République de Strandja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
République de Strandja
Странджанска република (bg)


(21 jours)

Description de cette image, également commentée ci-après

La République de Strandja s'est formée dans la Strandja, à la frontière entre l'actuelle Bulgarie et l'actuelle Turquie.

Informations générales
Statut République anarchiste
Dirigeant Mikhaïl Guerdjikov
Capitale Malko Tarnovo
Langue Bulgare

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République de Strandja (aussi appelée Commune de Strandja) est une entité politique bulgare éphémère (elle ne dure que 26 jours[1]) proclamée en 1903 par les rebelles de l'Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne pendant l'insurrection d'Ilinden, dans la Strandja[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1903, l'anarchiste Mikhaïl Guerdjikov devient le chef de la guérilla dans la branche armée de l'Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne en Thrace, qui prépare une révolte contre l'Empire ottoman dans le vilayet d'Andrinople. À l'occasion de l'insurrection d'Ilinden–Préobrajénié, les forces de Gerdzhikov (environ 2 000 hommes) se soulèvent face à une garnison turque de 10 000 soldats bien armés, qui avait réussi à établir une zone libérée dans le massif de la Strandja, autour de Tsarévo. Cette insurrection de masse momentanément réussie, soutenue par les opérations de la milice, permet aux rebelles de prendre une grande partie de la Thrace orientale. Dans toute la région, la population célèbre cette victoire pendant environ trois semaines[3].

Un nouveau système communautaire est ensuite mis en place et toutes les questions sont réglées dans un esprit d'accord commun entre les Bulgares et les Grecs plus reculés. Le gouvernement turc est surpris par l'insurrection et prend d'importantes mesures militaires pour la réprimer. Les Ottomans réussissent à dissoudre la République de Strandja en commettant des atrocités contre les forces rebelles et la population locale[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sonia Vasséva, « 2 août : Insurrection de la Saint Elie et de la Transfiguration », Radio Bulgaria,‎ (lire en ligne).
  2. Nikolaĭ Todorov, La lutte de libération des Bulgares de Macedoine et de la region d'Andrinople, 1902-1904, Nauka i izkustvo, 1978, page 10.
  3. a et b Balkanski 1982[réf. incomplète]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Balkanski, Libération nationale et révolution sociale : À l'exemple de la révolution macédonienne, vol. 3, Édition du Groupe Fresnes Antony, coll. « Collection anarchiste », , 169 p. (ISSN 0181-4389, présentation en ligne, lire en ligne), « L'insurrection de Préobrajénié – La commune de Strandja – Première commune libertaire en Bulgarie », p. 121-162.
  • Georges Balkanski, « Histoire du mouvement libertaire en Bulgarie : esquisse », Volonté anarchiste, Antony : Fédération anarchiste. Groupe Fresnes-Antony, no 16-17,‎ (ISSN 0181-4389, présentation en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]