaure) pendant le Carnaval de Shreveport 2009[59].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme garçons bouchers ne paraît plus utilisé aujourd'hui, on dit plutôt : apprentis-bouchers
  2. Le Concours du Bœuf Gras à Anderlecht de 1909 à 1998.
  3. Une carte-postale montrant le cortège du Bœuf Gras à Anvers le 28 mars 1910.
  4. Le concours de Mouscron décrit en 2008 par Le Courrier de Mouscron ; l'annonce de sa 29e édition en 2011.
  5. a et b Le cortège est annoncé dans La Patrie, quotidien montréalais, du 21 mars 1900, en haut de la page 2, 6e et 7e colonnes.
  6. Gravure montrant le Bœuf Gras de la société Rex à la Nouvelle Orléans défilant le mardi gras 1873. En tête marche le sacrificateur inspiré par le cortège du Bœuf Gras de Paris. Gravé par James Wells Champney, légendé « The Boeuf-Gras--the fat ox--is led in the procession. » Cette gravure est extraite du livre d'Edward King « The Great South » publié en 1875.
  7. Vue du défilé du char du Bœuf Gras le Mardi Gras 2010 rue Sainte Catherine à Montréal.
  8. Voir un reportage photographique sur l'édition 2014 de la fête, publié sur le site du journal Sud Ouest.
  9. On peut lire sur Internet un programme de la Fête des Bœufs Gras de Bazas.
  10. Carte-postale figurant le Char du Bœuf Gras à Berck-Plage le 20 mai 1907.
  11. Une page Internet sur la promenade des Bœufs Gras à Bergerac en 1908.
  12. Histoire du Carnaval de Chalon-sur-Saône, sur le site Internet officiel de ce carnaval.
  13. Carnaval de Châlon-sur-Saône, Son histoire
  14. M. Vauvert Les Bœufs gras, L'Univers illustré, 27 février 1858, p. 135, 3e colonne. L'illustration montrant le défilé du Bœuf gras de la Chapelle Saint-Denis se trouve en haut de la page 144. Voir ce dessin reproduit sur la base Commons.
  15. Une carte-postale montrant le cortège de la Mi-Carême 1909 à Charleville avec son Bœuf Gras.
  16. Vue du Bœuf Gras à la Cavalcade Paris-Chartres, le 1er avril 1906..
  17. Vue du Char du Bœuf Gras à Château-Gontier le 27 mai 1906.
  18. Prosper Boissonnade, Essai sur l'organisation du travail en Poitou depuis le XIe siècle jusqu'à la Révolution., tome 2, H. Champion éditeur, Paris 1900, page 222.
  19. À propos de la promenade des bœufs gras de Pâques à Clermont-Ferrand.
  20. André Dreux Créteil, mon village ! édité par la Société d'histoire et d'archéologie le vieux Saint-Maur 1978, p. 119.
  21. Vidéo du concours du bœuf gras à Dax en février 1963.
  22. Mercure Dijonnois, page 1118, cité par les Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, Imprimerie de Frantin, Dijon 1830, page 319.
  23. Une carte-postale figurant le char du Bœuf Gras à Eu le 20 avril 1908.
  24. Le Bœuf Gras et la Boîte au Sel à la Cavalcade du 20 avril 1908 à Eu.
  25. Voir à ce propos une notice sur l'origine du Carnaval de Jargeau et la photo du char allégorique du Bœuf Gras au Carnaval de Jargeau 2010.
  26. Vue du Char du Bœuf Gras à la Cavalcade de Lunéville le 4 avril 1904.
  27. Vue de la Promenade du Bœuf Gras à Lurcy-Lévis.
  28. J.-A.-S. Collin de Plancy Dictionnaire critique des reliques et des images miraculeuses tome premier [-troisième], volume 2, p. 450.
  29. On peut lire sur Internet une page sur le papa diab' du Mardi Gras figure du Carnaval de Martinique, jadis accompagnateur et aujourd'hui héritier du bœuf Mardi Gras.
  30. Vue du char du Bœuf Gras de la Cavalcade du 9 avril à Montargis.
  31. Article avec deux photos, dont une du Bœuf Gras de Montbrison en 1962.
  32. On peut lire sur Internet le programme du Carnaval du Bœuf Villé, par exemple celui de 2008.
  33. Le temps du bœuf gras, L'Est républicain, 22 février 2012.
  34. Affiche pour le Carnaval de Nantes 1907.
  35. Photo du Bœuf Gras de Niort vers 1900.
  36. Recherches historiques sur la ville d'Orléans. 3, 1, par Denis Lottin père... Éditeurs : A. Jacob (Orléans) puis J.-B. Niel (Orléans), 1836-1845.
  37. Vue de la présentation de bœufs gras à Orléans vers 1930.
  38. Vue du char du Bœuf gras 1908 au Perray-en-Yvelines.
  39. Louis-François-Marie Bellin de La Liborlière, Vieux souvenirs du Poitiers d'avant 1789, suivis de notices spéciales sur la Grand'Gueule et l'ancienne Université de Poitiers, Éditeur : chez tous les libraires, Poitiers 1846, page 13.
  40. Il arrivait aussi jadis qu'on achète la qualité de boucher de carême. On peut lire sur Internet le texte du bail de la boucherie de caresme de Charles Robert, boucher à la Rochelle en 1729.
  41. a et b Avant le défilé de la Mi-Carême, Rubrique Rennes, L'Ouest-Éclair, édition de Rennes, 24 mars 1938, page 5, 5e et 6e colonnes. Voir l'article reproduit sur la base Commons.
  42. Avant les fêtes de la Mi-Carême, Des nouvelles du bœuf gras, L'Ouest-Éclair, 24 mars 1927, page 4, 1re colonne.
  43. La Mi-Carême, L'Ouest-Éclair, 27 mars 1930, page 4, 6e colonne.
  44. Voir la page Internet correspondant à ce document.
  45. Présentation d'un Bœuf Gras de Pâques à Saint-Germain-des-Fossés en 1925.
  46. Photo des festivités du Mardi Gras 1929 aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon, avec un Bœuf gras.
  47. Vue du Bœuf Gras à Sancoins vers 1930.
  48. Char du Bœuf gras au Carnaval de Troyes 1913.
  49. Encore le bœuf gras, Revue comique à l'usage des gens sérieux. Histoire morale, philosophique, politique, critique, littéraire et artistique de la semaine, avril 1849, page 238, 2e colonne.
  50. En banlieue, La Presse, 21 mars 1895, page 3, 2e colonne. Voir l'article reproduit sur la base Commons.
  51. Le Vésinet au Quotidien, Chronique anecdotique et historique de la commune (1860 ~ 1985), Le Vésinet de la "Belle Époque" (1880-1914)
  52. Vue du Char du Bœuf gras de Villeneuve-sur-Yonne le 7 mai 1922.
  53. Sur Internet on peut lire une notice en italien sur la foire du Bœuf gras de Carrù : Fiera del Bue grasso.
  54. Voir une page Internet en italien sur la foire du bœuf gras de Cavriago.
  55. La foire du bœuf gras de Moncalvo.
  56. Voir une page Internet en italien sur le site de la commune de Nizza Monferrato consacrée à la Foire du Bœuf gras et du Bœuf.
  57. On trouvera la liste, non exhaustive, des sociétés carnavalesques, passées et présentes de Mobile reproduite dans l'article Société festive et carnavalesque.
  58. Source : commentaires de l'image de la pierre tombale de Joseph Stillwell Cain dans Wikipédia Commons.
  59. Photo du Char du Bœuf Gras du Krewe of Centaur au Carnaval de Shreveport 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :