Anarchisme en Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anarchisme
en Suisse
Image illustrative de l’article Anarchisme en Suisse
Margarethe Faas-Hardegger
ouvrière syndicaliste et féministe

Structures Action Autonome
Centre international de recherches sur l'anarchisme
Fédération jurassienne
Organisation socialiste libertaire
Presse Le Réveil Anarchiste
Le Falot
Ouvrages • « Anarchisme en Suisse » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne..
Anarchisme par zone géographique

L'anarchisme en Suisse apparait, en tant que courant politique, au sein de la Fédération jurassienne de la Première Internationale, sous l'influence de Michel Bakounine et de militants libertaires tels que James Guillaume et Adhémar Schwitzguébel.

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Congrès de Saint-Imier.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • En 2012, à l'occasion des 140 ans du congrès de Saint-Imier, des « Rencontres internationales de l'anarchisme » réunissent des milliers de personnes, pendant cinq jours, au mois d'août[1],[2].

Presse libertaire[modifier | modifier le code]

Personnalités notoires[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Anarchiste suisse.

Dans l'art et la culture[modifier | modifier le code]

  • Espace noir (1984-) est un centre culturel autogéré libertaire. La coopérative est composée d'un théâtre, d'une salle de concerts, d'une librairie, d'une salle de cinéma, d'une galerie et d'une taverne. Des événements culturels et politiques sont régulièrement organisés, et l'association met ses locaux à disposition des mouvements ouvriers, alternatifs, féministes ou environnementaux[5],[6].

Associations libertaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Charles Thomann, Le Mouvement anarchiste dans les Montagnes neuchâteloises et le Jura bernois, thèse présentée à la Faculté de Droit de l'Université de Neuchâtel, Imprimerie des Coopératives Réunies, La Chaux-de-Fonds, 1947, texte intégral.
  • Alexandre Elsig Riederalp, La Ligue d'action du bâtiment (1929-vers 1935), L’éphémère emprise de l’anarcho-syndicalisme sur les chantiers genevois, Mémoire de Master présenté à la Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg, 2009, [lire en ligne], Genève, Éditions d’en bas, Collège du travail, 2015.
    • Axel Barenboim, La Ligue d'action du bâtiment (1929-vers 1935), L’éphémère emprise de l’anarcho-syndicalisme sur les chantiers genevois, Le Mouvement social, n°261, 2017/4, [lire en ligne].
  • Collectif, L'anarchisme dans le Jura bernois et les Montagnes neuchâteloises, Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds, été 2010, [lire en ligne].

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, Les anarchistes affluent par milliers dans le Jura suisse, Le Point, 9 août 2012, lire en ligne.
  2. Maïté Darnault, Libertaires, égalitaires, fraternitaires, Libération, 14 septembre 2012, [lire en ligne].
  3. Bulletin de la Fédération Jurassienne (1872-1878), reproduction des 283 numéros, lire en ligne.
  4. François Kohler, « Fédération jurassienne » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du ..
  5. Antoine Berthoud, Espace Noir, Télé journal, Radio télévision suisse, 13 novembre 1994, voir en ligne.
  6. Rédaction, L’anarchie boit la tasse St-Imier, Le Matin, 27 amût 2018, lire en ligne.
  7. François Kohler, « Fédération jurassienne » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du ..