Carnaval de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Carnaval de Nantes
Défilé du Carnaval en 2018 sous le thème de la Science-Fiction
Défilé du Carnaval en 2018 sous le thème de la Science-Fiction
Généralités
Ville Nantes
Date Fin mars à début avril

Le carnaval de Nantes est le second carnaval de France au regard du nombre de spectateurs. Organisé à Nantes par l'association NEMO (Nantes Évenements Musiques Organisations) depuis 2012, il a lieu généralement chaque année entre la fin mars et le début avril et attirant près de 100 000 spectateurs.

Depuis 2000, il se déroule sur trois défilés répartis sur une semaine : le défilé du dimanche après-midi (qui était autrefois le lendemain de la grande braderie organisée dans les rues du centre-ville), suivi du « Carnaval des Enfants » le mercredi après-midi suivant, le dernier étant une parade nocturne le samedi suivant en soirée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le carnaval nantais est très ancien. Il a connu des formes diverses : bals masqués, mascarades, cavalcades, défilés de Mardi gras, Mi-Carême et autres festivités qui, au fil des siècles, ont marqué l’histoire de la cité des ducs. Les Namnètes ont leurs Saturnales.

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le carnaval se déroule de l’épiphanie au carême. En 1404, l’évêque Henri le Barbu, menace d’excommunication ceux qui se livrent à des débordements licencieux. Aux XVIe et XVIIe siècles, des arrêts de police attestent de l’existence de mascarades. Au XVIIIe siècle, les bals masqués prennent le pas sur ces dernières. La Révolution ne met pas un terme à cette coutume, puisqu’en 1792, entre le 13 janvier et le 15 février, quatorze bals sont répertoriés. Dès 1803, sont organisées des cavalcades masquées.

À partir de 1860[modifier | modifier le code]

À partir de 1860, se déroulent des batailles d’oranges et autres projectiles (pommes, trognons de choux, patates, etc.). Elles sont abandonnées en 1885 à l’arrivée des confettis. L'année 1880 apporte un changement dans les habitudes : la cavalcade n’ayant pu se dérouler le jour de Mardi gras par suite d’un temps exécrable, une demande est adressée au maire d’autoriser le défilé le jeudi de la Mi-Carême. L’autorisation est accordée. Dans l’euphorie l’on construit à la hâte un char des blanchisseuses où de joyeux lurons imitent ces dames de Barbin (ce dernier vocable faisant référence à un quartier populaire des bords de l'Erdre).

L’autorisation est renouvelée les années suivantes et les deux manifestations carnavalesques de Mardi gras et Mi-Carême cohabitent. La nomination de la reine des blanchisseuses entraîne des batailles et crêpages de chignons entre les filles de Barbin et les filles de Sèvre.

De 1895 à 1950[modifier | modifier le code]

Affiche pour le carnaval de Nantes 1907.

La 1re moitié du XXe siècle connait une évolution dans l'organisation du carnaval :

  • en 1895, création d’un comité des fêtes pour l'organisation de la Mi-Carême ;
  • en 1912, le titre de « reine de la Mi-Carême » remplace celui de la « reine des blanchisseuses » ;
  • en 1920, après l'interruption due à la Première Guerre mondiale, la Mi-Carême et le carnaval reprennent ;
  • en 1924, nomination du « Roi Carnaval », personnalité nantaise ;
  • en 1930, le Mardi gras perd de son attrait et la Mi-Carême remporte les suffrages du public ;
  • en 1947, après la Seconde Guerre mondiale, Aimé Delrue (1902-1961)[1] prend en main l’organisation des défilés en créant dès 1946 un comité des fêtes « élargi » et relance les festivités de la Mi-Carême. La construction des chars est réalisée par des équipes de carnavaliers, tous bénévoles, qui construisent leurs chars dans des locaux et sur des plateaux mis à leur disposition par des entreprises nantaises ;
  • en 1950 le mode de traction des chars évolue suivant le développement de la motorisation de l’agriculture. Les chars sont de plus en plus tirés par des tracteurs mécaniques. Le comité se dote progressivement de plateaux spécifiques destinés à la construction des chars.

Depuis 1955[modifier | modifier le code]

Carnaval de Nantes 2018
Char de l'édition 2018

De nouvelles évolutions apparaissent au cours de la 2e moitié du XXe siècle :

  • en 1955, apparition d’une nouvelle technique de construction des chars, grâce à la compétence d'un carnavalier, de surcroît serrurier de métier, Maurice Parois. L'utilisation du grillage et du papier permet un allégement notable des ensembles carnavalesques ;
  • en 1958, dernier attelage à cheval dans les défilés carnavalesques (char du bœuf gras) ;
  • en 1961, disparition d'Aimé Delrue mais le comité des fêtes continue son action. À partir de cette décennie, la foule devient plus statique, elle assiste aux défilés mais participe beaucoup moins (moins de déguisement et de défoulement après le passage du char). Le comité des fêtes construit un vaste bâtiment de 2 000 m2 situé à proximité de Saint-Herblain, atelier destiné à regrouper l'ensemble des constructeurs de chars ;
  • en 1963, l’art du char est porté à son apogée. Ils sont de plus en plus perfectionnés grâce à des animations toujours plus audacieuses. Les carnavaliers utilisent des matériaux modernes qui permettent de nouveaux volumes, de nouvelles perspectives ;
  • en 1980, centième défilé ou corso carnavalesque ;
  • en 1985, reprise de l'appellation carnaval qui correspond mieux à l’esprit de communication que le terme mi-carême ;
  • en 1987, début de l'utilisation du polystyrène ;
  • en 1990, premier défilé de nuit le samedi ;
  • en 1991, suppression pour de multiples raisons du défilé du jeudi après-midi ;
  • en 1995, inauguration du nouvel atelier de construction, plus vaste (3 800 m2) situé 188 route de Sainte-Luce à Nantes et surtout plus adapté à la construction d'une quinzaine de grands chars, et de centaines de grosses têtes ;
  • en 1997, célébration du cinquantenaire du carnaval contemporain ;
  • en 2000, intégration dans les défilés carnavalesques de groupes d'associations diverses qui épousent le thème carnavalesque choisi par le comité des fêtes ;
  • en 2007, le carnaval de Nantes participe au festival Juste pour rire de Montréal. Pour cela, les chars et grosses têtes ont traversé l'Océan Atlantique en conteneurs pendant que les plateaux rejoignaient Halifax et Montréal par bateau et camion depuis le port de Zeebruges ;
  • en 2011, le comité des fêtes a un déficit de 400 000 . La ville de Nantes a donné naissance à Nantes évènement musique organisation (NEMO) pour prendre en charge l'organisation du carnaval mais le comité des fêtes ne l'entend pas ainsi et un bras de fer s'engage. Aucun terrain d'entente n'ayant été trouvé, le carnaval est annulé pour cette année[2] ;
  • en 2012, le carnaval de Nantes revient en avril[N 1] ;
  • en 2016, à la suite d'une manifestation contre la loi Travail, l'après-midi du 9 avril, le défilé nocturne, initialement prévu le soir même, est reporté au 23 avril[3].
  • en 2018, à la suite de plusieurs manifestations (opposition à la politique d'Emmanuel Macron, soutien aux zadistes expulsés de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, initialement opposée au Projet d'aéroport du Grand Ouest), l'après-midi du 14 avril, le défilé nocturne, initialement prévu le soir même, est reporté au 27 avril[4].

Le bœuf gras de Nantes[modifier | modifier le code]

Le bœuf gras paraît être une vieille tradition du carnaval de Nantes. On le voit défiler, par exemple, en 1907[N 2], 1914, 1920, 1921, 1923, et 1924. Comme pour la Promenade du Bœuf Gras au Carnaval de Paris, les bœufs gras du carnaval de Nantes reçoivent un nom de baptême pour la fête : Tango, Carabin 1er, S. M. Gros-Plan, Mironton, etc.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le Comité des fêtes[modifier | modifier le code]

Le Comité des fêtes de Nantes Atlantique est une association loi 1901, soutenue par la ville de Nantes. Il est composé d’une quarantaine de membres bénévoles et dispose d’un secrétariat et d’une équipe permanente, dont les bureaux sont situés au 188 route de Sainte-Luce au même endroit que le vaste atelier où sont créés les chars et les grosses têtes pour chacune des éditions du carnaval de Nantes.

Les éléments carnavalesques sont élaborés par deux cents bénévoles (plus les costumiers) et une équipe permanente du comité, qui rivalisent d'imagination par rapport à un thème précis, renouvelé chaque année, et dont le travail se déroule sur plusieurs mois.

Ce comité des fêtes, est chargé de l'organisation et du suivi de toutes les festivités liées au carnaval de Nantes (deuxième carnaval de France) mais également d’autres manifestations : Sardinantes, les festivités de Noël.

En complément de ces activités, le comité des fêtes de Nantes, assure à longueur d’année un rôle de conseiller et apporte un soutien logistique auprès d’autres associations, particuliers ou entreprises qui souhaitent organiser des manifestations festives. C'est le cas de l'agence culturelle bretonne qui a demandé son soutien au comité afin d'organiser les fêtes de la Saint-Yves.

Univers de fiction[modifier | modifier le code]

Le carnaval de Nantes est évoqué au cinéma dans le film La Reine blanche, sorti en 1991.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est annoncé par Ouest-France le 23 décembre 2011 : Le carnaval de Nantes revient en 2012, sortez les confettis !
  2. Le bœuf gras est mentionné sur l'affiche pour le Carnaval de Nantes 1907.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :