Programme Living Planet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Programme Living Planet rassemble l'ensemble de missions spatiales de l'Agence spatiale européenne dédiées à l'observation de la Terre depuis l'espace. Il comprend des missions de recherche scientifique comme SWARM (missions Earth Explorer) ainsi que des missions destinées à recueillir de manière continue des données comme Sentinel (Earth Watch) pour des besoins opérationnels comme la météorologie.

Les missions scientifiques Earth Explorer[modifier | modifier le code]

Sept missions Earth Explorer sont en cours dont trois sont opérationnelles début 2012, trois en cours de développement avancée et une a été sélectionnée en 2013 :

  • GOCE (Gravity Field and Steady-State Ocean Circulation Explorer) est une mission d'étude du champ de gravité terrestre. Le satellite a été lancé le 17 mars 2009[1].
  • SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity satellite)[2],[3] mesure l’humidité superficielle des terres émergées et la salinité de la surface des océans. Le satellite a été lancé le 2 novembre 2009[4].
  • CryoSat-2 étudie les glaces polaires et leur évolution. Après un premier échec il a été lancé le 8 avril 2010.
  • SWARM est une constellation de trois satellites dédiée à l'étude du champ magnétique terrestre. Son lancement est planifié pour 2013[5].
  • Aeolus (Atmospheric Dynamics Mission) est un satellite d'observation de la dynamique de l'atmosphère terrestre. Il doit être lancé en 2014.
  • EarthCARE (Earth Clouds Aerosols and Radiation Explorer) doit étudier la formation et l'influence des nuages[6]. Le lancement est planifié en 2015.

La sélection en 2013 de la 7e mission Earth Explorer[modifier | modifier le code]

  • La septième mission Earth Explorer a fait l'objet en janvier 2009 d'une pré sélection et 3 candidats ont été retenus parmi six propositions[7] :
  • Biomass doit mesurer le volume global de la biomasse de la planète pour permettre de mesurer les quantités de carbone stockés et les flux de celui-ci.
  • CoReH2O doit permettre de combler les lacunes dans nos connaissances sur la neige, les glaciers et la surface des eaux.
  • PREMIER a pour objectif de mieux comprendre les processus qui relient les gaz à l'état de trace, les radiations et la chimie de la troposphère supérieure et inférieure.

Biomass a été sélectionnée le 7 mai 2013 pour devenir la septième mission Earth Explorer et doit être lancée vers 2020[8].

La 8e mission Earth Explorer[modifier | modifier le code]

La 8e missions est en cours de sélection :

Un appel à proposition a été lancé pour la 8e mission Earth Explorer. Deux missions ont été sélectionnées en novembre 2010 et ont entamé une étude de faisabilité :

  • FLEX (satellite) (Fuorescence Explorer) doit fournir une carte globale de la végétation permettant de quantifier la photosynthèse. L'objectif est d'améliorer nos connaissances relatives au carbone stocké dans les plantes et à son rôle dans les cycles du carbone et de l'eau.
  • CarbonSat doit mesurer et surveiller la distribution des deux principaux gaz à effet de serre : le dioxyde de carbone et le méthane. Il doit permettre une meilleure maitrise des sources et des puits de stockage naturels de ces deux gaz ainsi que de leur influence sur le climat.

La mission retenue devrait être lancée vers 2019[9].

Le recueil des données pour les besoins opérationnels[modifier | modifier le code]

L'Agence spatiale européenne a joué un rôle pionnier dans le domaine de la collecte de données météorologiques avec la première série de satellites météorologiques géostationnaires METEOSAT. Elle conçoit aujourd'hui la troisième génération de cette famille dont le premier exemplaire devrait être lancé vers 2015. Elle a développé par ailleurs une famille de satellites météorologiques placés sur orbite polaire MetOp dont le premier exemplaire a été lancé en 2006. Les autres paramètres environnementaux ont été collectés successivement par les satellites ERS-1 et ERS-2 auxquels a succédé en 2002 le satellite Envisat.

L'Agence spatiale européenne a décidé de créer en 1998 le programme GMES dont l'objectif est de garantir la continuité de la collecte des paramètres environnementaux et leur redistribution aux différents utilisateurs. Une nouvelle famille de satellite, Sentinelle doit prendre la suite d'Envisat et contribuer à alimenter GMES[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « GOCE site », ESA (consulté le 4 mars 2009)
  2. ESA's water mission SMOS European Space Agency
  3. (en) Mark Drinkwater, Yann Kerr, Jordi Font et Michael Berger, « Exploring the Water Cycle of the ‘Blue Planet’: The Soil Moisture and Ocean Salinity (SMOS) mission », ESA Bulletin, European Space Agency, no 137,‎ février 2009, p. 6–15 (lire en ligne)
  4. (en) Jonathan Amos, « European water mission lifts off », BBC News,‎ 2 novembre 2009 (lire en ligne)
  5. (en)« Swarm: magnetic field satellites get their bearings », Agence spatiale européenne,‎ 27/10/2011
  6. ESA signs EUR 263m earth monitoring satellite contract Environment Expert [dot] Com
  7. (en)« Three ESA_Earth science missions move to next _phase », Agence spatiale européenne,‎ 2 mars 2009
  8. (en)« ESA’s next Earth Explorer satellite », Agence spatiale européenne,‎ 7/5/2013
  9. (en)« ESA calls for Earth Explorer-8 Mission Advisory Group members », Agence spatiale européenne,‎ 15/2/2011
  10. (en) « About GMES GMES overview », sur ttp://www.esa.int, ESA,‎ 7 mai 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]