Philippe Dagen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Dagen
Naissance
Montauban, France
Activité principale
professeur d'université
chercheur, essayiste,
critique et chroniqueur
romancier
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
histoire, étude, essais, roman

Philippe Dagen (né à Montauban le [1]) est un universitaire, critique d'art et romancier français. Il publie, depuis 1985, une chronique d'art dans le journal Le Monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Dagen fait ses études à Toulouse. Admis à l'École normale supérieure en 1977, il obtient l'agrégation d'histoire[2]. Auteur d'une thèse sur « Le mythe du retour dans la peinture et les esthétiques en France, du symbolisme à l'abstraction » soutenue en 1993, il est actuellement professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Historien de l'art, Philippe Dagen est également chercheur et critique d'art. Il publie de nombreux articles et ouvrages sur les mouvements picturaux et les peintres des XIXe siècle, XXe et XXIe siècles. Son apparente préférence pour l'art moderne se manifeste dans la chronique qu'il tient régulièrement dans le journal Le Monde depuis 1985. Ses critiques, en pages « Arts et culture » du quotidien, sont attendues et provoquent régulièrement de vives réactions (voir ci-dessous), certains lui reprochant notamment son peu de goût pour l'art académique du XIXe siècle et ses prolongements jusqu'à nos jours.

En 1989, il s'essaye à l'écriture romanesque avec la publication de son premier roman Le Jugement dernier, publié chez Gallimard. Il poursuit cette expérience avec La Guerre en 1996 aux éditions Grasset, puis Les Poissons rouges (2000), puis Arthur Cravan n'est pas mort noyé (2006).

Polémiques[modifier | modifier le code]

  • En 2004, Didier Rykner[3] critique[4] la chronique de Philippe Dagen, publiée dans Le Monde, sur l'exposition présentée à l'École nationale supérieure des beaux-arts et, plus généralement, ses critiques concernant l'art académique du XIXe siècle.
  • Le 11 mars 2010, Philippe Dagen publie sa critique de la grande exposition consacrée à Lucian Freud au Centre Georges-Pompidou, intitulée « Lucian Freud, peintre académique de l'obscène ». Il soutient que le travail de Lucian Freud « n’est pas de la grande peinture. Ce n’en est que le simulacre, fondé sur l’académisation conjointe de l’obscénité et du matiérisme »[5], et qualifie l’œuvre de bouffonerie[6], s'attirant l'incompréhension de certains[7].
  • Le 9 novembre 2013, en l'absence de tout communiqué officiel, Philippe Dagen fait fuiter dans Le Monde[8] une liste de quatre finalistes dans la course à la direction du musée national d'art moderne et cela, comme le soulignent Libération[9] et France Culture[10], afin de faire « sortir de route » le processus de sélection. Son article, ostensiblement dirigé contre le favori présumé, un candidat autrichien, prend fait et cause pour les candidats français Catherine Grenier et Laurent Le Bon, qui annoncent in extremis une candidature commune le 11 novembre, à nouveau relayée par Le Monde[11].

Publications[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dagen, Philippe (1959-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 2 octobre 2016)
  2. Annuaire des anciens élèves et des élèves de l'École normale supérieure, Paris, 2007.
  3. Didier Rykner, notamment éditorialiste du site La Tribune de l'art lire en ligne (consulté le 29 mai 2010).
  4. « Critique du critique », éditorial de Didier Rykner du 10 octobre 2004, publié sur le site de La Tribune de l'art (consulté le 17 octobre 2006).
  5. Voir sur laregledujeu.org.
  6. Voir à 1 h 29 min 10 s.
  7. Voir à 1 h 16 min 03 s et 1 h 29 min 10 s.
  8. Voir sur lemonde.fr.
  9. Voir sur liberation.fr.
  10. Voir sur franceculture.fr.
  11. Voir sur lemonde.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]