133e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
133e division d'infanterie
Création 20 mars 1916
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Ancienne dénomination 105e division d'infanterie territoriale
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1916 - Bataille de Verdun
1917 - Bataille du Chemin des Dames
1917 - Bataille de Passchendaele
1918 - Opération Michael
1918- 3e bataille des Flandres
1918 - Bataille du Matz
1918 - Bataille de Picardie
Bataille de la ligne Hindenburg
1918 - Bataille de Saint-Quentin

La 133e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

La 133e DI est constituée le 20 mars 1916, dans la région de Belfort, par transformation de la 105e division d'infanterie territoriale.

Les chefs de la 133e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

  • infanterie
402e régiment d'infanterie de mars 1916 à avril 1916 et dissolution
334e régiment d'infanterie de mars 1916 à août 1916
250e régiment d'infanterie territoriale de mars 1916 à août 1916
298e régiment d'infanterie territoriale de mars 1916 à août 1916
43e bataillon de chasseurs à pied de mars 1916 à août 1916
102e bataillon de chasseurs à pied de mars 1916 à novembre 1918
116e bataillon de chasseurs à pied de mars 1916 à novembre 1918
321e régiment d'infanterie de juin 1916 à novembre 1918
56e régiment d'infanterie territoriale d'août 1916 à fin 1917
107e bataillon de chasseurs à pied d'août 1916 à novembre 1917 et dissolution
401e régiment d'infanterie d'août 1916 à novembre 1918
32e bataillon de chasseurs à pied d'août 1916 à novembre 1918
  • cavalerie :
2 escadrons du 2e régiment de chasseurs d'Afrique de janvier 1917 à novembre 1918
  • artillerie :
2 groupes de 90 du 5e régiment d'artillerie de mars 1916 à janvier 1917
1 groupe de 95 du 29e régiment d'artillerie de mars 1916 à janvier 1917
2 groupes de 75 du 5e régiment d'artillerie de janvier à juillet 1917
1 groupe de 75 du 29e régiment d'artillerie de janvier à juillet 1917
3 groupes de 75 du 265e régiment d'artillerie de juillet 1917 à novembre 1918
104e batterie de 58 du 29e régiment d'artillerie de mars 1916 à janvier 1918
101e batterie de 58 du 265e régiment d'artillerie de janvier à novembre 1918
6e groupe de 155c du 136e régiment d'artillerie de juillet à novembre 1918
  • génie :
compagnies 28/4 et 28/54 du 28e bataillon du 7e régiment du génie
1 bataillon du 14e régiment d'infanterie territoriale d'août 1918 à novembre 1918

Historique[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

  • 20 – 31 mars : repos vers Roppe.
  • 31 mars – 20 août : mouvement vers le front et occupation d'un secteur entre la frontière suisse et Carspach, déplacé à gauche, le 1er juin, entre Fulleren et le canal du Rhône au Rhin.
22 juin : front étendu à droite, jusqu'à la frontière suisse.
  • 20 août – 17 septembre : retrait du front et transport par V.F. au camp d'Arches ; instruction. À partir du 11 septembre, transport par V.F. dans la région de Ligny-en-Barrois ; repos.
  • 17 septembre – 1er octobre : mouvement vers Rumont, puis transport par camions à Verdun. Occupation d'un secteur vers le bois de Vaux Chapitre et l'ouvrage de Thiaumont.
  • 1er – 21 octobre : retrait du front ; transport par camions dans la région de Belrain.
  • 21 – 28 octobre : transport par camions à Verdun, et, à partir du 23, occupation d'un secteur vers le bois de Vaux Chapitre et l'ouvrage de Thiaumont. Engagée, le 24 octobre, dans la 1re bataille offensive de Verdun : attaque française sur Douaumont ; puis occupation et organisation des positions conquises vers le fort de Douaumont et le bois Fumin.
  • 28 octobre – 11 décembre : retrait du front. Mouvement vers la région de Combles ; repos.
  • 11 – 20 décembre : transport par camions à Verdun, et, à partir du 14, occupation d'un secteur entre le fort de Douaumont (exclu) et Vaux-devant-Damloup. Engagée à nouveau, le 15 décembre, dans la 1re bataille offensive de Verdun : prise de Bezonvaux et du massif d'Hardaumont, puis occupation et organisation des positions conquises vers Bezonvaux et Vaux-devant-Damloup.
  • 20 décembre 1916 – 10 janvier 1917 : retrait du front ; repos vers Bar-le-Duc.

1917[modifier | modifier le code]

  • 10 janvier – 9 février : transport par V.F. dans la région de Verdun ; à partir du 13 janvier, occupation d'un secteur vers Vaux-devant-Damloup et la ferme des Chambrettes.
  • 9 février – 21 mars : retrait du front ; transport par V.F. vers Heiltz-l'Évêque ; repos et travaux. À partir du 15 février, mouvement par étapes vers Courtisols ; travaux et instruction.
6 mars : mouvement vers Juvigny ; travaux.
2 avril : mouvement vers Belleau et Arcy-Sainte-Restitue ; repos.
  • 14 – 20 avril : mouvement vers la région de Longueval, en vue de l'offensive.
16 - 19 avril : éléments engagés dans la 2e bataille de l’Aisne : combats vers Cerny-en-Laonnois et Courtecon.
  • 20 avril – 9 mai : occupation d'un secteur sur le Chemin des Dames, vers Cerny-en-Laonnois et le sud de Courtecon.
5 et 6 mai : attaque des positions allemandes ; défense et organisation des positions conquises.
  • 9 mai – 3 septembre : retrait du front, à partir du 13 mai, transport par V.F., de Neuilly-Saint-Front, à Bergues et à Dunkerque : Repos et instruction dans cette région ; travaux, (éléments en secteur).
29 août : repos et instruction dans la région de Calais.
  • 3 septembre – 5 octobre : mouvement vers Oostvleteren et, à partir du 14 septembre, occupation d'un secteur vers Bikschote et Drie Grachten.
  • 5 – 12 octobre : retrait du front ; repos vers Bergues.
  • 12 – 19 octobre : mouvement vers Oostvleteren, puis occupation d'un secteur vers Bixschoote et le sud de Kloosterschool, étendu à droite, le 15 octobre, jusque vers Langemark.
  • 19 – 23 octobre : retrait du front ; mouvement vers Calais ; repos.
  • 23 octobre – 8 novembre : mouvement vers le front, puis occupation d'un secteur vers Merkem et le sud de Kloosterschool
26 - 27 octobre : attaque, franchissement du Saint-Jansbeek et du Corverbeek ; conquête du front Aschhoop, Kippe, puis organisation des positions conquises (2e bataille des Flandres).
29 octobre : extension du front, à gauche, jusque vers Drie Grachten.
  • 8 – 17 novembre : retrait du front ; repos vers Warhem, et, le 14 novembre, vers Brouckerque.
  • 17 novembre – 8 décembre : mouvement vers Coxyde et occupation d'un secteur vers Saint-Georges et Nieuport (relève d'éléments britanniques).
  • 8 décembre 1917 – 2 janvier 1918 : retrait du front ; repos vers Bergues et Dunkerque.

1918[modifier | modifier le code]

11 avril : transport par V.F. dans la région de Bergues ; préparatifs d'intervention.
16 avril : engagée dans la 3e bataille des Flandres (combats devant Méteren).
21 avril : organisation d'un secteur vers Fontaine-Houck et le nord de Bailleul
4 mai : violents combats locaux.
  • 7 mai – 8 juin : retrait du front, puis mouvement vers Saint-Omer ; repos.
14 mai : transport par V.F. dans la région Montreux, Montbéliard ; repos et instruction.
1er juin : transport par V.F. vers La Ferté-sous-Jouarre ; préparatifs d'intervention.
  • 8 juin – 9 août : transport par camions vers le front ; stationnement en deuxième ligne, vers Noroy, pendant la bataille du Matz.
13 juin : mouvement vers Maignelay et Lieuvillers.
20 juin : occupation d'un secteur vers le Ployron et Courcelles-Epayelles.
16 - 20 août : violentes attaques et conquêtes des positions ennemies de Beuvraignes.
  • 23 août – 13 septembre : retrait du front ; repos vers Maignelay.
30 août : transport par camions vers Rumigny ; repos.
18 - 22 septembre : combats vers l'Epine de Dallon, puis organisation des positions conquises.
25 septembre : prise de Dallon.
1er octobre : progression et violents combats dans la région de Saint-Quentin.
  • 10 – 27 octobre : retrait du front ; repos vers Pronleroy.
  • 27 octobre – 11 novembre : mouvement vers le nord de Noyon ; préparatifs d'intervention.
5 novembre : engagée vers Tupigny, dans la poursuite au-delà du canal de l'Oise à la Sambre (poussée vers la Meuse) : progression, en combattant, vers Chimay, où la 133e DI se trouve au moment de l'armistice.

Rattachements[modifier | modifier le code]

  • Affectation organique
34e CA de mars à septembre 1916 et de mai 1917 à novembre 1918 ;
Isolée de septembre 1916 à mai 1917.
16 juin – 15 décembre 1917
30 mars – 8 avril 1918
2 août – 11 novembre 1918
11 septembre 1916 – 9 février 1917
13 juin – 1er août 1918
10 février – 21 mars 1917
22 – 23 mars 1917
9 – 11 avril 1918
24 mars – 12 mai 1917
1er – 9 juin 1918
20 mars -10 septembre 1916
14 – 31 mai 1918
13 mai- 15 juin 1917
15 – 22 décembre 1917
23 décembre 1917 – 24 mars 1918
25 - 30 mars 1918
12 -14 avril 1918
15 – 18 avril 1918
19 avril – 15 mai 1918
10 – 12 juin 1918

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]