Roche lunaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre lunaire ramenée par la mission Apollo 15 au Lunar Sample Laboratory Facility.

Une roche lunaire ou pierre lunaire est une roche qui provient de la Lune.

Historique[modifier | modifier le code]

Le terme est plus particulièrement utilisé pour désigner les roches collectées par les astronautes des missions spatiales du programme Apollo au cours de leur mission de retour d'échantillons sur le sol lunaire.

Plus de 382 kg de roches lunaires ont été ramenés de ces missions et sont stockés en majorité d'abord au Lunar Receiving Laboratory (LRL) au Centre spatial Lyndon B. Johnson. En 1976, 14 % des roches sont déplacées dans un bunker de la base de l'United States Air Force de Brooks à San Antonio pour éviter une perte totale en cas de destruction du LRL. Ce stock secondaire de 52 kg est transféré au White Sands Test Facility lorsque la base de Brooks est fermée. Le LRL a été remplacé depuis 1979 par le Lunar Sample Laboratory Facility, toujours au centre spatial Johnson[1].

Il faut y ajouter les échantillons (326 g) rapportés par les trois missions robotisées du programme soviétique Luna entre 1970 et 1976. Le programme chinois d'exploration lunaire prévoit le retour d'échantillons avec la mission Chang'e 5 en 2019.

Les météorites lunaires constituent une troisième catégorie de roche lunaire : ce sont des roches trouvées sur Terre qui ont été éjectées de la Lune à la suite d'un impact d'un objet céleste sur le sol lunaire.

Masse de roches lunaires rapportée par les missions spatiales[modifier | modifier le code]

Roche lunaire ramenée par la mission Apollo 11 au Musée mémorial de l'astronautique de Moscou

.

Mission
lunaire
Masse
rapportée
Année
Apollo 11 22 kg 1969
Apollo 12 34 kg 1969
Apollo 14 43 kg 1971
Apollo 15 77 kg 1971
Apollo 16 95 kg 1972
Apollo 17 111 kg 1972
Luna 16 101 g 1970
Luna 20 55 g 1972
Luna 24 170 g 1976

Types de roches lunaires[modifier | modifier le code]

Les mers lunaires sont principalement constituées de basaltes à olivine ou à pyroxène.

Les terres lunaires sont composées de types de roches classées en fonction de l’abondance des feldspaths (responsables de la couleur claire des terres) et des olivines : anorthosite ferreuse (FAN, ferroan anorthosite), roches magnésiennes (dunite, troctolite), roches alcalines (anorthosite alcaline, norite)[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Guy Gugliotta, « The Keepers of the Moon », sur New York Times, .
  2. M. Norman, The Oldest Moon Rocks, Planetary Science Research Discoveries, 2004. (en) www.psrd.hawaii.edu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :