Thomas Pesquet

Cette page est en semi-protection longue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thomas Pesquet
Portrait officiel de Thomas Pesquet (2020).
Portrait officiel de Thomas Pesquet (2020).

Nationalité Drapeau de France Français
Agence spatiale Agence spatiale européenne
Sélection Groupe d'astronautes 6 de l'ESA, mai 2009
Naissance (43 ans)
Rouen (Seine-Maritime)
Formation d'origine Baccalauréat scientifique, classe préparatoire aux grandes écoles, diplôme d'ingénieur aéronautique, mastère spécialisé en aéronautique
Occupation précédente Ingénieur aéronautique
Pilote de ligne
Occupation actuelle Astronaute
Grade Colonel dans la réserve citoyenne de l'Armée de l'air et de l'espace[1]
Durée cumulée des missions 196 j 17 h 50 min
Sorties dans l'espace 4
Durée 26 h 15 min
Mission(s) Soyouz MS-03
Expédition 50
Expédition 51
SpaceX Crew-2
Missions prévues Expédition 65
Expédition 66
Insigne(s) Soyuz-MS-03-Mission-Patch.pngISS Expedition 50 Patch.png ISS Expedition 51 Patch.svgSpaceX Crew-2 logo.pngISS Expedition 65 Patch.pngISS Expedition 66 Patch.png

Thomas Pesquet, né le à Rouen (Seine-Maritime), est un astronaute français.

Après une formation d'ingénieur aéronautique à l'ISAE-SUPAERO (Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace) à Toulouse, Thomas Pesquet a occupé différents postes dans l'industrie aérospatiale et au Centre national d'études spatiales (CNES) avant de devenir, en 2005, pilote de ligne. En , il fait partie des six candidats retenus pour former le troisième groupe d'astronautes européens sélectionnés par l'Agence spatiale européenne (ESA).

Il est le dixième Français à partir dans l'espace en décollant le à bord de Soyouz MS-03 depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan et dont l’équipage occupe la Station spatiale internationale (ISS) de à dans le cadre de la mission Proxima. Durant cette mission, Thomas Pesquet a mené une centaine d'expériences dont la moitié développée par l'Agence spatiale européenne ou le Centre national d'études spatiales, l'autre moitié par la National Aeronautics and Space Administration (NASA). Il effectue deux sorties extravéhiculaires de six heures pour des missions de maintenance de la Station spatiale internationale.

En , il est sélectionné pour une seconde mission à bord de la capsule Crew Dragon, construite par l'entreprise américaine SpaceX. Il devient ainsi le premier Européen assigné à une mission à bord du Crew Dragon[2], que l'Agence spatiale européenne décide de baptiser Alpha.

Le , Thomas Pesquet embarque pour la deuxième fois de son existence vers la Station spatiale internationale (ISS). À la fin de son séjour de six mois, il deviendra le premier Français commandant de l'ISS.

Formation

Né le à Rouen, en Seine-Maritime, Thomas Pesquet est le fils d'un professeur de mathématiques-physique et d'une institutrice. Il a un frère aîné prénommé Baptiste, qui est ingénieur et enseignant[3]. Après un baccalauréat scientifique au lycée Jehan Ango de Dieppe, en Normandie, il entre en classe préparatoire au lycée Pierre-Corneille de Rouen puis obtient en 2001 son diplôme d'ingénieur aéronautique à l'ISAE-SUPAERO (Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace), à Toulouse[4],[5]. Il passe une année au sein du programme de mastère en aéronautique à l'École Polytechnique de Montréal, à l’Université Concordia et à l’Université McGill[6].

Thomas Pesquet est en mesure de s’exprimer à un niveau professionnel dans six langues : le français, l'anglais, le russe, l'espagnol, le chinois mandarin et l'allemand[7]. Par ailleurs, il joue du saxophone[8].

Il est membre de l'Association aéronautique et astronautique de France (3AF), de l'American Institute of Aeronautics and Astronautics (AIAA), de l’Explorers Club, de l'Association of Space Explorers (ASE), de la Société des explorateurs français (SEF) et du Cercle des ceintures noires de la Fédération française de judo, jujitsu, kendo et disciplines associées (FFJDA)[9].

Débuts professionnels

Ingénieur

Début 2001, Thomas Pesquet effectue un stage d'ingénieur au Centre spatial de Cannes - Mandelieu (constructeur de satellites) établissement de la société Alcatel Space, avec pour parrain François Paoli[10]. Il y développe un logiciel de conception de système embarqué. Cette même année, il est ingénieur en dynamique des engins spatiaux pour des missions de télédétection au sein de la société espagnole GMV Innovating Solutions à Madrid (Espagne). Thomas Pesquet est recruté par le Centre national d'études spatiales où il travaille de 2002 à 2004 sur l'autonomie des missions spatiales, la conception du futur segment terrestre de l'agence et l'harmonisation des technologies spatiales en Europe. Il représente le Centre national d'études spatiales au sein du Consultative Committee for Space Data Systems (CCSDS), un groupe de travail international chargé des systèmes de gestion de données spatiales.

Pilote

Pilote privé chevronné, il est sélectionné en 2004 au concours des pilotes cadets d'Air France et change d'orientation professionnelle. Il suit un programme de formation des pilotes et obtient sa licence de pilote de ligne (ATPL) fin 2005. À compter de cette date, il vole sur Airbus A320, mais aussi sur A318, A319 et A321 pour Air France et accumule plus de 2 500 heures de vol. Il devient également instructeur sur A320[4],[5].

Thomas Pesquet a toujours continué à voler en tant que pilote en parallèle de ses activités d'astronaute, d'abord chez Air France de 2010 à 2016, puis chez Novespace sur A310 et au sein des essais en vol d'Airbus sur A320 et A350 depuis 2018.

Astronaute

Sélection

Oleg Novitski, Peggy Whitson et Thomas Pesquet s'entraînant à faire face à une dépressurisation de la Station spatiale internationale (2015).
Kate Rubins, Anatoli Ivanichine, Takuya Onishi, Peggy Whitson, Oleg Novitski et Thomas Pesquet photographiés devant le lanceur Soyouz (2016).

Lorsque l'Agence spatiale européenne lance une nouvelle campagne de recrutement d'astronautes en 2008, Thomas Pesquet présente sa candidature pour faire partie du Corps européen des astronautes[5]. Il fait partie des six candidats retenus en parmi les 8 413 postulants. Il est le plus jeune des astronautes recrutés par l'Agence spatiale européenne. Il reçoit une formation initiale au Centre des astronautes européens (EAC) situé à Cologne, en Allemagne[11],[12], qui s'achève mi-. Durant cette période, les futurs astronautes, dont les origines professionnelles sont très variées (médecin, ingénieur, pilote…), reçoivent un enseignement homogène. Thomas Pesquet apprend le russe qui est avec l'anglais une des deux langues officielles à bord de la Station spatiale internationale[N 1] et qu'il devra pratiquer intensivement durant son entraînement en Russie[13]. À l'issue de sa formation, il travaille alors comme responsable des communications avec les astronautes en vol (Eurocom). Il est en parallèle chargé de projets au Centre des astronautes européens, dont la mise en place de coopérations avec de nouveaux partenaires comme la Chine.

Entraînement (2010-2016)

Thomas Pesquet entame le long programme d'entraînement et d'apprentissage qui doit le préparer à sa future mission à bord de la Station spatiale internationale. Les formations, selon leur nature, se déroulent principalement en Allemagne, en Russie et aux États-Unis.

À la Cité des étoiles, située dans la banlieue de Moscou, il s'entraîne à piloter le vaisseau Soyouz dans toutes les situations normales et d'urgence durant les phases critiques du vol, c'est-à-dire au décollage, lors du rendez-vous en orbite avec la Station spatiale internationale et lors de la rentrée atmosphérique[14]. Il s'habitue dans une centrifugeuse à subir des accélérations croissantes jusqu'à 9 g qui pourraient se produire en cas de rentrée atmosphérique non contrôlée[15]. Il effectue des exercices pratiques dans la taïga russe, en Sibérie, pour apprendre à survivre en cas d'atterrissage dans une étendue d'eau ou dans une zone située hors du périmètre prévu, qui nécessiterait d'attendre les secours de 2 à 3 jours[16].

Au Centre spatial Lyndon B. Johnson (JSC) de la National Aeronautics and Space Administration situé à Houston, au Texas, il se familiarise avec les différents systèmes de la station spatiale gérés via un réseau d'une centaine d'ordinateurs portables. Il se forme plus particulièrement à la maintenance des systèmes de support-vie (gestion des systèmes liés à l'eau, l'air et les gaz) et des scaphandres qui relèveront de sa responsabilité durant son séjour dans l'espace. La Station spatiale internationale constitue un environnement fragile, et les astronautes sont formés de manière intensive aux procédures d'urgence à appliquer lorsque survient l'une des trois situations critiques suivantes : empoisonnement de l'atmosphère par l'ammoniac du circuit de régulation thermique, départ de feu et perte de l'atmosphère interne liée à une brèche dans la paroi[17].

Thomas Pesquet apprend à manipuler le bras télécommandé Canadarm 2, utilisé pour déplacer les cargos spatiaux, mais également les astronautes dans l'espace. Dans le bassin du Laboratoire de flottabilité neutre (NBL) qui contient une maquette à l'échelle 1 d'une grande partie de la Station spatiale internationale, Thomas Pesquet répète, revêtu d'un scaphandre spatial lourd, les opérations qu'il aura à effectuer en cas d'intervention dans l'espace nécessitant une sortie extravéhiculaire. Thomas Pesquet séjourne à Tsukuba, au Japon, pour se familiariser avec le laboratoire spatial japonais appelé Japanese Experiment Module (JEM) et baptisé Kibō, partie intégrante de la Station spatiale internationale[18].

À Cologne, en Allemagne, il se forme à l'ensemble des systèmes du laboratoire européen Columbus et à la mise en œuvre des installations et des expériences scientifiques. L'astronaute suit une formation médicale théorique et pratique pour lui permettre d'effectuer des gestes médicaux simples comme la réalisation d'un point de suture, la pose d'une perfusion, l'arrachage d'une dent[19].

Thomas Pesquet participe à plusieurs stages de préparation destinés à forger l'esprit d'équipe indispensable lors de longs séjours dans des espaces confinés et coupés de l'extérieur. Il effectue ainsi un trek en autonomie dans les montagnes du Nouveau-Mexique (2016) et un stage de survie dans les grottes en Sardaigne (2011). Dans le cadre du programme NEEMO de la National Aeronautics and Space Administration, il séjourne dans une station sous la mer pour les missions SEATEST II (en) et NEEMO 18 (2014). Durant toute cette phase de préparation à sa mission, Thomas Pesquet est astreint à effectuer un nombre minimum d'heures de sport (quatre heures par semaine) pour maintenir sa forme physique générale. Sa santé est surveillée de près avec un check-up complet de deux jours tous les ans. Des mesures de sa densité osseuse sont prises pour permettre des comparaisons après sa mission et ainsi mesurer l'effet de l'impesanteur sur le squelette[20].

Affectation à l'expédition 50/51

L'insigne de l'équipage Soyouz MS-03 qui a amené Oleg Novitski, Peggy Whitson et Thomas Pesquet à la Station spatiale internationale. Le lion en bas à droite représente sa région d'origine, la Normandie.

L'Agence spatiale européenne ne détient que 8,3 % des droits d'utilisation de la partie non russe de la Station spatiale internationale, au prorata de la participation à sa construction et sa maintenance, ce qui ne lui permet d'envoyer un astronaute qu'environ trois à quatre mois par an pour un équipage permanent de six personnes. Compte tenu de la participation française à l'Agence spatiale européenne (un peu plus de 20 %), la participation de Thomas Pesquet à une mission d'une durée moyenne de six mois n'est obtenue qu'après une longue attente qui n'est pas seulement due à la complexité de la formation.

Finalement, en 2014, Thomas Pesquet est choisi par l'Agence spatiale européenne pour faire partie de l'équipage de la Station spatiale internationale dans le cadre d'une mission d'une durée de six mois, baptisée Proxima[N 2], qui se déroule du à [4]. Il exerce la fonction d'ingénieur de vol lors de l'Expédition 50 et 51[21]. Thomas Pesquet est le dixième Français à voler dans l'espace et le second à effectuer un séjour long (après Jean-Pierre Haigneré lors de la mission PERSEUS)[22].

En , Thomas Pesquet assure le rôle de doublure d'Andreas Mogensen pour le vol de 10 jours réalisé par l'astronaute danois.

Équipage du Soyouz MS-03

L'équipage du Soyouz MS-03, qui va prendre la relève de trois des six membres de l'équipage de la Station spatiale internationale pour former l'Expédition 50 puis l'51, est composé de Thomas Pesquet qui fait office de copilote et occupe la place gauche dans l'espace restreint de la cabine spatiale et de deux vétérans de l'espace : le Russe Oleg Novitski (commandant de bord) de l'agence spatiale Roscosmos et l'Américaine Peggy Whitson, membre du corps des astronautes de la National Aeronautics and Space Administration. Peggy Whitson est une chercheuse en biochimie de formation qui a à son actif deux vols de longue durée. Elle est la femme ayant effectué le plus long séjour dans l'espace (376,5 jours) et se situe en deuxième position pour la durée des sorties dans l'espace (six sorties avec un temps cumulé de 40 heures). Elle a fait partie de deux équipages de la Station spatiale internationale en 2002 et en 2007/2008 en tant que commandant dans ce dernier cas. Quant à lui, Oleg Novitski est un militaire de carrière, pilote, plongeur et instructeur militaire de parachutisme. Il a fait partie durant six mois de l'équipage de la Station spatiale internationale en 2012[23].

Mission Proxima

Décollage et voyage vers l'ISS

Thomas Pesquet, Peggy Whitson et Oleg Novitski peu avant le décollage de la fusée et saluant une dernière fois avant d'embarquer dans le vaisseau Soyouz MS-03 (2016).
Portrait officiel de Thomas Pesquet (2016).

Thomas Pesquet décolle le à 20 h 20 UTC à bord d'un vaisseau Soyouz. Le Soyouz MS-03 est placé en orbite par une fusée Soyouz tirée depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. Le vaisseau Soyouz MS-03 s'amarre à la Station spatiale internationale le après 48 heures de manœuvres orbitales[24],[25].

Séjour à bord et programme scientifique

Durant son séjour dans la Station spatiale internationale, Thomas Pesquet est ingénieur de vol. Comme les autres membres de l'équipage, son temps est partagé entre la réalisation d'expériences scientifiques et la maintenance de la Station spatiale internationale. Dans le cadre de sa mission, il doit mener plus d'une centaine d'expériences scientifiques pour moitié conçues sous l'égide de la National Aeronautics and Space Administration, l'autre moitié sous celle de l'Agence spatiale européenne. Parmi ces dernières, sept ont été proposées par l'agence spatiale française, le Centre national d'études spatiales :

  • Fluidics est une expérience de dynamique des fluides dans l'espace ;
  • ECHO est un échographe expérimental, opéré à distance ;
  • Aquapad est un équipement permettant de déterminer facilement si l'eau est potable ;
  • Everywear est un logiciel sur tablette qui permet de collecter facilement les données des capteurs biomédicaux portatifs connectés en bluetooth et qui mesurent quotidiennement les paramètres physiologiques des astronautes ;
  • MATISS est une expérience de surface intelligente visant à empêcher les bactéries de se poser et de proliférer ;
  • Perspectives est un casque de réalité virtuelle destiné à mesurer l'incidence de l'impesanteur sur les fonctions cognitives ;
  • Exo-iss sont trois expériences pédagogiques développées en collaboration avec des lycéens.

Les expériences du Centre national d'études spatiales ainsi qu'une quinzaine d'expériences de l'Agence spatiale européenne sont suivies par le Centre d'aide au développement des activités en micro-pesanteur et des opérations spatiales (CADMOS), centre toulousain du Centre national d'études spatiales consacré à la conception et à la gestion d'expériences mises en œuvre dans l'espace en particulier à bord de la Station spatiale internationale[26]. Certaines expériences ont fait l'objet d'un partenariat avec l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM)[27].

Sorties extra-véhiculaires

Le , il mène à bien, en compagnie de l'astronaute américain Robert Shane Kimbrough sa première sortie extravéhiculaire, durant laquelle il effectue des travaux sur le système électrique de la Station spatiale internationale.

Il effectue sa seconde sortie extravéhiculaire, toujours avec Robert Shane Kimbrough, le , durant laquelle il répare une fuite sur le système de refroidissement et entretient le bras mécanique du Special Purpose Dexterous Manipulator (SPDM), un robot télémanipulateur. Il a aussi travaillé sur l'installation d'un nouveau port d'amarrage pour les futurs vaisseaux[28].

Communication

Au cours de son séjour, il réalise les photographies du premier Google Street View de la Station spatiale internationale[29], qui permet de l'explorer virtuellement en trois dimensions depuis son ordinateur.

Pendant ses six mois sur la station, Thomas Pesquet a pris sur son temps libre plus de 85 000 photos de la Terre[30], de la vie à bord ou des tâches quotidiennes de l'équipage[31]. Il a publié quotidiennement les plus réussies (environ 2 500) sur les réseaux sociaux. La beauté de la Terre vue du ciel à travers ses clichés[32],[33] et la simplicité avec laquelle il a partagé son aventure ont généré un suivi massif de ses publications[34].

Il est le premier astronaute francophone à partager sa mission avec le grand public, et sa disponibilité et sa pédagogie[35] ont créé un véritable engouement pour son aventure[36], et plus largement pour l'exploration spatiale en France. Il a notamment été en contact avec France Info et TF1 de manière hebdomadaire pour des chroniques depuis la Station spatiale internationale, a réalisé des vidéos en HD ou en réalité virtuelle publiées sur YouTube, mais a aussi collaboré avec des artistes comme Yuksek[37] ou Mai Lan[38], ou publié sa playlist quotidienne sur Deezer. Il a joué du saxophone à bord de la Station spatiale internationale, réalisant des clips vidéos avec ses amis musiciens[39], ou interprétant lui-même un titre sur l'album 16 levers de soleil de Guillaume Perret, bande originale du documentaire portant ce nom.

Grand sportif, il a encouragé depuis l'espace le XV de France[40] et le Stade toulousain[41], ainsi que Tony Parker ou le skipper Tanguy de Lamotte pendant le Vendée Globe.

Il a invité l'art de vivre et la gastronomie française à bord de la station spatiale, avec des plats préparés par Alain Ducasse ou Thierry Marx et consommés pour les grandes occasions (anniversaires, fêtes de fin d'année).

Retour sur Terre

Le , il quitte la Station spatiale internationale, après 196 jours passés à son bord[42]. Il atterrit dans les steppes du Kazakhstan vers 16 h 10 (heure française) avec son collègue russe, Oleg Novitski. Lors de sa mission, il a mené 62 expériences pour le compte de l’Agence spatiale européenne et du Centre national d’études spatiales[42].

Entre deux missions

Après la fin d’une période de remise en forme, de prélèvements scientifiques et de débriefings, Thomas Pesquet a repris des tâches techniques au Centre des astronautes européens à Cologne, notamment pour préparer la suite de la Station spatiale internationale avec le projet Lunar Gateway.

Il a réalisé depuis son retour sur Terre de nombreuses activités de communication et de représentation, notamment auprès des plus jeunes. Ses thèmes de prédilection sont l’éducation[43], la promotion des carrières scientifiques, la coopération internationale et l’Europe, la parité, et la sensibilisation sur la fragilité de la Terre et la nécessité de protéger l’environnement et d’économiser les ressources naturelles[44].

Il a publié deux ouvrages : un recueil de photos grand format intitulé « Terre(s) »[45] chez Michel Lafon, et une BD (Dans la combi de Thomas Pesquet[46]) dessinée par Marion Montaigne chez Dargaud. Les deux furent d'importants succès d'édition, dont les droits d'auteur sont reversés à des ONG[réf. souhaitée].

De nombreux documentaires et émissions télévisées ont été réalisés à propos de son aventure (certains avec des images en 4K tournées par lui-même à bord de la Station spatiale internationale), dont le film Dans la peau de Thomas Pesquet (2018)[47], qui est le premier film partiellement tourné en réalité virtuelle à 360° dans l'espace, et le film 16 levers de soleil qui retrace son séjour à bord de l'ISS au travers de l’œuvre d'Antoine de Saint-Exupéry. L'Étoffe d'un Héros, sorti en 2019, retrace, quant à lui, ses dures années de préparation à sa mission spatiale.

Il a participé au tournage du long métrage Proxima avec Eva Green, et on l'a notamment aperçu au Festival de Cannes[48]. Sa présence dans la délégation française lors de la visite d'État à Washington[49] ainsi qu'à un dîner présidentiel à l'Élysée[50] ont laissé penser à un engagement politique, qu'il a fermement démenti[51], se consacrant exclusivement à ses tâches techniques pour retourner dans l'espace.

Il a participé aux côtés de l'animateur Frédéric Lopez, dont c'était la dernière émission, à Rendez-vous en terre inconnue, au sein de la tribu Kogi de Colombie, émission pendant laquelle la protection de l'environnement est un fil rouge au travers de la confrontation entre la modernité de Thomas Pesquet et la tradition des Kogis[52], qui pourtant se rejoignent sur tous les thèmes liés à la planète.

Thomas Pesquet avec les astronautes allemand et américain Matthias Maurer (en noir) et Mark T. Vande Hei (en bleu) goûtant de la nourriture qu'ils auront à bord de la Station spatiale internationale (2020).

En , il est formé au pilotage de l’A310 chez Airbus à Toulouse, et est qualifié le pour réaliser des vols paraboliques chez la société française Novespace. Il intègre une équipe restreinte de pilotes (7 en Europe) qualifiés pour réaliser ces manœuvres, et est régulièrement aux commandes de l’Airbus A310 ZeroG au départ de l’aéroport de Bordeaux-Merignac. Il participe fréquemment depuis 2018 à des vols d'essai et de réception au sein des pilotes d'essais d'Airbus.

En 2018, il est la quatrième personnalité préférée des Français[53], ex-aequo avec Kylian Mbappé, footballeur de l'Équipe de France et vainqueur de la Coupe du monde 2018 en Russie.

Le , la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal annonce qu'il a été sélectionné pour retourner dans l'espace fin 2020[54], mission dont les modalités restent à définir avec les partenaires internationaux. Sur le plateau de C à Vous diffusé sur France 5, Thomas Pesquet a annoncé partir dans un vaisseau probablement d'origine américaine (SpaceX ou Boeing)[55]. Pour trouver le nom de cette future expédition, un concours est lancé par l'Agence spatiale européenne jusqu'au [56].

En , il se lance un nouveau défi et traverse l'Atlantique à la voile avec l'équipe d'Initiatives-Cœur, pour ramener à son port d'attache un voilier de classe International Monohull Open Class Association (IMOCA) depuis le Brésil. Il touche terre à Lorient après 16 jours de traversée[57].

Il passe le début de l'année 2020 à Houston, dans le Texas, au Centre spatial Lyndon B. Johnson pour travailler au sein de la National Aeronautics and Space Administration[réf. nécessaire].

Mission Alpha sur le Crew Dragon

Thomas Pesquet à bord d'une Tesla Model X et saluant une dernière fois les personnes présentes sur place avant d'être emmené avec ses collègues vers le vaisseau Crew Dragon (2021).

En , après quelques incertitudes techniques dues à la difficile entrée en service des nouveaux véhicules et lanceurs[réf. nécessaire][58], il est confirmé pour participer à SpaceX Crew-2, la deuxième mission opérationnelle de la capsule Crew Dragon, issue du partenariat entre la National Aeronautics and Space Administration et SpaceX dans le cadre du programme Commercial Crew Development, devenant le premier Européen assigné à une mission à bord d'un vaisseau de nouvelle génération[59]. La mission doit partir le [60] depuis la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride, et rejoindra la Station spatiale internationale pour une durée de six mois. La mission est baptisée Alpha[61], en référence à Alpha du Centaure (Alpha Centauri), deuxième système d'étoile le plus proche de la Terre après Proxima du Centaure (Proxima Centauri). Il embarquera avec trois autres membres d'équipage : les Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur et le Japonais Akihiko Hoshide.

Il a débuté rapidement son entraînement intensif pour cette mission, et partage déjà sa préparation sur les réseaux sociaux.

Le , lors d'une conférence de presse, le directeur général de l'Agence spatiale européenne Josef Aschbacher annonce que Thomas Pesquet deviendra commandant de bord de la Station spatiale internationale pendant la seconde moitié de son séjour à bord[62], faisant de lui le premier Français et le quatrième Européen à la commander, après le Belge Frank De Winne, l'Allemand Alexander Gerst et l'Italien Luca Parmitano[63].

Décollage vers l'ISS

Le décollage, normalement prévu pour le à 12 h 11 UTC+2, a été reporté au à 11 h 49 UTC+2 à cause des mauvaises conditions météorologiques[64],[65].

Le à 11 h 49 UTC+2, le lanceur Falcon 9 et le vaisseau Crew Dragon décollent comme prévu depuis le complexe de lancement 39 et l'aire 39A, en Floride[66],[67].

Il embarque avec lui Shane Kimbrough et Megan McArthur (Américains tous deux) et le Japonais Akihiko Hoshide. Le vol se nomme Crew-2[68].

Séjour à bord et programme scientifique

Durant son séjour, Thomas Pesquet devra réaliser plusieurs dizaines d'expériences scientifiques parmi lesquelles :[69] [70] [71] [72]

  • Etude du rythme de sommeil des astronautes en orbite terrestre
  • Déplacement d'objets sans contact grâce aux ultrasons
  • Etude du vieillissement du cerveau à l'échelle moléculaire
  • Utilisation d'un casque de réalité virtuelle pour l'entrainement sportif des astronautes
  • Mesure des changement du système cardio-vasculaire par échographie
  • Etude des mouvement à la surface d'un liquide en micro pesanteur
  • Etude de matériaux empêchant le développement de micro-organismes pathogènes
  • Etude d'emballages en matériau recyclable dans l'ISS et d'emballages comestibles
  • Etude du comportement d'un blob (organisme monocellulaire) en micro pesanteur.

Certaines de ces expériences sont la suite de celles menées durant la mission Proxima ou durant d'autres missions sur l'ISS.

Sorties extra-véhiculaires

Le , il réalise une sortie extra-véhiculaire de 7 heures et 15 minutes avec Robert Shane Kimbrough pour installer sur l'ISS un nouveau panneau solaire par dessus un ancien panneau vieux d'une quinzaine d'années dont la production a baissé.[73] Plusieurs problèmes techniques ont eu lieu pendant la première sortie, les deux astronautes n'ont donc pas pu terminer complètement le déploiement du premier panneau.[74]

Le 20 juin 2021, il réalise une nouvelle sortie extra-véhiculaire de 6 heures et 28 minutes toujours avec Robert Shane Kimbrough pour finir de positionner, fixer, brancher et déployer le premier panneau solaire long de 19 mètres, et commence à préparer l'installation d'un second sur l'ISS. Une troisième sortie le vendredi 25 juin est prévue pour finaliser l’installation du deuxième panneau solaire.[75]

Communication

Retour sur Terre

Il devrait s'effectuer en octobre ou novembre 2021, mais la date précise n'est pas encore fixée.

Vie personnelle

Thomas Pesquet partage sa vie depuis de nombreuses années avec Anne Mottet. Chargée de politiques d'élevage à l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui est basée à Rome, en Italie, elle est ingénieure de profession diplômée de l'Institut national polytechnique de Toulouse[76],[77].

Engagements humanitaires

Distinctions

Officielles françaises

Officielles étrangères

Il a reçu suite à sa mission, de la part de la National Aeronautics and Space Administration les :

Médailles associatives et prix

Engagements

Hommages

Le , le jour de son 41e anniversaire, Thomas Pesquet inaugure sa statue de cire au musée Grévin, à Paris[96].

Le nom de Thomas Pesquet a été donné aux lieux suivants :

Dans le film Men in Black: International sorti en 2019, on peut voir Thomas Pesquet dans une courte référence. Il se trouve dans la Station spatiale internationale où il est insinué qu’il est extraterrestre.

En 2017, le chanteur Rémi Trouillon sort le titre Thomas Pesquet, extrait de son album La Vie, c’est cool[115].

Le , sort aux éditions Dargaud une bande dessinée intitulée « Dans la combi de Thomas Pesquet », réalisée par Marion Montaigne, qui raconte avec humour le parcours du spationaute normand depuis sa sélection initiale, puis sa formation jusqu'à sa mission dans l'ISS et son retour sur Terre.

Le , sort un livre pour la jeunesse intitulé « L'incroyable destin de Thomas Pesquet, spationaute », réalisé par Pierre Oertel (auteur) et Erwann Surcouf (illustrations), qui raconte le parcours de Thomas Pesquet.

Notes et références

Notes

  1. Les États-Unis et la Russie ont financé la majeure partie de la Station spatiale internationale.
  2. Ce nom est choisi par Thomas Pesquet parmi les propositions reçues dans le cadre d'un concours organisé par l'Agence spatiale européenne et fait référence à Proxima du Centaure qui est l'étoile la plus proche du Système solaire.

Références

  1. « Mont-de-Marsan : Thomas Pesquet s'offre son premier vol en Rafale à la BA 118 », sur France Bleu, (consulté le 16 avril 2021).
  2. Camille Gévaudan, « Thomas Pesquet sera le premier Européen à voler sur un «Dragon» », sur Libération.fr, (consulté le 28 juillet 2020).
  3. CA, « Le girondin Baptiste Pesquet, fier de son frère Thomas », sur France 3 régions, (consulté le 5 décembre 2018).
  4. a b et c Maxime Goldbaum, « Thomas Pesquet, un Français dans l'espace », Le Monde, .
  5. a b et c Tristan Vey, « Un nouvel astronaute français dans l'espace en 2016 », Le Figaro, .
  6. « Thomas Pesquet : une âme d'explorateur », ESA, .
  7. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/louverne-53950/ce-que-tout-le-monde-veut-savoir-sur-thomas-pesquet-avant-qu-il-ne-vienne-louverne-6371680
  8. « Envoyé spatial. Jouer du saxophone dans l'espace, "c'est un peu bizarre" », sur Franceinfo, (consulté le 24 avril 2021)
  9. https://www.ffjudo.com/conference-thomas-pesquet
  10. Voir François Paoli sur le site CASPWiki.
  11. « Six nouveaux astronautes européens, dont une femme », AFP, .
  12. Violaine Costes, « Thomas Pesquet est le plus jeune astronaute de l'équipe européenne », sur Paris-Normandie, .
  13. CNES, « Grand oral : Thomas Pesquet », CNESMAG, CNES, no 70,‎ (lire en ligne).
  14. Thomas Pesquet, « Le journal de Thomas Pesquet (11) : Une mission, un nom », sur Ciel & Espace, .
  15. Thomas Pesquet, « Le journal de bord de Thomas Pesquet (21) : Dans la centrifugeuse », sur Ciel & Espace, .
  16. Thomas Pesquet, « Le journal de bord Thomas Pesquet (20) : Survivre trois jours et deux nuits », sur Ciel & Espace, .
  17. Thomas Pesquet, « Le journal de bord de Thomas Pesquet (15) », sur Ciel & Espace, .
  18. Thomas Pesquet, « Le journal de bord Thomas Pesquet (19) : 2016, l'année du départ », sur Ciel & Espace, .
  19. Thomas Pesquet, « Le journal de Thomas Pesquet (10) : Secourisme et petits plats », sur Ciel & Espace, .
  20. Thomas Pesquet, « Le journal de Thomas Pesquet (9) : Sport d’altitude », sur Ciel & Espace, .
  21. (en) « ESA > Our Activities > Human Spaceflight > Astronauts > Thomas Pesquet », sur Agence spatiale européenne (consulté le 15 novembre 2016).
  22. « Proxima > Thomas Pesquet > 10e astronaute français », sur CNES (consulté le 15 novembre 2016).
  23. « Proxima> La mission Proxima> L'équipage », sur CNES (consulté le 15 novembre 2016).
  24. « Thomas Pesquet en route vers la station spatiale internationale », sur CNES, .
  25. « La capsule Soyouz s’est amarrée à l’ISS, avec le Français Thomas Pesquet à son bord », sur Le Monde, .
  26. « CADMOS », sur CNES (consulté le 15 novembre 2016).
  27. « Proxima> Les expériences suivies par le CADMOS », sur CNES (consulté le 15 novembre 2016).
  28. « Envoyé spatial. Nouvelle virée dans l'espace pour Thomas Pesquet », sur francetvinfo.fr (consulté le 25 mars 2017).
  29. https://www.google.com/maps/@29.5603992,-95.0853323,3a,90y,71.9h,83.15t/data=!3m6!1e1!3m4!1sAM_jDvq8f-kAAAQvxjSepQ!2e0!7i2560!8i1280; Une version enrichie en français est disponible sur le site https://iss360.ovh.
  30. « (Re)découvrez 35 des plus belles photos capturées par l'astronaute Thomas Pesquet depuis l'espace », sur Maxisciences, (consulté le 16 octobre 2019).
  31. « Album FlickR de Thomas Pesquet », sur flickr.
  32. « La beauté de la Terre photographiée par Thomas Pesquet », sur parismatch.be, (consulté le 15 mars 2019).
  33. « Thomas Pesquet photographie les beautés cachées de la Terre », sur Futura (consulté le 15 mars 2019).
  34. « La Terre vue de l'espace : les 50 photos de Thomas Pesquet les plus partagées », sur France Culture, (consulté le 15 mars 2019).
  35. « Pourquoi Thomas Pesquet nous fascine autant ? », sur Ouestfrance.fr, ouest France, .
  36. « Thomas Pesquet revient de l'espace en star des réseaux sociaux », sur leparisien.fr, Le Parisien, .
  37. « Thomas Pesquet et Yuksek, l’amitié improbable (et cosmique) de l’année », sur Les Inrocks (consulté le 15 mars 2019).
  38. Cheek Magazine, « Dans Autopilote, Mai Lan rencontre Thomas Pesquet », sur ChEEk Magazine, (consulté le 15 mars 2019).
  39. « L'Art de la joie - par les Spacelatorz' --- Thomas Pesquet playing Sax in Space ! » (consulté le 6 février 2020).
  40. « France 2 », sur fr-fr.facebook.com (consulté le 15 mars 2019).
  41. « Depuis l'espace, Thomas Pesquet avec le maillot des Bleus et le ballon du Stade Toulousain », sur actu.fr (consulté le 18 août 2019).
  42. a et b Manon Aublanc, « Vidéo. Fin de la Mission Proxima : Tout ce qu’il faut savoir sur le retour sur Terre de Thomas Pesquet », sur 20 minutes, (consulté le 2 juin 2017).
  43. « Thomas Pesquet : « Le plus grand obstacle à la réussite est l’autocensure » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2019).
  44. Isabelle Lesniak, « Thomas Pesquet, le retour sur Terre », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2018).
  45. « Terre(s) - Thomas Pesquet », sur michel-lafon.fr (consulté le 15 mars 2019).
  46. « Dans la combi de Thomas Pesquet », sur Dargaud (consulté le 15 mars 2019).
  47. Le Goff, P.-E., Hansen, J. (réalisateurs). (2018). Dans la peau de Thomas Pesquet. [Film documentaire en réalité virtuelle]. France : FranceTV, La vingt-cinquième, Esa, Prospect, DV. Repéré à : https://dans-la-peau-de-thomas-pesquet.nouvelles-ecritures.francetv.fr/films.
  48. (en) « Thomas Pesquet Photos - 3 of 9 Photos: 'Solo: A Star Wars Story' Red Carpet Arrivals - The 71st Annual Cannes Film Festival », sur Zimbio (consulté le 15 mars 2019).
  49. Paris Match, « Dans les pas d'Emmanuel Macron à Washington », sur parismatch.com (consulté le 15 mars 2019).
  50. « Photos - L'astronaute Thomas Pesquet - Le grand-duc et la grande-duchesse de Luxembourg assistent au dîner d'Etat organisé au Palais de l'Elysée par le président de la R », sur purepeople.com (consulté le 15 mars 2019).
  51. « L'astronaute Thomas Pesquet en route avec Macron pour les européennes? », sur 20minutes.fr (consulté le 15 mars 2019).
  52. « Rendez-vous en terre inconnue », sur facebook.com (consulté le 15 mars 2019).
  53. « Thomas Pesquet parmi les 5 personnalités préférées des Français en 2018 », sur France 3 Normandie (consulté le 15 mars 2019).
  54. « Thomas Pesquet va retourner dans l'espace très bientôt », sur LCI.fr (consulté le 15 mars 2019).
  55. « Thomas Pesquet : objectif Lune ! - C à Vous - 12/09/2019 », (consulté le 6 octobre 2019).
  56. Thomas Pesquet a besoin de vous : trouvez le nom de sa prochaine mission !, LCI, 30 avril 2020 (consulté le 03/05/2020).
  57. « Thomas Pesquet a embarqué à bord d'Initiatives Coeur », Ouest France,‎ (lire en ligne).
  58. (en-US) Rachael Joy, « SpaceX, NASA and Boeing have a common problem: Making sure their parachutes work », sur Florida Today (consulté le 5 janvier 2021).
  59. « Thomas Pesquet sera le premier Européen à s’envoler dans l’espace avec SpaceX », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020).
  60. Nathalie Mayer, « Thomas Pesquet : J-2 avant le grand départ pour la Station spatiale », sur Futura (consulté le 21 avril 2021).
  61. « Vidéo. Thomas Pesquet décollera avec SpaceX vers l’ISS en 2021 », sur 20minutes.fr (consulté le 29 juillet 2020).
  62. Antoine Meunier, « Thomas Pesquet dirigera l'ISS », sur lachroniquespatiale.com, (consulté le 17 mars 2021).
  63. « Thomas Pesquet sera le prochain commandant de la Station spatiale internationale », sur francetvinfo.fr, (consulté le 16 mars 2021).
  64. Nathalie Mayer, « Thomas Pesquet : le lancement de Crew-2 est reporté à demain matin », sur Futura (consulté le 23 avril 2021).
  65. « Vol de Thomas Pesquet : le décollage de la fusée reporté », sur France 3 Normandie (consulté le 23 avril 2021).
  66. « Thomas Pesquet a décollé pour l'ISS », sur Les Echos, (consulté le 23 avril 2021).
  67. « Le spationaute Thomas Pesquet fait son grand retour dans l’espace », sur lefigaro.fr (consulté le 23 avril 2021).
  68. « Décollage de Thomas Pesquet vers l'ISS : qui sont les trois autres membres d'équipage à bord de la capsule Crew Dragon ? ».
  69. « Mission Alpha : découvrez les expériences qui attendent l'astronaute Thomas Pesquet dans l'espace », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 21 juin 2021)
  70. « Programme à bord », sur missionalpha.cnes.fr (consulté le 21 juin 2021)
  71. « Les expériences Made In France », sur missionalpha.cnes.fr (consulté le 21 juin 2021)
  72. « Mission Alpha : quelles seront les expériences étonnantes de Thomas Pesquet à bord de l’ISS ? », sur futura-sciences.com, (consulté le 21 juin 2021)
  73. « Suivez en direct la sortie de Thomas Pesquet dans l’espace aujourd’hui », (consulté en 16 juin 20211 à 21h24)
  74. « ISS : mission inachevée dans le vide spatial pour Thomas Pesquet après un problème technique », sur Les Echos, (consulté le 18 juin 2021)
  75. « Nouvelle sortie réussie dans l’espace pour Thomas Pesquet », Le Monde.fr, (consulté le 21 juin 2021)
  76. Closermag.fr, « Thomas Pesquet : cette vie de couple très particulière qu'il mène avec sa femme Anne Mottet - Closer », sur closermag.fr, (consulté le 23 avril 2021).
  77. « Vidéo - J'avais les yeux plein de larmes : regardez l'interview d'Anne Mottet, la compagne de Thomas Pesquet », sur LCI (consulté le 23 avril 2021).
  78. « L’astronaute de l’ESA Thomas Pesquet, ambassadeur UNICEF dans les étoiles », UNICEF France,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2017).
  79. « La Fondation Air France poursuit son engagement pour l'enfance | Air France - Corporate », sur corporate.airfrance.com (consulté le 28 août 2018).
  80. « Thomas Pesquet, nouveau parrain d'Aviation Sans Frontières », sur Aerobuzz, (consulté le 14 septembre 2019).
  81. « Thomas Pesquet, astronaute de l’Agence spatiale européenne, nommé Ambassadeur de bonne volonté de la FAO », sur fao.org/fr (consulté le 21 avril 2021).
  82. Décret du 13 juillet 2019 portant promotion à titre exceptionnel.
  83. « La médaille de l'Aéronautique s'ouvre à d'autres horizons – L'Essor », sur web.archive.org, (consulté le 20 mai 2021)
  84. « Annales de l’air et de l’espace - 2016 », Académie Air Espace,‎ (lire en ligne)
  85. « Thomas Pesquet distingué par le Prix Icare 2017 - Aerobuzz », Aerobuzz,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2018).
  86. « Thomas Pesquet récipiendaire de la Grande Médaille 2018 de l’Aéro-Club de France », sur aerocontact.com (consulté le 2 août 2020).
  87. « Thomas Pesquet – Accueil – French American Foundation France », sur french-american.org (consulté le 8 avril 2018).
  88. « Prix du Rayonnement : Thomas Pesquet, Bernard Arnault à l'honneur », sur lepetitjournal.com (consulté le 28 août 2018).
  89. Pierre-François Mouriaux, « Thomas Pesquet et huit startups spatiales distingués par l’Excellence Française - Air&Cosmos », Air et Cosmos,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2018).
  90. « Remise annuelle des prix de l'Académie d'Occitanie », sur ladepeche.fr (consulté le 15 mars 2019).
  91. « Thomas Pesquet reçoit la médaille d'or de la ville de Toulouse », sur ladepeche.fr (consulté le 15 mars 2019).
  92. « Cérémonie Officielle de Remise des prix 3AF 2018 et des Palmes 3AF 2017 | 3AF - Association Aéronautique et Astronautique de France », sur 3af.fr (consulté le 15 mai 2019).
  93. Chloe Joudrier, « Découvrez la remise du prix VSD de l'aventure humaine 2017 (vidéo) », sur vsd.fr (consulté le 15 mai 2019).
  94. G.V, « GQ les hommes de l’année 2016 : le palmarès de la cérémonie », sur Glamour, (consulté le 11 juin 2019).
  95. Emmanuelle Pédezert, « Vidéos. Landes : Thomas Pesquet vient de faire son premier vol en Rafale avec la BA 118 », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2018).
  96. « Thomas Pesquet émerveillé par son «jumeau» au musée Grévin », sur lefigaro.fr (consulté le 17 janvier 2021).
  97. « Thomas Pesquet inaugure un jardin public à son nom dans le village de son enfance », sur Paris-Normandie (consulté le 20 avril 2021).
  98. « Thomas Pesquet inaugure un jardin public à son nom dans le village de son enfance », sur France 3 Normandie (consulté le 20 avril 2021).
  99. « Thomas Pesquet parraine une salle de cinéma à Dieppe », sur Centre National du Cinéma et de l’Image Animée (consulté le 26 avril 2021).
  100. « Rives-en-Seine (Seine-Maritime). Inauguration du complexe sportif Thomas-Pesquet », sur Le Courrier Cauchois (consulté le 20 avril 2021).
  101. « Description Salle Polyvalente Thomas Pesquet 300 personnes », sur Commune d’Hénouville (consulté le 26 avril 2021).
  102. « Fontenay : l’école Thomas-Pesquet a été inaugurée », sur Paris-Normandie (consulté le 25 avril 2021).
  103. « À Coutances, ne dites plus les lycées La Roquelle et Les Sapins », sur La Manche Libre (consulté le 25 avril 2021).
  104. « Inauguration officielle du nouveau foyer des élèves baptisé "Proxima" par M.Thomas Pesquet lui même, en référence à sa premiere mission spatiale. », sur Page Facebook du Lycée des Métiers Thomas Pesquet (consulté le 25 avril 2021).
  105. « Couville. Les inscriptions à l'école Thomas Pesquet sont ouvertes », sur La Manche Libre (consulté le 25 avril 2021).
  106. « Pilote Horizon Yvetot 128 route Thomas-Pesquet, 76190 Valliquerville », sur Pilote Horizon Yvetot (consulté le 25 avril 2021).
  107. « Groupe scolaire Thomas-Pesquet de Gratentour », sur Commune de Gratentour (consulté le 25 avril 2021).
  108. « Centre de Loisirs Associé à l’Ecole Thomas-Pesquet de Gratentour », sur Commune de Gratentour (consulté le 25 avril 2021).
  109. « L’école primaire Thomas Pesquet PUBLIER de Publier sur l’annuaire de l’éducation », sur L’annuaire de l’éducation (consulté le 25 avril 2021).
  110. « Villerest : l’astronaute Thomas Pesquet espéré pour l’inauguration de l’école à son nom », sur Le Progrès, édition Loire Nord (consulté le 25 avril 2021).
  111. « Inauguration de l’école Thomas-Pesquet et de la nouvelle mairie », sur Site de la commune de Soppe-le-Bas (consulté le 25 avril 2021).
  112. « L’école primaire Thomas Pesquet de Bousbecque sur l’annuaire de l’éducation », sur Le Groupe scolaire Thomas Pesquet de Bousbecque sur l’annuaire de l’éducation (consulté le 25 avril 2021).
  113. « Yvelines. Villepreux : première rentrée des classes pour l'école Thomas Pesquet », sur 78actu sur actu.fr (consulté le 25 avril 2021).
  114. « Présentation du gymnase Thomas-Pesquet sur le site du studio d’architecture Galliot Vannier », sur Studio d’architecture Galliot Vannier (consulté le 25 avril 2021).
  115. « Thomas Pesquet de Rémi Trouillon », sur YouTube (consulté le 20 avril 2021).

Voir aussi

Bibliographie

Filmographie

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :