Alpha (mission)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alpha
Mission spatiale habitée
Thomas Pesquet, en 2020
Thomas Pesquet, en 2020
Données de la mission
Organisation Agence spatiale européenne (ASE)
Drapeau de l’Union européenne Union européenne
Vaisseau Crew Dragon Endeavour (Crew Dragon)
Équipage Thomas Pesquet
Lanceur Falcon 9 (SpaceX)
Date de lancement
Site de lancement Centre spatial Kennedy de la base de lancement de Cap Canaveral (Floride)
Date d'atterrissage 8 novembre 2021
Durée 6 mois et 16 jours
Navigation

La mission Alpha est une mission individuelle du spationaute français Thomas Pesquet[1],[2], de l'Agence spatiale européenne (ESA), réalisée lors de la mission spatiale habitée de 6 mois à bord de la Station spatiale internationale (ISS) d'avril à septembre 2021, dans le cadre des expédition 64 (ISS) et expédition 65 (ISS). Le trajet vers ISS est réalisé sur le véhicule spatial Crew Dragon Endeavour du vol SpaceX Crew-2 de SpaceX-NASA, troisième mission habitée Crew Dragon, lancée par la fusée Falcon 9 de SpaceX. Le spationaute est le premier européen à voler sur Crew Dragon, le premier depuis 10 ans à décoller depuis le sol américain, et le plus long séjour historique d'un français dans l'espace.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Thomas Pesquet, avec l'équipage SpaceX Crew-2.

Le nom « Alpha » (dont Thomas Pesquet dit dans de nombreuses apparitions apprécier la simplicité du terme) fait référence au système stellaire et planétaire Alpha du Centaure de la constellation du Centaure de la Voie lactée, dont l'étoile la plus proche du système solaire Proxima du Centaure inspire le nom de la première mission Proxima de 6 mois sur ISS de Pesquet en 2016, et dont l'étoile Alpha du Centaure A est la seconde étoile la plus proche du système solaire. Un grand nombre de missions habitées françaises ont porté des noms d'étoiles. Le nom de la mission est choisi par un concours de l’ESA, soumis par Christelle de Larrard de Mios, en Gironde (France)[3], suggéré 47 fois, et sélectionné parmi 27 000 autres noms.

Mission[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

À la suite de sa précédente mission spatiale habitée de 6 mois sur ISS de 2016 (lancé par Soyouz MS-03 de Baïkonour) pour les expéditions expédition 50 (ISS) et expédition 51 (ISS), Thomas Pesquet est sélectionné par l'Agence spatiale européenne ESA, en , pour l'expédition 65 (ISS).

Portrait officiel de Thomas Pesquet pour la mission.

L'ingénieur aéronautique est chargé de réaliser entre autres des opérations de maintenance technique d'ISS, ainsi que 232 expériences scientifiques en laboratoire de recherche sous orbite sans attraction terrestre, dont l’étude des cellules souches de cerveau pour étudier leur vieillissement accéléré dans l'espace. La mission permettra également d'étudier et de préparer des futures missions vers la Lune et Mars[4]. Il deviendra également le 4e astronaute européen, et le premier français à assurer le commandement de l'ISS[5], pendant 1 mois, au cours de la seconde partie de son séjour.

Entraînement[modifier | modifier le code]

Thomas Pesquet s'est entraîné pour cette mission au Centre des astronautes européens de Cologne en Allemagne, puis à Houston et chez SpaceX aux États-Unis[4].

Décollage[modifier | modifier le code]

Thomas Pesquet décolle avec succès le à 11 h 49 (heure de Paris) du centre spatial Kennedy de la base de lancement de Cap Canaveral en Floride, à bord de la mission SpaceX Crew-2, sur la capsule Crew Dragon lancée sur une Falcon 9[6],[7],[8] (première réutilisation opérationnelle habitée du véhicule spatial Crew Dragon). La combinaison spatiale des astronautes est créée par le costumier hollywoodien Jose Fernandez[9].

Amarrage[modifier | modifier le code]

ISS-65 Thomas Pesquet is pictured during a public affairs event.jpg

Le à 11 h (heure de Paris), la capsule Crew Dragon est autorisée à avancer jusqu'à 20 m de l'ISS. Après une approche à la vitesse de quelques centimètres par seconde, la capsule s'amarre à 11 h 8 (avec deux minutes d'avance) au segment orbital américain de la Station spatiale internationale[7], après environ 23 h 30 de vol spatial. L'amarrage est officiellement confirmé à 11 h 22, et les portes sont ouvertes à 13 h 45 (heure de Paris)[10].

Début de la mission[modifier | modifier le code]

SpaceX Dragon en approche

Lors de son arrivée à bord de l'ISS, Thomas Pesquet déclare « Nous avons hâte de commencer notre travail à bord de la station[11] ». Lors de sa conférence de presse du , il raconte sa nouvelle vie dans la Station spatiale internationale, un espace qu'il partage alors avec 11 astronautes[12]. À cette occasion, il annonce travailler en orbite sur l'étude des cellules souches de cerveau humain et se prépare à étudier le comportement de l'organisme monocellulaire du Blob dans l'espace.

Le , Thomas Pesquet s'entretient avec les quatre membres du groupe britannique Coldplay et diffuse leur nouveau single Higher Power (en)[13] de leur album Music of the Spheres, en exclusivité mondiale, en orbite. Durant cet échange, Thomas Pesquet révèle n'avoir encore jamais fait de rencontre extraterrestre « mais continue de chercher »[14].

Sorties extra-véhiculaires[modifier | modifier le code]

Le , Thomas Pesquet et Shane Kimbrough réalisent ensemble une sortie extravéhiculaire de 7 heures et 15 minutes pour installer de nouvelles cellules sur un ancien panneau solaire de l'ISS dont la production a baissé[15]. Plusieurs problèmes techniques les empêche de terminer le déploiement du premier panneau[16].

Le , ils réalisent une seconde sortie extra-véhiculaire de 6 heures et 28 minutes pour finir de positionner, fixer, brancher et déployer le premier panneau solaire long de 19 m, et préparer l'installation d'un second panneau solaire, finalisé lors d'une troisième sortie du vendredi [17].

Fin de mission[modifier | modifier le code]

Le 8 novembre 2021 à 19 h 5 UTC, le vaisseau Crew Dragon se sépare de l'ISS, emportant Thomas Pesquet et ses trois collègues pour un retour vers la Terre. Le 9 novembre 2021, à h 33 UTC, après 199 jours dans l'espace, Thomas Pesquet et le reste l’équipage Crew-2 amerrissent avec succès au large des côtes de Floride dans le golfe du Mexique, à bord de Crew Dragon Endeavour.


Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « alpha », sur www.esa.int (consulté en )
  2. « Alpha brochure », sur www.esa.int (consulté en )
  3. ESA, « Thomas Pesquet de l’ESA sera le premier Européen à embarquer à bord d’un Dragon à destination de la Station spatiale », sur esa.int, (consulté le ).
  4. a et b franceinfo avec AFP, « Ce que l'on sait de la mission "Alpha", la prochaine aventure de Thomas Pesquet dans les étoiles », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  5. Antoine Meunier, « Thomas Pesquet dirigera l'ISS », sur lachroniquespatiale.com, (consulté le ).
  6. (en) « Launch Schedule », sur Spaceflight Now
  7. a et b Idariane, « La séquence de décollage de Crew 2 avec Thomas Pesquet », sur reves-d-espace.com, (consulté le )
  8. [vidéo] SpaceX : le décollage de Thomas Pesquet pour la Station spatiale internationale ISS sur YouTube
  9. « Les astronautes de Space X sont habillés par un costumier hollywoodien », sur LEFIGARO (consulté le )
  10. « Thomas Pesquet et ses coéquipiers désormais arrimés à l'ISS », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Clément Parrot, « Thomas Pesquet et ses trois coéquipiers sont maintenant à bord de la Station spatiale internationale », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Thomas Pesquet ESA », sur www.facebook.com (consulté en )
  13. [vidéo] Coldplay - Higher Power (Official Video) sur YouTube
  14. Stéphanie Letournel, « Le nouveau single de Coldplay diffusé à bord de l'ISS avec Thomas Pesquet », France 3 Normandie,‎ (lire en ligne)
  15. « Suivez en direct la sortie de Thomas Pesquet dans l’espace aujourd’hui », (consulté le )
  16. « ISS : mission inachevée dans le vide spatial pour Thomas Pesquet après un problème technique », sur Les Echos, (consulté le )
  17. « Nouvelle sortie réussie dans l’espace pour Thomas Pesquet », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]