Belrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Belrain
Belrain
Église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge.
Blason de Belrain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Intercommunalité Communauté de communes De l'Aire à l'Argonne
Maire
Mandat
Patrick Gondouin
2020-2026
Code postal 55260
Code commune 55044
Démographie
Gentilé Belrainois, Belrainoises
Population
municipale
33 hab. (2019 en diminution de 17,5 % par rapport à 2013)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 50″ nord, 5° 18′ 27″ est
Altitude Min. 258 m
Max. 352 m
Superficie 8,31 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bar-le-Duc
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dieue-sur-Meuse
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belrain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belrain
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Belrain
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Belrain
Liens
Site web belrain.fr

Belrain est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Belrain est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bar-le-Duc, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 86 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,8 %), forêts (31,3 %), prairies (19,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Belrain furent vassaux des comtes de Champagne, puis des comtes de Bar et des ducs de Bar et Lorraine.

La seigneurie de Belrain fit partie du Barrois mouvant.

De 1972 à 1987, la commune a fait partie de Villotte-sur-Aire.

Elle abrita la dernière rue de France métropolitaine nommée d'après le maréchal Pétain, débaptisée en 2013[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Gaston Joseph Alcide Charles    
1953 mars 1975 Pierre Germain Beck    
mars 1975 2008 Alain Chavanne[9] DVD Petit-fils de Maurice Chavanne[9]
2008 En cours Patrick Gondouin[9],[10]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Docteur en chimie

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 33 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
325331342324337321310272240
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
219234218172169159157151139
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
12211811710810986948278
1962 1968 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2019
655436314446403633
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne motte castrale, au lieu-dit la Bosse, est un édifice fortifié détruit en 1297 par Gauthier de Crécy sur les ordres de Philippe le Bel. Elle est inscrite au titre des monuments historiques depuis le 3 octobre 1990[13].
  • Le château actuel construit autour des années 1655 par Henry de Florainville, maréchal de camp des armées du Roy.
  • Zones naturelles d'intérêt écologique floristique et faunistique de type 1 au lieu-dit Frouvémont.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle Sainte-Geneviève.
  • Église fortifiée de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge (XVIe-XVIIe siècle).
  • Chapelle Sainte-Geneviève, construite en 1863.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Dom Grégoire Berthelet, bénédictin né à Belrain le 28 janvier 1680 et mort à Saint-Mihiel le 31 mars 1754 ; auteur de nombreux travaux la plupart restés manuscrits.

Le blason de la famille De Belrain : de gueules à une fasce d'or, timbré d'un casque avec ses lambrequins.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la fasce d'or accompagnée en chef d'un lambel à cinq pendants du même. Chargé en cœur d'un écu écartelé aux 1- 4 d'azur semé de croix recroisetées au pied fiché d'or, à deux bars adossés du même ; au 2 d'azur à une tour ruinée d'or posée sur une terrasse du même et au 3 d'azur à deux crosses d'or en sautoir.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Belrain fut l'une des dernières communes françaises à avoir eu une rue au nom du Maréchal-Pétain[14]. Anciennement Grande Rue dite rue Basse, elle fut nommée ainsi dans les années 1930* en l'honneur du vainqueur de Verdun[14], ville située à une quarantaine de kilomètres, elle fut débaptisée le 14 mars 2013 à l'issue d'un conseil municipal[15] et à l'initiative d'un vieux militant socialiste[9] du département. Le nouveau nom décidé par le conseil municipal après consultation de la population est rue de la Fontaine (reste de l'ancienne fontaine au numéro 1 de la rue)[14].

  • entre 1932 et 1935 (sources cadastre).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Chavanne, Belrain du XIe siècle à nos jours, Imprimerie du Barrois, 1943
  • Le Pays Barrois Alexandre Martin - 1912 -Imprimerie Contant-Laguerre
  • H. Maginot, « À travers les registres d'état-civil de Belrain », Bulletin de la société des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, Bar-le-Duc, 7e vol., 1936, p. 226-236

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. La dernière rue maréchal Pétain débaptisée en France, à Belrain dans la Meuse sur le site du Huffington Post
  9. a b c d et e P. R., « Ci-gît la dernière rue Maréchal Pétain », Le Républicain Lorrain, publié le 5 avril 2013, consulté le 5 avril 2013
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  13. « ancienne motte castrale », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. a b et c "Meuse : la dernière rue du maréchal Pétain en France débaptisée", estrepublicain.fr
  15. AFP, « La dernière rue Pétain en France va être débaptisée », L'Express, publié le 5 avril 2013, consulté le 5 avril 2013