Li Tore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue du dompteur
Vue de face

Li Tore (« Le taureau » en wallon liégeois) est l'appellation populaire de la sculpture Le Dompteur de taureau[1], œuvre du liégeois Léon Mignon, qui obtint une médaille d'or au salon de Paris de 1880.

Faisant face et opposition au Bœuf au repos, du même sculpteur, la statue représentant la puissance de la nature sauvage se situe aux Terrasses d'Avroy, au coin du pont Albert Ier et de l'avenue Rogier, en plein centre de Liège.

Historique[modifier | modifier le code]

La nudité de son dompteur provoqua un scandale et les foudres de la presse catholique à son retour à Liège ; divers caleçons et feuilles de vignes lui furent ajoutés. Joseph Demarteau, rédacteur en chef de la Gazette de Liège, s'offusqua de l’œuvre. En réaction, les étudiants laïcs baptisèrent le dompteur du prénom du rédacteur, Joseph.

Depuis lors, les étudiants liégeois ont fait du puissant taureau leur mascotte. Il fut même caché lors de la Seconde Guerre mondiale dans les caves de l'Académie des beaux-arts.

Il est aujourd'hui toujours célébré lors de la Saint-Nicolas des étudiants et de la Saint-Torè, ou Saint Taureau, fête traditionnelle se déroulant la troisième semaine du mois de mars. Les étudiants repeignent chaque année les testicules (visibles sur l'image du bas) du taureau au couleur de la faculté du président de l'AGEL (Association Générale des Étudiants Liégeois) de l'année en cours.

L'intégration du taureau au folklore estudiantin a inspiré plusieurs œuvres du Musée en plein air du campus du Sart-Tilman de l'université de Liège. Avec l'ombre du torê, Vincent Strebell a ainsi travaillé à partir de l'ombre portée sur le trottoir de l'avenue Rogier par le groupe de Mignon pour réaliser une sculpture en béton armé dressée sur la balustrade du boulevard du Rectorat, à l'entrée du domaine, et recouverte d'un enduit doré. Trois petites ébauches de l'œuvre sont installées dans le couloir souterrain qui traverse le boulevard. Non loin de là, le visiteur ne pourra manquer de voir, sur une butte, un Taureau monumental. Réalisée en madriers de cèdre, c'est une œuvre de Francis André.

C'est également cette statue et ce qu'elle symbolise dans le folklore étudiant qui a inspiré son nom au journal des étudiants de l'Université de Liège : Le P'tit Torê[2].

La même statue se trouve au Zoo de Lubumbashi au Katanga[3].

Ainsi si le Perron est le symbole de la ville de Liège, Li Tore est le symbole des étudiants liégeois et, on peut le retrouver sur le logo de Liège Basket, club locale de Division 1, il est intéressant de savoir que le RFC Liège a nommé autrefois sa section en hockey sur gazon, Li Torè, aujourd'hui disparu .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GUTIERREZ, RICARDO, « DES PARCOURS LIEGEOIS D'ART PUBLIC DE LA THEORIE A LA PRATIQUE:VISITES GUIDEES DANS LA VILLE », lesoir.be,‎ (lire en ligne)
  2. Le P'tit Torê
  3. « inchi yetu - Li Toré »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]