Adhémar Schwitzguébel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’anarchisme
Cet article est une ébauche concernant l’anarchisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Adhémar Schwitzguébel
Adhémar Schwitzguébel.jpg

Adhémar Schwitzguébel

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
Nationalité
Activité

Adhémar Schwitzguébel, né le 15 août 1844 à Sonvilier et mort le 23 juillet 1895 à Evilard, est une personnalité politique suisse, militant libertaire membre de l'Association internationale des travailleurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, militant radical libéral, est patron d'un atelier dans l'industrie horlogère. Le jeune Adhémar y travaille comme ouvrier graveur.

Dès 1866, il adhère à la section de l'Association internationale des travailleurs à Sonvillier. Il la représente au 1er congrès général à Genève, la même année.

Partisan de la propriété collective, il s'affilie en 1869 à l'Alliance internationale pour la démocratie socialiste créée par Bakounine.

Après la chute de la Commune de Paris (1871), il aide la fuite de communards en Suisse en leur fournissant des faux passeports.

Refusant les résolutions du Conseil Général de l'Internationale (marxiste), il prend part, le 12 novembre 1871, à la création de la "Fédération Jurassienne" à Sonvillier.

Le 2 septembre 1972, il est mandaté au congrès de l'Internationale à La Haye, avec Bakounine et James Guillaume pour représenter le fédéralisme et le refus de l'autoritarisme. Il est témoin de l'exclusion de ses deux compagnons tandis que la sienne, bien que réclamée, est rejetée.

De retour en Suisse, il prend part au Congrès de Saint-Imier qui fonde la Fédération jurassienne ou Internationale anti-autoritaire.

Au chômage, il est contraint de quitter la région et s'installe à Bienne en 1889. Il y poursuit son activité militante et participe à la création d'une Fédération ouvrière horlogère.

Victime de la misère et de la maladie, il meurt à l'âge de 51 ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Socialisme libertaire en Suisse romande : un texte inconnu d'Adhémar Schwitzguébel (1872), Marc Vuillemeunier, 1969, tiré à part des Cahiers Vilfredo Pareto, revue européenne d'histoire des sciences sociales, n°18, Genève, Librairie Droz, 1969, notice.
  • Quelques écrits : 1908, préf. James Guillaume, TOPS-H. Trinquier, 2002, notice, (ISBN 2-912339-22-7).

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]