Anarchisme en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anarchisme en Italie
Manifestation contre le gouvernement Berlusconi, Milan, Italie, 6 septembre 2011
Manifestation contre le gouvernement Berlusconi, Milan, Italie, 6 septembre 2011

Personnalités Giuseppe FanelliErrico Malatesta
Structures Federazione Anarchica ItalianaUnione Sindacale ItalianaParti Socialiste Révolutionnaire Anarchiste Italien
Presse Il PopoloUmanità Nova
Ouvrages Enzo Santarelli, L'anarchisme en Italie, Le Mouvement social, n°83, avril-mai 1973}
Anarchisme par zone géographique

L'anarchisme Italien, en tant que mouvement, démarre principalement sous l'influence de Mikhaïl Bakounine[1], Giuseppe Fanelli et Errico Malatesta. De cette période, il s'élargit pour inclure l'illégalisme, l'anarchisme individualiste et l'anarcho-syndicalisme. Il participe aux années Biennio rosso et survit au fascisme. La synthèse de la Federazione Anarchica Italiana émerge après la guerre. Les vieilles factions dérivées du plateformisme[2] et de l'anarchisme insurrectionnaliste subsistent encore de nos jours.

Origines[modifier | modifier le code]

Lorsque la section italienne de l'Association internationale des travailleurs (AIT) est formée en 1869, de nouveaux anarchistes commencent à apparaître sur la scène, tels Carlo Cafiero, Errico Malatesta ou Emilio Covelli. Au sein de la section italienne de l'AIT, les idées de l'anarcho-communisme, en tant que mouvement cohérent et clair, sont formées. Lors d'une conférence, en 1876 à Florence, la section italienne de l'AIT définit les principes du communisme libertaire :

« La fédération italienne considère la propriété collective des produits du travail comme le complément nécessaire du programme collectiviste, l'aide de tous pour la satisfaction des besoins de chaque être étant la seule règle de production et de consommation qui corresponde au principe de solidarité. Le congrès fédéral de Florence, a démontré avec éloquence l'avis de l'International Italien sur ce point. »

C'est aussi en Italie que les anarchistes de la première heure sont tentés par la révolution. Mikhaïl Bakounine est impliqué dans une insurrection à Florence en 1869[3] et dans une vaine tentative d'insurrection, en 1874 à Bologne. En 1877, Errico Malatesta, Carlo Cafeiro et Andrea Costa lancent une tentative de révolution en Italie. Ils libèrent deux villages de Campanie avant d'être réprimés par l'armée[3].

L'anarchisme italien se matérialise en premier dans la section italienne de la première Internationale. Sa popularité monte en flèche durant la commune de Paris (1871). En raison de la connaissance limitée des événements réels qui ont lieu, de nombreux militants ont des visions utopiques de la nature de la Commune, conduisant à une popularité anarchiste et d'autres idées socialistes[4]. Le révolutionnaire radical et républicain Giuseppe Mazzini condamne la Commune parce qu'elle représente tout ce qu'il hait : la lutte des classes, la violence de masse, l'athéisme et le matérialisme. La condamnation de Mazzini contribue à accroître la défection de beaucoup de républicains dans les rangs de l'association internationale des travailleurs[5]

À la suite de la scission entre Karl Marx et Bakounine, la section italienne de l'AIT se range aux côtés de Bakounine contre le comportement autoritaire du conseil général de Londres, contrôlé par Marx. La défense de Bakounine, lors de la commune de Paris, s'oppose aux attaques de Mazzini et Marx et à l'incompétence de Friedrich Engels : sa contestation mène au bakouninisme qui devient la souche principale de la pensée dans l'AIT italienne. En 1872, Bakounine et Cafiero aident à organiser une fédération nationale des sections italiennes de l'AIT. Tous les délégués du congrès fondateur, à l'exception de Carlo Terzaghi, un espion de la police et deux garibaldiens socialistes, étaient anarchistes[6].

Errico Malatesta[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Errico Malatesta.

Errico Malatesta est un important anarchiste italien. Il a écrit et édité un certain nombre de journaux radicaux et est aussi l'ami de Mikhaïl Bakounine. De par son enthousiasme pour la commune de Paris et en partie pour son amitié avec Carmelo Palladino (it), il rejoint la section napolitaine de l'association internationale des travailleurs, en 1871, tout en suivant sa formation de mécanicien et électricien. En 1872, il rencontre Mikhail Bakounine, avec qui il a participé au congrès de Saint-Imier. Durant les quatre années suivantes, Malatesta aide la propagande internationaliste en Italie : pour ces activités, il est emprisonné à deux reprises.

En , Malatesta, Carlo Cafiero, le Russe Stepniak et environ 30 autres personnes lancent une insurrection dans la province de Bénévent, s'emparant des villages de Letino et Gallo Matese sans lutte. Les révolutionnaires brûlent les registres fiscaux et déclarent la fin du règne du roi : ils sont accueillis avec enthousiasme, étant soutenus également par un prêtre local.

À Florence, il fonde l'hebdomadaire anarchiste La Questione Sociale (en français : la question sociale) dans lequel son pamphlet le plus populaire intitulé Fra Contadini (en français : chez les agriculteurs), est publié pour la première fois. À partir de 1885, il vit à Buenos Aires, où il reprend la publication de La Questione Sociale et participe à la fondation des premiers militants ouvriers du syndicat Argentin, l'Union Bakers (en) et y laisse une impression anarchiste dans les mouvements travailleurs durant les années à venir.

De retour en Europe, en 1889, il publie un journal clandestin appelé L'Associazione à Nice, jusqu'à ce qu'il soit contraint de fuir à Londres. Pendant ce temps, il écrit plusieurs brochures importantes, notamment L'Anarchia. Malatesta prend ensuite part au congrès anarchiste international d'Amsterdam (1907), où il débat avec Pierre Monatte sur la relation entre l'anarchisme et le syndicalisme (ou le syndicalisme professionnel).

Après la première Guerre mondiale, Malatesta revient finalement en Italie pour la dernière fois. Deux ans après son retour, en 1921, le gouvernement italien l'emprisonne, encore une fois, mais il est libéré deux mois avant l'arrivée au pouvoir des fascistes. De 1924 jusqu'en 1926, quand Benito Mussolini fait taire toute la presse indépendante, Malatesta publie la revue Pensiero e Volontà, bien qu'il soit harcelé et que la revue souffre de la censure gouvernementale. Il passe ses dernières années en menant une vie relativement tranquille, gagnant sa vie en tant qu'électricien. Après des années de souffrance en raison d'un système respiratoire faible et de bronchospasmes réguliers, il développe une pneumonie dont il meurt au bout de quelques semaines, le .

Le Parti socialiste révolutionnaire anarchiste[modifier | modifier le code]

Le Parti socialiste révolutionnaire anarchiste (en italien : Partito Socialista Anarchico Rivoluzionario} aura eu une courte vie dans les partis politiques Italiens. Il est fondé en au congrès de Capolago, auquel environ 80 délégués de groupes Italiens socialistes et anarchistes participent, notamment : Errico Malatesta , Luigi Galleani, Amilcare Cipriani, Andrea Costa et Filippo Turati. Malatesta imagine que le parti socialiste révolutionnaire anarchiste soit la fédération italienne d'une association internationale des travailleurs, anarchistes et socialistes.

En 1892, la plupart de ses membres rejoignent le Parti socialiste révolutionnaire de Andrea Costa, qui à son tour fusionne l'année suivante dans le Parti socialiste italien[7].

La fondation d'Unione Sindacale Italiana[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Unione Sindacale Italiana.

L'Unione Sindacale Italiana (USI) est un syndicat Italien fondé en 1912, lorsqu'un groupe de travailleurs, précédemment affilié à la Confédération générale du travail (Italie) (it), se réunit à Modène et se déclare lié à l'héritage de la Première Internationale puis rejoignent, plus tard, l' association internationale des travailleurs.

L'aile la plus à gauche de la Camera del lavoro adhère rapidement à l'USI et s'engage dans toutes les grandes batailles politiques pour les droits du travail - sans jamais adopter l'attitude militariste du moment suivie par d'autres syndicats. Néanmoins, après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, l'USI est secouée par le différend autour de la question de l'intervention de l'Italie dans le conflit et les partisans de la triplice. Le problème est rendu plus aiguë par la présence des membres pro-intervention éminente, des voix nationales-syndicalistes présentes : Alceste De Ambris, Filippo Corridoni et, initialement, Giuseppe Di Vittorio. Le syndicat réussit à maintenir son opposition au militarisme, sous la direction de Armando Borghi et Alberto Meschi (it).

L'Unione Italiana Anarchica et les années Rosso Biennio[modifier | modifier le code]

Durant les événements italiens connus sous le nom de Biennio Rosso, le syndicat anarcho-syndicaliste Unione Sindacale Italiana atteint les 800 000 membres et l'influence du syndicat anarchiste italien (20 000 membres) plus Umanità Nova, son quotidien, augmentent en conséquence. Les anarchistes sont les premiers à suggérer l'occupation des lieux de travail[8]. La synthèse anarchiste de la Federazione Anarchica Italiana émerge de l'Unione Comunista Anarchica Italiana en 1920[9].

Anarchisme individualiste italien et illégalisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Illégalisme.

En Italie, l'anarchisme individualiste avait une forte orientation vers l'illégalisme et la violente propagande semblable à l'anarchisme individualiste français, mais peut-être plus extrême[10]. À cet égard, il faut considérer les magnicides célèbres, accomplis ou tentés, par les individualistes Giovanni Passannante qui tente d'assassiner Humbert Ier (roi d'Italie), Sante Geronimo Caserio assassin de Sadi Carnot, Michele Angiolillo assassin d'Antonio Cánovas del Castillo, Luigi Lucheni assassin d'Élisabeth en Bavière, Gaetano Bresci qui assassine le roi Humbert Ier. Caserio vit en France et est impliqué au sein de l'illégalisme français et, plus tard, l'assassinat du président Sadi Carnot.

Les graines théoriques de l'anarchisme insurrectionnaliste sont déjà semées à la fin du XIXe siècle en Italie en combinaison avec la critique de l'anarchisme individualiste par des groupes permanents et organisations qui soutiennent la lutte de classe socialiste à l'échelle mondiale[11]. Lors de la montée du fascisme, ce courant politique motive également Gino Lucetti, Michele Schirru et Angelo Pellegrino Sbardellotto pour tenter d'assassiner Benito Mussolini.

Renzo Novatore est un anarchiste individualiste important qui collabore à de nombreuses revues anarchistes et participe au courant d'avant-garde du futurisme. Novatore collabore à la revue anarchiste individualiste Iconoclasta! aux-côtés du jeune Stirneriste et illégaliste Bruno Filippi (it)[12]. Novatore appartient à la section de gauche du futurisme[13] aux côtés d'autres anarcho-futuristes individualistes tel que Dante Carnesecchi (it), Leda Rafanelli, Auro d'Arcole et Giovanni Governato (it).

Pietro Bruzzi[modifier | modifier le code]

Pietro Bruzzi (it) publie en 1921 la revue L'Individualista aux côtés de Ugo Fedeli (it) et Francesco Ghezzi[14],[15].

Accusé d’avoir participé à la préparation de l’attentat commis à Milan au théâtre Diana le 23 mars 1921, il fuit clandestinement d’abord en URSS, puis en Allemagne, en Autriche et en Belgique. Il passe ensuite en France d’où il collaborait à la revue individualiste Italo-Américaine Eresia de New York[15], éditée par Enrico Arrigoni.

Expulsé de France avec Luigi Damiani et Angelo Bruschi, il se rend à Barcelone où il est membre en 1931 de l’Office libertaire de correspondance, un groupe dirigé par le militant espagnol Rafael Martinez.

En 1933, les autorités fascistes italiennes obtinnent son extradition d’Espagne et il est envoyé au bagne de Ponza pour cinq ans. À la fin de sa peine il retourne à Milan où, en 1943, il intégra la résistance.

À l’été 1944, il est le rédacteur du journal clandestin L’Adunata dei libertari, sous-titré Organo de la FAI (Milan, n°1, 18 juillet 1944). Arrêté par les nazis, Pietro Bruzzi est fusillé à Legagno[16].

Le régime fasciste[modifier | modifier le code]

Camillo Berneri, Anarchiste Italien antifasciste

Lorsque la guerre s'achève, l'USI a atteint un sommet en nombre d'adhérents : c'est à cette époque qu'elle rejoint l'AIT, pour devenir l'USI-AIT. L'USI devient un opposant majeur de Benito Mussolini et son régime fasciste : les batailles de rue avec les chemises noires - culminent en lors des émeutes de Parme, lorsque l'USI-AIT est confronté à Italo Balbo et ses Reparti d'assalto.

L'USI-AIT est interdit par Mussolini en 1926, mais reprend ses activités dans la clandestinité et l'exil. Elle lutte contre Francisco Franco dans la guerre civile espagnole, aux côtés de la Confédération nationale du travail et la Fédération anarchiste ibérique. Après la Seconde Guerre mondiale et la proclamation de la République, les anciens membres du syndicat suivent les directives de la Federazione Anarchica Italiana qui appelle à la création d'un mouvement unitaire et rejoint la confédération générale italienne du travail(CGIL).

La guerre d'Espagne[modifier | modifier le code]

Durant la révolution sociale espagnole de 1936, de nombreux exilés anarchistes italiens rejoignent la Catalogne (où la CNT anarcho-syndicaliste est très présente) et combattent dans les milices confédérales (notamment dans la « section italienne de la colonne Ascaso »[17],[18]), tels Camillo Berneri, Giuseppe Bifolchi (it), Enrico Zambonini[19],[20], Antonio Cieri[21], Ilario Margarita, Leonida Mastrodicasa ou Antoine Gimenez[22].

En mai 1937, Camillo Berneri, qui s'est porté volontaire pour lutter contre Franco, est enlevé par une dizaine d'hommes en civil, porteurs d’un brassard rouge et par des policiers. Il est retrouvé mort le lendemain, son corps criblé de balles. Les hommes sont associés au parti communiste espagnol[23],[24],[25].

Des années d'après-guerre à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Federazione Anarchica Italiana.

Dans les années immédiates d'après-guerre, il y a des tentatives ratées pour une résurgence de l'anarcho-syndicalisme[2]. La fédération anarchiste italienne (FAI) est fondée en 1945 à Carrare. Elle adopte un pacte associatif ainsi que le programme anarchiste d'Errico Malatesta. Il est décidé de publier l'hebdomadaire Umanità Nova qui reprend le nom de la revue publiée par Errico Malatesta.

Au sein du FAI, une tendance se forme, dirigée par Pier Carlo Masini. Le groupe anarchiste d'action prolétarienne (GAAP) est fondé. Il « propose un parti libertarien avec une théorie anarchiste et la pratique adaptée à la nouvelle réalité économique, politique et sociale de l'après-guerre en Italie, avec une perspective internationaliste et la présence effective sur les lieux de travail (...) Le GAAP s'allie avec un développement similaire au sein du mouvement anarchiste français, la fédération communiste libertaire, dont le leader était Georges Fontenis. »[26]

Une autre tendance, qui ne peut s'affilier à la classique FAI ou avec le GAAP, commence à émerger dans des groupes locaux. Ces groupes privilégient l'action directe, par affinité informelle des groupes et l'anarchisme d'expropriation (en) pour le financement de l'activité anarchiste[27]. De ces groupes, Alfredo Maria Bonanno, influent anarchiste insurrectionnelle, va se révéler, influencé lui-même par l'expérience de José Luis Facerías, un anarchiste espagnol exilé[27].

Au 9e congrès de la federazione Anarchica Italiana, à Carrare, en 1965, un groupe décide de se séparer de cette organisation et crée le Gruppi di Iniziativa Anarchica (GIA) composé principalement d'anarchistes individualistes en désaccord avec les aspects importants du pacte associatif et critique de l'anarcho-syndicalisme[2]. Le GIA publie le bi-hebdomadaire L'Internazionale. Un autre groupe se sépare également de la fédération anarchiste et rejoint le Gruppi Anarchici Federati[2]. Le GIA publie plus tard Interrogations et A/Rivista Anarchica.

Manifestation actuelle de la Federazione Anarchica Italiana à Rome

Au début des années soixante-dix, une tendance plateformiste émerge au sein de la fédération anarchiste italienne qui plaide pour une plus grande cohérence stratégique et l'insertion sociale dans le mouvement ouvrier, tout en rejetant la synthèse du pacte associatif de Malatesta auquel la FAI adhère. Ces groupes commencent à s'organiser, à l'extérieur de la FAI, dans des organisations comme l'organisation révolutionnaire anarchiste (ORA) de Ligurie qui organise un congrès en présence de 250 délégués de groupes provenant de 60 villes différentes. Ce mouvement est influent dans les mouvements autonomes des années soixante-dix. Ils publient Fronte Libertario della lotta di classe à Bologne et Comunismo libertario à Modène[27].

Un autre groupe tente de mettre l'accent sur l'anarcho-syndicalisme et publie Per l'Azione Diretta à Florence et Bolletino d'Informazione Anarcosindicalista. La fédération des anarchistes communistes (en) (FdCA), est créée en 1985 en Italie, de la fusion de l' Organizzazione Rivoluzionaria Anarchica (Organisation anarchiste révolutionnaire) et l'Unione dei Comunisti Anarchici della Toscana (Union Toscane des anarchistes communistes - UCAT). En 1986, le congrès ORA/ UCAT adopte le nom de fédération des anarchistes communistes.

La fédération anarchiste italienne (synthésiste) et la fédération des anarchistes communistes (plateformiste) continuent d'exister, mais l'anarchisme insurrectionnel continue d'être pertinent comme le montre la création récente (2003) de la fédération anarchiste informelle.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Anarchisme en Italie[modifier | modifier le code]

Organisations anarchistes italiennes[modifier | modifier le code]

Cette liste concerne les fédérations, confédérations, syndicats, organisations armées et les collectifs autonomes et groupes d'affinité Italiens :

Anarchistes en Italie[modifier | modifier le code]

Cette liste comprend les anarchistes Italiens notoires :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Anarchiste italien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) No Gods No Masters : Daniel Guerin - p. 154
  2. a, b, c et d (es) El movimiento libertario en Italia - Bicicleta : Revista de comunicaciones libertarias
  3. a et b (en) Anarchism, Insurrections, and Insurrectionalism : Joe Black
  4. Pericone Nunzio : Italian Anarchism 1864-1892, p. 35–36
  5. Pericone Nunzio, Italian Anarchism 1864-1892 p. 35
  6. Pericone Nunzio : Italian Anarchism 1864-1892 - p. 58
  7. (it) Partito socialista anarchico rivoluzionario, Dizionario di Storia, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, 2011, lire en ligne.
  8. (en) "1918-1921: L'occupation italienne des usines - Biennio Rosso"
  9. (en) "Unione Anarchica Italiana" - Italian Anarchopedia
  10. (it)L'anarco-individualisme - Anarchopedia Italie
  11. « Essa trova soprattutto in America del Nord un notevole seguito per opera del Galleani che esprime una sintesi fra l'istanza puramente individualista di stampo anglosassone e americano (ben espressa negli scritti di Tucker) e quella profondamente socialista del movimento anarchico di lingua italiana. Questa commistione di elementi individualisti e comunisti - che caratterizza bene la corrente antiorganizzatrice - rappresenta lo sforzo di quanti avvertirono in modo estremamente sensibile l'invadente burocratismo che pervadeva il movimento operaio e socialista. »en français : Traduction automatique, peut être à revoir : Il existe, principalement en Amérique du Nord, une suite importante au travail de Galleani qui exprime une synthèse entre l'instance purement individualiste anglo-saxone et américaine (bien exprimée dans les écrits de Tucker) et le mouvement anarchiste italien profondément socialiste. Ce mélange d'éléments individualistes et communistes - qui caractérise bien le courant anti-organisation - représente l'effort de ceux qui mettent en garde contre la bureaucratie intrusive qui imprégnait le mouvement ouvrier et socialiste. sur L'anarchisme insurrectionnel : Anarchopedia Italie
  12. (en) The rebel's dark laughter: the writings of Bruno Filippi - The anarchist library.org
  13. (it) Novatore: une biographie
  14. (it) "L’Indivi-dualista"
  15. a et b (it)"Pietro Bruzzi" - Anarchopedia Italie
  16. Dictionnaire international des militants anarchistes : Pietro Bruzzi.
  17. Giovanni Stiffoni, Camillo Berneri (1897-1937) Mythes, racines et réalités d’un intellectuel anarchiste, Thèse de Doctorat en Études méditerranéennes sous la direction de Sandro Landi, Université Bordeaux Montaigne, 2012, page 493.
  18. Alba Balestri, « La section italienne de la colonne Ascaso », Les Gimenologues,‎ (lire en ligne).
  19. (it) Giuseppe Galzerano, Enrico Zambonini : vita e lotte, esilio e morte dell'anarchico emiliano fucilato dalla Repubblica sociale italiana, Galzerano Editore, 2009.
  20. (it) Antonio Zambonelli, Vita battaglie e morte di Enrico Zambonini (1893-1944), 1981, 2008, lire en ligne.
  21. Dictionnaire international des militants anarchistes : Antonio Cieri.
  22. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron » : Antoine Gimenez.
  23. « Quand les affrontements avec le parti communiste ont éclaté, sa maison, où il vivait avec d'autres anarchistes, est attaquée le 4 mai 1937. Ils sont tous marqués contre-révolutionnaires, désarmés, privés de leurs papiers avec interdiction de sortir dans la rue. Il y avait encore des coups de feu dans les rues lorsque, le 5 mai 1937, arrivent des nouvelles d'Italie concernant la mort d'Antonio Gramsci dans une prison fasciste (...) Quittant Radio Barcelona, Berneri part pour la Plaça de la Generalitat, où certains staliniens lui crient dessus. Avant qu'il n'ait le temps de se tourner et regarder, ils ouvrent le feu avec des mitrailleuses et laissent son corps là-bas dans la rue. » (en) "Berneri, Luigi Camillo, 1897-1937" - libcom.com
  24. (en) Paul Avrich. Anarchist Voices: An Oral History of Anarchism in America. AK Press - 2005 - p. 516
  25. Espagne : Retour à la normalisation à Barcelone : Le gouvernement républicain avait envoyé des troupes pour s'emparer du standard téléphonique, le 3 mai, opposant les anarchistes et les Poumistes (Parti ouvrier d'unification marxiste) d'un côté contre le gouvernement républicain et le Parti communiste stalinien de l'autre, dans des batailles de rue, entraînant la mort de 500 anarchistes. Des escouades de membres du parti communiste descendent dans les rues, le 6 mai, pour assassiner les leaders anarchistes. On sait aujourd'hui, que parmi ceux retrouvés assassinés, se trouvait l'anarchiste italien Camillo Berneri (en) Camillo Berneri - The Anarchist Encyclopédia - Une galerie de Saints & de Pêcheurs
  26. (en)Masini, Pier Carlo, 1923-1998
  27. a, b et c (es) "Vivir la Anarquía .Artículo en solidaridad con Alfredo Bonanno y Christos Stratigopoulos"

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :