Guerre folle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guerre folle
Le royaume de France, les duchés et domaines seigneuriaux en 1477, peu de temps avant la Guerre folle
Le royaume de France, les duchés et domaines seigneuriaux en 1477, peu de temps avant la Guerre folle
Informations générales
Date 1485-1488
Lieu France
Issue Victoire royale
Belligérants
Blason France moderne.svg Royaume de France Blason Lorraine.svg Duché de Lorraine
COA fr BRE.svg Duché de Bretagne
Armoiries Saint-Empire bicéphale.svg Saint Empire
England Arms 1405.svg Royaume d'Angleterre
Blason Castille Léon.svg Royaume de Castille et de Léon
Commandants
Blason France moderne.svg Charles VIII de France
Blason fr Anne de Beaujeu.svg Anne de Beaujeu
Blason Louis II de La Trémoille (1460-1525).svg Louis II de la Trémoille
Blason Lorraine.svg René II de Lorraine
COA fr BRE.svg François II de Bretagne
Armoiries empereur Maximilien Ier.svg Maximilien Ier du Saint-Empire
Blason duche fr Orleans (moderne).svg Louis d'Orléans
Blason Charles Ier d’Angoulême (1459-1496).svg Charles d'Angoulême
Blason Jean de Lescun Bâtard d'Armagnac.svg Odet d’Aydie
Blason ville fr Orange (Vaucluse).svg Jean IV de Chalon-Arlay
Armoiries Albret moderne.svg Alain d'Albret
Blason famille fr Jean IV de Rieux.svg Jean IV de Rieux
Guerres franco-bretonne
Batailles
Campagne de 1487

Ploërmel · Nantes
Campagne de 1488
Châteaubriant · Ancenis · Fougères · Saint-Aubin-du-Cormier
Campagne de 1489
Guingamp · Concarneau
Campagne de 1491
Rennes

La Guerre folle est le nom donné à une guerre qui oppose, entre 1485 et 1488, une coalition de seigneurs à Anne de France, régente de France. Menée parallèlement à la guerre de Bretagne, elle se termine par le traité du Verger qui prépare l'union de la Bretagne à la France. La Guerre folle s’inscrit dans une longue succession de conflits qui opposent la Royauté et les grands princes du royaume, dans la deuxième moitié du XVe siècle : Praguerie (1440), Ligue du Bien public (1465),...

Du côté des princes, on compte les ducs René II de Lorraine, François II de Bretagne, Louis II d'Orléans (cousin du roi et futur Louis XII de France, le prince d’Orange, le comte d'Albret, le comte d’Angoulême. Odet d’Aydie, bâtard d’Armagnac, comte de Comminges et gouverneur de Guyenne, et Philippe de Commynes. Ils sont par ailleurs soutenus par les ennemis étrangers du roi de France : l'Angleterre, la Castille-Aragon et l'Autriche-Bourgogne.

Nom et durée[modifier | modifier le code]

L’expression Guerre folle pour désigner cette entreprise sans lendemain de grands féodaux contre le pouvoir royal est due à Paolo Emilio, dans son Histoire des faicts, gestes et conquestes des roys de France, parue en 1581[1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Complots et premier soulèvement[modifier | modifier le code]

Dès 1484, Louis II d’Orléans tente de s’emparer de la régence[Comment ?], mais est mis en échec aux États généraux de Tours (15 janvier-). Le 30 mai, il tient un rôle important au sacre du roi à Reims, mais, le 23 novembre, il passe un accord avec le duc de Bretagne. Cet accord de coopération prévoit entre autres son mariage avec Anne de Bretagne et, en ce sens, il adresse également une demande d’annulation de son mariage au pape, pour rendre ce mariage possible juridiquement.

Revenu à la cour, le duc d’Orléans tente d’enlever le roi, mais Anne de Beaujeu, prévenue, l’en empêche en faisant irruption en force dans la chambre du roi : elle arrête quelques seigneurs de la garde royale, et place le duc d’Orléans en résidence surveillée à Gien.

Le , il tente de soulever Paris, mais il échoue. Il parvient à s’enfuir le 3 février à Alençon, et fait amende honorable le 12 mars. Des troupes royales placées autour d’Évreux l’empêchent de rejoindre la Bretagne, et il s’enferme à Orléans. Simultanément, la noblesse bretonne se soulève, ramenée à l’ordre par les troupes royales. Le 30 août, Louis d’Orléans lance un manifeste contre la régence. L’armée royale marche sur Orléans, et Louis II s’échappe à Beaugency, d’où il est délogé par le jeune La Trémoille en septembre.

Ainsi, entre 1484 et 1485, les tentatives du duc d’Orléans de renverser la régente échouent, malgré le soutien du duc de Bretagne et de quelques autres princes. Le 9 août, François II de Bretagne conssent à une trêve : la paix de Bourges, signée le suspend les hostilités pour un an.

Ici prend fin, selon certains historiens[Qui ?], la première phase de la Guerre folle, qui lui rattachent une seconde phase, de juin 1486 à novembre 1488, parfois appelée guerre de Bretagne. D’autres courants historiographiques, principalement bretons[Qui ?], séparent cette seconde phase de la première, pour l'associer à la guerre franco-bretonne qui aboutira à la fin de l'indépendance politique du duché de Bretagne en 1532.

Reprise des hostilités[modifier | modifier le code]

Début 1487[modifier | modifier le code]

Louis II d'Orleans

Dès la fin de la trêve, les rebelles reprennent leur révolte. Déjà en juin 1486, Maximilien d'Autriche avait envahi le nord de la France, puis battu en retraite ; en novembre, c’est Dunois qui s’empare du château de Parthenay. Le , Louis d’Orléans s’échappe du château de Blois, et poursuivi par les archers royaux, se réfugie de nouveau en Bretagne. L’armée royale part de Tours début février et commence son offensive dans le sud-ouest. Elle est le 7 mars à Bordeaux, et Lescun, gouverneur de Guyenne, est démis et remplacé par Pierre de Beaujeu. L’armée royale repart de Bordeaux le 15, pour prendre Parthenay le 30, Dunois parvenant à rejoindre Louis d’Orléans à Nantes. L’armée royale remonte ensuite vers la Bretagne. Au traité de Châteaubriant, la noblesse bretonne passe un accord avec le roi : le duc ne sera pas menacé par l’armée royale, qui quittera la Bretagne dès que les deux princes français rebelles seront capturés. Au nord, le maréchal d’Esquerdes (ou Des Querdes) retient brillamment, puis repousse Maximilien d’Autriche, élu roi des Romains peu de temps auparavant. Au sud, le sire de Candale bat Alain d’Albret à la bataille de Nontron : celui-ci voulait rejoindre les rebelles du Nord, mais est forcé de livrer des otages. En Bretagne, les rebelles au duc et alliés du parti royal dirigés par le vicomte de Rohan tiennent le nord du duché, et prennent Ploërmel.

Entrée en Bretagne (1487)[modifier | modifier le code]

Le château de Laval et son donjon circulaire.

Le , Charles VIII arrive au château de Laval. Il vient s'établir sous la conduite d'Anne de Beaujeu, qui surveilla et dirigea de cette ville les opérations de la guerre entreprise contre le duc de Bretagne. La cour de France y fit un premier séjour de cinq semaines. Le roi et la régente s'étaient dirigés ensuite sur Ancenis. Les troupes qui venaient rejoindre l'armée royale[2] étaient des soldats peu disciplinés, et s'établirent dans le faubourg du Pont-de-Mayenne de Laval[3],[a 1], et du droit du plus fort se firent héberger par les habitants[a 2].

À la fin du mois de mai 1487, les troupes françaises, près de 15 000 hommes[4] entrent en Bretagne. L'armée du duc de Bretagne est concentrée vers Malestroit. Elle compte 600 lances et près de 16 000 fantassins, dont beaucoup de paysans[5].

Cependant, l'avancée des troupes françaises est fulgurante: Ancenis, Châteaubriant, La Guerche et Redon se rendent. Plöermel tente de résister, mais tombe après 3 jours de canonnade et est prise le 1er juin[6]. Par ces mauvaises nouvelles, et des divergences politiques entre les nobles bretons, l'armée ducale se démembre. Il ne reste plus que 4 000 hommes[7], incapables de secourir Plöermel. François II s'enfuit à Vannes, et s'en échappe pour rejoindre Nantes, avant que Vannes ne soit également prise.

À Nantes, la défense s'organise alors que le 19 juin, les troupes françaises mettent le siège sur la ville. Celui-ci s'éternise devant l'efficace défense bretonne, et la fidélité des habitants, aidés de mercenaires étrangers, recevant l'appui décisif de Cornouaillais et de Léonards qui débarquent et brisent l’encerclement. Les troupes françaises tenues en échec lèvent le siège le 6 août[8].

Le château de Vitré sous la neige

Guy XV de Laval ne rejoint son château de Laval qu'en août, accompagné de son frère Pierre et de plusieurs autres chevaliers.

Il a fourni de façon assez discrète du support au roi de France, tout en ne se coupant pas de ses liens bretons. Ainsi, il ouvre, selon Bertrand d'Argentré[9], sans combat, le 1er septembre 1487, les portes de son château de Vitré et Vitré, aux troupes royales[10]. Quelques jours après, le jeune roi désira revenir au château de Laval.

L'armée française prend Saint-Aubin-du-Cormier le 10 septembre, puis Dol-de-Bretagne[11]. La campagne étant terminée, Anne de Beaujeu ramena le jeune roi à Paris, en passant par la Normandie.

Au début de l'année 1488, la plupart des places bretonnes ont cependant été reprises par l'armée ducale. Seules Clisson, La Guerche, Dol, Saint-Aubin-du-Cormier et Vitré restent aux mains des Français[12].

Campagne de 1488[modifier | modifier le code]

Le , les ducs d’Orléans et de Bretagne sont déclarés rebelles par le Parlement de Paris : eux et leurs complices ne sont plus considérés comme des vassaux rebelles, mais comme des sujets coupables de lèse-majesté. Au printemps, le duc d’Orléans reprend pour son allié Vannes, Auray et Ploërmel. Le vicomte de Rohan est forcé de capituler.

Le 24 avril suivant, un arrêt de confiscation est rendu contre tous les biens de Louis d’Orléans. Alain d’Albret obtient un subside de la cour d’Espagne, et rejoint la Bretagne avec 5 000 hommes. Maximilien d’Autriche a lui aussi envoyé 1 500 hommes. Pendant que La Trémoille rassemble ses forces sur les limites du duché, Edward Woodville, Lord Scales et 700 archers anglais débarquent. Mais alors que le Roi des Romains est occupé par une rébellion en Flandres, soutenue par le maréchal d’Esquerdes, les soutiens du duc de Bretagne se disputent la main d’Anne de Bretagne : Louis d’Orléans, Alain d’Albret et Maximilien d’Autriche étant tous candidats.

Carte de la campagne de 1488.

La guerre reprend fin mars 1488. Rassemblés à Pouancé, La Trémoille et l'armée royale, forte de 15 000 hommes, prennent facilement Marcillé-Robert le 28 mars. Le 7 avril, François II ordonne le rassemblement des troupes bretonnes à Rennes. Le 15 avril, l'armée royale met le siège à Châteaubriant, qui tombe 8 jours plus tard. La Trémoille se dirige ensuite vers Ancenis où il mit le siège dans la nuit du 12 au 13. La ville tombe le 19 mai face à l'artillerie française. Alors que les négociations commencent avec le duc de Bretagne qui cherche à obtenir une trêve, La Trémoille se porte au Loroux-Bottereau, qui tombe facilement[13].

Le 1er juin, une trêve est conclue le temps des pourparlers. Celle-ci se retrouve profitable aux français, dont les troupes restent mobilisées le long de la frontière, tandis que les nobles et paysans bretons rentrent chez eux[14]. La Trémoille anticipe la fin de la trève, et dès le 17 juin, il met son armée en marche vers son prochain objectif, Fougères[15]. La rupture des pourparlers le 9 juillet précipite la défaite, alors que l'armée bretonne doit se reformer, l'ost royal met le siège à Fougères aux environs du 12. La ville passe pour être une des mieux défendues, gardée par 2 à 3 000 hommes. Vers la mi-juillet, l'armée bretonne est enfin rassemblée, mais il est trop tard pour venir en aide à Fougères, qui doit capituler le 19 mai, après une semaine de siège, sous les coups de la puissante artillerie française[8].

L'armée française se dirige ensuite vers Dinan, tandis que l'armée bretonne du maréchal de Rieux, qui s'était mise en marche dans l'espoir d'aider Fougères, hésite à livrer une bataille rangée. C'est finalement le cas le 28 juillet, à Saint-Aubin-du-Cormier. La bataille qui s'ensuit sonne le glas des troupes bretonnes et de leurs alliés : cinq à six mille Bretons perdent la vie, contre 1 500 Français[16],[17]. Suite à cette défaite, Dinan capitule début août, mais Rennes décide de résister. La Trémoille, voulant éviter un siège aussi long et incertain que le dernier siège de Nantes, préféra contourner Rennes, et se porter à Saint-Malo qui préféra capituler le 14 août.

Le 20 août, la paix est conclue en Anjou. Le traité du Verger fait s'engager la Bretagne sur plusieurs points, notamment la promesse du duc de ne pas marier ses filles sans le consentement du roi de France.

Le duc de Bretagne François II meurt le 9 septembre et Anne de Bretagne devient duchesse en janvier de l’année suivante. Une amnistie est alors accordée à Lescun, Dunois, et la plupart des vaincus. Louis d’Orléans est enfermé en forteresse puis gracié par Charles VIII à sa majorité, trois ans plus tard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Citations de Guillaume Le Doyen, (° ~ 1460 Laval - † ~ 1540 Laval), notaire, chroniqueur, poète mayennais du XVe siècle :
  1. (1487) Et moult le peuple de Laval
    En fust oppressé mont et val.
    Et messieurs de dedans la ville
    Chacun en fust moult fort abille,
    Car si toust que venir voyoient
    Gens d'armes, les portes fermoient.
    Par ce point ceulx du Pont de Maïene
    En avoient la charge et la paine
    De les fournir et jour et nuyt,
    Qui n'estoit pas faict sans grand bruyt
    Par eux n'estoit faict quelque mal
    Mais prisoient tous ceulx de Laval.
    A chacun jour vivres habondoient
    Plus que despendre n'en pouvoient.
    Et si grand peuple se trouvoit
    Que le nombre nul ne savoit.
  2. Guillaume Le Doyen se plaint amèrement de la conduite des gens du dedans de la ville ; c'est ainsi qu'il nomme ceux qui habitaient l'enceinte fortifiée, qui, du plus loin qu'ils voyaient paraître dans la campagne une troupe d'hommes armés, sans s'informer de la bannière sous laquelle ils marchaient, qu'ils fussent amis ou ennemis, s'empressaient de fermer leurs portes. De cette façon, la charge de les loger et de les nourrir retombait entièrement sur les habitants des faubourgs :
    Le seiziesme jour
    De juillet fut faict maulvais tour
    Pour le peuple de Pont de Maïene;
    Car il leur en cousta de leur layne,
    Pour cappitaine Bonestoc.
    Ses gens n'avoient vaillant leur froc;
    Mais estoient gens désraisonnez
    Et qui point n'estoient à louer;
    Car ilz firent ung gros dommaige
    Es forsbourgs et sur le villaige.
    L'on ne savoit quelz gens s'estoient
    Cauchays, Picquars ilz se disoient;
    Mais toutesfois pas ung denier
    Ne potassent pour leur menger
    Ny de boires et aultres vivres,
    Sinon qu'ilz trenchoient de gens yvres.
    Estime valoir le dommaige
    Qu'il/ firent en leur villain passaige
    Plus de deux cens cinquante francs,
    Qu'au deable je les recommans !
  • Autres sources
  1. Didier Le Fur, Anne de Bretagne, Paris, Guénégaud,‎ .
  2. Et surtout sous un capitaine nommé Bonestoc, qui conduisait une compagnie composée de Normands et de Picards.
  3. Où demeurait Guillaume Le Doyen sans doute lui aussi victimes de pillage.
  4. D'après René Cintré, Les marches de Bretagne au Moyen Âge, Presses Universitaires de Rennes,‎ , 242 p., p. 146.
  5. D'après Dominique Le Page et Michel Nassiet, L'union de la Bretagne à la France, Morlaix, Skol Vreizh,‎ , 198 p. (ISBN 2-911447840), p. 76.
  6. D’après Philippe Contamine (dir.), Histoire militaire de la France, vol. 1 : Des origines à 1715, Paris, Presses universitaires de France,‎ (ISBN 2-13-043872-5), p. 214.
  7. Le Page et Nassiet 2003, p. 77.
  8. a et b Contamine 1992, p. 214.
  9. Histoire de Bretagne, f. 764r. Argentré place ce fait par erreur en 1488, après la bataille de Saint-Aubin du Cormier.
  10. D'Argentré affirme qu'il avait laissé pour instruction : Entrer de nuict les François en son châsteau de Vitré par une posterne,et par ce moyen les fist maistres de la ville. Cette décision fut prise contre la volonté des habitants et présentée comme un fait accompli.
  11. Cintré 1992, p. 147.
  12. Cintré 1992, p. 148.
  13. Cintré 1992, p. 150-151.
  14. Le Page et Nassiet 2003, p. 90.
  15. Cintré 1992, p. 153.
  16. Le Page et Nassiet 2003, p. 91.
  17. Cintré 1992, p. 157.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]