Annibale Giordano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Annibale Giuseppe Nicolò Giordano
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Annibale Giuseppe Nicolò Giordano
Surnom
Hannibal Jourdan ou Ottajano
Nationalité
Activités

Annibale Giuseppe Nicolò Giordano, né le à Ottaviano localité de San Giuseppe et mort à Troyes, le , est un mathématicien et révolutionnaire italien naturalisé français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le mathématicien[modifier | modifier le code]

Il est né à Ottaviano, près de Naples, dans la rue Astalonga de la localité de San Giuseppe, dans une famille de la bourgeoisie cultivée (son père Michele était médecin à la cour du Roi Ferdinand de Bourbon ou à celle des Principi de' Medici d'Ottajano). Annibale Giordano, a assisté adolescent aux cours de Nicolò Fergola, un brillant mathématicien de Naples[1]. Giordano a montré un grand talent mathématique : en 1786 il a présenté à l'Académie Royale des sciences de Naples un mémoire intitulé, Continuazione del medesimo argomento (Continuation du même sujet)[2], qui lui en a ouvert les portes. Peu de temps après, en 1788, il a obtenu une grande notoriété dans toute l'Europe pour avoir résolu le problème "Étant donné un cercle et n des points de son plan, inscrire dans le cercle, un polygone dont les côtés, éventuellement prolongés, passent, selon un certain ordre, par les dits points"[3]. Ce problème est une généralisation du "problème de Pappus", qu'il avait résolu, dans le cas de n = 3 points dans la ligne[4], et le "problème de Castillon", résolu par ce dernier en 1776, à la suite duquel il a été proposé par Cramer, toujours pour n = 3 points mais disposés, cependant, dans le plan[5]. Carnot, estimant que "Ottajano", le village natal de Giordano, était une indication de noblesse, appellera "Ottajano" la jeune mathématicien[6], qui sera souvent désigné par ce nom dans les publications scientifiques plus tard[7].

Le révolutionnaire[modifier | modifier le code]

En 1789, l'année de la Révolution française, il devient professeur à l'Académie militaire de la Nunziatella, devenant ainsi un collègue du pharmacien, Carlo Lauberg, franc-maçon[8]. En 1790 , Giordano et Lauberg ouvrent à Naples, une Académie de la chimie et des mathématiques, qui est devenu un point de rassemblement des progressistes et des francs-maçons napolitains (parmi les habitués: Mario Pagano, Emmanuele De Deo, Francesco Lomonaco, Vincenzo de Filippis; "le premier académicien protecteur: Luigi de' Medici di Ottajano, alors régent de la Grande Cour de la Vicaria). En 1792, Giordano et Lauberg ont écrit les Principi analitici delle Mathematiche (les Principes Analytiques des Mathématiques), qui a théorisé l'utilisation politique de la mathématique[9]. Cet essai a été la dernière œuvre scientifique de Annibale Giordano.

En décembre 1792, Giordano a été l'un des intellectuels qui ont rencontré l'amiral français Latouche-Tréville; de ces rencontres naquirent les activités conspiratives qui aboutirent à la naissance de la "Société patriotique napolitaine" (août 1793), une association jacobine dans les objectifs, mais structurée sur le modèle des loges maçonniques, avec une hiérarchie des diplômes qui réservait les principaux secrets aux sommets de la hiérarchie[10]. En février 1794 , la Société patriotique fut scindée en deux clubs: le "ROMO" (l'acronyme de "la République ou la Mort", radical, dirigé par Andrea Vitaliani, auquel ont adhéré Emmanuele De Deo, Vincenzo Galiani et Vincenzo Vitaliani) et le "LOMO" (l'acronyme de "la Liberté ou la Mort", modéré, partisan de la monarchie constitutionnelle, dirigée par Rocco Lentini, rejoint par Annibale Giordano.. Le , l'organisation a été découverte, pour la délation d'un certain Donato Froncillo. Par la suite, certains membres de la "RoMo" (De Deo, Galiani et Vincenzo Vitaliani) ont été condamnés à mort et exécutés, tandis que Giordano a été condamné à vingt ans. Selon de nombreuses sources, Annibale Giordano aurait avoué aux enquêteurs tous les secrets de la Société patriotique[11], qui firent accuser plus de 250 membres[12] y compris Luigi de' Medici di Ottajano, qui a été incarcéré.

Retourné à Naples avec le général Championnet le , quelques jours après avoir été libéré de la captivité à l'Aquila, Annibale Giordano a participé activement à la vie de l'éphémère République parthénopéenne (1799) et en tant que greffier du comité militaire et le chef de la comptabilité de la Marine. Après la chute de la République (juin 1799), il a été de nouveau emprisonné par les Bourbons dans le Castel Nuovo avec dix-huit autres, y compris Mario Pagano, Domenico Cirillo et Giuseppe Leonardo Albanese. Le , il a été condamné à mort par la junte; mais la peine a été commuée en une peine d'emprisonnement dans l'île de Favignana, d'où il est sorti avec les autres prisonniers politiques en juillet 1801, grâce au traité de Lunéville. La non-exécution a été expliquée par beaucoup comme une récompense pour la délation de Giordano; d'autres l'attribuent à l'intervention en sa faveur de la part du père ou de Nicola Fergola auprès des bourbons [13]. Giordano s'est réfugié en France, où il a été embauché comme géomètre du cadastre du Département de l'Aube; en 1824 il a été naturalisé citoyen français, et a pris le nom de famille Jourdan.

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • San Giuseppe Vesuviano lui a dédié une école Istituto Tecnico Commerciale Nationale.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Federico Amodeo, Vita matematica napoletana : Studio storico, biografico, bibliografico.
  2. In: Atti della Reale Accademia delle Scienze e Belle-Lettere di Napoli dalla fondazione sino all'anno 1787.
  3. Considerazioni sintetiche sopra di un celebre problema piano, e risoluzione di alquanti altri problemi affini del Sig.
  4. Pappus Alexandrinus, Pappi Alexandrini collectionis quae supersunt, e libris manu scriptis edidit Latina interpretatione et commentariis instruxit Fridericus Hultsch.
  5. Maurice Starck, Castillon's problem, WFNMC (World Federation of National Mathematics Competitions) Conference, Melbourne, 2004 (on-line « https://web.archive.org/web/20110706232612/http://wwwedu.ge.ch/cptic/clubs/cabri/download/lettre96/Preuve_Starck.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 6 luglio 2011
  6. Lazare Carnot, Géométrie de position, Paris : J.B.M. Duprat, 1803, p. 383 (on-line)
  7. Federico Amodeo e Benedetto Croce, Carlo Lauberg ed Annibale Giordano prima e dopo la Rivoluzione del 1799, Archivio storico per le provincie napoletane (1898) XIII(1): 251-257
  8. Benedetto Croce, La vita di un rivoluzionario: Carlo Lauberg in Benedetto Croce, Vite di avventure di fede e di passioni, Bari: Laterza, 1936.
  9. Principi analitici delle Matematiche di Annibale Giordano e Carlo Lauberg, Napoli : Gennaro Giaccio, 1792
  10. Tommaso Pedio, Massoni e giacobini nel Regno di Napoli.
  11. Pietro Colletta, Storia del reame di Napoli dal 1734 sino al 1825, Firenze : F. LeMonnier, 1848, p. 186 et suivantes.(on-line)
  12. Harold Acton, I Borboni di Napoli (1734-1825), Milano : Aldo Martello, 1960, p. 302 et suivantes. (on-line)
  13. Federico Amodeo e Silvio Cola, La riabilitazione del matematico napoletano Annibale Giordano.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]